Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- dans la presse -
Rennes - Nantes : Un succès qui a ses inconvénients
Avec l’expansion des activités tertiaires et la proximité de la mer, les cadres affluent et font monter les prix. U n cadre de vie de qualité à une heure des plages et à deux heures de Paris », tel est le principal attrait de Nantes et de Rennes. Les cadres
pour SP le 23/05/04 22:06

Avec l’expansion des activités tertiaires et la proximité de la mer, les cadres affluent et font monter les prix. U n cadre de vie de qualité à une heure des plages et à deux heures de Paris », tel est le principal attrait de Nantes et de Rennes. Les cadres y émigrent en quête de grand air, sans trop perdre en perspectives de carrière et en conservant les avantages d’une grande ville. Sur ce point, Nantes, septième agglomération française, a l’avantage d’un plus grand bassin de population, avec une communauté urbaine de 554 000 habitants, contre 365 000 âmes pour l’agglomération de Rennes, toutes deux en croissance démographique de plus de 1 % par an ces quinze dernières années. En termes d’accès, les deux villes sont traitées à égalité par le TGV de Paris-Montparnasse. Contrepartie de son pouvoir d’attraction, Nantes a connu une flambée des prix de son immobilier depuis quatre ans. L’arrivée de cadres parisiens disposant d’un budget logement élevé a contribué à cette hausse. Il faut désormais compter un minimum de 230 000 euros pour une maison ancienne avec jardin dans Nantes intra-muros. L’exiguïté de Rennes explique, elle, un manque chronique de logements, que la politique foncière volontariste de la mairie ne parvient pas à compenser. Au point que la ville devient inaccessible aux foyers à revenus moyens. Ainsi, selon les notaires, une maison de 120 mètres carrés se négocie entre 220 000 et 300 000 euros. Cette dernière décennie, la physionomie économique des deux villes a nettement changé, avec la montée en puissance des activités tertiaires. Selon l’Insee, l’aire urbaine de Nantes compte à présent 25 500 « emplois métropolitains supérieurs », contre près de 20 000 à Rennes. Ces chiffres ont progressé respectivement de 29 et 39 % en dix ans, beaucoup plus vite que la moyenne française. Yves Pérennou Emmanuel Guimard Paroles de néo-Rennais « Bien aidé pour trouver un job » Diplôme en poche, Laurent a choisi Rennes pour chercher son premier poste d’ingénieur, plutôt dans l’agro-alimentaire. Ce Parisien ne connaissait pas la ville, mais il ne regrette pas son choix. Arrivé il y a deux mois, il juge la cité très vivante grâce à sa population d’étudiants. Dans sa recherche d’emploi, il se sent « sécurisé par les structures d’accueil et d’orientation ». Pour un demandeur d’emploi de 26 ans, le budget est serré. Laurent goûte donc le café à 1,20 euro et les prix modérés de l’alimentaire : « J’ai des amis parisiens qui rament avec le même budget que le mien. » Confiant et entouré, il pense trouver un emploi dans les six mois. Paroles de néo-Nantais « Les prix nous ont étonnés » En 2002, ils ont quitté paris et leur emploi. Les raisons de Jean-Michel et d’Olivia : « Un ras- le-bol de Paris, la recherche d’une ville culturelle, près de la mer et de la campagne… » « Nous avons vendu un 64-mètres carrés pour une maison de 110 mètres carrés avec un remboursement inférieur, se félicite Jean-Michel, ex-responsable qualité d’un groupe de logistique. Nous pensions acheter plus grand, mais nous avons été étonnés par les prix. » Et si le budget nourriture a baissé de 10 %, « il faut compter sur des salaires inférieurs de 20 % », constate Olivia, journaliste. Parmi les dépenses imprévues, le couple a dû acquérir une seconde voiture, les transports en commun étant parfois insuffisants . Challenges : (voir le site)

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons