Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Communiqué de presse -
Lettre ouverte aux députés bretons
Cet après-midi, à partir de 15 heures, M. Gilles de Robien sera à l'Assemblée Nationale dans le cadre des Questions au Gouvernement. Nous vous demandons de solliciter ses explications sur la situation de l'enseignement bilingue en Bretagne
pour Oui au breton le 17/10/06 11:33

Mesdames, Messieurs les Députés des cinq départements de Bretagne,

Cet après-midi, à partir de 15 heures, M. Gilles de Robien sera à l'Assemblée Nationale sans le cadre des Questions au Gouvernement. Nous vous demandons de solliciter ses explications sur la situation de l'enseignement bilingue en Bretagne.

En effet, ce matin, via un communiqué publié sur l'Agence Bretagne Presse, les parents de la maternelle publique de Merville à Lorient nous apprennent qu'une des enseignantes bilingues affectée sur leur école a cessé le travail car elle n'a pas touché son salaire.

Suppléante de l'Education Nationale, cette enseignante, dont le dévouement et la qualité de travail est revonnue par tous les parents et l'équipe enseignante de l'école, est sous contrat précaire qui ne vaut que pour les dix mois de l'année scolaire. Son salaire est de 550 € nets par mois, duquel elle doit retrancher 180 € de déplacement pour venir travailler (100 km par jour). La valeur de son travail, ce sont donc les 370 € restants.

En début de mois, sur sa demande, l'Inspection Académique du Morbihan lui a promis une avance. Le virement était parti, lui a-t-on dit. Nous sommes aujourd'hui le 17 octobre... et pas un centime n'est arrivé sur son compte pour combler son découvert obligé. Hier soir, on lui promettait un virement pour le 24. Et le 24, que lui promettra-t-on ?

Cette situation n'est pas une situation isolée. Dans la même école, une seonde enseignante bilingue suppléante, dont le contrat est renouvelé chaque année, n'a toujours pas été payé de son mois de septembre. Dans plusieurs écoles du Morbihan, dans des dizaines d'écoles de Bretagne, des enseignants suppléants assurent l'enseignement bilingue à nos enfants. Leur contrat est renouvellé chaque année pour un salaire de misère. L'administration leur refuse toute titularisation, pour certains depuis plus de cinq ans. Comble de l'injustice dans notre pays de droit, six semaines passées après la rentrée scolaire, ils ne sont même pas payés ! Derrière ces situations intolérables, comnbien de drames humains se cachent ? Comment ces enseignants suppléants, pour la plupart également parents de jeunes enfants, peuvent-ils tout simplement vivre ?

Les parents de la maternelle de Merville ont organisé une quête de soutien pour aider financièrement les enseignantes de leur école publique. Dans quelle république vivons-nous ? A Lorient, l'émotion citoyenne est à son comble.

A cette siuation pitoyable, dont la responsabilité incombe en premier lieu au Ministre de l'Education Nationale, M. Gilles de Robien, s'ajoute le refus d'ouverture de nouvelles classes bilingues à Bulat-Pestivien (Côtes d'Armor) et à Languidic (Morbihan).

Depuis maintenant plus de six semaines, dans ces deux écoles publiques, une quarantaine d'enfants attendent qu’un enseignant bilingue soit nommé pour pouvoir bénéficier d’un enseignement en breton et en français.

Les deux Inspections Académiques concernées refusent toute ouverture alors que la demande des parents est totalement conformes aux directives de l’Education Nationale, et notamment à la circulaire 2001-167 qui régit la création des classes bilingues à parité horaire.

La similitude des arguments motivant le refus des deux inspections académiques nous font penser qu’il s’agit, pour le moins, d’une volonté du recteur d’Académie, voire du Ministre de l’Education Nationale lui-même, M. Gilles de Robien, de ne pas donner les moyens nécessaires à l’enseignement bilingue breton-français en Bretagne.

Cet enseignement bilingue constitue pourtant, en Bretagne, une priorité absolue. Un Plan pour la sauvegarde de la langue bretonne fut d’ailleurs voté à l’unanimité des membres du Conseil Régional en décembre 2004. Il prévoit un doublement des effectifs des classes bilingues d’ici à 2010.

Avec vous, nous voulons que ce plan réussisse.

Comptant sur votre intervention,

Nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur le Député, l'expression de nos salutations citoyennes.

Avec les 900 citoyens qui ont signé la pétition en ligne de soutien aux parents de Bulat-Pestivien et de Langudic, (voir le site)

Avec les parents et les enseignantes de la maternelle publique de Lorient-Merville,

Le webmestre du site ouiaubreton. com

Si vous souhaitez réagir publiquement à cette information, un forum est disponible sur le site ouiaubreton.com (voir le site)

Vos 0 commentaires :
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 7 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons