Put your name here

Communiqué de presse

Mégalithes de Carnac : Marc Le Fur invite le Maire de Carnac à prendre ses responsabilités

Il y a là un manquement administratif grave qui amène au désastre archéologique irrémédiable que nous pouvons constater. On ne saura malheureusement jamais hélas l’ampleur des richesses archéologiques dont nous nous sommes privés sur ce site.

Communiqué de presse

Publié le 10/06/23 14:17 -- mis à jour le // :

Au regard du communiqué de la DRAC et de l’arrêté préfectoral du 31 juillet 2015, on découvre :

  • qu’un diagnostic a été réalisé sur le site du chemin de Montauban à Carnac et fait l’objet d’un rapport de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventive) en avril 2015 ;
  • que ce rapport ouvre la voie à la consultation de la Commission Territoriale de la Recherche Archéologique placée sous la présidence du Préfet de Région ;
  • que l’avis de cette commission provoque la publication d’un arrêté préfectoral le 31 juillet 2015 ;
  • que cet arrêté impose des fouilles préalables à l’aménageur, maître d’ouvrage de l’opération, lequel ne peut en aucun cas s’en affranchir. A l’heure qu’il est, cet arrêté n’est ni levé, ni purgé. Cette prescription n’a pas de délai de caducité.
  • Or, le projet de la “SAS Au marché des Druides”, qui est le même opérateur que lors du projet avorté de 2015, n’a pas satisfait en 2023 à ces exigences et le permis de construire a été instruit et délivré par la commune sans que celle-ci ne se soit préoccupée de cette question. Il y a là un manquement administratif grave qui amène au désastre archéologique irrémédiable que nous pouvons constater. On ne saura malheureusement jamais hélas l’ampleur des richesses archéologiques dont nous nous sommes privés sur ce site.

    Au vu de ces éléments, et pour préserver la qualité du travail réalisé en vue d’obtenir le label “Patrimoine mondial de l’humanité” de l’UNESCO, il serait judicieux que le Maire de Carnac, également président de l’association “Paysages de mégalithes” porteuse de cette importante candidature, prenne ses responsabilités et se mette en retrait de la présidence de l’association. Ce projet est porté par toute la Bretagne. Cette décision serait de nature à préserver nos chances.

    Cet article Mégalithes de Carnac : Marc Le Fur invite le Maire de Carnac à prendre ses responsabilités est apparu en premier sur Site de Marc Le Fur.Ce communiqué est paru sur Blog de Marc Le Fur

    Voir aussi :
    4  1  
    mailbox
    imprimer
    Vos 8 commentaires
      Isabelle Le Bal
      le Samedi 10 juin 2023 20:19
    Une eolienne de 70 mètres près d'un Kromlec'h à Ouessant, une supérette sur des menhir à Carnac, la Bretagne est aujourd'hui sans culture, donc mal dirigée.
    (1) 
    DeAl Coin à Isabelle Le Bal
     le Dimanche 11 juin 2023 12:43
    Elle l'a toujours été, quelles que soient les générations de politiciens qui précédaient la vôtre, madame Le Bal. Et c'est bien le grand drame de la BRETAGNE, Oui, un grand drame qui est ainsi ressenti comme tel par les "Bretons"!
    (1)
      Anne Merrien
      le Samedi 10 juin 2023 20:48
    Ce jour, le magazine de l'archéologie de France-Culture n'hésite pas à citer Victor Hugo et sa guerre aux démolisseurs.
    (1) 
    DeDamien Darras à Anne Merrien
     le Jeudi 15 juin 2023 19:54
    Victor Hugo? Ce Grand Français qui prétendait que les Bretons "parlent une langue morte ce qui est faire habiter une tombe à leur pensée"?
    (1)
    DeAnne Merrien à Anne Merrien
     le Jeudi 15 juin 2023 20:20
    Certes, Victor Hugo pouvait proférer des choses atroces. Dans le cas présent, la citation entendue sur France-Culture ne mâche pas ses mots.
    (0)
      Burban xavier
      le Dimanche 11 juin 2023 11:26
    " La Bretagne défigurée" , des élu(e)s qui n'écoutent plus les "administré(e)s certains de leurs droits Le consumérisme ambiant , le crétinisme , la violence contre une culture sont aussi une violence contre les êtres humains d'où qu'ils viennent ... leur cadre de vie c'est à dire le bien être .
    Il faut effacer du paysage la beauté , la nature , les arbres et les talus , les oiseaux , les insectes , détourner les rivières par conséquent l'eau , en fait le passé et le présent ... la vie !
    Le mot de la fin , c'est l'argent , le besoin en dehors de ceux qui sont vitaux : boire manger , se laver se chauffer, se vêtir ,se loger , respirer , être heureux en somme !
    Ces mégalithes sont une énigme , il appartient aux hommes de la lever ou pas . La destruction des statues de bouddha en Afghanistan ont suscité une indignation , en Bretagne en sera-t-il de même ?
    Si la destruction a lieu du site , "
    nous aurons aussi nos barbares" .
    A l'image des menhirs (peulvans ) , les gens du pays d'Auray peuvent se dresser contre cette ineptie !
    Skanv eo !
    (1) 
      Alain E. VALLÉE
      le Mercredi 14 juin 2023 11:47
    Nous, les gens ordinaires, ne nous sommes privés de rien. Mais le système institutionnel et administratif ultra jacobin qui démontre clairement qu'il se moque de vieux cailloux certes alignés depuis 7000 ans, nous en prive en ne les classant pas sur une superficie assez étendue et devant être drastiquement respectée, en chipotant sur leurs qualités et défauts, en créant le doute sur leur intérêt et même en les détruisant. On a bien compris que ces vestiges pluri-millénaires ne devaient déranger ni le commerce, ni la spéculation immobilière alors que l'on prétend obtenir leur classement par l'UNESCO au titre du Patrimoine de l'Humanité.
    On a le cas du Kairn de Barnenez transformé en carrière par son propriétaire avant qu'un soucieux des vieilles pierre s'alarmant d'un désastre en cours finisse par obtenir l'arrêt d'un évident saccage. A l'époque le propriétaire n'imaginait peut-être pas qu'il détruisait un patrimoine vieux, lui- aussi, de plusieurs milliers d'années. En effet, l'État ou la commune, selon les apparences, particulièrement laxistes ne lui avaient rien imposé aucune obligation de protection.
    On en déduit que pour de tels vestiges et monuments, la meilleure protection pourrait être qu'ils appartiennent à la puissance publique et soient inaliénables. Le modèle du Conservatoire du Littoral devrait être bien utile. En urgence, on attend des parlementaires, Bretons en l'occurence, au moins une proposition de loi organisant la protection systématique des vestiges de la préhistoire, soit donc à créer et doter : le Conservatoire National de la Préhistoire. Ensuite, la demande de classement à l'UNESCO serait crédible.
    Tout concilier est impossible. Tant de générations n'ont que faire du bricolage. Il faut donc protéger leurs oeuvres, définir des objectifs, effectuer des choix sévères et les assumer au bénéfice du respect de la préhistoire qui garde tant de secrets.
    AV
    (0) 
      jakez Lhéritier de Sant Nazer
      le Jeudi 15 juin 2023 10:20
    L'ensemble des sites mégalithiques bretons avec bien sur la Loire Atlantique qui serait le second site le plus important doit être intégré aux démarches de protection de l'UNECO et pas seulement le site de Carnac.
    Ressortir sur une carte bretonne (B5)les implantations des sites petits et grands seraient édifiant .
    Se préoccuper sur ce qu'il se passe en Brière,à St Nazer avec des "silences inquiétants " de la DRAC de Loire Atlantique...
    Heureux de voir une Unité Bretonne sur ces graves violations s'un patrimoine historique bien plus anciens que les pyramides d'Egypte.Combien de Bretonnes et de Bretons le savent?Question d'enseignement de l'histoire !
    (0) 
    Commenter :
    Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
    ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?