Politique linguistique en pays basque Nord : première leçon
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 2/02/14 12:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

La revitalisation linguistique en pays basque Sud a prouvé son efficacité. En pays basque nord, Miren Artetxe dresse un premier bilan sévère.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Miren avec beaucoup d'humour, conclut la première partie de sa présentation par la photo d'un poisson tournant dans un bocal ...

Pour la Bretagne, quelle illustration correspondrait, quand on sait que 13% des enfants basques sont scolarisés en immersion avec les écoles Seaska, sur un demi-département et 1% seulement à Diwan ?

Miren travaille actuellement à l'Université de Bilbao sur les parcours d'identité des jeunes Basques à travers le chant d'improvisation en basque, le bertsulari, qui touche 20 000 jeunes en classe et 7000 en dehors de l'école. Nous diffuserons sa conférence en plusieurs parties.

Venue à l'occasion du festival Taol Kurun, elle a aussi communiqué ses recherches lors d'une journée d'étude à l'Université de Rennes 2 et à 120 lycéens Diwan de Carhaix.

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.