Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Scandale du SDF javellisé : les regrets tardifs et peu sincères du maire
Toute l'affaire commence il y a deux mois, plus précisément le 29 septembre dernier, lorsque Jean-Laurent Bras fait éclater l'affaire dans Ouest-France. On apprend alors que le maire de Larmor-Plage et vice-président de Cap l'Orient, Victor Tonnerre s'en est pris à un SDF qui avait trouvé refuge dans un
pour ABP le 14/12/06 22:05

Toute l'affaire commence il y a deux mois, plus précisément le 29 septembre dernier, lorsque Jean-Laurent Bras fait éclater l'affaire dans Ouest-France.

On apprend alors que le maire de Larmor-Plage et vice-président de Cap l'Orient, Victor Tonnerre s'en est pris à un SDF qui avait trouvé refuge dans un abri dans l'arrière cour de la mairie. Ce SDF, c'est Alain Le Pen, 55 ans, peintre en bâtiment au chômage. Le maire aurait aspergé les affaires de ce malheureux d'eau de Javel. Le SDF aurait alors été irrité par le produit alors qu'il était revenu passer la nuit dans cet abri de fortune ; Ses affaires, dont notamment son sac de couchage, ont été détériorées par l'eau de Javel. L'information aurait filtré vers les médias à cause de la femme de ménage de l'hôtel de ville qui, attristée par la situation serait venue en aide au sans-abri.

Suite à ces révélations, la femme de ménage a été mutée dans un autre service avec un autre emploi du temps. Il lui aurait été demandé de ne plus approcher de la mairie. Dans une interview à Ouest-France, Victor Tonnerre amplifie la polémique en répondant à la question " avez-vous prévenu les services sociaux ? " par " oui, j'ai fait venir la police. " Il n'en faudra pas plus pour que l'affaire fasse le tour des médias et atteigne l'échelon national.

Afin de clarifier ce dossier, Victor Tonnerre a annoncé lors du dernier conseil municipal souhaiter s'expliquer sur cette affaire. Une réunion publique s'est donc tenue, ce jeudi, à la salle des fêtes de Larmor Plage.

Les faits racontés par Victor Tonnerre

Devant plus d'une centaine de personnes, Victor Tonnerre a d'abord voulu donner sa version de toute l'affaire, et son sentiment. Il a rappelé les habitudes prises par Alain Le Pen : " il arrivait tard le soir et repartait tôt le matin " explique Victor Tonnerre en précisant qu'il ne l'avait donc jamais rencontré. " C'est la femme de ménage de la mairie qui m'a appris sa présence (...) elle avait dit avoir peur de lui " précise le maire de Larmor Plage, avant d'expliquer les circonstances qui l'ont amené à son geste : " J'ai demandé le concours de la police, qui est venue et lui a demandé de quitter les lieux ". Alain Le Pen n'a pas fait de difficultés pour partir, comme le confirme Victor Tonnerre qui ajoute " il avait promis de ne pas revenir ".

Mais il restait une odeur dans le coin qu'occupait Alain Le Pen. Victor Tonnerre indique qu'il voulait attendre le lendemain pour " passer un coups de karsher ", mais, devant l'insistance de la femme de ménage, il décide " de verser une dosette de 25 cL d'eau de Javel dans le coin ". Dans le noir complet, affirme Victor Tonnerre qui assure ne pas avoir vu que les affaires personnelles du SDF étaient encore là. Revenu dormir là plus tard dans la nuit, Alain Le Pen s'était plaint au matin d'irritations et de la détérioration de ses affaires.

" Je vais vous donner mon sentiment "

Après cet exposé des faits, lu devant une salle silencieuse, Victor Tonnerre veut expliquer son sentiment sur toute l'affaire, et notamment sur les suites médiatiques. D'abord il précise : " j'ai commis sur ce sujet des erreurs d'appréciation (...) je le regrette ". Puis il s'explique : " je n'ai pas osé lui demander moi-même, c'est pour cela que j'ai appelle la police, c'est son rôle ". Pour l'eau de Javel, Victor Tonnerre précise qu'il ne pensait pas que Alain Le Pen reviendrait dans la nuit.

Puis, monsieur le maire s'indigne de l'attitude de la femme de ménage de la mairie. Il ne comprend pas pourquoi elle est allée parler aux médias : " pourquoi n'est-elle pas venue m'en parler ? " s'interroge-t-il, avant de préciser qu'une " femme de ménage doit être une personne de toute confiance " pour expliquer sa mutation dans un autre lieu que la mairie.

Enfin Victor Tonnerre s'est dit " blessé par les attaques personnelles et les allusions malsaines " dont il a été victime, mais il a aussi souhaité dire " toute sa gratitude publiquement pour les témoignages de soutien " qu'il a reçu. La salle a vivement applaudi pendant plusieurs minutes à l'issue de ce discours.

Un débat houleux

Après les explications, la parole est donnée au public. Un homme se lève et lance : " vous n'avez pas idée de ce que c'est qu'un SDF ! ". La foule, toute acquise à la cause de son maire, réagit immédiatement par un " oh!!!! ". Quelques personnes tentent de nouveau de mettre Victor Tonnerre devant ses responsabilités de maire : " C'est votre rôle de vous en occuper (...) vous n'avez pas prévenu les personnes qui pouvaient l'aider, c'est une faute grave ! " De nouveau, la foule fait entendre son soutien au maire. Ce dernier explique qu'il a averti les services sociaux, et qu'il a obtenu une inscription pour Alain Le Pen à la banque alimentaire.

Puis, c'est l'affaire de l'interview qui vient sur le tapis : " pourquoi n'avez-vous pas fait paraître un démenti si vos propos avaient été déformés ? " Sur ce point Victor Tonnerre est clair : " j'ai jugé préférable de venir m'expliquer devant vous " explique-t-il sous les applaudissements. Puis un homme lance " il y a aussi des pauvres à Larmor et on ne fait rien pour eux ! " La foule, toujours fidèle au mairie, siffle copieusement, tandis que Victor Tonnerre demande fermement : " je vous prie d'arrêter les questions qui dérangent l'assemblée " comme un dernier pied de nez au débat. Un élu de l'opposition qui voulait s'exprimer ne pourra d'ailleurs quasiment pas le faire face à une salle qui ne veut rien entendre de contradictoire avec sa pensée.

Si cette réunion partait d'une bonne intention, elle n'a visiblement pas permis d'ouvrir un vrai débat sur l'aide que l'on peut apporter aux personnes sans domicile alors que l'hiver et le froid arrivent à grands pas.

Alain Le Pen fait le point sur sa situation

Alain Le Pen a assisté à toute cette réunion. A la sortie, il fait le point sur sa situation. Il raconte sa rencontre avec Victor Tonnerre, bien après l'incident : " Le maire est venu me voir, beaucoup de temps après, pour m'expliquer son geste. " Et Alain Le Pen rajoute sans rancune " Il m'a serré la main, ça fait chaud au coeur ".

Par contre, il pense que la mairie de Larmor fait barrage à sa recherche d'emploi. Il explique comment il a postulé à un poste à la mairie " pour vider les poubelles ". Il raconte que ce poste a été donné à quelqu'un d'autre, et que, curieusement, lorsqu'il a cherché un autre emploi, il a retrouvé le même concurrent pour le poste. Mais Alain Le Pen garde espoir : " j'ai postulé à un emploi à la mairie de Ploemeur. On était 21 pour 9 places. J'aurai la réponse lundi. " et il le dit bien " aujourd'hui j'ai envie de travailler, mais à 55 ans c'est difficile. " Texte : JP Tranvouez Photos : S Jolivel

Cet article a fait l'objet de 2685 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons