Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Les Bretons, la mort, les obsèques : un sujet tabou ? Parlons-en
Avec l'âge, l'accompagnement d'un parent, d'un ami, d'un voisin à sa dernière demeure, comme ont dit, devient un exercice quasi hebdomadaire. Et… presque obligatoire. Si l'on ne vous voit pas régulièrement à l'église, au crématorium ou au cimetière pour l'ultime adieu, vous n'échapperez pas à la remarque : « Celui-là, il n'est pas de souche. » Entendez par là : vous n'êtes pas intégré au village, au quartier.
Jean-Charles Perazzi pour JCP le 26/08/12 18:40

Les Bretons, la mort, les obsèques : un sujet tabou ? Parlons-en

Plomelin/Ploveilh.- Suite du journal de campagne de J.C. Perazzi

Avec l'âge, l'accompagnement d'un parent, d'un ami, d'un voisin à sa dernière demeure, comme ont dit, devient un exercice quasi hebdomadaire. Et… presque obligatoire. Si l'on ne vous voit pas régulièrement à l'église, au crématorium ou au cimetière pour l'ultime adieu, vous n'échapperez pas à la remarque : « Celui-là, il n'est pas de souche. » Entendez par là : vous n'êtes pas intégré au village, au quartier. En d'autres termes, vous ne faites pas partie de la communauté où tout se dit, se sait, se partage. Enfin, presque.

Un verre au fossoyeur, au curé, aux chevaux…

Mais les obsèques, de nos jours, ne sont plus ce qu'elles étaient. Pensez à Brassens. Quand les héritiers étaient contents, « au fossoyeur, au curé, aux chevaux même ils payaient un verre. »

Vrai : si la cérémonie est belle, pas trop triste, ceux qui l'on suivie seront heureux dès son achèvement de partager un moment de convivialité.

Civile ou religieuse, elle peut aussi être sinistre ou simplement ennuyeuse. Tout dépendra de la manière dont elle a été conçue, en règle générale avec les proches du défunt. De son déroulement, aussi.

Plus d'une heure et demie d'office, l'autre jour, en Haute-Bretagne. Dans une belle église bien remplie. Des chants assez beaux, mais interprétés essentiellement sur le mode mineur. Des témoignages de parents et d'amis du défunt sûrement émouvants, mais inaudibles pour la majorité des assistants, en raison d'une sonorité défaillante. Des prises de paroles d'officiants heureux de pouvoir transmettre le message divin, dans un langage assez ésotérique quand même et d'un autre temps, aux croyants présents. Mais aussi… aux agnostiques et aux athées, pris en quelque sorte en otage. Le temps n'est plus, en effet, semble-t-il, où les incroyants mettaient un point d'honneur à rester sous le porche de nos églises durant le déroulement de l'office.

Tout cela, on l'aura deviné, ne pouvait que contribuer à donner aux participants à cet enterrement une sensation d'ennui.

Il aura fallu, en fin de cérémonie, l'intervention individuelle de trois musiciens et chanteurs bretons, amis du défunt pour faire passer sur celle-ci un souffle d'émotion collective, vraie.

Propos iconoclastes ? Point de vue suggestif ? Possible.

Requête

Il se dit qu'en Bretagne -ailleurs aussi- la mort et tout ce qui se passe autour sont des sujets tabous.

Raison de plus pour en parler. D'ailleurs, chez nous, Anatole Le Braz, Xavier Grall, Pierre-Jakez Hélias, Glenmor, Anjela Duval, Youenn Gwernig, et bien d'autres plumes et artistes de Bretagne ont su évoquer le sujet avec talent. Et sans faire systématiquement dans la sinistrose, le langage abscons.

Ainsi Xavier Grall, évoquant la disparition de son père (quatre-vingt-trois ans) dans une lettre à un ami : « Il est mort en paix, sereinement. Comme un bon ouvrier qui a bien fait son labeur (…) Mon père était un juste. Cette certitude essuie quelques-unes de nos larmes (…) Ma peine est silencieuses et profonde, mais il s'y mêle une sorte de joie de nature, je le crois, spirituelle. »

Obsèques civiles, obsèques religieuses : on ne s'y rend jamais comme à une fête.

Juste pour partager avec d'autres la peine qui est la nôtre.

La qualité de l'office peut contribuer à les rendre moins pénibles. Sereines. Apaisantes.

Est-ce trop demander à ceux qui la préparent, l'organisent, qu'il en soit toujours ainsi ?

Jean-Charles Perazzi

Cet article a fait l'objet de 1034 lectures.
Vos 1 commentaires
Gilbert Josse Le Mardi 28 août 2012 09:13
Je me souviens du partage d'un vieux whisky bien tourbé, dernier cadeau d'un ami qui partait en fumée et du regard ahuri des proches d'un autre défunt qui avait omis de leur demander un tel hommage.Peut-être a-t-on, au même titre que les amis, les morts qu'on mérite ?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons