Que se passe-t-il en Corse ?
Communiqué de presse de Douar ha Frankiz

Publié le 10/03/22 21:59 -- mis à jour le 11/03/22 08:42

Yvan Colonna, militant nationaliste corse incarcéré depuis 2003, a été victime d'une tentative d'assassinat à la prison d'Arles dans le sud de la France le mercredi 2 mars.

Depuis, des actions sont menées sur l'île, un ferry transportant du matériel de gendarmerie et quelques gendarmes a été bloqué et empêché de débarquer, lundi 7 mars. De nombreux lycées sont bloqués en Corse et dans la nuit de dimanche à lundi, une maison en construction a été détruite à Linguizzetta, des tags contre les Français retrouvés sur place. Le 6 mars c'est toute la Corse nationaliste qui s'était donné rendez-vous à Corte, capitale historique de l'île et ville étudiante aussi emblématique que contestatrice. Plus de 15 000 manifestantes et manifestants ont tenu la rue toute la journée, de nombreux affrontements se sont aussi cristallisés sur les barrages et murs anti-émeutes des forces de répression française. Mardi et Mercredi des manifestations avaient lieu avec une forte mobilisation de la jeunesse qui subit une répression forte de la part de la police qui tire au LBD (6 blessés).

Dans la journée du 9 mars Jean Castex a levé le statut DPS "détenu particulièrement signalé" de Yvan Colonna pour calmer la situation, ce qui n'a pas empêché de nouvelles émeutes dans la nuit du 9 au 10 mars. Selon la préfecture, il y a 23 CRS et 3 civils blessés, le Palais de justice d'Ajaccio a également été incendié dans la nuit.

​ Les manifestant.e.s ont réclamé qu'une enquête apporte la vérité sur ces faits et que les prisonniers corses soient incarcérés en Corse. Il s'agit d'une revendication portée par le peuple corse depuis des années et également par le conseil exécutif de l'île. On entend aussi dans les manifestations une revendication pour la libération de tous les prisonniers politiques corses.

Yvan Colonna est un berger corse, accusé depuis 1999 de l'assassinat du préfet Erignac, seul préfet français de l'histoire de la 5ème république tué par un attentat.

​ En cavale de 1999 à 2003, il est finalement arrêté en Corse, pays qu'il n'avait jamais quitté malgré la traque de toutes les polices françaises quadrillant l'île à sa recherche.

Il a aujourd'hui 61 ans et est en prison depuis 19 ans.

Nous tenons à exprimer notre soutien à Yvan Colonna et à sa famille, au peuple corse ainsi qu'à tous les prisonniers politiques et à leurs familles.

Nous soutenons les revendications portées par le mouvement nationaliste corse et nous appelons les Bretonnes et les Bretons à exprimer leur solidarité. De la Bretagne à la Corse, luttons pour l'indépendance !

Un rassemblement aura lieu dimanche 13 mars à 14h devant la prison des femmes de Rennes.

Douar Ha Frankiz - Pour une Bretagne libre

Ce communiqué est paru sur Douar ha Frankiz

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 2 commentaires
Pierre robes
2022-03-12 15:20:35
Solidarité des bretons à yvan colonna prisonnier politique corso-breton et à toute sa famille. Ainsi qu'au peuple corse, à la petite nation qui subit l'état colonialiste français depuis le grand indépendantiste corse Paoli.
Solidarité aussi avec les 2 autres corses emprisonnés et tous les prisonniers politiques des prisons françaises.
La prison de Rennnes est une prison coloniale où le droit international est bafoué.
(1) 
goulven le tanter
2022-03-15 18:10:07
Douar Ha Frankiz - Pour une Bretagne libre, je ne pense pas que cela arrivera un jour, les Bretons ne sont pas assez déterminés, trop Français le Breton et pourtant il pourrai prendre exemple sur les Corses, mais rien n'arrivera en Bretagne , et pour preuve, 60 ans qu'ils reclament le retour de Liger Atlantel, toujours rien, mais ils continuent tous à y croire.
Sur ceux Kenovo.
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.