Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Les leçons de la crise financière
La crise financière mondiale illustre notre incapacité à organiser le présent et le futur. Dans le domaine financier, comme dans d'autres, il faut construire un fonctionnement harmonieux et prévoir les risques. Or, le laisser-faire constitue la règle. Et nous sommes tous responsables : les politiques, qui ont
Michel Le Tallec pour Parti Fédéraliste le 30/09/08 13:22

La crise financière mondiale illustre notre incapacité à organiser le présent et le futur. Dans le domaine financier, comme dans d'autres, il faut construire un fonctionnement harmonieux et prévoir les risques. Or, le laisser-faire constitue la règle. Et nous sommes tous responsables : les politiques, qui ont le pouvoir de fixer les limites, mais aussi chacun d'entre nous, qui avons le devoir de réagir, tout particulièrement par le vote.

Un constat : nous subissons les lois du capitalisme libéral à la mode anglo-saxonne. Ce libéralisme laisse jouer le libre marché. L'initiative privée est reine et la concurrence fixe les règles du jeu. La spéculation échappe à toute contrainte. Sauf celle qui découle de la prise de risque : si on manque de flair, on perd, quitte à entraîner d'autres dans sa perte, sans autre sanction. Les conséquences de ce libre jeu sont graves. La spéculation sur les matières premières a pour conséquence une augmentation de la faim dans le monde et le risque de conflits armés. La recherche du profit sans contrepartie équitable, comme c'est le cas des subprimes, se traduit par de retentissantes faillites bancaires et individuelles… Il faut arrêter de jouer, poser des règles. Il faut encadrer la libre concurrence. Il faut exiger une transparence totale des capitaux flottants : origine, volume, mouvements. Il faut mettre de l'ordre dans les paradis fiscaux, interdire certaines formes de spéculation. Au nom de la même morale qui interdit les prêts usuraires, il est nécessaire d'assainir le marché financier. Nous devons aller plus loin encore en taxant les super-bénéfices des spéculateurs, une fois établie la transparence des transactions. Les revenus de ces taxes viendront compléter les fonds publics permettant aux états ou aux organisations supra-nationales d'organiser un système économique plus équitable. Des lois doivent être créées et appliquées, pour encadrer ce fonctionnement raisonné et pour sanctionner ceux qui joueront les francs-tireurs. Ici encore, l'objectif est de mettre en place une organisation du marché au service de l'Homme. Une priorité, pour nous, fédéralistes !

Michel Le Tallec, président du Parti fédéraliste

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons