Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Communiqué de presse -
Question de Michel Hunault, député de Loire Atlantique, à M. Gilles de Robien, Ministre de l'Education Nationale
Michel Hunault, député de la 6e circonscription de Loire Atlantique, nous a transmis cette question écrite à M. Gilles de Robien, Ministre de l'Education Nationale.
pour Oui au breton le 9/12/06 9:31

Michel Hunault, député de la 6e circonscription de Loire Atlantique, nous a transmis cette question écrite à M. Gilles de Robien, Ministre de l'Education Nationale.

Michel Hunault attire l'attention de Monsieur le Ministre de l'éducation sur l'enseignement des langues régionales et minoritaires et plus particulièrement sur l'enseignement bilingue en Bretagne.

Certains enseignants bilingues affectés dans les écoles maternelles et primaires bretonnes n'ont pas perçu de traitement à l'automne 2006 et ont été dans certains cas contraints de cesser leur travail.

Les parents d'élèves de ces écoles attachés à l'enseignement bilingues se sont mobilisés sur le terrain pour défendre ces enseignants qui le plus souvent sont contractuels au sein de l'éducation nationale et sont soumis à une certaine précarité.

Quelles mesures concrètes entend prendre le gouvernement pour garantir l'enseignement des langues régionales et minoritaire et assurer un statut décent aux enseignants bilingues ?

Rappelons qu'en octobre dernier, l'enseignante bilingue contractuelle nommée sur la maternelle de Lorient Merville avait cessé le travail faute d'avoir touché son salaire. Le site Oui au breton révélait qu'en Bretagne, les contractuels de l'Education Nationale (enseignants du 1er et 2nd degré et personnels administratifs, de plus en plus nombreux au fil des ans) n'ont touché que fin octobre une avance sur salaire (sic) alors qu'ils étaient en poste depuis la rentrée, et pour une bonne part sur des contrats renouvelés d'année en année.

Cette pratique des services de l'Etat, que le code du travail interdit dans le secteur privé, n'est pas une exception, mais bien la rêgle depuis de nombreuses années. Faut-il développer sur les conséquences personnelles pour les personnes concernées ? Des salariés de l'Etat obligés d'emprunter de l'argent à leurs voisins, leurs amis... pour pouvoir vivre alors qu'ils travaillent sans toucher leur dû ! Plusieurs situations de détresse avaient été signalées sur notre pétition en ligne pour soutenir les parents des écoles de Bulat-Pestivien et de Languidic qui demandaient (et demandent toujours) l'ouverture de classes bilingues dans leur école. (voir le site)

18 octobre 2006 : Je viens de lire ce que dit dans Ouest France l'inspecteur d'académie du Morbihan. Je suis outrée par tant de mauvaise foi. Moi aussi, je suis suppléante et je n'ai pas été payée. AUCUN SUPPLEANT N'A ETE PAYE ! On se tait parce qu'on a besoin de notre travail pour vivre et que même un salaire de misère, c'est mieux que pas de salaire du tout. C'est scandaleux ! Je suis solidaire des enseignantes de Merville, et des parents de toutes ces écoles qui demandent que l'administration fasse son travail correctement et respecte le droit.

20 octobre 2006 : Bonjour, j'ai lu les articles sur l'institutrice de Lorient qui a donné sa démission parce qu'elle n'était pas payée. Je suis dans le même cas qu'elle et ce soir, c'est une maman d'élève qui est venue me voir parce qu'elle sait que j'ai des difficultés avec mon enfant. Cette maman m'a prêté 20 euros pour passer les prochains jours. Voila. C'est bien de le dire parce que ce n'est pas normal qu'on soit traité comme ça. Je soutiens les parents de Bulat Pestivien et de Languidic et j'espère qu'ils arriveront à obtenir une classe de breton pour leurs enfants.

21 octobre 2006 : Je laisse un message sur cette pétition parce qu'un ami m'a parlé de ce site. Je suis vacataire dans le second degré et je n'ai pas été payé depuis la rentrée. Autour de moi, j'ai plusieurs amis qui sont dans le même cas. J'ai l'impression que les syndicats d'enseignants s'en fichent... et ce site est le premier à ma connaissance à en parler. Pourquoi tout le monde se tait ? Je ne savais pas qu'il existait des classes de breton comme ça à l'école publique. Je trouve ça super ! Il faut que les parents obtiennent ce qu'ils demandent. C'est normal. Nous, on aimerait bien aussi être payés...

Nous attendons la réponse du Ministre avec intérêt.

Le site Ouiaubreton continue sa campagne pour l'ouverture de 70 nouvelles classes bilingues dans les cinq départements bretons à la rentrée 2007. (voir le site)

Cet article a fait l'objet de 1211 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons