Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Manipulations Espagnoles
Manipulations espagnoles Le gouvernement espagnol en « récupérant » la tragédie du 11 mars a démontré qu’il était capable de bien des choses. L’ETA terrorise les politiciens qui n’hésitent pas à utiliser des moyens qui sont très éloignées de la démocratie. Il y eut les GAL (groupement armés de libération), financés
pour Herve Le Bevillon le 14/03/04 16:33

Manipulations espagnoles Le gouvernement espagnol en « récupérant » la tragédie du 11 mars a démontré qu’il était capable de bien des choses. L’ETA terrorise les politiciens qui n’hésitent pas à utiliser des moyens qui sont très éloignées de la démocratie. Il y eut les GAL (groupement armés de libération), financés par le gouvernement socialiste de l’époque. Il s’agissait d’assassins venant de la pègre. Ils n’étaient pas trop regardants en ce qui concerne les « cibles ». Maintenant, à peine le carnage de Madrid était-il accompli, que le ministre de l’intérieur accusait l’ETA, sans enquête ni instruction. Les ambassadeurs espagnols reçurent l’ordre d’affirmer que l’ ETA était responsable de ce massacre. Or, nous le savons maintenant, et nous nous en doutions le jour même, ces attentats étaient signés par les Islamistes proches d’al Qaida. L’empressement des élus à désigner l’ETA, nous a rappelé ce même empressement de la part des élus et des magistrats le jour de l’attentat de Quévert qui fit une victime il y a 4 ans. Le ministre de l’intérieur JP Chevênement annonçait que c’était l’ARB qui avait frappé. Or, l’enquête est close, l’instruction aussi, le procès est en cours et personne n’est inculpé, en tant qu’auteur, sinon 4 complices bien « pratiques ». Mais ce n’est pas tout. Après le vol d’explosif de Plévin (22) perpétré par l’ETA et probablement l’ARB, la presse espagnole était très remontée contre le gouvernement français qui ne traitait pas assez durement les indépendantistes bretons. Ce n’était pas de petits articles en bas de page, mais des titres à la une sur plusieurs colonnes. Et, à chaque attentat, les manifestants pacifiques conspuaient le gouvernement français. Et puis, il y eut l’attentat mortel de Quévert. Une centaine de perquisitions et les arrestations de militants bretons. Depuis, la presse espagnole est calmée. Plus de titres agressifs. Plus de menaces. Et quelques temps plus tard, nous découvrîmes que deux policiers espagnol de la Guardia Civil avaient été arrêtés, armés jusqu’aux dents, par les gendarmes de Belle-Ille-en-Terre, le LENDEMAIN de l’attentat mortel. Les gendarmes, bien embêtés, appelèrent le SRPJ de Rennes qui prit les deux policiers en charge. Alors que s’est-t-il réellement passé ? Peut-on dire qu’un état qui n’hésite pas à manipuler l’opinion en pleine tragédie serait incapable d’assassiner une jeune femme pour arriver à ses fins ? L’état espagnol a-t-il sacrifié Laurence Turbec ?

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons