Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Communiqué de presse -
Les paysans engagés dans les agricultures durable et biologique ne doivent pas être les laissés-pour-compte de l'application de la PAC
Rennes, le 11 septembre 2006 Vendredi et samedi derniers, cinq paysans ont jeûné pour réclamer que leur situation et celle de leurs collègues au regard de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) soit revue. Les conseillers régionaux Verts apportent leur soutien à ces paysans qui, engagés depuis plusieurs années dans
Michel Balbot pour Groupe des Elu-e-s Vert-e-s au Conseil régional de Bretagne le 12/09/06 15:50

Rennes, le 11 septembre 2006

Vendredi et samedi derniers, cinq paysans ont jeûné pour réclamer que leur situation et celle de leurs collègues au regard de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) soit revue. Les conseillers régionaux Verts apportent leur soutien à ces paysans qui, engagés depuis plusieurs années dans l'agriculture durable, ont mis en oeuvre des pratiques respectueuses de l'environnement et de la vie des territoires ruraux : entretien du bocage, élevage des bovins à l'herbe, aliments produits à la ferme, agriculture biologique, etc.

Ils ont opéré ces choix de production, souvent en renonçant aux aides publiques. La nouvelle PAC qui commence à prendre effet continue de les oublier, avec une mesure lourde d'effets, le découplage des aides de la production. Contrairement à d'autres États européens, le gouvernement français a refusé l'idée d'une régionalisation des aides, mise en oeuvre conjointement à une mutualisation entre agriculteurs. En choisissant une répartition des aides sur la base de références historiques, il a décidé de favoriser les agriculteurs qui ont reçu le plus d'aides ces dernières années de la part de l'Europe : ceux qui avaient le plus d'hectares de maïs ou de cultures ou le plus d'animaux primés continueront à recevoir les subsides européens, au travers des droits à paiement unique (DPU). Pour ceux qui n'avaient pas et qui n'auront pas ces aides, la concurrence va être rude.

La lutte entamée dans les Côtes-d'Armor par le CEDAPA, le GAB 22 et la Confédération paysanne a déjà porté ses fruits puisque les DPU de 150 exploitations concernées seraient revus en partie. Les conseillers régionaux Verts demandent à ce que ce " recalcul " soit élargi à l'ensemble des exploitations bretonnes engagées dans l'agriculture durable et biologique, pénalisés par ce système pervers de DPU.

Quoiqu'il en soit, les conseillers régionaux Verts se battront pour que ces paysans soient mieux reconnus, au travers notamment de la politique agricole mise en place par le Conseil régional.

Marie-Pierre Rouger

Conseillère régionale Verte - Bretagne

________________

Contact Presse : Christophe Kergosien, attaché des élu-e-s Vert-e-s au Conseil régional de Bretagne : 06 85 90 20 30

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons