En janvier 2008, alors que le Conseil régional de Bretagne s'apprêtait à voter en faveur du projet de la LGV Paris- Rennes le Parti Breton avait publié un communiqué intitulé : PROJET TGV : Pour le Parti Breton, il est préférable d'investir dans les ports bretons et le réseau ferroviaire secondaire en Bretagne plutôt que dans le TGV vers Paris. Depuis, il n'a cessé de dénoncer ce projet inutile qui a été largement financé par le faible budget de la région ( au contraire du financement quasi total par l'Etat des lignes précédentes dans l'hexagone), au point d'obérer pour longtemps ses capacités d'investissement.

Avec des années de retard, les autorités françaises, au-travers du rapport Duron et des commentaires de J-M Ayrault, semblent enfin reconnaître l'aberration de tels projets, malheureusement il semble trop tard pour ce qui concerne la ligne Rennes-Paris, les travaux étant déjà commencés. Le Parti Breton tient pour responsable Jean-Yves Le Drian, la majorité socialiste de l'époque et actuelle, tout comme l'opposition de droite qui a soutenu le projet, de cette dilapidation de l'argent public. Dans la situation actuelle, ces centaines de millions auraient été bien utiles pour permettre à la Bretagne de surmonter les graves difficultés que connaît son économie et engager des investissements véritablement productifs.

Avec sa mise en service, la ligne LGV contribuera de plus à accentuer les déséquilibres du territoire breton, faisant de plus en plus de Rennes une banlieue du Grand Paris. Déjà les effets sont dramatiques, ainsi la hausse de l'immobilier fait que les ménages bretons, directement en concurrence avec des familles d'émigrants parisiens, ne peuvent plus accéder à la propriété dans certains espaces de leur territoire, comme les zones littorales du sud Bretagne ou la ville de Rennes.

Il apparaît d'autant plus aberrant de voir encore, ici et là, certains responsables politiques et économiques se lamenter de l'annulation de l'extension de la LGV vers Brest et Quimper. Totalement conditionnés par la culture centraliste française, incapables de réfléchir en-dehors de la domination parisienne ils n'ont pas encore compris que c'est en Bretagne même que se trouvent les éléments de son développement économique et que l'ouverture doit être européenne et mondiale, d'abord par la mer, et non vers l'entonnoir parisien.

Pour le Parti Breton ce dossier est symptomatique de l'enfermement intellectuel d'une certaine classe politique, prisonnière aussi de certains enjeux financiers pas toujours clairs. Un changement s'impose lors des prochaines élections, il n'est plus possible de faire confiance à des hommes dont la gouvernance a été si médiocre.

Gérard Guillemot

Secrétaire Générale du Parti Breton

mailbox imprimer
logo

Le Parti Breton est un parti politique républicain, réformateur, qui a vocation à regrouper les hommes et les femmes s'engageant dans le combat pour la reconnaissance pleine et entière de l'identité nationale du peuple breton.
Il propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu.
Il se définit dans les valeurs de l'humanisme, de la solidarité, de la démocratie et de la liberté.
C'est un parti de réforme, s'adressant à tous ceux qui œuvrent pour le progrès selon les principes des philosophies politiques allant de la Social-Démocratie à la Démocratie Sociale Libérale tels que ces concepts sont largement reconnus et répandus dans l'actuelle Union Européenne.

Vos commentaires :

G Kerouanton
Samedi 29 juin 2013

Oui, mais asséner des vérités qui ne deviendront réalité que dans 20 à 50 ans ne rapporte rien au niveau électoral. Vous vous adressez à des militants déjà convaincus, mais l'électeur lambda ne peut pas entendre ce langage : votre projet ultime, mettez-le dans votre poche, et allez vers les électeurs avec des réponses à leurs préoccupations de tous les jours , avec un brin - pas trop - de démagogie : oui à la ligne TGV jusqu'à Brest et Quimper ; abattons les portiques de surveillance des camions : les Bretons n'ont pas attendu pour créer Combiwest ; cette taxe ne servira pas à créer des plate-forme de ferroutage , tout le monde le sait, y compris les écologistes!

marc iliou
Samedi 29 juin 2013

La première des choses à faire serait à mon sens de faire des liaisons intra régionales dans notre pays la Bretagne en ce qui concerne non seulement le ferroviaire inexistant chez nous en dehors d\'aller vers la capitale des français mais aussi en ce qui concerne les liaisons nord sud routières du type Lorient Roscoff , Auray St Brieuc. Avant de penser uniquement en termes de liaisons parisiennes il serait temps aussi de voir que notre pays est entouré par la mer ce qui l\'a fait vivre pendant des décennies avant que la France ne Nous ruine !

Louis Le Bars
Dimanche 30 juin 2013

Si il y avait une stratégie électorale "rémunératrice" : cela se saurait. La réalité c'est que les règles du jeu sont globalement pipées d'avance, il faut déjà être d'accord sur l'essentiel pour partir avec des conditions équitables.

Audiovisuel, modes de scrutin, périmètre du corps électoral, presse subventionnée, financement des Partis, règles pour pouvoir modifier les pouvoirs des collectivités locales : tout est cadenassé à triple Tour.

Il y a des élections, mais un peu comme en Iran, il faut au préalable être d'accord sur l'essentiel.

Les territoires français qui ont connus des avancée institutionnelles majeures sont l'Algérie, l'Afrique subsaharienne en général, l'Indochine, la Corse, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie. On est pas dans une situation écossaise.

Sebgir35
Dimanche 30 juin 2013

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises sur ABP nous avons une stratégie de communication qui a été décidé lors de notre dernier congrès avec des thèmes économiques et sociaux, des conférences, mise en place d'un tract et des affiches.

SPERED DIEUB
Dimanche 30 juin 2013

Kerouanton à la limite je partagerais votre point de vue excepté pour le sujet en question je considère en effet que le part breton a pris une position réaliste et courageuse car elle va à l'encontre de ce que voudrait nous faire croire la classe politique bretonne sous perfusion parisienne de droite comme de gauche ,dans le sens ou elle laisse entendre que les bretons de l'ouest de la péninsule seraient favorables à la LGV malgré sont ratio cout sur temps gagné largement négatif ,ce n'est pas évident car la pétition en question est contredite par un sondage du site web du télégramme qui donne au moins 70% d'avis négatif

Yann LeBleiz
Lundi 1 juillet 2013

@ M. Kerouanton

Le principe français est de considérer que le peuple est incompétent sur les sujets importants.

Alors on lui ment volontairement, en se disant que c'est pour son "bien"!

Le principe breton est que le peuple n'est pas stupide par principe, qu'il faut savoir lui parler vrai pour le faire agir.

La difficulté est que le peuple breton comme le peuple français, on pris l'habitude de laisser une minorité d' "ayants droits" décider pour eux. Ces 2 peuples en souffrent, mais on ne se libère pas de ses chaînes si facilement.

Rappeler-vous qu'aux USA après la guerre de sécession, nombre d'esclaves libérés étaient effrayés par la liberté et souhaitaient rester avec leur maître, une attitude qui choquerait un afro-américain du 21ème siècle!

Fallait-il conserver l'esclavage, je ne pense pas!

Faut-il parler au peuple comme le font les français, je ne le pense pas non plus!

Pierre CAMARE
Mardi 2 juillet 2013

Yann LeBleiz.

Tres bien . Je partage entierement votre point de vue

Michel Prigent
Mardi 2 juillet 2013

Rien à rajouter aux propos du Parti Breton qui relate l'exact historique du LGV, ce LGV, véritable tarte à la crème et argument majeur électoral des élections régionales, tant à droite qu'à gauche.

Comme des moutons, les bretons ont voté pour les vassaux du pouvoir parisien...reste à payer la facture.

Pierre CAMARET
Mercredi 3 juillet 2013

Tant pis si je me repete :

LES RESPONSABLES de la situation actuelle en BRETAGNE , sont les Bretons.

Écrire un commentaire :

Combien font 8 multiplié par 0 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.