Pour l'emploi et contre les taxes inutiles : le vote breton
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 29/10/13 20:23 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement recule face à la révolte bretonne mais le combat n'est toujours pas gagné. L'économie bretonne est dévastée et n'a pas la possibilité d'entamer quelque mutation dans la machine France.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

L'écotaxe n'étant pas annulée, il est important de rappeler son inutilité. Le but principal de l'écotaxe serait de développer d'autres moyens de transports en incitant les unités de production à réduire leurs émissions polluantes en les pénalisant. Or :

- Le développement d'autres réseaux de transports (cabotage, ferroviaire…) n'est lié qu'à des décisions politiques courageuses : le retour de nos impôts pour des investissements en Bretagne alors que l'Ile-de-France procède à la réquisition de nos subsides ; un aménagement du territoire et un développement des infrastructures de communication et de transports pour la Bretagne. Pour tout cela, il faut décider en Bretagne ;

- Si taxe il y a besoin, plutôt que de pénaliser nos entreprises, prônons des circuits plus courts en appliquant notamment une TVA plus forte encore aux produits hors CEE. C'est la meilleure façon de relocaliser l'emploi.

Pour ce faire et face aux décisions telle l'écotaxe décidée unanimement par le PS-EELV et l'UMP, il y a une Bretagne à construire dans une autre Europe, plus pertinente et plus unie, celle des nations s'émancipant des Etats prébendiers.

Concernant les faillites de nos entreprises, il en va de même. Et surtout que personne ne se laisse piéger par le faux discours écologique et diviseur d'EELV : si des moyens de productions néfastes pour l'environnement se sont développés dans nos sociétés occidentales et particulièrement en Bretagne, c'est parce que des gens devaient survivre dans cette économie de marché et la situation périphérique dans laquelle la France nous place. Il y a de gros profits pour une minorité dans un système économique inhumain mais cela ne justifie pas d'accepter de ruiner la vie de femmes et hommes, salariés de ces entreprises, ainsi que leur famille. La Bretagne au sortir de la guerre a dû nourrir la France et il fut bien trop tentant de sortir de l'exclusion des marchés par cette voie. C'était une question de vie ou de mort.

Nous écrivions récemment à ce sujet : « On a parlé dans le passé de modèle agricole breton. Il apparaît clairement que les Bretons n'ont eu aucun choix à l'époque. Il n'y a pas de modèle agricole breton mais un geste de survie correspondant à la fois à la demande de l'Etat de nourrir la France au lendemain de la guerre. Nous ne pouvions que faire correspondre les deux dans la crise de l'époque. Le combat du CELIB combiné aux attentats du FLB ont porté la voix des Bretons face à un Etat qui a fini par céder : il nous a laissé financer notre réseau routier et brûler notre terre pour respirer quelques instants.

Désormais, quelles sont nos orientations de productions, quels sont nos marchés, nos infrastructures, notre logique d'aménagement du territoire... ? Qui portera aussi la voix de la Bretagne à l'Europe alors même que des nations émergent et dessinent une nouvelle Europe ? »

Au-delà de la réussite de la manifestation du 2 novembre à Quimper, cette union des intérêts bretons doit aboutir à l'unique solution pour sortir de l'impasse : le vote breton. Plusieurs nations d'Europe l'ont déjà compris, à nous de jouer.

Pour Vannes 2014,

Bertrand Deléon

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 2 commentaires
  Lukaz Seznec
  le Mardi 29 octobre 2013 22:32
Pertinent, presque évident. Après les printemps arabes avortés ou confisqués, quid de notre automne breton? Les prochaines semaines seront passionantes et déterminantes pour notre nation qui a déjà retrouvé quelques couleurs au travers de sa colère.
(0) 
  marchand fabienne
  le Samedi 2 novembre 2013 12:58
je vote pour la manifestation des bretons et je m'insurge contre la disparition de tous ces emplois surtout que l'entreprise se porte bien et fait des bénéfices c'est scandaleux
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.