Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Petition -
Maintenons l'Unité judiciaire de la Bretagne
Depuis mille ans, c'est à Rennes que les affaires judiciaires de Bretagne sont évoquées en appel, par la Cour Ducale, par le Parlement ensuite et désormais par notre Cour d'Appel. Aujourd'hui, le ressort judiciaire reste celui de la Bretagne historique. Les Bretons restent profondément attachés à leur institution judiciaire
Yvon Ollivier pour Les Juristes de Bretagne le 5/07/07 8:32

Depuis mille ans, c'est à Rennes que les affaires judiciaires de Bretagne sont évoquées en appel, par la Cour Ducale, par le Parlement ensuite et désormais par notre Cour d'Appel.

Aujourd'hui, le ressort judiciaire reste celui de la Bretagne historique. Les Bretons restent profondément attachés à leur institution judiciaire comme l'a prouvée la forte mobilisation qui a suivi l'incendie du Parlement de Bretagne.

Privée d'un cadre judiciaire chargé de sens et d'histoire, reconnu par les citoyens de son ressort, la Justice perdrait de son autorité dans un cadre administratif récent et contesté, dénué de cohésion sociale et fortement contesté par les habitants du ressort « transférable ».

Au nom d'un slogan simpliste « une région administrative, une Cour d'Appel, un département, un Tribunal de Grande Instance », les tribunaux de Grande Instance de NANTES et de ST NAZAIRE seraient, dans le cadre de la réforme projetée, placés sous la juridiction de la Cour d'Appel d'Angers, supprimant ainsi le dernier maillon fort de l'appartenance bretonne du département de Loire-Atlantique, malgré le vœu très majoritairement contraire de ses populations, exprimé par ses élus (Conseil Général de Loire Atlantique et Conseil régional de Bretagne).

Cette « normalisation » purement territoriale, sans considération des volumes d'affaires ou des évolutions démographiques, questionne les principes démocratiques.

La Justice rendue au nom du Peuple ne saurait s'assimiler à une administration ordinaire, hiérarchisée sous la tutelle de l'exécutif central, sans que soient remis en cause les fondements d'indépendance et d'impartialité de ceux qui ont pour mission de la rendre. Un chef de juridiction n'est pas un Directeur local d'un service ministériel.

Bien plus qu'une fonction d'ordre public ou d'administration, la Justice a une mission de maintien de l'état de droit et de l'équité du procès. Elle garantit par ses décisions la paix sociale qui suppose l'adhésion de ceux qui sont soumis à ses décisions.

La Cour de Rennes, dans sa dimension actuelle accomplit cette mission dans des délais raisonnables, avec une qualité non discutable.

En termes d'activité, elle répond parfaitement aux normes et principes déclinés par la nouvelle Garde des Sceaux. Aucun élément objectif ne justifie donc la modification de son ressort, lequel correspond parfaitement aux critères démographiques, économiques, géographiques et sociaux qui sous-tendent le projet.

On cherche alors vainement les avantages qui résulteraient du démembrement de la Cour de Rennes.

C'est pourquoi les magistrats, avocats, avoués, officiers ministériels, greffiers et fonctionnaires manifestent leur désapprobation sans réserve face à l'idée de l'amputation annoncée de la Cour d'Appel de Rennes, mettant fin à l'unité historique et judiciaire de la Bretagne.

Tout en étant conscients de la nécessité de réaménager la carte judiciaire au regard des mouvements démographiques et de l'évolution des moyens modernes de communication, ils entendent s'opposer à l'amputation d'une juridiction au fonctionnement parfaitement satisfaisant, ancrée dans l'histoire et le vœu de ses citoyens, et ce au mépris de la volonté des bretons.

Ils appellent à la mobilisation des professionnels mais aussi de tous les citoyens de Bretagne pour écarter cette proposition aussi inutile qu' anti-démocratique.

Un rassemblement sera organisé courant septembre devant le Parlement de Bretagne à cette fin et chacun y sera convié.

Premiers signataires de l'appel :

Georges LEROUX, Magistrat Yvon OLLIVIER, Magistrat Eric DEMIDOFF, Président de la Compagnie des Avoués de Rennes Jean BOUESSEL DU BOURG, Bâtonnier du Barreau de Rennes André TINIERE, Bâtonnier du Barreau de Saint-Nazaire Jean-Jacques BAZILLE, Avoué près la Cour de Rennes Luc BOURGES, Avoué près la Cour de Rennes Jacqueline BREBION, Avoué près la Cour de Rennes Jean-David CHAUDET, Avoué près la Cour de Rennes Yann CHOUCQ, Avocat Nantes Rosine D'ABOVILLE, Avoué près la Cour de Rennes Yvonnick GAUTIER, Avoué près la Cour de Rennes Bertrand GAUVAIN, Avoué près la Cour de Rennes Jean-René KERLOC'H Avocat Nantes Mme KERNOA, Greffière Jean-Pierre LEVESQUE, Huissier de Justice Vertou Christophe LHERMITTE, Avoué près la Cour de Rennes Erwan LORVELLEC, Avocat Nantes Hervé MORVAN, Avocat Nantes François PEROT, Avoué près la Cour de Rennes François PARENT, Avocat Nantes Sylvie POTIER-KERLOC'H, Avocat Nantes

Cet article a fait l'objet de 2928 lectures.
Vos 0 commentaires :
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 4 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons