Pour le Parti Breton rien n'est résolu et les revendications doivent s'élargir

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 30/10/13 19:12 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
31858_1.jpg

La décision du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de reporter l'application de l'écotaxe ne change rien, il s'agit simplement d'une reculade temporaire qui laisse les problèmes entiers.

Pour le Parti Breton la mobilisation doit se poursuivre et même s'élargir. L'abandon total de l'écotaxe est un objectif immédiat mais au-delà il s'agit bien d'avancer vers des réformes globales dans les rapports entre l'Etat central et l'ensemble de la Bretagne, du Finistère à la Loire Atlantique.

Dans la situation difficile que connaît la Bretagne, le Parti Breton se réjouit que les forces vives de son territoire se réunissent pour affirmer leur volonté de faire changer les choses et de mettre fin au contrôle destructeur du pouvoir jacobin et de la technocratie parisienne.

Cela se situe dans la droite ligne de son action depuis sa création dont l'aboutissement ne peut être que la création d'un véritable pouvoir breton sans lequel la Bretagne ne pourra réussir.

Gérard Guillemot

Secrétaire Général du Parti Breton


0  0  
mailbox
imprimer
Vos 2 commentaires
Marcel Texier
Mardi 25 janvier 2022
Nous devons sans cesse rappeler, sans agressivité mais fermement, que la Bretagne n'est pas une "région", pas plus qu'une "province" comme la Touraine ou l'Auvergne, mais un pays qui est né à côté de la France, et s'est constitué parallèlement à elle et souvent contre elle.
Ce pays, aussi indépendant que l'était le Danemark face aux pressions de la Ligue Hanséatique, a été envahi en 1488 et 1491 par un ignoble soudard du nom de Charles VIII. Ce triste personnage ne voulait pas d'ailleurs en rester là. Dès 1494, il pénètre en Italie, le but étant de s'emparer du Royaume de Naples, sur lequel ce Charles VIII prétendait avoir des droits. Cette intervention sera le point de départ de plus de soixante ans de guerres qui vont dévaster la Péninsule et mettre fin à la période la plus brillante de son histoire. Dieu merci, les Français ont fini par se faire "virer" d'Italie (Traité de Cateau-Cambrésis, 2 et 3 avril 1559), mais nous, nous sommes toujours sous la coupe de Paris ! Il serait temps, calmement, entre gens de bonne compagnie, de remettre les choses à plat !
(0) 
Ed Du
Mardi 25 janvier 2022
C'est vrai, la Bretagne n'est ni une région ni une province de France, que l'on y parle Français, Gallo ou Breton. Tout n'est qu'une question de conscience de ce Pays. Y'a du travail pour faire comprendre ce fait inexorable.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.