Marc Le Fur, Christian Troadec ou PPDA ? Les dessous de l'élection du Breton de l'année
Enquete

Publié le 15/12/08 5:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

« Être Breton de l'année, c'était pas gagné d'avance », sourit Patrick Poivre d'Arvor. Allusion à la naissance à Reims de ce fils d'un Trégorois et d'une Nantaise. Pas gagné d'avance, d'autant qu'au moment du choix effectué par le comité éditorial d'armor magazine, l'icône médiatique a dû faire face à deux redoutables concurrents. Marc Le Fur et Christian Troadec, chacun dans leur style, ont défendu avec brio les couleurs de la Bretagne ces douze derniers mois.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Marc Le Fur, Breton de l'année en puissance

Le premier, député des Côtes d'Armor et vice-président de l'Assemblée nationale, a mené victorieusement le combat pour l'introduction des langues régionales dans la Constitution en ferraillant contre les jacobins de tous poils, le Sénat ou l'Académie française. L'élu UMP avait déjà obtenu début mai un débat inédit dans la Ve République sur la place et l'avenir des langues régionales. Un premier pas vers une loi espérée pour 2009 ou 2010. Cet homme jusqu'à présent peu connu du grand public a fait montre d'une science des amendements, d'appuis au plus haut niveau et d'une persévérance qui à l'avenir pourraient se révéler encore bien utiles à la Bretagne. Après la trêve des confiseurs, l'élu de Quintin proche de Nicolas Sarkozy a l'occasion d'imprimer sa marque dans le débat sur la réunification de la Bretagne. Il va falloir jouer serré pour ne pa se voir imposer un Grand Ouest. Au moment où la Bretagne ouvre grand sa porte à la Loire-Atlantique, Marc Le Fur saura-t-il imposer une voix forte ? S'il réussit à convaincre ses amis de la majorité présidentielle, il fera un grand pas vers le titre de Breton de l'année 2009.

Christian Troadec, la méthode forte

Dans un style qui tranche avec les débats des parlementaires, mais qui n'est pas dépourvu d'efficacité, Christian Troadec a incarné la défense de l'hôpital de Carhaix tout au long de l'année. On n'oubliera pas de sitôt la mobilisation générale du Kreiz-Breizh, les manifestations parfois musclées, la résistance et l'obstination de toute la population récompensées, le 25 juin, par la suspension de la décision de l'Agence régionale de l'hospitalisation de fermer les services de chirurgie, d'anesthésie et de maternité de l'hôpital de la capitale du Poher. À la pointe des actions de protestation qui se sont multipliées, Christian Troadec a pris une nouvelle dimension. Il ne s'arrêtera pas en si bon chemin. « Nous te ferons Bretagne », c'est le nom du mouvement qu'il a lancé en vue des prochaines élections régionales.

De la fumée blanche s'est élevée de la rédaction d'armor magazine, mais dommage pour Troadec et Le Fur, c'est PPDA qui l'a emporté. Mais, pourquoi donc ? À lire dans le numéro de décembre du mensuel armor.

(voir le site)

Ronan LE FLÉCHER

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2031 lectures.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.