Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Révision de la Constitution française : à quand des réserves indigènes ?
La France vient de modifier sa Constitution afin de faire une place à ce qu'elle appelle les « langues régionales ». N'en doutons-pas, le breton fait partie de la liste.
pour Adsav!, Strollad pobl vreizh le 4/06/08 8:29

La France vient de modifier sa Constitution afin de faire une place à ce qu'elle appelle les « langues régionales ». N'en doutons-pas, le breton fait partie de la liste. Adsav, le parti du peuple breton, comprend la joie de nombreux compatriotes qui espèrent ainsi endiguer la francisation de la Bretagne. Il est malheureusement de notre devoir de rappeler l'évidence: cette joie se nourrit de vaines illusions. En réalité, lorsqu'on y regarde de près, l'initiative française ne s'accompagne d'aucun projet sérieux. Il n'est pas prévu de concéder aux Bretons les pouvoirs minimums qui permettraient de maintenir la langue bretonne en vie : rien au sujet de la maîtrise de l'enseignement, des médias, de l'administration, c'est à dire les leviers qui permettraient de conduire une véritable politique linguistique à l'image de celle menée par d'autres peuples sans État comme les Gallois ou les Catalans. Il n'a pas non plus échappé au parti du peuple breton que cette fumeuse appellation de « langues régionales » donne désormais un vernis constitutionnel à la discrimination linguistique anti-bretonne. Comment ne pas percevoir que l'État français aura bon jeu de justifier les pires injustices et discriminations sur la base de l'inégalité, désormais officielle, entre « langue de la république » et « langues régionales » ? Dans les enceintes internationales l'État français pourra désormais se draper dans sa sacro-sainte Constitution pour justifier les pires vexations. Et lorsque les collectivités bretonnes voudront aider le breton de manière trop « ostentatoire » l'administration saura les rappeler à l'ordre au nom de la primauté du français. En fait ce que les députés français ont fait, c'est introduire un nouveau principe d'Inégalité qui confinera notre langue dans le rôle de « patois ». C'est à dire qu'ils ont laissé libre cours à leurs fantasmes linguistiques d'un autre âge. La prochaine étape ? Organiser la fossilisation du breton par voie législative et réglementaire. N'en doutons-pas, le travail sera bel et bien fini lorsque la France aura mis en place des réserves indigènes pour enfermer les Bretons…

Kuzul Meur Adsav! Le bureau politique

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1007 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons