Résolution de l'UFCE concernant la Bretagne : Mettre une pression internationale sur la France
Communiqué de presse de UFCE

Publié le 21/06/06 13:24 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les 128 membres de l’UFCE représentant 52 minorités et communautés européennes, réunis a Bautzen, ville de la minorité serbe de la République Fédérale d’Allemagne, pour leur 51e Congrès du 24 au 28 mai 2006, ont adopté à l’unanimité cette résolution concernant la Bretagne présentée par la délégation bretonne.

  • Constatant la politique ethnocidaire pratiquée par les autorités gouvernementales françaises à l’encontre de la langue bretonne, dernière langue celtique parlée en Europe continentale et patrimoine de toute l’Europe ;

  • Considérant que la France représente le cas, tout à fait unique en Europe, d’un pays dont les dispositions constitutionnelles et en l’occurrence l’article 2 de la constitution française fournissent une base légale à la politique de destruction totale de toutes les langues minoritaires et permettant en outre d’organiser activement leur disparition par un ethnocide programmé ;

  • Constatant que la totalité des textes visant la protection des minorités, textes votés par le Conseil de l Europe, le Parlement européen, l’UNESCO, le CPLRE... ne sont ni signés, ni ratifiés, par le gouvernement français et restent — une lettre morte sur le territoire de la France ;

  • Constatant enfin que, depuis de nombreuses années, les gouvernements français ignorent totalement les Résolutions qui lui sont adressées par L’U. F. C. E. à ce sujet :

    DEMANDENT avec la plus grande insistance aux membres de L’U. F. C. E. ayant un pays mère et appartenant à un état respectueux de ses minorités, d’intervenir auprès de leurs diplomates pour qu’ils interpellent le gouvernement français sur le sujet, soit par la voie diplomatique, soit par la voie des questions écrites ou orales dans les instances internationales de l’Europe ;

    S’ADRESSENT tout spécialement

  • Aux ressortissants des pays qui ont été sommés par la France de respecter des textes qu’elle ne respecte pas elle-même ;

  • Aux gouvernements de pays tels que l’Autriche et la République d’Irlande, par exemple, que la diplomatie française a, dans le passé, rappelés a l’ordre quant au respect de leurs langues minoritaires ou de leurs minorités ;

  • Aux gouvernements des pays d’Europe centrale ou orientale, nouveaux membres de l’Union européenne, auxquels la France ose reprocher des manquements aux Droits de l’Homme ;

    DEMANDENT la diffusion la plus large possible de cet appel désespéré d’un petit peuple européen qu’on assassine.

    Contact : Comité d’action régionale de Bretagne BP3 56760 PLOURAY

    Philippe Argouarch

    Philippe Argouarch

  • Voir aussi :
    Vos 0 commentaires
    ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 1 ?
    Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
    MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.