Patrimoine en danger à Belle-Ile-en-mer : le Magasin de la Seigneurie, appelé aussi Grenier Fouquet, est menacé de destruction

-- Patrimoine --

Communiqué de presse de Union Belliloise pour l'Environnement et le Développement
Porte-parole: Jean DAUMAS-BEDEX

Publié le 2/10/08 12:13 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Magasin de la Seigneurie :


Place de la République, au Palais, un bâtiment attire le regard avec son toit de 40 m de long et de 1000 m2 de surface. Le grenier de ce bâtiment est un ancien grenier public, appelé au XVIIIe siècle « Magasin de la Seigneurie ». Il comporte 17 fermes en chêne espacées de 2,20 m, dont le faîte culmine à 8 m au-dessus du plancher des combles. Les deux façades donnent l'une sur la rue Carnot, place du marché, l'autre sur une ruelle de 3,60 m de largeur, la rue de la Manutention. Son toit est très nettement visible de la Citadelle, monument historique.

Ce grenier fait partie du patrimoine de Belle-Île :

Ce grenier, espace mémoire à plusieurs titres, constitue comme la Citadelle et la Belle-Fontaine, un fleuron du patrimoine. Construit vers 1684-1685, il figure depuis 1986 à l' « Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France – Morbihan - canton de Belle-Ile-en-Mer » (Imprimerie nationale 1978), avec cette mention : « L'édifice actuel, tant par sa situation et son plan que par ses caractéristiques stylistiques, peut être identifié comme le Magasin de la Presse appelé ensuite Magasin de la Seigneurie. Ce serait donc avec le Pavillon Fouquet l'un des seuls témoins de l'intervention de Fouquet dans l'île »

En 1765 le Magasin a abrité les Acadiens nouvellement débarqués. Lors de la venue d'une délégation acadienne de Moncton, en souvenir des 78 familles acadiennes abritées un temps dans ce grenier à leur arrivée sur l'île en 1765, la plaque commémorative avait été apposée en présence des représentants de Belle-Ile Acadie, Racines et Rameaux français d'Acadie, Amitiés acadiennes.

Il y a une dizaine d'années, le préfet, le sous-préfet et le conseiller général de l'époque avaient visité l'ancien magasin à vivres. A ce propos, Ouest France évoquait ces « mille mètres carrés de toute beauté, restés en l'état, à l'abri de l'usure du temps, chargés de tant d'histoire », et qui « méritent une autre destinée que d'être transformés en studios meublés pour la saison touristique ». Les « officiels » étaient repartis convaincus et promettant une visite des représentants de la DRAC.

Ce grenier est menacé de destruction :

Un permis de construire modificatif a été délivré le 21 juillet 2008 à un promoteur, permettant la destruction de ce grenier pour créer à son emplacement 14 logements destinés à la location ou à la vente. Ce permis modificatif fait suite à un premier permis accordé par la précédente municipalité en août 2007.

Le permis a été affiché dans la petite rue étroite, non commerçante et peu fréquentée. Beaucoup de Bellîlois n'ont donc pas vu cet affichage - en date du 21 juillet 2008 - période où chacun est très occupé par la saison touristique - et ont découvert par hasard, comme l'Union Bellîloise et Avenir et Sauvegarde de Sauzon, ainsi que la société Historique et l'association Belle-Ile - Acadie, l'existence de ce projet, puis sa nature exacte.

Le projet du promoteur

Le toit actuel est démoli. Les 17 fermes d'origine en chêne sont enlevées. Un nouveau toit appuyé sur 8 nouvelles fermes en lamellé-collé abrite 14 logements en duplex. La façade rue de la Manutention est remontée d'un niveau. Au-dessus de ce niveau une terrasse est créée sur laquelle s'ouvrent les grandes baies du deuxième niveau. Il ne reste près du faîte qu'un petit morceau de toit percé de grands velux®. La couverture du niveau haut est en… zinc, les menuiseries en aluminium, les garde-corps en acier, les terrasses des logements sont séparées par du verre dépoli etc.

Les deux associations (Union Bellîloise pour l'Environnement et le Développement et Avenir et Sauvegarde de Sauzon) ont déposé auprès du maire du Palais un recours gracieux lui demandant d'annuler ce permis. Des courriers et demandes de rendez-vous ont été émis par l'association Belle-Ile Acadie et la Société Historique.

Une pétition a déjà recueilli un nombre important de signatures de Bellîlois.

Photos sur le site de l'Union Bellîloise : (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1468 lectures.
mailbox imprimer
L'Union Bellîloise pour l'Environnement et le Développement regroupe tous les habitants de Belle-Île-en-Mer, permanents ou temporaires, soucieux de préserver sa personnalité économique, démographique et esthétique. Elle s’applique, en particulier, à la protection des sites, des paysages, de l’environnement et des traits caractéristiques de l’habitat. Elle s’attache à promouvoir le développement équilibré de l’île, l’emploi et les ressources de sa population, ainsi qu’à défendre et améliorer la qualité de vie, en oeuvrant notamment pour la préservation de conditions normales de fonctionnement et de gestion de la desserte maritime entre l’île et le continent. Elle s’intéresse à l’usage des deniers publics, à la sécurité, et veille à ce que le fonctionnement et la gestion des transports,
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.