Respect de la démocratie et droits de l'Homme
Communiqué de presse de Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme

Publié le 12/01/15 0:22 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Depuis mercredi, devant tant de barbarie, c'est la stupeur et Galv Karaez, collectif breton pour la démocratie et les Droits de l'Homme qui ½uvre à l'émergence de ces aspirations majoritaires parmi les citoyens ne peut que condamner cette haine et cette violence avec la plus grande fermeté. Toute notre émotion et notre compassion, en ce moment barbare, va vers les familles des victimes.

On peut partager - ou pas - les idées d'un journal, de journalistes. Cela c'est la liberté d'expression, base démocratique d'une vie en société. C'est utiliser le droit et les mots pour le dire.

Les peuples ont le droit de vivre culturellement leur différence et leurs diversités, chaque jour dans la proximité, et respecter la liberté de chacun qui s'arrête où commence celle de l'autre. Telles sont nos convictions quelles que soient leurs origines, leurs races, leurs religions.

Mais cela ne signifie en rien rejoindre l'unanimité demandée par le chef de l'État dans une république dite “indivisible” et qui se réclame comme étant le “pays des droits de l'homme” alors que démonstration est faite par ce même chef de l'État, d'un non respect des humains de ce pays. Cela par le massacre un soir de ses territoires sur un coin de table, le non-respect de l'unité territoriale de la Bretagne.

Le droit d'expression doit aussi être ceux du, et des peuples, qui vivent sur ces territoires dans la liberté, l'harmonie et le respect de leurs aspirations historiques légitimes.

Que ce moment puisse faire comprendre à tous et aux dirigeants français de prendre en compte les justes revendications des peuples quand elles sont pacifiques.


mailbox
imprimer
logo
Le Collectif breton pour la démocratie s'est constitué le 28 octobre 1999 à Carhaix, à l'initiative d'un groupe de citoyens de l'ensemble de la Bretagne. Il propose que se joignent à son appel toutes celles et ceux qui font vivre la Bretagne d'aujourd'hui. En respectant les principes fondamentaux de la démocratie, des Droits de l'Homme et de l'attachement à la diversité et l'expression culturelle de tous les peuples. N'est donc pas concernée par cet appel toute personne dont les actes ou les propos relèvent du racisme et n'accepte pas la différence culturelle.
Vos 5 commentaires
  PIERRE CAMARET
  le Lundi 12 janvier 2015 12:51
Mais Chere Madame JACQ , avez vous compris ... qu'ILS S'EN FOUTENT.
Ils parlent le language de leur caste , avec leur caste .Vous n'en faites pas partie , moi non plus .
Il faut tout repenser ... c'est du temps et de l'argent .
Notre naivete , notre bonnefoi , forget it, pour eux bullshit , car ils raisonnent en terme d'equilibre .Nous leurs apportons rien .
Le rapport de force entre la volonte bretonne et le pouvoir francais est disproportionne ....... a notre desavantage .C'est tout .
(0) 
  marc iliou
  le Lundi 12 janvier 2015 19:55
On peut toujours rêver mais ce n'est pas demain que les dirigeants français deviendront des démocrates ! demander le respect des libertés à l'extérieur de ses frontières et ne pas le faire à l'intérieur en est bien la preuve depuis des siècles !
(0) 
  Yann LeBleiz
  le Mardi 13 janvier 2015 12:50
@ CBDDH
ABP vient d'informer sur l'un des articles des Droits de l'Homme de l'ONU concernant le droit des ENFANTS que la République se refuse de ratifier!
Il y en a d'autre, pas si nombreux mais très représentatif des sois disant valeurs de cette République...!
Textes nécessaires à ratifier pour rejoindre l'UE, mais dont la France et sa République se sentent le droit de passer outre...!
On attend encore et toujours que vous nous fassiez un communiqué la dessus...!
Etant donné que le Collectif pour les Droits de l'Homme, c'est vous...!
(0) 
  Yann-Bêr
  le Mardi 13 janvier 2015 14:23
Que les gouvernants s'en foutent, on a bien compris. Il leur fallait cependant faire bonne figure (*).
Maintenant ce qui compte, c'est la prise en compte par un très grand nombre de personnes de ce que doit être la liberté, et pas seulement d'expression, facile d'utiliser l'expression puisque réductrice.
L'avenir nous dira (prochaines échéances électorales)s'il ne s'agissait que d'une saute d'humeur ou pire, d'une manipulation bien orchestrée. Les taux de participation seront à surveiller.
* Dans le même temps, la Marine Nationale donc l'Etat Français traîne Paul Bloas en justice pour avoir collé ses peintures au cimetière de bateaux de Landévennec.
(0) 
  Anjèle Jacq
  le Mardi 13 janvier 2015 19:57
@yann LeBleizh
Anjèle Jacq le Mardi 13 janvier 2015
@ yann lebleiz
" Le 28 février 2001, année des langues en Europe, Galv a tenu au Berlaymont la première conférence de presse jamais tenue dans le palais de l'Europe sur les problèmes et les lois non respectées par la France concernant, entre autres sujets, les langues minoritaires sur son territoire, dont le breton. Et donc, le non-respect par la France de l'article concernant l'obligation de l'État d'enseigner aussi l'enfant dans la langue de ses ancêtres.
Le 28 novembre de la même année en fin de matinée, nous avions été reçu par le directeur de cabinet du ministre de la culture de Flandre. En effet, la Belgique présidait l'Europe cette année-là et donc appliquant le droit fédéral de chaque province, la Wallonie présida l'Europe du 1er juillet au 30 septembre, suivie des Flandres, du 1er octobre au 31 décembre 2001 ! cela bien sûr, n'a pas été dit ni écrit en France ou si peu ! Nous avions donc remis un rapport sur langues et cultures en Bretagne à La Flandre afin d'essayer de faire avancer ces sujets et les résoudre.
Nous avons également expliqué à la déléguée de l'ONU venue à l'UNESCO à Paris, Madame Gay Mc Dougall, experte indépendante sur les questions des minorités qui dépend du haut Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, cela l'après-midi du jeudi 20 septembre 2007. Le dimanche suivant les jeunes des bagadoù et des cercles prenaient d'assaut les Champs Elysées…
La première démarche a donné lieu à la mise à l'ordre du jour du problème breton au parlement européen grâce à Nelly Maes, alors présidente du groupe régionalistes et verts. On sait l'attitude négative et méprisante d'une majorité des députés français dans cette assemblée sur ce sujet qui, de ce fait, fut vite escamoté…
Le rapport de Madame Gay Mc Dougall, entre autres sujets concernant les minorités en France, a été sans ambigüité, mais comme vous ne semblez pas le savoir, l'ONU ne peut obliger un État à signer ce qu'il ne veut pas signer.
Dans l'un comme dans l'autre cas, ne l'oublions pas non plus, ce sont les États qui constituent ces assemblées, qui élaborent les lois de fonctionnement de celles-ci… en adéquation avec le droit des peuples ? On peut en douter.
Ne vous en déplaise, mais Galv Karaez qui existe depuis 1999, a essayé depuis lors de faire respecter le droit des Bretons et de la Bretagne autant que faire se peut. Le collectif breton, démocratie et droit de l'Homme a essayé et essayera toujours de défendre les Bretons, y compris les enfants, à défaut d'être défendu par les droits de l'Homme français. Car s'ils étaient défendus par les droits de l'Homme français, je pense que cela se saurait !”
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.