Max Relouzat Chevalier de l'Ordre national du Mérite
Annonce de Spered Gouez / L'esprit sauvage

Publié le 3/04/22 11:57 -- mis à jour le 03/04/22 11:57
54823_1.jpg
Mémorial de l'esclavage conçu par Max Relouzat (Brest). Photo de Julien Darcel.

L'insigne de Chevalier dans l'Ordre national du Mérite a été remis le 2 mars 2022 à Max Relouzat, au cours d'une cérémonie émouvante à la Mairie de Quimper par Jean-Marc Ayrault, ancien premier ministre et président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, accompagné par Isabelle Assih maire de Quimper et en présence de François Cuillandre maire de Brest. Jean-Marc Ayrault a rappelé son itinéraire hors-normes, de la Martinique où, militant du Parti Communiste et de la CGT, il a été le plus jeune conseiller municipal, à Quimper, la ville de son épouse Denise, où il s'installe en 1974 et où, sous l'ombre tutélaire d'Aimé Césaire, il continue ses combats au service de tous.

Né en Martinique en 1945, Max Relouzat est reconnu pour son engagement politique, syndical et associatif, pour ses combats contre les inégalités et le racisme. Il n'a cessé d'oeuvrer pour la mémoire de l'esclavage. Il a conçu le mémorial de l'esclavage, réalisé par le sculpteur quimpérois Marc Morvan, qui est installé à Brest, au bord de l'océan. Cet hommage mérité, reçu en présence de son épouse, de sa famille et de ses amis, récompense 56 ans d'engagement. Il s'est achevé avec émotion par la lecture d'un poème du barde quimpérois Louis Bertholom dédié à Max Relouzat, lu par son auteur.


1  0  
mailbox
imprimer
poète et critique, responsable de rédaction de la revue Spered Gouez/L'esprit sauvage.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.