-- Histoire de Bretagne --

Nantes. La conférence d'histoire de Bretagne, 'De Brest à Nantes' par J.-J. Monnier et O. Caillebot. Reportage

Reportage de Nantes Multimédia (porte parole Maryvonne Cadiou) publié le 31/05/17 19:06

Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (53 photos)

Photos venues. Texte revu et complété

Extraire 1 h 30 de conférence de leur double DVD de 5 h 40 sur l'histoire de Bretagne est une opération délicate à laquelle Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot sont bien habitués et dans laquelle ils sont devenus experts depuis qu'ils tournent en Bretagne. Ils sont même allés en Pologne !

Tout a commencé pour eux en 2012 avec leur première oeuvre le livre d'«Histoire de la Bretagne pour tous» accompagné de 4 CD. Voir plus bas leurs 8 interventions cette année-là, sauf oubli.

(voir ABP 42242) pour l'annonce de cette conférence à Nantes, intitulée «De Brest à Nantes», par Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot, auteurs du DVD « Connaissance de la Bretagne des origines à nos jours ».

Nous allons la raconter, en images commentées aussi. Ceci est une tentative, longue à finaliser, pour donner le ton de leur conférence à Nantes. Sur ABP il y a beaucoup d'annonces mais pas de reportages, à notre connaissance. Nous demandons que les auteurs excusent les lacunes, les lecteurs ne distingueront pas toujours ce qui est du tandem, ce qui est de la rédactrice, mais toujours dans le sujet, pour parfois un plus, non dit par manque de temps... Nous invitons tous les habitants de Bretagne à aller les écouter, ils sont passionnants.

L'adaptation du discours au lieu

Les conférenciers émaillent leur discours d'un choix d'événements et d'images au lieu où ils se trouvent. C'est ce qui rend la conférence sur l'Histoire de la Bretagne si particulière.

Ils invitent un ou des chanteurs du coin ! pour renforcer l'idée de local. C'est Armand Tosser - de Tosser Tad ha Mab quand il chante avec son fils en kan ha diskan - qui fit les intermèdes musicaux en chantant a cappella trois chansons en breton, dont évidemment la Gwerz Pontcallec puisque c'est à Nantes, place du Bouffay qu'on lui trancha la tête à la hache. Jean-Louis Jossic avait été invité aussi mais il n'a pas pu venir pour raison personnelle.

Reprenons le texte de Hubert Chémereau (voir ABP 36700) qui présente très bien le déroulement de la conférence.

« Le principe est connu : on revoit une histoire de Bretagne bien charpentée sous la forme d'un dialogue entre Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier. Des projections d'images et de vidéo viennent en appui. Et surtout des chanteurs locaux viennent apporter à intervalle régulier une illustration sonore avec des chants issus de la tradition orale qui viennent illustrer des épisodes précis de l'histoire, des Bonnets rouges aux sardinières de Douarnenez en passant par Pontcallec ».

« La conférence spectacle et le coffret DVD sont deux moyens complémentaires pour mieux se réapproprier l'histoire de la Bretagne, dont on découvrira encore de nouvelles facettes. À la fois sérieux et agréable. Pour tous ».

« Il s'agit d'un vrai spectacle qui s'adresse à tous. Il est maintenant enrichi d'images d'archives collectées lors de la réalisation du double DVD Connaissance de la Bretagne, édité en novembre dernier ».

Le reportage

[Nous y avons mis beaucoup de liens actifs directs vers wikipédia pour vous permettre d'approfondir les sujets traités car tout ne peut être dit en 2 heures].

Les conférenciers remercient tout d'abord le public, l'organisation et la technique. Ils rappellent que cette intervention est la 84e, qu'ils ont commencé par des émissions de radio ensemble en 2006, ce qui a débouché sur la publication du livre audio, avec 4 CD, (ph. 46 et ph. 49) présenté au château de Nantes en avant première (1).

«La Région Bretagne a demandé des images... d'où son aide pour la publication du DVD (double). Pour les lycéens a commencé à la télévision la diffusion de séquences le mercredi à 20 h. Si ça passe à la télévision, c'est qu'il y a de la demande. S'il y a un public c'est parce qu'on n'apprend pas l'histoire de Bretagne en classe ».

« Nous avons utilisé ce gros livre de 900 p. (ph. 47). qui a été notre bible pour le travail audio-visuel » (2) : (voir le site) pour sa page sur le site de l'éditeur Skol Vreizh.

Les temps très anciens

Photos 3 à 10

La première trace de la Bretagne date de 700.000 avant Jésus-Christ. Vers 450.000 ans av. J.-C. le feu avait été découvert, en Bretagne, à Menez Dregan en pays bigouden (3).

La revue ArMen vient de publier sur un trésor de 14.000 ans découvert à Plougastel au pied du Rocher de l'Impératrice (4).

En (ph. 5) le Cairn de Barnenez en Plouezoc'h. « Il est plus ancien que les pyramides d'Égypte puisqu'il date d'environ 4.500 ans (néolithique). Il est assez peu connu, il est signalé dans des guides touristiques étrangers, pas vraiment dans les guides en français... Depuis qu'il est montré à la TV le nombre de ses visiteurs augmente ».

« Un cairn est un amas de pierres sèches, on trouve le mot en racine dans Carnac, Carnouët. Ils n'ont pas encore révélé tous leurs secrets. Il y a le Tumulus de Tumiac en presqu'île de Rhuys. Les menhirs sont plus tardifs ».

Puis vint l'âge du bronze. « Les haches à douille jouèrent le rôle de monnaie. Puis arriva un temps où elles ne valurent plus rien [une autre monnaie d'échange a dû être trouvée]. On en trouve des caches dans des jardins... » (ph. 6).

« C'est comme si, au moment du passage en euros, vous aviez gardé des Francs au lieu de les échanger à la banque. Ils ne vaudraient plus rien maintenant ! »

En (ph. 7) : une statue photographiée in situ, trouvée près de Callac, exactement à Saint-Symphorien en Paule (5).

Elle a inspiré un luthier (voir le site) où nous avons trouvé l'explication la plus précise : « La lyre dite de Paule (IIIe- IIe siècles avant notre ère) : reconstituée d'après une statue de granit de 48 cm de haut, trouvée à Saint-Symphorien en Paule (collection du musée de Rennes). Ce statuaire représente un personnage (probablement un barde) portant un torque (collier) et tenant devant lui un instrument à 7 cordes. C'est l'une des très rares représentations connues de lyre gauloise, exception faite de quelques monnaies sur lesquelles figurent d'autres profils de lyres plus ou moins similaires ».

En (ph. 8) la carte des peuples celtes jaune-orange à l'époque romaine.En vert zones de forte concentration de mégalithes. Les rivages supposés en gris au VIIIe siècle av. J.-C. : la chaussée de Molène n'est qu'une seule île. En noir au Ier siècle av. J.-C. : les Glénan sont groupés aussi.

En (ph. 9) : Noms celtiques de Bretagne armoricaine. Ce sont, dans toute la Bretagne : Vitré, Béré, Rezé, Guérande, Héric, Redon, Le Sourn, Quintin, Hanvec, Bénodet et Audierne.

Tous les noms de fleuve viennent du celtique : Isara (la sacrée) devient l'Yerres à l'Ouest, l'Isac en gallo, l'Izer en Flandre, l'Isère du Dauphiné, l'Ill à Strasbourg, l'Ille à Rennes. L'Oust vient du celtique Ulto, qui donne aussi le Lot.

En (ph. 10) : Le Temple de Mars (Courseul) est un vestige romain de tradition gauloise des Côtes-d'Armor, construit vers le milieu du Ier siècle apr. J.-C.

Voyant les Romains faire une incursion palpable dans leur conférence, Jean-Jacques en profite pour dénoncer :

« Dans les livres d'histoire, il n'est question que de l'Orient, de la Grèce et de Rome... et rien d'autre, alors quelle école... » [Nous ajouterons qu'il n'existait aussi à l'école que les mythologies grecque et romaine... Et les mythologies celtique et nordique ? Il a fallu les ignorer longtemps avant de les découvrir par soi-même ou pas du tout...].

Le Moyen Âge

Photos 11-14 et 16-18

Puis il y eut les conquêtes anglo-saxonnes. Les légendes fleurirent des deux côtés de la Manche, comme celles du roi Arthur et de Tristan et Iseult.

Sur fond de la nef du roi Marc, (ph. 11-12), Armand Tosser chante alors en breton : Maro eo ma mestrez (Ma bien-aimée est morte) qu'il a choisie en relation avec la mort d'Iseult, même si l'on n'en connaît pas l'origine. (voir le site) très bien documenté sur les chansons bretonnes avec les paroles et traduction.

«Me am eus ur feuntenn / E-barzh kornig ma jardin.»

«Ennan e vin kavet, / Deus an noz hag an mintin»

«Ennan e vin kavet / Atristet gant ar glac'har,»

«Soñjal e ma mestrez / A zo aet d'an douar».

J'ai une fontaine / Dans un coin de mon jardin

Là, vous me trouverez / Le matin comme le soir

Là vous me trouverez / Pétrifié de chagrin,

Pensant à ma bien-aimée / Qui a été mise en terre.

« Le breton une langue orale ? » ; « Non », continue Jean-Jacques en réponse à Olivier. « Il a été écrit bien avant le français » et la (ph. 13) est celle d'un manuscrit en breton du début du Xe siècle conservé aux Pays Bas.

En (ph. 14) la carte des Royaumes du temps de Charlemagne. Le sien allait jusqu'aux Marches de Bretagne. D'ailleurs son neveu Roland [celui qui a appelé à l'aide dans les Pyrénées au col de Roncevaux en sonnant du cor, vous vous souvenez de la classe de 4e ?], était le Comte Roland de la Marche de Bretagne. La Marche était la zone fortifiée qui visait à contenir les Bretons [mais ça on ne nous l'a pas dit...].

Il signale ensuite que c'est en Loire-Atlantique qu'il y a le plus de noms de lieux d'origine bretonne. Ce département est plus marqué en breton que l'Ille-et-Vilaine (ph. 15) de la couverture du livre.

Les Vikings et leurs ravages en Bretagne. Dans la cathédrale de Nantes où la population s'était réfugiée, ce ne furent que meurtres et incendies (ph. 16). C'est Alain Barbetorte, mort en 952, qui en délivra Nantes en 937. En (ph. 17) nous ajoutons la plaque commémorative de l'action de Barbetorte à Nantes, bien mal placée (cours des 50 Otages, rue du Pré Nian) et qui aurait besoin d'un nettoyage et d'un éclairage le soir...

Le temps des envahisseurs Normands arriva. Le roi de France leur donne la Normandie. Ils sont moins violents que les Vikings, certains se marient sur place.

Le duc de Bretagne Pierre de Dreux ou Pierre Ier de Bretagne (ph. 18) a les hermines dans son blason.

C'est en Loire-Atlantique que le plus de villes ont un blason herminé, ancien ou récent. [La Ville de Nantes a abandonné le sien pour un logo...].

La Loire-Atlantique était riche, grâce à l'Or blanc. Les familles qui possèdent des salines sont les plus riches. En été mieux valait boire du vin (on faisait peu de cidre) que de l'eau douce, croupie souvent et qui donnait la dysenterie. C'est par hygiène que les Bretons se sont mis à boire du vin.

La Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier est une guerre européenne avant l'heure. Le 28 juillet 1488 : 8.000 morts en 4 heures ; en 1914 : 2.000 morts par jour.

Le duc d'Orléans, futur Louis XII, a fait la bataille du côté des Bretons. [Ce n'est pas parce qu'il était spécialement pro-Bretons mais parce qu'il voulait combattre le roi de France Charles VIII et surtout la régente sa soeur, Anne de Beaujeu ou Anne de France qui le dominait. Charles VIII fut roi à 13 ans]. François II, le père d'Anne de Bretagne, mourut un peu plus d'un mois après la défaite des Bretons et leurs alliés, à 53 ans.

La Renaissance

L'émission de Stéphane Bern en 2014 sur Anne de Bretagne - représentée sur un vitrail à Fougères (ph. 19) - a battu tous les records d'audience.

