Les enjeux du scrutin des cantonales 2011

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 15/03/11 16:52 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les enjeux du scrutin des cantonales 2011

Pourquoi la Bretagne doit elle s'émanciper ?

C'est à l'occasion des élections européennes que vous êtes nombreux à avoir réalisé combien le Parti Breton/Strollad Breizh pouvait incarner une voie nouvelle et originale de développement pour la Bretagne. Depuis cette date, nous vous devons ainsi qu'à tous ceux, de plus en plus nombreux, qui nous découvrent progressivement, d'être présents à tous les scrutins territoriaux. Nous le serons les 20 et 27 mars prochains à l'occasion des cantonales. Certes, l'enjeu est limité et ces dernières élections cantonales précèdent l'entrée en vigueur de la réforme territoriale dont nous dénonçons avec force le caractère inique et la régression démocratique qu'elle constitue pour la Bretagne. Mais, plus important, nous entendons saisir cette occasion pour amplifier l'audience de notre message politique :

Pourquoi la Bretagne doit elle s'émanciper ?

• Les politiques, qu'elles soient celles de l'Etat français, des pouvoirs régionaux ou locaux ne répondent pas, loin s'en faut, à la question essentielle pour nous de la place de notre culture, notre langue, notre identité dans la société. Cette revendication doit être portée avec force. Quel est mon avenir si je ne sais pas d'où je viens et qui je suis ?

• L'uniformité imposée par le modèle vertical français conduit à une impossibilité de mener la moindre réforme ou expérimentation sans provoquer un rapport de force entre les deux clans qui se partagent le pouvoir. Or les Bretons savent être audacieux, imaginatifs et ont par tradition la volonté de travailler ensemble. C'est un formidable levier d'évolution de notre société qui ne peut fonctionner dans le contexte bipolaire actuel. Décider en Bretagne est la clé du déblocage d'une société engluée dans des visions du monde jacobines et dépassées, sans équivalent en Europe.

• Vivre heureux en Bretagne c'est d'abord une économie prospère pour assurer travail et juste rémunération à tous les bretons, jeunes et moins jeunes. Défendre nos industries, nos PME, soutenir nos entrepreneurs, nos agriculteurs, nos chercheurs, nos universités et notre système éducatif constituent un enjeu primordial et, il faut s'en persuader, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour organiser et faire fonctionner toute cette chaine productrice de richesse.

• Vivre heureux en Bretagne, c'est aussi préserver un cadre de vie et une nature légués par nos parents et que nous devons rendre à nos enfants et aux générations futures. Les questions posées sur l'énergie, l'eau, les pollutions en tous genres nous interpellent quotidiennement. Sur ces sujets encore plus que d'autres, ne cherchons pas de boucs émissaires et ne renvoyons pas ailleurs ce que nous devons régler ensemble par le dialogue constructif, l'élévation de la prise de conscience de ces enjeux par la société bretonne dans son ensemble et l'action déterminée mobilisant les ressources nécessaires qu'elles soient scientifiques ou financières.

• Une Bretagne prospère est une Bretagne qui se préoccupe de tous. La pauvreté, ici comme ailleurs s'est développée de crise en crise. N'oublions pas cette règle qui fait qu'une société progresse comme une chaine, selon la résistance de ses maillons les plus faibles ! Question essentielle compte tenu des valeurs que nous portons ! Là comme ailleurs, qu'on parle de santé, de logement, de transport, d'équilibre des territoires nous sommes persuadés que les réponses ne pourront venir que de nous, de la proximité, du terrain d'une plus juste allocation de nos ressources et pas d'un Etat impécunieux qui s'empare de tout et ne résout rien.

• Mettre en place des politiques culturelle, sociale, d'aménagement du territoire plus justes au service d'une économie au dynamisme retrouvé suppose de disposer de moyens nouveaux. La répartition actuelle des produits de la fiscalité prélevés en Bretagne est totalement injuste. Nos impôts mal employés nous ont conduits à l'impasse des déficits et de la dette de l'Etat dont personne ne semble prendre la mesure. Irresponsabilité constante et coupable des deux partis qui se sont partagé le pouvoir en France ces vingt dernières années !

• S'inscrire dans un monde où les échanges de biens, de services, d'information sont désormais sans limite, c'est d'abord croire en l'avenir de notre territoire pour garder des repères identitaires, mais c'est aussi oser franchir frontières et océans comme l'ont fait des générations de bretons avant nous. Pour cela il nous faut nécessairement dépasser l'horizon de Paris, défendre résolument une Europe fédérale, nous relier au monde nouveau qui se construit. Regardons loin, plus loin qu'un TGV ou un aéroport qui servent d'alibis coûteux à ceux qui n'ont pas de projet pour la Bretagne.

Notre message sera avant tout porté par nos candidats qui ont accepté de relever le défi de cette élection. Nous comptons sur vous pour leur apporter un suffrage. Ne minimisons pas les difficultés, le combat sera long et les embûches ne vont pas manquer mais soyez convaincus que nous portons des valeurs et un projet qui finiront par s'imposer : Défendons une Bretagne réunifiée, maitresse de son destin, prospère et solidaire !

Le Parti Breton/Strollad Breizh représente le choix d'un vrai changement, la seule alternative aux extrêmes et la voie d'avenir pour tous les Bretons.

Yves Pelle

Président du Parti Breton/Strollad Breizh

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.