Le sens de la fête et du travail ensemble
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 5/06/14 16:14 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

En Bretagne on sait travailler en réseau : la Redadeg en est un brillant exemple, mais sait-on préparer ensemble l'avenir politique, énergétique, économique, environnemental, de ce pays ?

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Les Basques ont, avec leur nouvelle monnaie, l'eusko, réussi à élever leur monnaie alternative au 3e rang en Europe devant les monnaies suisses et les autres, en moins d'un an. Pourquoi ? Les réseaux, ils connaissent. La coopérative de Mandragon, les ouvriers actionnaires, la Korrika (la première Redadeg de l'histoire européenne), le travail efficace, ils sont arrivés à augmenter le nombre de locuteurs bascophones, ils organisent cinq festivals énormes chaque année (80.000 personnes dans chacune des quatre grandes provinces basques), dont les média français s'abstiennent de parler. Kilometroak (en octobre, née en 1977) au Guipuscoa, Ibilaldia pour la Biscaye (en mai, née en 1978), Nafarroa Oinez (en octobre) pour la Navarre, Araba Euskaraz (en juin) en Alava et Herri Urrache en Pays basque nord, au mois de mai.

Alors, comme ils ont inventé les premières écoles en immersion en Europe, la première course pour une langue minoritaire gommée trop vite de la carte, les premières coopératives, que leur énergie est produite à 60 % par les éoliennes certains jours, ne pourrions-nous pas avancer un peu plus vite en Bretagne, tous ensemble, en réseaux, et avec un programme clair qui rassemble. Créer des ponts, pas des murs...

Voir aussi :
Vos 1 commentaires
  Jean Carfantan
  le Vendredi 6 juin 2014 11:54
Bravo pour l'article. Mais ils ont le sens très fort de la famille et du clan, ce sont aussi les valeurs du rugby dans le Pays Basque Nord.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.