Le 10 août 1512, (ph. 20) dans un combat contre les Anglais, la Bataille de Saint-Mathieu au large de la pointe, Hervé de Portzmoguer perd la vie dans l'incendie qu'il a provoqué voyant La Cordelière qu'il commandait accrochée par le Regent anglais. De nombreux peintres ont imaginé la scène de l'incendie. Ici par le peintre breton Pierre-Julien Gilbert (1783-1860) en 1838. Des recherches menées par Max Guérout du GRAN (Groupe de Recherches en Archéologie navale) ont été effectuées sur les lieux supposés de la bataille en 1997, 1999 et 2000, mais aucun bateau n'a été retrouvé. (voir le site) tapez Cordelière en recherche sur la page (Ctrl et F).

« Les Français ont rendu honneur à Hervé de Portzmoguer, en baptisant plusieurs bateaux de la Marine nationale, de son nom, mais pas Portzmoguer, Primauguet ! que beaucoup de Bretons considèrent comme un sobriquet ». Des recherches menées par Max Guérout du GRAN (Groupe de Recherches en Archéologie navale) ont été effectuées sur les lieux supposés de la bataille en 1997, 1999 et 2000, mais aucun bateau n'a été retrouvé.

En 1532 au Plessis-Macé, en Anjou près d'Angers « est signé un édit, pas un traité. Qui unit la Bretagne à la France sous François Ier ». Voir Édit du Plessis-Macé.

En (ph. 21) la carte des Activités maritimes bretonnes au XVIIIe et (ph. 22) celle de la densité des populations en 1696. De plus en plus peuplée, de jaune, orange, rouge à marron. La cause en est l'augmentation de la richesse, surtout au nord, grâce au développement du commerce des toiles. Le patrimoine en châteaux et manoirs augmente.

La révolte des Bonnets rouges de 1675, gros plan au Pays bigouden

Photos 23 à 26

En (ph. 23) la carte du Cap Caval, sud-ouest du pays bigouden, où a été élaboré le Code paysan et où la Révolte du papier timbré a été le plus durement réprimée sur ordre du roi.

Le roi Louis XIV a levé de nombreuses taxes supplémentaires (sur le papier timbré, la vaisselle d'étain, les fenêtres - plus elles étaient larges, plus tu payais - d'où le développement de l'insalubrité, etc.) pour payer la construction du château de Versailles, la vie luxueuse mais surtout pour payer ses guerres avec les Pays Bas.

Des révoltes se développèrent. Sur la carte : Quatre étoiles rouges : les châteaux ou manoirs sont assiégés et pillés par les révoltés. Le Code paysan a été proclamé du haut du calvaire-chaire à prêcher de (ph. 24) la chapelle de Treminou : carré bleu, jaune au milieu.

Les répressions. Pour avoir sonné le tocsin et appelé ainsi les paysans à la révolte, six chapelles (rond turquoise) ont été décapitées (ph. 25-26). Des paysans ont été torturés et pendus...

Au XVIIIe siècle

En la (ph. 27-1) la Conspiration de Pontcallec amène son chef et trois de ses meneurs à être décapités à la hache place du Bouffay à Nantes en 1720, gravure sur bois de Jeanne Malivel pour L'Histoire de notre Bretagne de Jeanne Coroller-Danio en 1922.

Armand Tosser chanta alors la Gwerz Pontcallec (La complainte de Pontcallec), composée certainement très rapidement après l'événement :

(voir le site) pour la numérisation par Google du Barzaz Breiz, vol. 2, des chants recueillis par Théodore Hersart de La Villemarqué, p. 151-166 La Mort de Pontcallec (contexte, paroles, traductions...). Et (voir le site) pour l'histoire de Pontcallec, et (voir le site) pour le texte original d'environ 100 couplets dans le Barzaz Breizavec traduction et la partition.

Nous allons nous attarder en images sur le cas Pontcallec, pour montrer le peu de cas qui est fait à Nantes du martyre de Pontcallec. La plaque de Raffig Tullou (ph. 27-2) ayant été détruite (car jugée en mauvais état par un huissier avant des travaux place du Bouffay... ), devait être remplacée par celle de droite (ph. 27-3), légendée sur (voir ABP 23086) : L'ancienne et la nouvelle plaque au marquis de Pontcallec ou Le jeu des sept erreurs ou huit si on considère la forme non fidèle des hermines.

Après protestation, elle fut refaite dans un granit jaune, mais pour qu'elle soit visible, il faudrait la passer au balai-brosse chaque matin. Et surtout qu'elle soit protégée de plots avec chaînes tendues entre. Sinon on y marche, on y gare une moto qui perd de l'huile... Il reste au mur une plaque métallique, détail : (ph. 27-4), souvent taguée, qui rappelle aussi que des Vendéens y ont été exécutés en 1793-94.

La révolution en Bretagne. Survol

Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot continuent à dialoguer.

En la (ph. 28), carte de la formation des départements par le comité de Constitution le 22 septembre 1789. « Le premier projet avait été de diviser géométriquement le territoire en 89 départements, dans le but d'effacer les communautés humaines. Cela a plus ou moins été repris à la Révolution ».

« Les deux premiers morts de 1789 le furent à Rennes en janvier, avant les révoltes de mai et juin ». Ils racontent pour La Rouërie Armand Tuffin de La Rouërie : il est mort de maladie. Il a été exhumé et on a tranché la tête de ce noble.

Il y a eu 150.000 morts pendant les guerres de Vendée. « Les Noyades de Nantes ont été meurtrières aussi. Le responsable Jean-Baptiste Carrier a été exécuté (guillotiné le 16 décembre 1794 à Paris), mais pas ses chefs...».

Au XIXe siècle

Les Terre Neuvas, la Bretagne devient plus industrielle, le train arrive, l'industrie métallurgique, les aciéries, des forges, on fabrique du fer blanc pour les conserves. La Tour à plomb de Couëron.

Entre les deux guerres

Le mouvement artistique des Seiz Breur : (ph. 30-31), et la (ph. 27-1) : Jeanne Malivel.

René-Yves Creston. Reprenons les mots de Hubert Chémereau du Credib sur (voir le site) Port de Saint-Nazaire 1930. L’illustration de la couverture du livre de la CCI de Saint-Nazaire, édité pour faire la promotion du port, avait été confiée à René-Yves Creston. L’artiste a parfaitement restitué l’activité portuaire avec en premier plan le quai charbonnier du bassin de Penhoet. À cette époque le trafic lié à l’importation de charbon gallois générait la moitié de l’activité portuaire. Les cargos de la ligne Cardiff-Saint-Nazaire faisaient alors partie du paysage nazairien. On découvre en arrière-plan un paquebot, qui illustre à la fois les lignes de la Compagnie Générale Transatlantique entre la Bretagne et l’Amérique Centrale et les activités de l’industrie navale.

La guerre de 39-45

L'Occupation, la résistance, l'Opération Chariot à Saint-Nazaire.

René-Yves Creston a reçu du général Montgomery un certificat de service signé au nom de René Creston pour son rôle dans l'Opération Chariot de Saint-Nazaire les 28 et 29 mars 1942 (ph. 32). En effet, il était déjà très engagé dans la résistance avec le Réseau du Musée de l'Homme à Paris. Mais à Saint-Nazaire il a pu, avec l'architecte André Batillat(des Seiz Breur), faire passer en Grande-Bretagne les plans de la base sous-marine que les nazis avaient construite le long du bassin de Penhoet.

En (ph. 33) : l'ancien insigne de l'Amicale des maquisards de la L I (Loire-Inférieure) avec le chapeau des résistants, provenant de Saffré, où il y a eu un très gros maquis pendant la dernière guerre : Maquis de Saffré.

Dans la mairie de Saint-Nazaire (ph. 34 et 35) se trouve encadrée cette affiche (attestée encore en 2008) « Les glorieux FFI de Bretagne ont froid», des Forces unies de la jeunesse patriotique. Elles sont énumérées sur 4 lignes.

Depuis la guerre de 39-45

Devant des chanteurs de Kan ha diskan à Paris, Armand Tosser chante un Kas abarc'h qui a pour titre Tri c'hemener (ph. 36). Un Andro lent, dont Armand marque bien les temps, qui se danse en couple (envoyer en dedans est la figure principale). Il la présente ainsi : «C'est l'histoire de trois tailleurs venus dans une ferme un matin, pour travailler, mais ayant abusé de boisson, ils seront brouettés dehors...».

La (ph. 37) est celle d'une réunion du Celib à ses débuts, dans les années 50. René Pleven, au micro.

Le CELIB, Comité d'Étude et de Liaison des Intérêts Bretons est créé le 22 juillet 1950 à Quimper, par le Breton René Pleven, alors président du conseil (= Premier ministre), qui en devient président jusqu'en 1971, et par Joseph Martray qui en assura longtemps le secrétariat général.

Parmi les grands chantiers bretons de l'époque - l'électrification, le plan routier... il y a l'installation de Citroën à Rennes. Le Celib l'obtient aussi. Sur Usine PSA de Rennes ceci : En 1958 Citroën choisit le site de Rennes pour sa première usine d'assemblage en dehors de la région parisienne, pour profiter de la main d'oeuvre abondante de la région dont les exigences salariales sont moins importantes. [Ndlr c'était sous le direction du Breton de Paris Pierre Bercot qui passait ses vacances en sud Finistère et qui a peut-être rencontré le CELIB].

Fin mai 1968 le Celib, dans le cadre du Plan routier breton, obtient les 4 voies = les voies express ceinturant la Bretagne : RN 12 au nord et la RN 165 au sud. « Ces routes sont gratuites car elles empiètent assez souvent sur les anciennes, et donc il n'y a pas d'autre choix ».

La (ph. 38) : Une grande manifestation en Bretagne en 1967. Les luttes sociales ont commencé en 1968 en Bretagne.

Le renouveau de la musique bretonne. En (ph. 39) Tri Yann illustre le renouveau de la musique celtique. Dans leur collection et sur les DVD, les auteurs en ont sûrement d'autres car le début du renouveau est dû aussi à Alan Stivell qui, sous son nom d'origine d'Alan Cochevelou, a joué à 13 ans trois morceaux en première partie de Line Renaud à l’Olympia qui l'y avait invité, le 16 janvier 1957, à la harpe celtique fabriquée par son père. Pour une très intéressante interview d'Alan (voir le site) du Monde, par Annick Cojean, le 6 mars 2016. « J’avais la sensation d’être en mission, il fallait sauver la culture bretonne ». Et une autre, le 11 juin 2016, par Laurent Flückiger, (voir le site) du Matin de Lausanne, intitulé Alan Stivell : À l'école on me prenait pour un fou.

La (ph. 40) montre des affiches du combat anti-nucléaire, qui a commencé au Pellerin (44) en 1975 puis 1977, puis à Plogoff de 1976 à 1981.

La (ph. 41) : celle de L'Incendie du palais du Parlement de Bretagne à Rennes en février 1974.

Note. Pour ne pas trop dépasser le temps imparti et libérer la salle, ils accélèrent le rythme, zappent certaines choses en s'en excusant. Il sera possible de compléter en consultant le livre, ou en l'achetant à l'entrée de la salle (dernière photo) ! Il est question rapidement du combat antinucléaire breton, de maisons qui ont un nom breton en Loire-Atlantique, de la marée noire des Amoco et Erika, de la marée verte des algues, du Parlement de Bretagne qui brûle, du renouveau culturel, et de l'Héritage des Celtes, des jumelages de communes bretonnes avec celles de Pays celtiques... Certains sujets ont donné lieu à des photos, prises au vol.

Dernières photos

Le Port de Roscoff est créé en 1970-1972 sous l'impulsion d'Alexis Gourvennec qui lance la compagnie Brittany Ferries en 1972, pour exporter les productions légumières locales, qui deviendra la grande compagnie pour le tourisme (ph. 42).

La (ph. 43) est la carte du rapport de la Population entre les moins de 20 ans et les plus de 60 ans. L'indice de jeunesse va de -0,5 % à +2 % et plus (de bleu à rouge). C'est autour de Brest, Rennes, Nantes et un peu moins à Vannes et Saint-Brieuc que la proportion de jeunes est la plus forte.

À Vigo, en Galice, une photo (ph. 44) du monument au Nantais Jules Verne. Il est assis sur la pieuvre géante d'un de ses romans les plus célèbres, Vingt mille lieues sous les mers. Le sculpteur, José Morales, est de Vigo. Mais pourquoi Jules Verne à Vigo ? (6).

Breizh 5/5, la dernière action en date, pour la réunification de la Bretagne (ph. 45) se décline en t-shirts, autocollants, panneaux à l'entrée des villes de Bretagne. L'association a été créée en 2015, elle promeut la réunification de la Bretagne à cinq départements que veut la majorité des Bretons (voir le site) de PontivyJournal, par exemple.

En (ph. 46-47) les deux publications chez Skol Vreizh sur l'histoire de la Bretagne, qui ont donné lieu à conférences-spectacle, épisodes à la télévision...

Les (ph. 48-49) : Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot en action, à un salon du livre et à Nantes.

En (ph. 50), à l'entrée de la salle, la table où des membres de ArFalz-Skol Vreizh vendaient les productions de l'éditeur.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Notes

-(1) Les entretiens radiophoniques entre l'historien Jean-Jacques Monnier et le réalisateur Olivier Caillebot ont donné naissance à quatre CD (cinq heures d'écoute) et un livre de 64 pages (ph. 46) . Le tout est entrecoupé de musiques, allant de la Renaissance à l'électro, créées ou jouées exprès. « En proposant une version audio, c'est aussi la possibilité d'écouter les CD en voiture ». Lancée au printemps dernier, cette Histoire de Bretagne pour tous rencontre un bon succès. (Extrait du site de Skol Vreizh).

-(2) Cette dernière édition de Toute l’Histoire de Bretagne (ph. 47) ) est renouvelée, augmentée, illustrée de nombreux documents et de cartes récentes. Toute l'histoire de Bretagne des origines à nos jours. Édition en quadrichromie, documents inédits... 864 pages. (Extrait du site de Skol Vreizh : (voir le site) ).

-(3) Feu découvert, en Bretagne Menez Dregan à Plouhinec

Extrait : La couche 5c a livré une structure constituée de huit pierres disposées en cercle, associée à une concentration de charbon de bois et à quelques silex rougis par l'action du feu. La couche 5e/5 a livré une structure composée de six galets de quartz disposés en arc de cercle entourant une concentration charbonneuse. Des mesures de susceptibilité magnétique indiquent qu'il s'agit d'un foyer dans lequel le feu a été entretenu et localisé. Les sédiments chauffés de ce foyer ont été datés par RPE (369.000 +/- 47.000 ans BP et 396.000 +/- 45.000 BP). BP = avant le présent = nombre d'années comptées vers le passé à partir de l'année 1950 du calendrier grégorien. Des indices de feux entretenus découverts dans les niveaux inférieurs comptent parmi les plus anciens connus dans le monde – 400.000 ans, pour l'instant, la seule preuve incontestable d'un foyer. (voir le site) : Le site de Ménez Drégan, mis au jour par l’érosion marine a été découvert en 1985 par Bernard Hallegouët, chercheur au CNRS et est fouillé depuis 1998 par une équipe d’une unité CNRS de l’université de Rennes.

-(4) ArMen n° 217, mars-avril 2017, p. 46-51, titre : Des oeuvres d’art du paléolithique en rade de Brest par Nicolas Guillas : (voir le site) pour lire les deux premières pages en zoomant très fort (400 %)

Extrait : Des vestiges du paléolithique ont été découverts au pied d’un grand rocher [le Rocher de l'Impératrice à Plougastel], près de Brest. Les archéologues ont mis au jour des gravures d’animaux. Datant de plus de quatorze mille ans, ce sont les plus anciennes traces artistiques dans notre région. Cette découverte exceptionnelle était tenue secrète jusqu’à aujourd’hui. Huit millénaires avant les décorations du cairn de Gavrinis qui date lui du néolithique. Ce sont des gravures sur de petits fragments de schiste. Les archéologues les découvrent petit à petit depuis 4 ans.

- (5) la déesse (?) à la lyre de Saint-Symphorien en Paule. Elle a inspiré un luthier (voir le site) où nous avons trouvé l'explication la plus précise : La lyre dite de Paule (IIIe-IIe siècles avant notre ère) : reconstituée d'après une statue de granit de 48 cm de haut, trouvée à Saint-Symphorien en Paule (collection du musée de Rennes). Ce statuaire représente un personnage (probablement un barde) portant un torque (collier) et tenant devant lui un instrument à 7 cordes. C'est l'une des très rares représentations connues de lyre gauloise, exception faite de quelques monnaies sur lesquelles figurent d'autres profils de lyres plus ou moins similaires.

-(6) Un épisode de Vingt mille lieues sous les mers se passe dans la baie de Vigo - un trésor y serait enfoui depuis une bataille navale - réelle, elle... Némo montre à ses passagers la carcasse d'un navire sombré en baie de Vigo. Jules Verne est même venu découvrir la ville de Vigo, quelque temps après avoir écrit ce roman. Alors, au centenaire de sa mort en 2005, pour le remercier, l'Association des femmes chefs d'entreprises de Pontevedra a commandé cette sculpture en bronze à l'artiste de Vigo, José Morales, pour en faire don à la ville.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'aventure de l'Histoire de Bretagne sur Internet et sur les ondes par le duo JJM et OC

Nous avons la chance que Jean-Jacques Monnier (ou Hubert Chémereau pour lui) annonce scrupuleusement sur ABP les interventions du tandem en Bretagne. Nous ajoutons dans la liste tous les articles concernant les diffusions régulières à la TV de leur Histoire de la Bretagne.

S'il n'avait pas déjà reçu le collier de l'Hermine en 2013 (voir ABP 31969), au vu de ceci ci-dessous, nous aurions crié à l'injustice !

Voir la liste de nos recherches (sauf oublis) sur ABP, en remontant le temps. Noter que les notices comprennent le titre, la date de l'article (annonce) et le début du texte si vous avez envie de l'ouvrir. L'annonce

(voir ABP 29073) Séance de rattrapage, est particulièrement abondante et intéressante à lire.

- En 2017

(voir ABP 42195) Histoire de la Bretagne province (1532-1789). À Callac, 11 mai 2017

Histoire de la Bretagne d'Anne de Bretagne à la Révolution. Il s'agit cette fois d'une époque un peu négligée, mais avec ses riches heures. Après la perte de son indépendance, la Bretagne a conservé pendant deux siècles et demi une autonomie, surtout jusqu'aux années 1670. L'âge d'or s'est prolongé avec le maintien d'un grand commerce maritime et ses retombées. « Quand la toile va, tout va ».

(voir ABP 41888) Histoire de Bretagne des origines à nos jours, par Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot, Landivisiau, 23 mars, 14 mars 2017

Cela fait plus de 10 ans qu'Olivier Caillebot, réalisateur, et Jean-Jacques Monnier, historien, diffusent l'histoire de la Bretagne d'une façon nouvelle, sous la forme d'une conversation accompagnée de projections d'images, d'extraits filmés. Leur survol de l'histoire bretonne est accompagné de pauses musicales et chantées choisies pour illustrer chaque épisode important. À Landivisiau, elles seront notamment assurées par un groupe de chanteurs locaux.

(voir ABP 41552) L'histoire de Bretagne à nouveau à la télévision, 17 janvier 2017

En octobre 2015, les chaînes bretonnes de la TNT ont commencé à diffuser les 27 épisodes de «La Bretagne en histoire», version télé dérivée des 5 h 40 d'histoire des DVD de Skol Vreizh

- En 2016

(voir ABP 41301) Conférence à Saint-Pol de Léon le 28 novembre : un siècle de réveil artistique breton, 21 novembre 2016

Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier présentent une nouvelle conférence multimédia consacrée au réveil des arts en Bretagne. Vers 1860, dans une Bretagne appauvrie et surpeuplée, des peintres viennent s'installer plus ou moins durablement. Certains sont des Bretons des villes, d'autres des visiteurs venus de loin.

(voir ABP 41129) Histoire de Bretagne pour tous, de Brest à Nantes, conférence à Pont-Croix, 23 octobre 2016

Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier, après une pause consacrée à la finition d'un documentaire de 23 minutes sur le site du Yaudet et la réalisation de 30 nouvelles émissions de radio, reprennent leur série de conférences en coopération avec des associations culturelles locales.Cette fois, c'est avec le comité de soutien à l'école Diwan de Pont-Croix qu'ils présentent une conférence multimédia couvrant l'ensemble de l'histoire bretonne, en mettant en évidence la place essentielle du pays nantais dans cette histoire.

(voir ABP 40959) La série télévisée La Bretagne en Histoire rediffusée sur TéléNantes, 27 septembre 2016

Les 27 épisodes de 13 minutes seront diffusés à partir du mercredi 28 septembre, un mercredi sur deux, à 20 h sur TéléNantes. Donc pendant 54 semaines !

(voir ABP 40536) L'Histoire de la Bretagne à la télévision cet été, 8 juillet 2016

Après une première diffusion de septembre à mars dernier, les chaînes TNT, Tébéo et Tébésud rediffusent cet été toute la série «La Bretagne en Histoire» à raison de 4 épisodes par semaine du mardi au vendredi, entre le 12 juillet et le 25 août.

(voir ABP 40533) Conférence-film-chants : Le Yaudet, 8.000 ans d'histoire, à Ploulec'h, chapelle du Yaudet , 8 juillet 2016

Il s'agit d'une découverte tridimensionnelle de ce site exceptionnel et cependant méconnu, qui concentre une bonne part de l'histoire de la Bretagne

(voir ABP 40164) La Bretagne des origines à la fin de l'état breton, conférence à Callac, 12 mai 2016

Une conférence-spectacle à Callac sur l'Histoire de la Bretagne, des origines à Anne de Bretagne. Ils reviennent à Callac pour leur 69e conférence, organisée dans le cadre de la fête de la Bretagne.

On traite souvent de la Bretagne moderne et contemporaine. Il est beaucoup plus rare de s'attacher à la naissance de la Bretagne et au développement du pouvoir ducal, jusqu'à la constitution, aux XIVe et XVe siècles, d'une véritable puissance politique avec tous les attributs d'un État. En illustration, Anne de Bretagne sur un vitrail d'une église de Fougères.

(voir ABP 40091) Symboles, images et clichés de la Bretagne de Nantes à Brest, à travers l'histoire, 1er mai 2016

Histoire de Bretagne pour tous. C'est une nouvelle fois à Nantes qu'aura lieu une conférence sur un aspect peu exploré de l'histoire bretonne. C'était à Nantes en 2012, au château des ducs de Bretagne, que l'Histoire de Bretagne pour tous, ce survol en images, musiques et chants, avait été présentée au public.

(voir ABP 39986) Conférence concert sur La Bretagne de 1789 à nos jours ; à Fougères le 22 avril, 14 avril 2016

Quand les Bretons relèvent la tête. Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier poursuivent leur tournée de conférences-spectacles multimédia dans toute la Bretagne. La 64e aura lieu à Fougères, à l’initiative de l’école Diwan locale.

(voir ABP 39606) Mieux connaître et partager l'histoire bretonne. Conférence à Kemper, 20 février 2016

Comment se réapproprier l’histoire si mal connue de la Bretagne et la transmettre ? Une conférence samedi à Kemper. Plusieurs enquêtes récentes ont montré que la connaissance de l’histoire de la Bretagne est encore plus limitée chez les moins de 35 ans que dans les catégories plus âgées

(voir ABP 39228) Conférence-débat : se réapproprier notre histoire et la transmettre. Brest 4 janvier, 1er janvier 2016

Cette conférence-débat porte sur un thème nouveau : comment se réapproprier l’histoire si mal connue de la Bretagne et la transmettre. La fédération Sked organise une causerie-débat publique et gratuite

- En 2016

(voir ABP 38952) Quatre Trégorrois ont présenté leur conférence-spectacle sur l'Histoire de Bretagne dans le nord-est de la Pologne, 20 novembre 2015

C'est l'hebdomadaire Le Trégor qui nous le rapporte. Extraits de l'article du 18 novembre 2015... Ndlr : Ils nous ont écrit à leur retour « De grands moments, un moment collectif inoubliable et beaucoup, beaucoup de travail bénévole en amont. Et le plaisir de travailler avec deux jeunes et talentueux artistes pro-Bretons, Korentin Le Davay et Alan Madec ».

(voir ABP 38528) Télénantes. La Bretagne en Histoire... la saga a commencé ! Prochain épisode le 14 octobre, 7 octobre 2015

Mise à jour du 8 oct. : Prière d'insérer. La présentation en studio sur cette chaîne à Nantes avait eu lieu le 21 septembre, en direct dans le journal de 18 h. Dix-sept minutes sur vingt-six consacrées à La Bretagne en Histoire

(voir ABP 38391) La Bretagne en Histoire sur Tébéo : la programmation de la semaine, 22 septembre 2015

Comme on l'a vu, la diffusion de dimanche soir 20 septembre n'a pu avoir lieu normalement (dépassement horaire par une émission précédente en direct). La direction de la chaîne nous précise

(voir ABP 38374) Ce soir et tous les dimanches soirs, l'Histoire de Bretagne à la télévision !, 22 septembre 2015

Mise à jour après le ratage technique sur Tébéo hier soir. Nous avons rencontré Jean-Jacques Monnier hier à la cérémonie de remise des colliers de l'hermine 2015 à Vannes. En complément de (voir ABP 38317) il nous a précisé ceci : Un deuxième épisode

(voir ABP 38317) L'Histoire de Bretagne à la télé chaque semaine !, 10 septembre 2015

On sait que les Bretons ignorent largement leur histoire et que l'école comme les média en portent une certaine responsabilité. Une partie de ces lacunes va pouvoir être comblée

(voir ABP 38068) Emblèmes, symboles et images de la Bretagne à travers les âges, 3 août 2015

Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier jettent un nouveau regard sur l'histoire bretonne. Cette fois, pour leur 48e prestation, il font l'historique des emblèmes et symboles qui ont représenté la Bretagne

(voir ABP 37772) La grande Histoire de Bretagne chantée par le petit peuple à Landerneau, 1er juillet 2015

C'est un tout nouveau spectacle que présenteront Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier, autour du thème de «l'Histoire de Bretagne pour tous».

(voir ABP 37513) Un siècle de réveil culturel et artistique breton (1860-1960) et le mouvement Seiz Breur, 4 juin 2015

Contrairement à ce que l'on croit souvent, le réveil politique, économique, social et culturel de la Bretagne ne date pas des années 1950, ni même du XXe siècle.

(voir ABP 37439) Quand les Bretons relèvent la tête : à contre-sens et à contre courant (1943-1944), 29 mai 2015

C'est Kristian Hamon qui présentera la 4e conférence du Printemps des historiens, placée sous le thème général “ Quand les Bretons relèvent la tête ”.

(voir ABP 37288) Histoire de la Bretagne de -700.000 ans à nos jours, 14 mai 2015

Conférence-spectacle : Histoire de Bretagne pour tous Le phénomène se poursuit : depuis les conférences spectacles inaugurées à l'occasion de la sortie du livre-CDHistoire de Bretagne pour tous

(voir ABP 37056) Conférence-spectacle : Révoltes et résistances des Bretons à Crozon, 21 avril 2015

Conférence-spectacle Révoltes et résistances des Bretons à travers les âges. Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier sont les réalisateurs du livre CD et des 2 DVD sur l'histoire de Bretagne...

(voir ABP 36562) L'Histoire de la Bretagne avec un support moderne : le DVD double, 23 février 2015

La Région Bretagne a eu l'excellente idée de co-financer la réalisation d'un DVD double, afin d'offrir aux jeunes, spécialement ceux qui sont en seconde, une manière de comprendre l'enchaînement des événements sans s'ennuyer. Sous le titre Connaissance de la Bretagne des origines à nos jours, c'est un outil pédagogique moderne

(voir ABP 36700) Histoire de Bretagne pour tous. Révoltes et résistances des origines à nos jours. Conférence à Plouguerneau, 10 mars 2015

Le phénomène se poursuit : depuis les conférences spectacles inaugurées à l'occasion de la sortie du livre-CD Histoire de Bretagne pour tous en 2012, 39 séances ont eu lieu, chaque fois différentes

- En 2014

(voir ABP 35512) Connaissance de la Bretagne des origines à nos jours (2 DVD - 5 h). Interview, 26 octobre 2014

Pourquoi faire une histoire de Bretagne en vidéo après avoir réalisé une histoire en 4 CD ? Jean-Jacques Monnier : cela part du même constat : la masse des Bretons - et surtout la jeunesse - n'a pas accès à sa propre histoire et pourtant, elle ne demande qu'à s'y intéresser. Comme les enseignants n'ont pas de formation spécifique, que la télévision régionale a peu de créneaux grand public et de moyens, il faut fournir des outils qui rendent l'histoire bretonne accessible au plus grand nombre et ceci de façon agréable et moderne.

(voir ABP 33458) Conférence-spectacle d'histoire de la Bretagne à Gourin, 6 avril 2014

Sous la forme d’une conversation, Oliver Caillebot et Jean-Jacques Monnier présentent une conférence multimédia qui survole les grands moments de l'histoire de Bretagne des origines à nos jours. Des chants et des musiques traditionnels interprétés par des artistes locaux viennent illustrer différents moments de cette histoire.

(voir ABP 33187) L'âge d'or de la Bretagne. Conférence à Perros-Guirec, 10 mars 2014

Les riches heures de l’histoire bretonne à l’époque du grand commerce maritime. Conférence « Histoire et musiques » sur l’Âge d’or de la Bretagne. À l’occasion du 500e anniversaire de la mort d'Anne de Bretagne

- En 2013

(voir ABP 31100) Conférence à Paimpol au Festival du Chant de marin, 5 août 2013

À bord du Marité, samedi 9 août à 11 h 30, Jean-Jacques Monnier, historien et Olivier Caillebot, homme de radio, poursuivent leur Tro Breizh pour mettre l'histoire de Bretagne à la portée de tous

(voir ABP 31056) Conférence-spectacle à Lorient, la Bretagne et les Celtes ibériques, 1er août 2013

Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier continuent leur exploration de l’histoire bretonne sous la forme d’une interview-conférence musicale à thème avec projections de films et d’images. Cette fois, ils évoqueront dans le cadre du Festival Interceltique de Lorient, l'histoire de la Bretagne dans son cadre maritime et interceltique, des origines à nos jours. On découvrira que la Bretagne s'est retrouvée souvent favorisée par sa situation au coeur du monde atlantique et que ces relations ont été aussi actives vers le Sud ibérique que vers le Nord.

(voir ABP 30977) Jean-Jacques Monnier, Olivier Caillebot : La Bretagne et les Celtes ibériques, 26 juillet 2013

Conférences de l'université populaire bretonne pendant le festival interceltique. Le 7 août à 17 h 30 à Lorient. Ils continuent leur exploration de l'histoire bretonne sous la forme d'une interview-conférence musicale à thème avec projections de films et d'images. Cette fois, ils évoqueront l'histoire de la Bretagne dans son cadre maritime et interceltique, des origines à nos jours. On découvrira que la Bretagne s'est retrouvée souvent favorisée par sa situation au coeur du monde atlantique et que ces relations ont été aussi actives vers le Sud ibérique que vers le Nord. Des intermèdes permettront à des chanteurs et à des musiciens d'illustrer concrètement le propos et de lui apporter une touche artistique. Avec Didier Dreo, Alix Caillebot et les chanteuses d'Emglev Bro an Oriant

(voir ABP 29818) Histoire de Bretagne pour tous : la mer ou la mort, 14 avril 2013

Jean-Jacques Monnier, historien, est interviewé par Oliver Caillebot, producteur de radio. Une façon originale de revoir ses fondamentaux. Brefs intermèdes chantés en français, breton 

(voir ABP 29666) Conférence «Histoire de Bretagne» par Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot au Sel de Bretagne, 4 avril 2013

À l'invitation du musée Eugène Aulnette et dans le cadre de l'opération «Bretagne & Moi», samedi 20 avril 2013, à 20 h, à la salle Ty Ar Men

(voir ABP 29507) Telgruc : conférence d'Histoire de la Bretagne, 21 mars 2013

Telgruc sur mer : L’histoire de Bretagne en paroles, musiques et images. L’historien Jean-Jacques Monnier et l’homme de radio Olivier Caillebot, auteurs de l'Histoire de Bretagne pour tous, parcourent toute l'histoire de Bretagne sous une forme totalement nouvelle : une interview entrecoupée de vidéos et de documents sonores.

(voir ABP 29083) Séance de rattrapage Histoire de Bretagne pour tous à Bruz,14 février 2013

Le magazine Bretons de février 2013 titre 69 % des Bretons ignorent leur histoire. Pour y remédier, venez nombreux à la conférence : L'Histoire de Bretagne pour tous organisée par Div Yezh Bruz

(voir ABP 29073) Histoire et fest noz à Trégastel, 13 février 2013

Nouvelle conférence-spectacle : Histoire de Bretagne (emblèmes, images et symboles) à 20 h 30 par Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot, avec musiciens et chanteurs

(voir ABP 29034) La Bretagne de 1789 à 1939 conférence à Brest, 9 février 2013

Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier poursuivent leur tro Breizh de conférences multimédia sur le concept de l'Histoire de Bretagne pour tous, paru aux éditions Skol Vreizh.

(voir ABP 28935) Lanester : l'histoire de Bretagne en paroles, musiques et images, 30 janvier 2013

L’historien Jean-Jacques Monnier et l’homme de radio Olivier Caillebot, auteurs de Histoire de Bretagne pour tous en un livre et 4CD, parcourent toute l’histoire de Bretagne sous une forme

- En 2012

(voir ABP 28499) Histoire de Bretagne pour tous, conférence à Plouezec, 13 décembre 2012

L'historien Jean-Jacques Monnier et l'homme de radio Olivier Caillebot, auteurs de Histoire de Bretagne pour tous, parcourent toute l'histoire de Bretagne sous une forme totalement nouvelle : une interview

(voir ABP 27014) Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot en conférence-spectacle à Huelgoat dimanche 19 août pour Histoire de Bretagne pour tous, 16 août 2012

À Huelgoat Françoise Livinec, qui a aménagé l'ancienne École des filles en galerie d'art moderne et contemporain du même nom, accueillera Jean-Jacques Monnier historien et Olivier Caillebot journaliste radio, tous deux auteurs et réalisateurs du livre Histoire de Bretagne pour tous et de ses quatre CD

(voir ABP 26763) Révoltes et résistances bretonnes des origines à nos jours, conférence multimédia à Ploërmel, 17 juillet 2012

J.-J. Monnier et O. Caillebot seront à Ploërmel samedi 21 juillet pour leur livre Histoire de Bretagne pour tous avec 4 CD. En dédicaces puis en conférence, avant le film Bowling à Cinélac

(voir ABP 26273) Rennes. L'Histoire de Bretagne pour tous présentée aux Champs Libres, mercredi 13 juin, 8 juin 2012

Après une présentation en images à Nantes en mars dernier, au château des ducs de Bretagne, c'est à Rennes et en musique que sera présenté le nouveau livre-4 CD (5 heures d'écoute) : Histoire de Bretagne pour tous.

(voir ABP 25378) Conférence multimédia Histoire de Bretagne pour tous à Bains-sur-Oust, 2 avril 2012

L'Histoire de Bretagne de -700.000 à nos jours. Conférence multimédia avec J.-J. Monnier, historien et O. Caillebot, journaliste radio, auteurs de Histoire de Bretagne pour tous, éd. Skol Vreizh, avec 4 CD.

(voir ABP 24999) L’Histoire de la Bretagne pour tous en présentation inaugurale à Nantes, 28 février 2012

Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot, les auteurs du livre des éditions Skol Vreizh Histoire de Bretagne pour tous, un livre-audio avec 4 CD, rencontreront le public pour présenter leur oeuvre

(voir ABP 24711) L’histoire de Bretagne publiée en audio-livre par Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier, 27 janvier 2012

Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot publient l'Histoire de Bretagne en audio-livre : cinq heures d'écoute pour comprendre l'histoire de notre pays longtemps passée sous silence. Un immense travail pédagogique,

(voir ABP 24619) Louannec, 27 janvier : repas et fest-noz pour la sortie de l’audio-livre Histoire de Bretagne pour tous, 18 janvier 2012

A l'occasion de la sortie de l'audio-livre Histoire de Bretagne pour tous, une soirée est organisée à la salle des fêtes de Louannec le vendredi 27 janvier.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer