Lettre d' Alain Solé sur son état de santé
Lettre ouverte de Alain Solé

Publié le 29/10/03 21:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

[...] j'en suis arrivé à l 'essentiel , mon premier souci sur les derniers arrêts de la Cour. Tout d'abord le 1er rapport d'expertise effectué par le Pr Azorin, Ledry et Gaux, le 1er de l'Hôpital Avicenne (Aucienne ) et les deux autres de l'Hôpital européen Georges Pompidou, de m'examiner et de rédiger un rapport en ce sens. Ceux ci après avoir consulté les documents médicaux « radio, dopyler, coronographie, artériographie et scintigraphie » ont déduit que mon état de santé était incompatible avec la détention normale et l'incarcération hospitalière jusqu'à complet rétablissement avec séjour dans un établissement de rééducation cardiaque et que avant tout retour normal, il sera procédé à une nouvelle expertise. Le 8 juillet, je comparaissais de nouveau devant la Cour d'Appel, non pas seulement pour demander ma remise en liberté mais pour faire procéder à l'expertise demandée, et que cette cour avait convenu avant tout retour en détention. L'avocat général, lui aussi, avait fait cette démarche à l'audience. L'arrêt rendu ce jour-là avait fait abstraction de cette expertise en argumentant qu'un médecin avait conclu à la compatibilité avec la détention (on ignore toujours lequel !). Ceci est faux. Cette cour savait que le 8 juillet, j 'étais toujours hospitalisé et comme par hasard, c'était le dernier jour de ma rééducation à l'Hôpital Broussais, et que le lendemain, j'étais admis de nouveau à Pompidou pour procéder à l'angioplastie sur l'artère iliaque et 4 jours après, je retournais à l'Hôpital des prisons de Fresnes. Or, avant d'y retourner et comme convenu dans l'arrêt du 10 juin, je ne devais pas être en détention même en milieu carcéral hospitalier avant qu'il ne puisse être procédé à une expertise, qui ne le savons tous, y compris bien sûr les magistrats aurait été entérinée comme la première, c'est à dire l'incompatibilité avec la détention. Manipulation des magistrats .

(.)

J'en reviens donc au médecin de la Maison d'Arrêt. Il a précisé que mon dossier médical avait été « pillé » (mot souligné dans sa lettre par Alain Solé), ceci devant le député et moi-même. Ce qui veut dire que l'on ne peut plus établir la chronologie de ma pathologie du début à ce jour de mon incarcération. Ce qui est le plus grave et criminel, lorsque le médecin urgentiste de l'Hôpital de Fresnes m'a examiné suite à mon artériopathie de l'artère iliaque, il s'est aperçu que j'avais fait un infarctus du diabète, dit silencieux en comparant le résultat d'un électrocardiogramme qui datait de mai 2000 ! alors que depuis cette date, j'avais effectué de nombreux électrocardiogrammes. Ceux-ci ont disparu du dossier médical mais où Soit à Villepinte soit à Fresnes (Maison d'Arrêt). Peut-être que certain(e)s ont voulu « dégraisser » un dossier devenu trop lourd. Hors tous les médecins y compris Christian Ménard savent que chez le diabétique on dit l'infarctus silencieux car on se le sent pas arriver et peut-être létal, d'où la périodicité rapprochée des électrocardiogrammes chez le sujet à risque, ce qui est le cas. De plus, nous avons parlé de récidive d'infarctus chez le sujet diabétique, car ce n'est pas parce que la chirurgie a réparé ces artères que cela ne peut plus se produire. Le diabète étant une maladie incurable, le docteur Grinda qui m'a opéré et a effectué le double pontage coronarien s'est réservé de tout pronostic. Il l'a indiqué dans son rapport post-opératoire. Ce sont les meilleurs chirurgiens de la place de Paris qui se sont occupés de moi, et contactés avant par le chef de service de l'hôpitalde Fresnes, celui-là même qui avait rédigé un rapport médical à la demande du juge Thiel suite à mon 1er accident vasculaire. Chrisitan Ménard a aussi demandé au médecin s'il était confectionné des repas de régime approprié à la Maison d'Arrêt de Nanterre. Il n'a pas su répondre. J'ai dit que ces repas ne sont pas adaptés à chaque pathologie et étaient faits à l'identique avec pas plus de 1400 calories. Ca fait maigre. J'ai aussi relaté le refus d'extraction dont m'avait informé le médecin et qu'une plainte avait suivi. J'imagine que le juge d'instruction chargé de cette enquête a déjà débuté l'information car le médecin s'est ravisé en disant qu'il avait appris que je devais être transféré dans les jours suivants et que l'administration pénitentiaire n'avait pas trouvé urgent de m'extraire. Je n'en crois pas un mot car le médecin était affolé de ne pouvoir m'envoyer aux soins d'urgence de l'hôpital de Fresnes craignant une gangrène au pied gauche devenu froid et bleu, sans pouls, avec le risque d'amputation. Aujourd'hui il dit que cela n'était pas urgent et que cela pouvait attendre encore quelques jours. Bizarre, non Le médecin urgentiste de Fresnes m'avait dit que si je n'étais pas venu cette journée, c'était le bloc opératoire. J'ajoute aussi que cet après midi 4 octobre 2002 la directrice adjointe, le chef de détention et le bricard avait été alerté par le médecin de cette urgence, alors que je lui répondais que ça pouvait attendre lundi ne voulant pas passer le week-end à l'hôpital - mais me prévenant des risques je m'étais ravisé. Cette plainte est mal bourrée (prescription). Je suppose qu'il y a manipulation du personnel médical. Seulement j'ai encore le rapport du médecin urgentiste de Fresnes. Je verrai cela avec Coutant-Peyre. (.) »

Alain Solé, prizoniad politikel breizhat

D'ar 14 a viz Here 2003.

alainsole [at] bzh.net

Note sur Alain Solé:

Dans une lettre adressée au ministre de la Justice Dominique Perben datée du 2 décembre 2002 Amnesty international fait quelques remarques sur la situation de certains prisonniers actuellement détenus dans les prisons françaises. Le cas d’Alain Sole prisonnier politique breton est largement évoqué dans ce courrier qui est fait au nom de Irène Khan, secrétaire général. Voici la traduction de l’extrait qui concerne Alain Solé.

*********************************************************

Amnesty International est actuellement préoccupé par la situation d’Alain Solé, présumé membre du mouvement nationaliste breton Emgann, qui a été arrêté le 4 octobre 1999 en rapport des activités présumées illégales de nationalistes bretons (notamment le vol d’explosifs à Plévin le 28 septembre 1999). Alain Solé, qui se trouve maintenant en détention provisoire depuis plus de trois ans est diabétique, et il apparaît qu’il n’a pas reçu les soins médicaux nécessaires durant les premiers mois suivant son incarcération. Il serait ainsi devenu insulino-dépendant pendant qu’il était en prison, et a tenté de se suicider le 24 mars 2001 à la maison d’arrêt de Villepinte après avoir en plus contracté un virus. Il apparaît qu’Alain Solé a été transporté d’urgence de l’hôpital de Nanterre à l’hôpital de Fresnes avec des problèmes circulatoires à une jambe.

Le 15 octobre 2002, dans une lettre rendue publique, Me Coutant-Peyre, avocat d’Alain Solé, demanda que toutes les mesures nécessaires soient prises afin que la loi concernant les détenus soit respectée. Me Coutant-Peyre notait que, selon la loi du 15 juin 2002 sur la protection de la présomption d’innocence et le droit des victimes – qui instaure, entre autres choses, les différentes durées de détention provisoire selon l’article 145-1 du Code de procédure pénale- Alain Solé aurait dû être libéré le 4 octobre 2001, un an après son arrestation. Le 19 juin 2001, la chambre d’instruction demanda, de ce fait, sa relaxe. Cependant, il fut alors mis en examen pour un incident différent, celui de l’attentat à l’explosif du restaurant McDonalds qui eut lieu le 19 avril 2000, alors qu’Alain Solé était déjà en détention. Il est donc resté en détention provisoire.

Amnesty International tient à souligner que selon l’article 5(3) de la Convention européenne concernant les droits humains et les libertés fondamentales, chacun a droit à un procès dans un délai raisonnable ou à une relaxe, et que dans le cas des détentions provisoires, l’obligation du gouvernement d’accélérer les procès est encore plus grande. Les lois internationales stipulent qu’une personne inculpée ou soupçonnée de délit criminel, doit être libérée en attente du procès si le délai raisonnable n’est pas respecté. Si, de plus, il est vrai qu’Alain Solé requiert une assistance médicale continue et spécialisée, et que cela ne peut lui être fourni actuellement, la continuation de sa détention est particulièrement préoccupante. Nous vous serions donc reconnaissants si vous nous confirmiez les faits mentionnés ci-dessus et qui concernent l’état de santé et la détention provisoire d’Alain Solé. Nous aimerions particulièrement connaître la décision de la chambre d’instruction, prévue le 12 novembre 2002 et concernant sa demande de mise en liberté, et si, selon vous, les autorités agissent avec la diligence requise.

Site internet

(voir le site)

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.