Le Parti Breton s'exprime sur la présidentielle 2012 le 3 mai à Dinan

-- Politique --

Conference debat de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 2/05/12 20:22 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
25786_1.jpg

Yves Pelle, candidat aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012 sur la 2e circonscription

des Côtes-d'Armor.


« Le Parti Breton s'exprime sur la présidentielle 2012 »

Le 6 mai, les Bretons doivent s'exprimer

Dimanche prochain, 6 mai, les Français, et donc les Bretons, choisiront la personne qui conduira le pays pendant les cinq prochaines années. Depuis l'application du quinquennat, liant les élections législatives aux présidentielles, le candidat élu dispose de beaucoup de pouvoirs. Les implications de cette élection pour chacun d'entre-nous sont donc fortes. Nous serons engagés pour 5 ans sur des rails qui seront déterminés par le nouveau président et ses alliés.

Il en va des Bretons comme de tous les autres Français. En conséquence, depuis que les résultats du premier tour des élections présidentielles 2012 ont été connus, les questions ont fusé quant à la position qu'allait prendre le Parti Breton à l'occasion du second tour de ce scrutin.

Son Président, Yves Pelle, candidat aux élections législatives de juin sur la 2e circonscription des Côtes-d'Armor, se devait d'éclaircir son point de vue, et celui du parti.

Le Parti Breton fait part de sa position

– Qui de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy offre la plus grande proximité avec les idées du Parti Breton ?

– Lequel des deux finalistes est le plus à l'écoute de territoires ?

– Quelles conséquences le positionnement centriste du Parti peut avoir à l'occasion de ce scrutin ?

Pour découvrir cela, Yves Pelle vous invite à un point presse.

Rendez-vous vous est donné le jeudi 3 mai 2012 à 11 h 30 à son local de campagne situé au 11 rue de la Ferronnerie à Dinan.

Cette rencontre sera aussi l'occasion d'inaugurer ce local qu'Yves Pelle veut être un lieu d'échange, ouvert à tous.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1268 lectures.
Vos 23 commentaires
EC
Lundi 24 janvier 2022
Ce n'est pas à Yves Pelle de donner la position du Parti Breton, mais au Parti Breton de prendre sa décision, et de déléguer Yves Pelle, ou un autre porte-parole, pour l'annoncer.
(0) 
Patrick Chevin
Lundi 24 janvier 2022
Le parti breton nous donne un bel exemple de rassemblement national: "de la social-démocratie à la démocratie sociale libérale", et il hésite entre Sarkozy et Hollande... Bayrou a dû passé ses vacances dans le coin...
(0) 
Gilbert Josse
Lundi 24 janvier 2022
Bonjour M. ou Mme EC. Où avez-vous lu que Yves Pelle va "donner" la position du Parti Breton ?
Je lis :"Son Président, Yves Pelle, candidat aux élections législatives de juin sur la 2e circonscription des Côtes-d'Armor, se devait d'éclaircir son point de vue, et celui du parti." Auriez-vous quelques difficultés avec l'analyse sémantique ou bien votre remarque est-elle la traduction d'une position politique ?
Bonjour M. Chevin. Où avez-vous lu qu'il y a "hésitation" ? Je ne vois ce mot nul part. Le fait de profiter de l'inauguration d'un local pour se déclarer ne peut être considéré comme une hésitation me semble-t-il.
(0) 
Alwenn
Lundi 24 janvier 2022
Yves Pelle a déjà au moins compris une chose : l'importance du costume-cravate quand on fait de la politique et que l'on veut être pris au sérieux par le plus grand nombre. C'est le B.A.BA, mais tous les partis bretons ne l'on pas encore compris !! Et certains ont déjà 50 ans d'existence !!
(0) 
Louis Le Bars
Lundi 24 janvier 2022
Attention à ne pas mettre la cravate de travers par contre !
(0) 
Gilbert Josse
Lundi 24 janvier 2022
Juste de retour de l'inauguration du local du Parti Breton à Dinan.
Yves Pelle ne donne aucune consigne de vote tout en regrettant la non reconnaissance du vote blanc.
(0) 
SPERED DIEUB
Lundi 24 janvier 2022
Progressivement la cause bretonne paraissait compromise mais mieux vaut tard que jamais et cette fois le mouvement breton a quelqu'un de crédible en la personne Yves Pelle
(0) 
Patrick Chevin
Lundi 24 janvier 2022
Hollande a parler de renforcer les libertés régionales. Le mouvement breton va donc voter pour lui. Au pire ça ne servira à rien, si ce n'est à virer l'autre énergumène...
(0) 
Arzh-bihan
Lundi 24 janvier 2022
P. Chevin,
C'est vrai qu'il en a parlé, mais en indiquant qu'elles resteraient dans leurs limites frontalières actuelles ... (voir le site)
Les bretons devront-ils faire le choix de sacrifier la Loire-Atlantique au profit d'une B 4 plus "libre" ?
(0) 
Patrick Chevin
Lundi 24 janvier 2022
Je ne suis pas persuadé que le rattachement (pardon la réunifiction) soit une bone chose pour le pays breton. En effet, le pays natais n'est vraiment breton qu'en pays de guérande, et à la limite au nord de la Loire, le reste étant poitevin et angevin. Même le nord de la LA et le pays rennais sont plus français que bretons... Comment voulez vous que la ville de Nantes, qui a vocation à être la métropole économique de l'Ouest français puisse se retrouver enclavée au sud-est d'une Bretagne indépendante? Et en dehors de le rivalité Rennes-Nantes, deux ville 100% françaises, que resterait-il au Pays Breton ? On a déjà vu ce film à l'époque du Duché et on connait le résultat...
(0) 
Léuo-Paul Creton
Lundi 24 janvier 2022
Patrick Chevin, je ne sais plus si c'est seulement sur ABP où les commentaires sont permis depuis relativement peu, ou bien sur les commentaires de Télénantes ou Nantes7 en 2007 /2008, au moment où Sarko a mis ses grands pieds dans la réunification, ou sur les deux (vous me "corrigerez" certainement) que vous interveniez de manière récurrente et plus virulente, avec la même argumentation sur ce sujet qui semble vous tenir beaucoup à cœur! Puis vous avez disparu pendant un temps ! Les/la modération en a eu peut-être un peu marre…
Le fort sentiment que vous m’avez laissé est que vous ne tenez aucun compte de l’Histoire de Bretagne, de l’identité bretonne d’une grande part de la population, des hommes, des femmes et des enfants, de haute Bretagne et de leur héritage depuis mille ans et plus !
Vous êtes revenu, ici sur ABP et (ré)utilisez plus modérément mais insidieusement, l’espace des commentaires ABP, pour continuer à instiller dans les esprits, votre idéologie technocratique ayant pour objectif de séparer l’est de l’ouest de la Bretagne. Pour tout dire à mon avis, de désintégrer la Bretagne.
La liberté d’expression importante sur ABP, ne devrait cependant pas permettre que de soi-disant « Bretons » développent ce genre de théories ! Que l’aptitude à la liberté du site ne serve pas à d’autre pour nous en priver inconsciemment …ou intentionnellement, un jour ou l'autre plus que cela ne l'est déjà !
Nous savons bien ce que sont et veulent les Ayrault et Auxiette, mais nous ne savons pas toujours qui sont les Chevin qui émettent de tels commentaires _qui se disent Bretons_ et que sont leurs objectifs.
(0) 
Naunnt
Lundi 24 janvier 2022
Je travaille tous les jours avec des finisteriens et ils ne considèrent pas les Nantais comme breton, ou à la limite une sous-catégorie de breton. Quand ils quittent Nantes pour le week-end, ils disent "je retourne en Bretagne", ça veut tout dire.
Ceci-dit, le nantais cosmopolite, internationaliste et progressiste que je suis ne fait peut être rien pour les faire changer d'avis...
(0) 
Naon-e-dad
Lundi 24 janvier 2022
@Patrick Chevin et à d’autres
Si l'on suit ceux qui se sentent (faussement) en sécurité dans l’intérieur de la péninsule, l'organisation de la péninsule bretonne devrait se décider à Angers, Tours, Orléans, en plus de Paris bien sûr (puisque c'est déjà largement le cas).
D'ailleurs, si l’on regarde la pièce de 1 Euro (le revers), le bel hexagone mythique et théorique indique que la Bretagne n'existe pas, dans la représentation mentale française. Elle fait aspérité.
Et ce n'est pas seulement une perception géographique que je pointe là. Sur la durée (XIX, XX siècles), on en voit les effets économiques et aussi politiques.
L’Arrée / Menez Are - même s’il était plus vigoureux par l'altitude - ’est pas une agréable place forte qui mettrait à l'abri du monde.
En Bretagne comme ailleurs dans le monde, le rôle des villes (et parmi elles Brest, Rennes, Nantes) est désormais déterminant. Et dans le même temps, la Bretagne - cas unique en France selon la géographie, et antérieure à la France selon l’Histoire - est une péninsule. Ce cadeau de la nature et de l’Histoire des hommes est porteur d’avenir. L’avenir ne peut faire l’économie de la géographie et du lest historique.
Plus exactement encore, l’avenir ne peut s’abstraire de l’espace et du temps. Contrairement à l’imaginaire enseigné par des maîtres d’école, pendant tout le siècle passé, la France n’est pas cet écrou à six pans, cette figure géométrique un peu trop parfaite à laquelle on nous demande de croire. Si on la considère naturellement, la France n’est pas un hexagone.
Voilà pourquoi il faut vouloir la Réunification de la Bretagne. Toute l’architecture de voisinage régional en dépend.
(0) 
Ar Vran
Lundi 24 janvier 2022
@Patrick Chevin.
Pour aller au-delà de votre pensée et de la réponse faite par LPC, je voudrais vous faire part sans rentrer dans les détails de quelques arguments(si vous avez besoin, je vous invite à parcourir les archives d\'ABP où ce sujet a été mainte fois abordé, cela évitera de polluer le débat en sortant toujours les mêmes arguments en boucle et avoir des réponses à des réponses qui deviennent lassantes...)
Donc vous écrivez \"je ne suis pas persuadé que le rattachement (pardon la réunification) soit une bonne chose pour le pays breton\"
Bien sûr que si et ceci car Nantes et le pays nantais (grosso mode la Loire-Atlantique maintenant) a toujours fait partie de la Bretagne. Ce pays a été le poumon économique de la Bretagne et a même été le siège du gouvernement breton (je ne parle pas de l\'histoire où cela est encore plus évident).
Lorsqu\'il y aura enfin ce rattachement, la Loire-Atlantique reviendra dans sa région naturelle et redeviendra le fer de lance de la Bretagne (comme cela aurait dû toujours être le cas). Ce qui ne lui empêchera pas de collaborer économiquement avec les autres régions et départements non bretons voisins, au contraire. Cela profitera à la Bretagne et à la France (sans parler de la simplification administrative et des économies que cela va engendrer)
Vous allez donc me dire : alors autant faire une région Ouest intégrant la Bretagne B4 et les Pays de Loire. Cela sera contre-productif car la fusion d\'entités floues et sans cohérence n\'a jamais donné naissance à une plus grande entité efficace (il suffit de voir l\'Europe actuelle pour s\'en convaincre). En revanche, une Bretagne B5 associée à une redéfinition des régions attenantes en Centre-Val de Loire, Poitou Charente et Normandie, cela est logique à tout point de vue et pourrait permettre des coopérations économiques extrarégionales type \"régions européennes\".
Vous dites que le sud de la L-A est plutôt poitevin, je vous réponds : de culture certes et alors ? Cela n\'empêche pas à ces habitants de se sentir breton (pas dans le sens culturel restrictif du terme mais dans le sens patriotique), j\'irai même plus loin, si vous prenez le cas de la France, avec comme exemple les alsaciens, les basques et catalans, si la France avait été moins stupide, elle aurait pu faire de ces peuples minoritaires ses alliés pour développer les relations économiques avec les pays voisins qui partagent les mêmes références culturelles avec ces peuples ; cela aurait profité à la grandeur de la France. Au lieu de cela, elle a préféré tuer culturellement ces peuples pour que tout soit décidé de Paris!)
Quant à la pseudo rivalité entre Rennes et Nantes, cela est une vue de l’esprit car si cette rivalité existe c’est justement en raison de ce découpage en 2 régions et certainement pas lié à la Bretagne (si vous êtes dubitatif, allez lire l’histoire correspondant à la Bretagne du temps où elle était encore une entité spécifique)
Vous voyez donc que le rattachement de la L-A à la région Bretagne n’est pas du tout un repli identitaire et encore moins une fermeture définitive des collaborations économiques que la L-A et Nantes ont pu développer durant sa dilution dans une région sans repère culturels et économiques. C’est donc une idée toujours d’actualité et plus que jamais d’avenir car cela permettra de retrouver la Bretagne et d’avoir d’un point de vue français des régions françaises fortes économiquement et culturellement, une simplification administrative et un gain financier plus qu’intéressant en ces temps de crises.
Pour revenir à nos moutons, c’est à dire la position du Parti Breton, je trouve que cette position a le mérite de la cohérence et correspond à peu de chose près à celle partagée par de nombreux bretons (de région B4 et de la L-A et d’expatriés bretons d’ailleurs).
(0) 
Ar Vran
Lundi 24 janvier 2022
@Nauntt
C'est évident car pour beaucoup de Bretons, quand ils disent "je retourne en Bretagne" ils pensent en fait dire "je retourne en région programme Bretagne" vous savez la region croupion. D'ailleurs les Morbihannais, les costarmoricains et les Ille-et-Vilaine-iens pensent la même chose.
Le problème vient donc de cette confusion (savamment entretenue) entre "Bretagne" et "région programme Bretagne", moi je l'ai résolue en parlant d'une part des "régibretons", habitants de la région bretagne actuelle et d'autre part de "brittobretons, pour les habitants de la Bretagne correspondant aux 5 départements historiques.
L’aparté est terminée ?
(0) 
Arzh-bihan
Lundi 24 janvier 2022
Cette histoire se résume au principe du plus petit dénominateur commun, ou, du plus grand, c'est selon ...
En clair, le choix entre la considération de l'existence de frontières historiques vieilles de 1500 ans, ou, celui de l'opinion commune en Pays Glazik où chez les Penn Sardin que l'ar Vro Vigoudenn ne soit pas une terre tout à fait bretonne ...
En 2012, la référence " ville française " contre " ville bretonne " n'a de toute façon plus le moindre sens, alors que le nombre de jeunes parlant breton est peut-être plus élevé à Nantes ou à Rennes qu'à Kerfeunteun ou Penhars ...
Promouvoir ce type de " semi-Bretagne " là n'est sans doute qu'un service rendu à la religion ethno-jacobine .
(0) 
kris Braz
Lundi 24 janvier 2022
Encore la confusion entre Angleterre et Grande-Bretagne/RU dans le discours de YP.
(0) 
JIPE 44
Lundi 24 janvier 2022
A Chevin et autres chevinementistes ...
Il n'y a plus de Bretagne il n'y a qu'une Béquatre!
Il n'y a plus de Bretons, il n'y a que des Béquatrins!
Quant aux VRAIS bretons, mon copain l'ornithologue m'a dit que cela lui faisait penser qu'existaient des "faucons"
et peut-être... des VRAIS !
MDR paotred!
(0) 
Patrick Chevin
Lundi 24 janvier 2022
Je n\'ai pas l\'intention de, ni d\'intérêt à polémiquer sur ce sujet, à plus forte raison lorsque qu\'en face il n\'y a pas de volonté de compréhension pour motif de parti pris, voire d\'intérêts particuliers. Ce serait une perte de temps...
Ce que vous défendez, c\'est la Bretagne française, francophone, intégrée à la France par un long processus qui a commencé avec Nominoé, gouverneur de la Marche de Bretagne, terre gallo-franque, et qui s\'est perpétuée sous le Duché francophone et francophile, les yeux rivés sur le trône de France, puis la Province folklorisée et humiliée, puis la Région et demain la sous région dans l\'ensemble Grand-Ouest-Français, capitale Nantes...
Dishenvel-mik eo va bro din-me a zo bet a oll viskoaz Breiz-Izel heh ano hag a zo kened ar meziou hag taoliou mouez ar yez he danvez.
C\'est vous qui violez les mémoires avec B5 néo-ducale au bilinguisme franco-français et votre roazhoneg de synthèse à la Père Denis, nous écorche les oreilles...
(0) 
Ar Vran
Lundi 24 janvier 2022
@Patrick Chevin
On est au XXI ème siècle, nous ne sommes plus avant l'an mille. Je ne savais pas que Nominoé, dans sa graphie Roazhoneg Nevenoe comme vous dites, était un partisan de la France, pays qui est apparu bien après ? Dans la même série, je dirais même que Jules César était pour l'union européenne puisque c'est le premier à avoir uni les peuples européens SIC.
Dans une Bretagne retrouvée (sous entendu à 5 départements), les langues de Bretagne auront bien sûr toute leur place (et même le Roazhoneg qui est à côté du français la langue nationale de la Bretagne)
Un petit détail à propos du Roazhoneg comme vous dites vous ne voudriez pas relancer la querelle linguiste en insinuant que ce Roazhoneg n'est qu'un sabir chimique du vrai breton populaire. Si c'est cela, parcourez les anciens fils et vous obtiendrez réponse. D'ailleurs pour anticiper cette réunification je vous invite à parler de Naoneg, histoire de penser aux gens du 44
J'espère que vous êtes "franc" (excusez-moi "breton qui ne cherche pas à dire des mensonges" et que vous n'êtes pas un adepte du trolling ???
(0) 
Arzh-bihan
Lundi 24 janvier 2022
Patrick Chevin,
Vous l'avez à priori déjà assez dit ailleurs (voir le site) pour vous, je cite : " La Bretagne est un non-peuple " ...
Puisqu'elle vous insupporte tant, depuis l'Ile de Bretagne à aujourd'hui, pourquoi diable lui consacrer encore un tel temps sans éveiller de légitimes suspicions à votre égard ?
(0) 
Yann LeBleiz
Lundi 24 janvier 2022
@ Patrick Chevin
Vous êtes vraiment grâve.
Horrible de tenir un tel discours révisionniste au 21ème siècle en Europe!
(0) 
Reun Allain
Lundi 24 janvier 2022
D@ Patrick Chevin.
Ar pezh a welan hervez ar pezh e sonjit diwar benn ar peurunvan pe Per Denez, e seblant sklaer din ho peus lennet mat Françoise Morvan. Seurt doare soñjal a zo hini “La libre pensée”. N’eo ket gwir ?
Ce que je vois d’après ce que vous affichez à propos du breton unifié ou de Pêr Denez, il me semble clair que vous avez bien lu Françoise Morvan. De telles façons de penser sont celles de la “La libre pensée”. N’est ce pas ?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.