Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Le TGV Bretagne repoussé à 2013 (au mieux !)
Parmi les 35 projets d'infrastructures de transport sélectionnés lors d'un comité interministériel d'aménagement du territoire (CIADT) ce jour, le bilan pour le TGV Bretagne est mitigé. Le TGV qui mettra Quimper et Brest à 3 heures de Paris est repoussé aux calendes celtiques.
pour ABP le 18/12/03 19:15

Parmi les 35 projets d'infrastructures de transport sélectionnés lors d'un comité interministériel d'aménagement du territoire (CIADT) ce jour, le bilan pour le TGV Bretagne est mitigé. Le TGV qui mettra Quimper et Brest à 3 heures de Paris est repoussé aux calendes celtiques. Si le temps de trajet de Paris à Rennes sera réduit de 37 minutes, et celui de Nantes à la capitale française de 7 minutes, le projet ne sera pas engagé au mieux avant 2009 et la ligne ne sera pas effective avant une dizaine d'année. Précisons que ce calendrier ambitieux fait fi des questions de financement, et de l'engagement réel de l'Etat français.

Pour être clair, "engager" les projets avant 2009 peut simplement signifier un lancement des études. A l'avant-projet, , succèdent l'enquête d'utilité publique, puis les travaux. Seule la première phase de cette ligne TGV sera donc mise en service : 225 kilomètres de ligne nouvelle pour un montant d'au moins 1,7 milliard d'euros.

Pour ne pas faire de déçus, le gouvernement français a retenu tous les grands projets, même ceux mis en cause par un audit qu'il avait lui-même commandé, comme le canal Seine-Nord. Les projets déjà dans les "tuyaux" sont le Lyon-Turin (environ 12 mds EUR, dont 8 mds EUR côté français), le prolongement du TGV-Est jusqu'à Strasbourg ou le tronçon Tours-Bordeaux-Espagne (dont les travaux devraient être lancés en 2006 avec une mise en service en 2011). Le chantier suivant sera celui du TGV Sud-Europe Atlantique entre Angoulême et Bordeaux, lancé "en 2006-2007", de façon à être terminé en 2012.

La liste des projets était très attendue dans les régions, à quelques mois des élections. Comme on pouvait le craindre suite aux déclarations de Francis Mer à l'occasion de son récent passage en Bretagne, le projet de TGV Bretagne ne fait pas partie des projets prioritaires retenus par le gouvernement français à Matignon.

C'est donc un véritable désaveu encaissé par l'équipe sortante du Conseil Régional de Bretagne menée par son président, Josselin de Rohan, qui se faisait fort d'obtenir des résultats sur ce dossier. Il pourrait en faire les frais lors du prochain scrutin régional.

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons