Le whisky pour les nuls, première leçon
Chronique de Kerne Multimédia

Publié le 14/08/17 23:18 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:
Réalisation :

Jean-Pierre Pichard en impose. Par son humour, sa profonde connaissance du sujet, il impressionne les nombreux amateurs et festivaliers venus l'écouter à l'Espace Paroles. Il vient de commettre avec son ami Nono un nouveau livre sur le breuvage sacré des Écossais.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Alors ? Il faut se méfier des contrefaçons, ne jamais acheter un whisky dont l'adresse de la distillerie n'est pas mentionnée sur l'étiquette. Les meilleurs whiskys sont ceux qui ont vieilli en fûts... de vin ! (Xérès ou Bordeaux) Il faut ensuite qu'ils aient bien vieilli (dix à douze ans minimum). Il dit qu'il faut se méfier des "blend", de ces whiskys industriels nés début XXe quand les ouvriers des usines et les mineurs avaient besoin de s'étourdir pas cher...

Première leçon, qui sera suivie de deux autres : écoutez le maître...

Voir aussi :
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.