Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Dépêche -
Plaidoyer pour un musée Pinault en Bretagne
Le grand chef d'entreprise breton François Pinault a annoncé que, par lassitude devant les obstacles administratifs ou autres, il abandonne son projet d'implantation de sa Fondation dédiée à sa collection d'Art contemporain sur le site de l'Île Séguin, à Paris. Et si c'était une bonne nouvelle pour la Bretagne Occidentale ?
Ronan Le Flécher pour Mécenat Bretagne le 13/05/05 18:26

Le grand chef d'entreprise breton François Pinault a annoncé que, par lassitude devant les obstacles administratifs ou autres, il abandonne son projet d'implantation de sa Fondation dédiée à sa collection d'Art contemporain sur le site de l'Île Séguin, à Paris.

Et si c'était une bonne nouvelle pour la Bretagne Occidentale ?

Certes, François Pinault a acheté le magnifique Palais Grassi, à Venise, où plusieurs centaines d'œuvres de sa collection – l'une des plus grandes au monde – seront exposées.

Pour autant, cette collection est si riche, si abondante, si diverse que tout est possible encore.

Prenons l'exemple de la Fondation Guggenheim. Elle a son implantation majeure à New-York. Elle a aussi un musée à Venise, sur le Grand Canal, en face justement du Palais Grassi. Et elle a aussi – et c'est l'important de notre point de vue breton – l'extraordinaire Musée Guggenheim de Bilbao, dans le Pays Basque espagnol, conçu par le fameux architecte Gehry.

Pourquoi Bilbao a-t-elle été choisie ? Ville industrielle déclinante, sans atout particulier, sans avenir radieux, loin des grandes métropoles attractives du pays, presque résignée, Bilbao a voulu ce musée, appuyée par le gouvernement régional basque. Et cette formidable volonté a permis à cette non moins formidable idée, presque incongrue tant elle paraissait décalée par rapport à l'image même de l'agglomération et à sa situation économique, de prendre corps et de se transformer en formidable miracle. Miracle culturel et artistique, miracle de fierté retrouvée, miracle social, miracle d'attractivité mondiale, miracle économique.

Brest n'est pas Bilbao. Mais François Pinault est breton quand la Fondation Guggenheim est américaine. Il ne rechigne pas à déclarer son attachement à la Bretagne même si, jusqu'à présent, il l'a surtout exprimé à travers son soutien sonnant et trébuchant au Stade rennais…

Si Brest n'est pas Bilbao, la Bretagne et le Pays Basque ont bien des points communs. Les deux régions sont peut-être celles qui, en Europe, développent le plus fort sentiment d'appartenance à une communauté cimentée par une non moins forte identité culturelle, patrimoniale, socio-économique … pour ne pas dire par un patriotisme régional dont l'heureux pendant est son ouverture sur les autres régions d'Europe.

La Bretagne doit sensibiliser François Pinault et le convaincre de l'exceptionnelle chance que serait pour elle le choix symbolique, emblématique, ambitieux et porteur de progrès d'accueillir un "Musée Pinault", conçu par un architecte prestigieux, pôle culturel d'audience européenne. Et le symbole n'aurait toute sa force, l'ambition tout son sens, le progrès toute son influence, l'emblème tout son éclat que si Brest était le site choisi.

Brest en a envie, Brest en a besoin : son choix serait le plus pertinent et le plus rayonnant. François Pinault n'y serait pas insensible.

Mécénat Bretagne

Robert Lascar

Patrick Monéger

Philippe Chrétien

Jean Bannier

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons