Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Solidarité avec l'USTKE
LA REPRESSION VIOLENTE DES FORCES DE L’ORDRE CONTRE L’USTKE Nous venons d’apprendre que nos camarades de l’USTKE Kanak avaient été victimes de graves violences antisyndicales de la part de l’armée française. En attendant la réaction de la Coordination de Liaison Intersyndical des nations sans états sous domination françaises (CLIS)
Erwan Ledu pour SLB le 11/06/06 12:12

REPRESSION VIOLENTE DES FORCES DE L’ORDRE CONTRE L’USTKE

Nous venons d’apprendre que nos camarades de l’USTKE Kanak avaient été victimes de graves violences antisyndicales de la part de l’armée française. En attendant la réaction de la Coordination de Liaison Intersyndical des nations sans états sous domination françaises (CLIS) dont nous faisons parti avec nos camarades de l’USTKE nous reproduisons leurs communiqué.

Pour plus d’infos : (voir le site)

Pour le SLB Morgane Cotten. (voir le site) slbskolveur [at] no-log.org

Conflit du Port. LA REPRESSION VIOLENTE DES FORCES DE L’ORDRE CONTRE L’USTKE

Alors que les discussions avaient repris avec le gouvernement pour trouver une solution au conflit qui oppose l’USTKE à la MSC, l’Etat a envoyé ses forces répressives sur les militants de l’organisation, arrêtant du même coup le Président Gérard JODAR, le Vice-Président, Alain BOEWA ainsi qu’une quinzaine d’adhérents, le jeudi 8 Juin vers 13h30.

La violence avec laquelle les gendarmes mobiles sont intervenus est digne d’un film de guerre.

Après s’être introduit dans le Port par voie maritime, les mobiles ont repoussés les militants jusque dans la ville, n’hésitant pas à faire le ménage tout autour d’eux. Un véritable vent de panique s’est emparé des passants qui marchaient tranquillement dans la ville ou qui attendaient le bus près de l’hôpital et qui ont été pour certain d’entre eux des cibles des forces de l’ordre, ne sachant pas reconnaître les grévistes des passants.

Les tirs de flashball à bout portant ont touché des militants regroupés au carrefour de la Police Municipale. Une deuxième charge est alors intervenue en plein centre ville, encore plus brutale que la première et à nouveau des tirs incessants de flashball et de grenades se sont fait retentir vers la Cafat, dans la rue de la République et dans la rue de l’Alma, blessant d’autres militants.

Appuyé par l’hélicoptère de la gendarmerie, les forces de l’ordre ont menés simultanément des actions musclées jusque dans l’enceinte de l’Hôpital, embarquant les grévistes blessés qui y s’étaient rendus, dont le secrétaire général de la Fédération Mines, Charles N’Gaiohny.

Jamais une telle violence n’avait été remarquée depuis la période des évènements.

La voie de la violence qu’a choisie l’Etat a été totalement disproportionnée par rapport au conflit qui était entré dans sa troisième semaine et n’entravait pas les accès du Port. Les médias ont joués un rôle déterminant dans l’intervention car depuis le début du conflit, ils se sont positionnés dans le camp des opposants à l’USTKE, en refusant systématiquement de relater objectivement l’information, privilégiant à chaque fois les interviews de Mr Malmezac. Cela s’est encore vérifié hier soir au journal télévisé.

L’autre élément et peut-être le plus important qui a motivé, convaincu et conforté cette intervention ont été les déclaration du FLNKS qui ne connaissant absolument rien du problème ont demandé publiquement l’intervention de l’Etat pour dégager l’USTKE.

L’unanimité des forces politiques étant réunie, l’Etat a donc fait sa sale besogne de nettoyage du Port, ne réglant d’ailleurs en aucune manière le fond du problème portant sur la préservation des équilibres économiques et sociaux très gravement menacés par les arrivée incontrôlées des géants que sont les compagnies « MAERSK » et « MSC » respectivement n° 1 et n° 2 mondiaux.

L’USTKE tient à réaffirmer avec force que ce combat qu’elle a engagé contre les méfaits attendus de la mondialisation sur le port de Nouméa ne cessera pas, loin s’en faut, suite à cette intervention sauvage des forces de répression coloniales. Bien au contraire, cette attaque brutale lui donne raison dans sa lutte et renforce encore davantage la détermination de ses adhérents.

Par ailleurs, l’USTKE condamne avec force les incitations à l’intervention des gendarmes mobiles et de la police de Paul NEAOUTYNE Président de la Province Nord et du Bureau Politique du FLNKS par la voix de son porte-parole Victor TUTUGORO.

Il est désormais clair que ces politicars dits indépendantistes sont devenus des alliés zélés du pouvoir colonial car cet appel au concours répressif de l’état français n’est que la dernière illustration de leurs reniements successifs depuis des années.

Les masques tombent et toutes les composantes du pays mais aussi au niveau national et international découvrent petit à petit les véritables visages de ces manipulateurs.

Depuis zéro heure la grève générale est effective sur l’ensemble de la KANAKY et il est demandé à tous les adhérents d’être à l’écoute et de suivre scrupuleusement et activement les mots d’ordre du Bureau Confédéral.

Le Bureau Confédéral Communiqué de presse N°1 Nouméa le vendredi 09 juin 2006

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons