Le Parti Breton contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 31/08/10 11:21 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le projet d'aéroport imaginé sur le site de Notre Dame des Landes dans les années 60 revient régulièrement sur la place publique.

Le Parti Breton rappelle son opposition au projet de nouvel aéroport au nord de Nantes, qu'il estime aberrant économiquement, écologiquement et financièrement.

1. L'aéroport international actuel est-il saturé ? Nous pouvons fortement en douter ; en effet, grâce à un meilleur emport (nombre de passagers par avion), le nombre de mouvements n'a pas évolué depuis 1997 ! De plus de nouvelles techniques en élaboration vont permettre dans un avenir proche de faire atterrir un nombre supérieur d'avion. Au contraire, il faut réfléchir à mettre en réseau les aéroports des 5 départements bretons en relation avec les autres modes de transport.

2. Les hypothèses de trafic présentées par les porteurs du projet (9 millions de passagers en 2050) justifient-elles de construire un nouvel aéroport de la taille de Roissy en termes de surfaces utilisées (Roissy accueille actuellement 55 millions de passagers !) ?

3. Le choix du site de Notre Dame des Landes n'est-il pas une aberration écologique? Qui, de nos jours, peut envisager de détruire 1400 ha de bocages classés en ZNIEFF pour construire un nouveau projet, quel que soit ce projet, dans un département où disparaissent quotidiennement 4 ha d'espaces agricoles ou naturels?

4. Ce projet ne respecte pas les recommandations issues du Grenelle de l'Environnement qui prévoit le gel de la création de nouvelles plate-formes aéroportuaires. Or, ne s'agit-il pas, à Notre Dame des Landes, d'une nouvelle plate-forme et non d'un transfert?

5. Comment croire au budget annoncé de 581 millions HT alors que la DGAC elle-même estimait le coût total de NDdL à 4 milliards (Ouest France du 17 octobre 2002) et qu'ailleurs la construction d'un aéroport coûte 3 milliards à Londres Stansted, 5 milliards à Lisbonne ?

.

Dans une situation économique mondiale très difficile, ne faudrait-il pas à nouveau se pencher sur les solutions alternatives qui ont toujours été écartées sans études sérieuses et notamment la solution de piste est/ouest à l'aéroport de Nantes.

.

Est-ce le moment d'engager des finances publiques alors que nos déficits et nos dettes sont astronomiques et qu'il faut opérer des choix d'investissements durables ?

.

Pour le Parti Breton, Jacky Flippot, secrétaire de la Fédération de Loire Atlantique

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2083 lectures.
Vos 26 commentaires
Paul Chérel
Lundi 24 janvier 2022
Le Parti breton est-il breton ou n'est-il qu'une succursale des "politiques" parisiens, des médias politiquement corrects et des écolos toujours à côté de la plaque ? Quand donc ceux qui souhaitent gouverner un jour la Bretagne feront-ils preuve d'un peu plus de jugeote et d'indépendance ? Tous les Bretons, à part évidemment ceux qui sont contents d'être des Français à part entière, devraient lutter pour un véritable aéroport breton , international et INTERCONTINENTAL et éviter que ce ND des Landes, maintenant à peu près et enfin sur les rails, ne soit un simple exutoire de Roissy et Orly, un petit aérodrome de campagne, mais devienne une véritable plate forme d'accès de l'Outre Atlantique avec dispatching sur toute l'Europe et pas seulement vers des destinations secondaires concédées par Paris. Paul Chérel
(0) 
arnaud courjal
Lundi 24 janvier 2022
Mr Chérel ,
Cette aéroport que souhaite construire des français et non des Bretons n'aura que le nom "d'international" . Croyez vous que dans ce magnifique pays hyper centralisé les aéroports parisiens accepteront de perdre leur part de marché sur l 'international . Le jour ou , comme vous le dites les Bretonnes et les Bretons se réveilleront et enfin accéderont à un minimum d'autonomie voir d'indépendance , à ce moment là il sera judicieux de réfléchir à quelque chose de cohérent et d'économiquement fiable pour notre pays BRETAGNE. 475 aéroports dans l'hexagone , combien sont rentables (ex : aéroport d 'Angers )et surtout combien d'hectares de culture et de bois a t'il fallu détruire pour faire mousser tous ses petits barons locaux . De plus les nuisances sonores ne s'arrêteront pas à Notre Dame Des Landes , c'est tout un secteur qui part de Nord sur Erdre jusqu'au pays brièron qui va être pollué . En conclusion cette aéroport est une ineptie , commençons , nous Bretons par développer l'existant et ensuite gwelet vo .
Cordialement
Arnaud Courjal
(0) 
André Corlay
Lundi 24 janvier 2022
Entièrement d'accord avec Paul Chérel. Cette réalisation sera un formidable trait d'union entre les 2 métropoles de l'est breton, entraînant forcément très vite cette liaison rapide Nantes-Rennes que l'on attend depuis si longtemps, et qu'aucun autre dossier ne serait capable de mener à bien.
Quant aux nuisances sonores, Monsieur Courjal, pourquoi ne parlez-vous pas du bourg de St Aignan de Grandlieu dont les avions rasent le clocher à chaque décollage ou atterrissage depuis tant d'années, sans parler du centre ville de Nantes, détails qui ne semblent guère préoccuper les "écolos" du Nord Loire.
Au moins, à NDdL, aucun centre bourg ne sera survolé comme c'est le cas actuellement.
(0) 
arnaud courjal
Lundi 24 janvier 2022


Messieurs Corlay ,
Votre analyse est rapide , trait d'union entre Nantes et Rennes , croyez vous sincèrement que nos grands pontes souhaitent ce trait d'union , faites vous parti de ses Bretons qui croient encore à cette république française ? Mr Corlay j'ai habité et ai travaillé et je travaille encore sur Nantes et je puis vous assurer que les nuisances sonores dues aux avions ne m'ont jamais perturbé , je vous demande d'imaginer les différences de nuisances sonores au dessus d'une grande ville et au dessus de village de campagne . Vous m 'affubler du titre d'écolo nord Loire , permettez moi de vous dire que cela ma bien fait rire , c'est la première foi que l 'on me traite d'écolo , mais il est vrai que c'est devenu un terme très en vogue chez les politique français . Cela veut dire Mr Corlay que vous comme malheureusement beaucoup d'autres Bretons avez été intoxiqué par la presse française , vous devenez incapable de faire la différence entre une personne qui défend son territoire et les universitées d'été des écolos français , pour en finir et ce qui prouve votre intoxication , je trouve pitoyable d'utiliser le terme de nord loire car je suppose que vous utilisez aussi le terme de sud loire , je préfère parler du Pays de Retz , du Pays du Vignoble Nantais , du Pays de la Mée , de la Presqu'ile Guérandaise , du Pays Briérons dont je fais parti .
Arnaud Courjal
(0) 
Sébastien Girard
Lundi 24 janvier 2022
demat d'an holl,
Ne soyons pas dupe. Croyez vous que Mr Ayrault veuille faire le trait d'union entre Rennes et Nantes ? Par contre avant de parler d'aéroport internationale, il faudrait réfléchir à la mise en réseau de nos propres aéroports en liaison avec les autres modes de transports. Les arguments donnés par l'article ne sont pas uniquement d'ordre écologiste mais également économique. est ce qu'il y a eu une réflexion d'ensemble entre B4 et PDL sur ce projet bien sur que non. Ce projet ne semble servir que les intérêts de Mr Ayrault et de Mr Auxiette. Tout est à construire en Bretagne que ce soit l'énergie, la formation,l'éducation, notre modèle agricole, la pêche, le transport maritime, la recherche etc... mais sur un modèle que nous aurons décidé ensemble et qui ne nous sera pas imposé de façon technocatique mais avec pragmatisme. Je suis bien conscient qu'il faut dans notre économie maintenant mondialisé une plateforme aéroportuaires internationale.
kenavo
Sébastien
(0) 
Caroline Le Douarin
Lundi 24 janvier 2022
Clin d'oeil aux deux tenants des traits d'union Nantes-Rennes (pour ou sceptique) : il est question d'un nouveau Colloque entre ces deux villes le 8 novembre...
(0) 
lheritier jakez
Lundi 24 janvier 2022
depuis 40 ans je me bats pour que la BRETAGNE AIT UN AEROPORT INTERNATIONAL,qui en supprimant des petits aéroports dépassés entrainera des installations multiples entre RENNES et NANTES enfin réunies.
Le PB s'égare sur ce sujet,et c'est inquiétant car il y a d'autres équipements lourds à proposer pour la BRETAGNE (Maritime,Energie,communications,...)
La position "calquée" sur les organisations Françaises ,centralisatrices,n'est pas tenable.
Par contre il faut repenser au retour des aéroports limitrophes à d'autres activités-Agricoles,recherches,formations etc...
(0) 
Hubert Chémereau
Lundi 24 janvier 2022

On peut comprendre que certains contestent la pertinence de l'emplacement de l'aéroport international à NDDL (mais pourquoi ne proposent-ils pas d'autres sites), mais on ne peut sérieusement soutenir le maintient au sud Loire du vieil aéroport : 60% des voyageurs viennent du nord Loire avec problème de congestion du pont de Cheviré, proximité de l'agglomération nantaise , Lac de Grand lieu trop proche de cette zone de nuisances, ...
Que dire aussi du mitage organisé avec la complicité de notables locaux dans le secteur de NDDL depuis plus de 25 ans : là personne n'est choqué par ce gaspillage de centaines d'hectares de terre ( ll est vrai que ça arrange tout le monde : les acheteurs qui ont trouvé des terrains constructibles moins chers grâce à la menace du projet d'aéroport et les élus qui ont vu de nouvelles populations arrivées).
(0) 
herve le gwenn
Lundi 24 janvier 2022

Chers compatriotes bretons, j'ai toujours pensé que cet aéroport était bien excentré. géographiquement. Les défenseurs du projet y voient une formidable opportunité économique, les anti NDDL y voient une gabegie autant économique qu'écologique. L'est breton est déjà bien pourvu logistiquement parlant. j'aurai préféré un aéroport international sur le centre Bretagne desservant tous les centres économiques bretons à plus ou moins égale distance. Par exemple, nos ports bretons qui manquent cruellement d'infrastructures logistiques externes auraient trouvé là un outil leurs permettant d'écouler leurs produits.
Mais nous sommes d'accord, ce n'est pas là le projet de l'état français.
Herve Le Gwenn
(0) 
Nicolas Pinaud
Lundi 24 janvier 2022
Cher Arnaud Courjal,
Vous dites habiter Nantes, et n'avoir jamais été dérangé par le bruit des avions. Et bien, quelle chance!! Je suis curieux de savoir où vous habitez à Nantes. Sûrement au Nord, là où les avions ne passent pas. Car je peux vous assurer que moi, qui habite depuis tout petit sous le couloir aérien qu'emprunte les avions 80% des jours de l'année avant d'atterir, je suis dérangé, tout comme environ une bonne centaine de milliers de mes concitoyens.
Et que dire des touristes que j'entendais encore s'ettonner (pour ne pas dire plus) de voir des avions survoler le centre-ville de Nantes à des altitudes très basses.
Alors, moi, je le crie haut et fort, comme la majorité silencieuse (je connais très peu de monde qui soit contre cet aéroport, sinon par idéologie), je suis à 100% pour l'aéroport de NDDL, et j'ai hâte qu'il soit mis en service.
Cordialement.
(0) 
Paul Chérel
Lundi 24 janvier 2022
Je reviens sur mon commentaire après avoir lu tous ceux qui ont suivi. J'insiste à nouveau sur le mot intercontinental et n'aime guère la réduction à international. International, cela veut dire que, tout comme actuellement, Paris décidera sous l'influence du véritable manitou de l'espace aérien français, à savoir Aéroports de Paris, de telle ou telle liaison secondaire ou surchargée temporairement entre Nantes et x,y ou z... Et cela, tous les Bretons doivent mettre leurs énergies en œuvre pour casser ce système vicieux ! Ce n'est pas Berlin qui a créé et développé Francfort, Hambourg ou Munich... ND des Landes, si tout le monde veut bien mettre de côté ses petites divergences secondaires et considérations locales, peut mettre à profit et tout de suite les surcharges irrémédiables de Eathrow, Francfort et à un moindre degré Madrid et Milan. C'est donc l'orientation du projet dans ce sens qu'il faut défendre auprès notamment du groupe retenu pour la construction et l'exploitation. Laissons les politiciens qui ne connaissent rien à rien. Paul Chérel
(0) 
alain quere
Lundi 24 janvier 2022
Un dernier petit commentaire pour les septiques qui doutent de la pertinence d'un aéroport international (enfin!) en Bretagne.
Même si les sieurs Auxiette et Ayrault ne veulent pas de la réunification de la Bretagne, en faisant un aéroport au nord de nantes, cela entrainera à cours sûr la création de liens économiques plus poussés avec le restant de la Bretagne (d'abord Rennes et ensuite le morbihan) ! doit-on dire non à un aéroport qui pourrait FAVORISER la réunification (économique avant politique) de notre territoire sous prétexte que cela ne vient pas de l'Emsav (ou assimilé) et encore faire les cracheurs de soupe alors que pour moi l'important avant d'avoir une Bretagne qui aurait retrouvé ses droits est de continuer à lézarder le mur jacobin de façon à ce qu'il tombe enfin. En résumé toute action qui va dans le sens de la Bretagne ne peut être que bonne à prendre, même si le combat et les forces de régression sont nombreuses !!!

(0) 
alain quere
Lundi 24 janvier 2022
Comme les é intervenants précédents, même si ce nouvel aéroport peu être vu comme une aberration écologique, il faut surtout pas perdre de vue que le Bretagne manquait d'un Aéroport international qui pourrait rivaliser à terme avec les aéroports parisiens. Même si on vit hélas dans un pays hypercentralisé, cela doit être vu comme une fissure dans l'édifice centralisé jacobin et tant mieux. Je préfère avoir un aéroport central en Bretagne que plutôt une multitude de petis aéroports voir même pire assister à l'augmentation des voies aéroportuaires à Paris. ensuite s'il existe un projet de ligne TGV entre Nantes et Rennes, cela ne pourra qu'être favorable à terme à la Bretagne avec bien sûr un nouveau combat à engager celui de la mise en réseau de véritables voies ferrées rapides pour le restant de la Bretagne et relier Brest à cette chance de développement.
Allez, le Parti Breton, vous me décevez et ne vous trompez pas de combat.
amicalement
Alain QUERE
(0) 
Glen L.B.
Lundi 24 janvier 2022
Il est difficile de mesurer la rentabilité d'un tel Aéroport avant la construction de celui-ci...c'est de la pure spéculation. Les infrastructures apparaissent toujours comme démesurées avant leur construction car bien souvent c'est autant l'infrastructure qui dynamise économiquement,que l'économie qui amène la nécessité de l'infrastructure.
L'emplacement de l'Aéroport pose un problème. Un peu plus au Nord-Est (entre Derval et Nantes prés de la voie rapide), il aurait pu limiter des nuisances et favoriser l'émergence d'un grand projet Métropolitain entre Nantes et Rennes.
Je doute que les relations Nantes-Rennes soient boostées sur le plan des infrastructures, à la limite, je pense que c'est une liaison rapide Brest-Quimper-Lorient-Aéroport-Nantes qui pourrait l'être, mais au vu du coût d'une telle entreprise cela reste peu probable. Et puis le ferroviaire est loin d'être indispensable en réalité dans cette affaire (il existe des voies rapides), sauf dans le sens Nantes-Aéroport-St Nazaire.
Le fait que le tram-train Nantes-Chateaubriant (qui n'a franchement rien d'indispensable !) ait été acté avec cet Aéroport, avant éventuellement une liaison Nantes-Rennes, montre bien qu'une ligne ferroviaire rapide entre les deux capitales historiques de la Bretagne ressemble plus à un "mirage" qu'à un projet, comme l'a d'ailleurs fort justement précisé le Député De Rugy.
Cet Aéoroport va effectivement mettre en péril la Brière, et va avant-tout, je pense, renforcer les liens entre Nantes et Saint-Nazaire, tout comme il y a fort à parier qu'un nouveau grand pont sur la Loire entre Nantes et St Nazaire sera construit pour permettre à la Vendée d'être reliée facilement à l'Aéroport (sans passer par les méandres de la Métroôle nantaise).
(0) 
Sébastien Girard
Lundi 24 janvier 2022
Après avoir lu l'ensemble des commentaires, des uns et des autres, je peux vous à tous dire que le Parti Breton est bien conscient de la nécessité d'un aéroport international en Bretagne. Ce projet a 40 ans et ne répond plus aux critères géographique pour un équipement de cette taille. On se rend compte qu'il y a un déplacement de l'ensemble des équipements à l'Est et ce n'est pas cela faire de l'aménagement du territoire mais c'est plutôt faire du déménagement. Si on veut faire un aéroport qui a des chances d'être viable, il faut qu'il réponde aux critères d'interconnexion avec les autres modes de transport (rail, route, maritime) et une meilleur centralité en Bretagne afin d'irriguer l'ensemble des activités économiques. Si nous faisons l'aéroport à ND des landes ce sera le même échec que l'aéroport de Lille décidé par une gestion socialiste.
(0) 
MOUNIER Christophe
Lundi 24 janvier 2022

Je suis, pour le moins attristé une fois de plus, par les arguments avancés par ceux -bretonnants- qui défendent la création de cet aéroport ( pour le développement économique de la Bretagne, à cause du bruit...etc..) .
Ecoutez donc un peu mieux ENFIN les arguments (que je ne vais pas passer mon temps à détailler par écrit ici) de ceux qui ont de vraies alternatives à proposer . Car d'évidence, vous ne les écoutez pas, et chacun d'entre vous messieurs CHEREL, CORLAY, LHERITIER... défendez jalousement et je dirai bêtement, qui votre aéroport 5 fois plus grand que Nantes-Atlantique (Allez ! Soyons fou !) pour "LE RAYONNNEMENT" économique de la Bretagne, les avions qui passe au-dessus de la ville (Il faudrait alors de suite refaire des aéroports dans la quasi totalité des grandes villes françaises... ).
JE LE REPETE / D'autres solutions ( à étudier tout au moins) existent et sont bien moins dispendieuses / Il faut au moins que vous preniez le temps de les analyser avant d'avoir le jugement étriqué ( je ne peux dire autrement )qui vous fais défendre ce projet.
Et pourtant, je suis comme vous ! BRETON et FIER de l'être !
(0) 
Michel FRANÇOIS
Lundi 24 janvier 2022
Le dossier de l'opposition à Notre-Dame-des-Landes comporte schématiquement deux grandes parties.
La première recense méticuleusement tous les inconvénients liés à l'implantation projetée, et il y en a évidemment.
La seconde explique que l'implantation de Château-Bougon présente sans doute des inconvénients, mais que d'autres aéroports fonctionnent dans des conditions bien pires.
Ce qu'on ne trouve pas dans le dossier, c'est la réponse à la question : est-ce que Notre-Dame-des-Landes ne présente pas plus d'avantages et moins d'inconvénients que Château-Bougon ? Or, c'est la vraie question.
Quelques exemples parmi beaucoup d'autres :
. En bout de piste à NDdL, il y a les cheminées de Cordemais : danger ! En atterrissant à Nantes, il y a la tour Bretagne : mais il y a pire à Marseille ou Genève : on peut continuer !
. Ce ne sont pas 900 personnes qui seront incommodées parle bruit à Notre-Dame-des-Landes, mais plusieurs milliers : insupportable ! Les vols au-dessus de l'agglomération nantaise sont bruyants pour des dizaines ou centaines de milliers de personnes ? Allez donc voir à Londres, où l'aéroport est en centre ville. Gardons donc Château-Bougon...
. NDdL, c'est un projet coûteux : ne le faisons pas ! Mais : combien coûtent l'existant, avec ses doubles vols à l'aller et au retour, les extensions d'Orly et maintenant de Roissy sur les meilleures terres de France, avec leurs accès, et le projet de métro souterrain pour relier Orly à Roissy ? Pas un mot. Hormis NDdL, tout serait-il gratuit ?
. NDdL, c'est un projet qui date : arrêtons ! Oui, et gardons Château-Bougon, choisi successivement entre les deux guerres mondiales comme terrain d'aéroclub, puis d'aéropostale, avant d'être préféré à un autre pour permettre aux décideurs nantais d'aller plus vite à Paris (les trains rapides mettaient six heures...).
Cette vocation est périmée dêpuis quarante ans que les trains pour Paris mettent quatre heures, puis trois, puis deux.
Le problème n'est plus d'aller plus vite à Paris, mais de pouvoir aller ailleurs sans passer par Paris ! Parce que plus il y a de vols directs, moins il y a de temps de vol, d'atterrissages et de décollages, de temps et de kérosène inutilement gaspillés.
Le problème est de regrouper plus de demandes locales en rendant l'aéroport plus accessible à partir des zones les plus peuplées, pour les satisfaire plus souvent localement.
Cela ne fait pas l'affaire de tout le monde : par exemple, la concentration à Orly du maximum de demandes pour la France continentale et d'outre-mer et pour l'Europe est une véritable jackpot pour Air France, Aéroports de Paris et l'Ile-de-France, en raison notamment des activités annexes : commerce, hôtellerie, restaurationn séminaires,etc : l'activité aéroportuaire créerait directement ou indirectement 10 % du chiffre d'affaires de l'Ile-de-France.
Gardons les plate-formes parisiennes pour les destinations les plus rares, où elles sont les plus adaptées. Le reste, c'est du business et nous payons ...sans compter.

(0) 
Nicolas Dzepina
Lundi 24 janvier 2022

Alain ecrit: “il faut surtout pas perdre de vue que le Bretagne manquait d'un Aéroport international qui pourrait rivaliser à terme avec les aéroports parisiens”.
Nantes-Atlantique le fait depuis longtemps avec des vols intra-Européens... vers le Maghreb etc... ainsi qu'avec sa piste de 2900 mètres des vols Inter-continentaux vers Cancun (Mexique),La Réunion, les Antilles, et même Montréal…. (voir le site)
Sa piste peut en gérer beaucoup d’autres QUAND ON SAIT que:
L'aéroport "John Wayne" en Californie dans le Comté d’Orange, sur une superficie de 203 hectares (320 pour Nantes ) a traité 9.6 millions de passagers en 2007 avec un aérogare de 31,390 m2, ( Nantes-Atlantique: 43,512 m2)
Superficie: (voir le site) :
Extrait: John Wayne Airport covers 500.82 Acres of land (203 hectares) 1 acre = 0.4046 hectare
Passagers : (voir le site)
…..avec une piste de seulement 1737 mètres. ( Nantes 2900 mètres)
Longueur de piste: (voir le site)
Elle est utilisée sans problème par les Boeing 757 avec des vols en Boeing 737-700 de plus de 5 heures sur New York et Hawai, mais aucun vol direct international bien que l’aéroport est à seulement a 23 kms de l’attraction touristique mondiale de Disneyland.
PREUVE: (voir le site)
Comment le rapprochement de 20 kms vers la Bretagne rendrait-il NDDL plus attractif pour les Bretons qui ont déjà accès a celui de Brest, et Rennes qui eux ne fermeront pas. Il le sera beaucoup moins pour ceux au sud de la loire avec en plus la traversée du Pont de Cheviré.
Brest offre de plus en plus les mêmes vols qu’a Nantes et beaucoup plus vers les Iles-Britanniques. Il est 20 kms plus proche pour les lorientais qu’un NDDL si leur aéroport fermait. Le Tallec (CCI) s’y oppose fermement! De plus les taxes d’aéroports a Brest seront toujours moins élevées que celles d’un tout neuf a NDDL a moins que les contribuables encore les subventionnent!
Alain oublie les deux réalités fondamentales suivantes
A)- Ce n’est pas la taille de l’infrastructure qui ouvrent des lignes nouvelles mais le nombre de personnes voulant prendre l’avion dans tel ou tel aéroport. Nantes-Atlantique malgré une aspiration interrégionale en provenance du Morbihan, Ile-et Vilaine , Vendée, Poitou-Charemtes etc.. traite grosso modo 3 millions de passagers.
Dou viendrons tous les autres pour que NDDL soit viable économiquement?
Sans les recettes des parkings Nantes-Atlantique serait déficitaire et il n’a pas a rembourser “500 millions” d’euros que le concessionaire privé devra je suppose emprunter pour NDDL!
Les compagnies aériennes n’iront pas dans un aéroport ou elles ne peuvent pas remplir même a moitié leur avions a moins de leur payer les sièges vides. C'esr ce qui se passe avec Ryanair
(voir le site)
C’est pourquoi il y en a peu a Nantes bien que sa piste peut en accommoder beaucoup plus. Le transférer sur un plus a NDDL ne changera pas cette équation.
2- Deuxiene réalité fondamentale;
Le trafic international c’est Paris a cause de sa grande zone de chalandise et/ou les Compagnies rassemblent le maximum de passagers en provenance de l’hexagone et d’ailleurs pour alimenter leur vols long et moyens couriers car c’est plus rentable économiquement. Selon le patron D’Air France aucune compagnie ne pouvait espérer survivre sans ce type d'organisation qu’est le HUB, comme le montraient les difficultés de British Airways, dont les activités sont fractionnées entre les deux aéroports Londoniens.
Aujourd’hui cette stratégie efficace d’optimisation d’Air France de rassembler le maximum de passagers sur leur Hub a Roissy continue et continuera car c’est la plus rentable économiquement.
C’est pourquoi tous leurs vols Outre-Atlantique de Lyon et Nice passent par Roissy..
Ailleurs qu’a Paris, seul l’aéroport de Nice en France dispose d’un vol direct sur New York avec Delta Airlines, en raison du positionnement de la région dans le tourisme international avec la Riviera.
Ce n'est donc pas parce qu'on construit une piste que les avions viennent ou viendront. (Ex: Angers-Marcé ou mieux Vatry malgré sa piste de 3,865 mètres)
La ligne Lyon New York n'avait pas spontanément le même taux d'occupation que les trois services ouverts en même temps vers les Etats-Unis au départ de Roissy, c'est pour cela que Delta Airlines par manque de rentabilité, vient a nouveau d'arrêter leur vol relancé en Juillet 2008. C'est le troisième échec en 20 ans, sans compter un précédent avec American Airlines.
PREUVE: (voir le site)
Et pourtant Lyon a accueilli 8 millions de passagers en 2008 contre 2.8 millions pour Nantes . Lyon est a deux pas de l'Allemagne et de la Suisse. C'est aussi un passage naturel pour se rendre en l'Italie du Nord et vers la Méditerranée. Malgré cela, la liason directe Lyon- New York n’arrive pas a se maintenir dans une région Rhone Alpes autrement plus riche et plus industrialisée que Nantes et le Grand Ouest.
CINQIEME REALITE
Dans une économie de marché ce sont les Compagnies aériennes en fonction de leur strategie et de la demande qui décident ou elles vont s’implanter et qui font d’un aéroport un Hub et non l'inverse! Air France a Roissy et Amsterdam-Schipol, British Airways a Londres Heathrow, Delta Airlines a Atlanta etc..
NDDL avec Roissy, Orly , Londres Heathrow (a une heure de la) ,ne sera jamais un Hub mais un aéroport de point a point!!
CONCLUSION: Personne ne peut prédire le trafic aérien d'ici 20-30 ans ou plus! Tout dépendra du prix du pétrole et si les contribuables continueront ou non a subventionner les prix du billets à la baisse des low cost a Nantes ou ailleurs.
Par contre ce qui est INCONTESTABLE… est que Nantes-Atlantique pourra avec quelques aménagements (si nécessaire) accomoder n'importe quelle croissance relative a la future demande locale et/ou régionale quand on sait aussi que l’aéroport de San Diego en Californie sur seulement 267 hecares (Nantes 320) traitent 18 millions de passagers avec la meme longueur de piste qu’a Nantes (2900 metres).
(voir le site)

(0) 
Christophe MOUNIER
Lundi 24 janvier 2022

Juste un mot Mr Dzepina, pour vous dire que vous dîtes d'évidentes réalités . Mais comment convaincre des personnes obnubilées (qui n'ont plus capacité à bien réfléchir) par ce projet... comme des enfants pour un joujou rêvé ?
(0) 
Nicolas Dzepina
Lundi 24 janvier 2022

Réponse a Christophe Mounier qui ecrit:
Juste un mot Mr Dzepina, pour vous dire que vous dîtes d'évidentes réalités
OUI… mais ..ce n’est pas "EVIDENT" pour ceux qui ne sont pas informés sur la réalite structurale et économique du trafic aérien international...c’est a dire presque tout le monde y compris beaucoup d’élus (1).
Au contraire… de penser qu’avec un aéroport plus grand,les avions viendrons plus nombreux… est un réflexe tout a fait naturel … sans prendre le temps de réfléchir et/ou de chercher a s’informer… ....que ce n’est pas comme cela que ca marche!
C'est ce que j’essaye de leur démontrer(preuves a l'appui) afin qu'ils en prennent conscience de par eux-meme.
C’est la seule facon a mon avis d’essayer de les convaincre...car leur dire.... sans leur montrer des preuves....c’est presque parler a un mur...comme ca l’est(a coup sur)pour ceux qui sont pour NDDL pour des raisons personnelles et/ou politiques,ainsi que les autres qui veulent toujours avoir raison. (Le gros péché mignon de notre culture ou tout le monde parle mais personne n’écoute).
Changer d’avis parce qu’on s’est trompé,n’est pas un signe de faiblesse… bien au contraire!.
Malheureusent mes liens insérés comme preuves vérifiables dans "Voir le site" ... n’ont pas fonctionnés.Je les remets a la fin!
Je ne suis pas concerné par NDDL car je réside Californie.J’ai de la famille a Allaire et Saint Jean de la Poterie près de Redon.
Cependant après avoir lu sur le Ouest-France du 28 Juin 2008 la déclaration de Yves Aumon(1)de Saint-Sébastien-sur-Loire, au nom du groupe « Centre,démocratie et progrès » : « Il n'y aura pas de grande métropole en bordure de l'océan sans aéroport international….je me suis inséré dans le débat pour remettre les pendules a l’heure en informant,car en plus j’ai vécu ici en Californie exactement le meme scénario.
Les riches sous le décollage de l’aéroport John Wayne dans le Comté d’orange (2)-ou j’habite- voulait le transférer 12 kms plus loin sur une base militaire qui venait de fermer.
Une fois les électeurs bien informés des cachoteries et mensonges des porteurs du projet,ainsi que du cout malgré les deux pistes déjà en place,nous avons gagné la bataille après quatre referendum sur 10 ans..Si vous etes aussi persistant vous pouvez la gagner, mais ca demande 200% d'efforts constant d’INFORMATIONS.
Aujourd’hui mis a part ces riches personne ne s’en plaint car cela aurait un fiasco économique de grande proportion, dans un pays ou on prend l’avion comme on prend le TGV en France …..qui même s’il desservait un NDDL… ne serait pas compétitif avec la voiture…. car a moins d’habiter en face ou trés proche de la gare….. ce sera toujours plus DIRECT et donc plus RAPIDE de s’auto conduire de Nantes et/ou de Rennes (a une heure de la)que de se rendre d’abord a la gare……attendre le train (combien y en aura-t-il par jour?) en se coltinant les bagages.
D’autre part une une infrastructure ferroviaire même s’il elle peut y participer, n’a jamais jamais fait le dévelopment d’un aéroport contrairement a ce qu'on veut vous faire croire. Beauvais et Francfort-Hahn (Allemagne)se sont beaucoup développés ces dernières années et cela sans liaison ferroviaire.
L’aéroport de Los Angeles a 90 kms de chez moi traite 60 Millions de passagers (www.lawa.org) sans aucune desserte ferroviaire.
Il me faut dans des conditions normales entre 1 ¼ heure et deux heures dans la journée pour m’y rendre a cause des bouchons constant sur l’autoroute. En cas d’accident bonne chance!
Aéroport et dévelopment économique:
(2) Si le petit Comté d’Orange (Superficie :2.455km² )évoqué plus haut était un pays….son économie… serait classée au 31ème rang dans le monde parmi 200 nations, et elle est plus importante que celle d’Israel et de l’Irlande.
Extrait du lien ci-dessous :
The 4th largest county in America , with a population of nearly 3 million people. An economy that generates over $130 billion (milliards) in output every year. An unemployment rate that is half the national average. A dynamic economy centered on high tech, entertainment, fashion, tourism, and medical and environmental technology.
That's Orange County . And if our County were a country, its economy would rank 31st among the nearly 200 nations in the world, larger than Israel or Ireland .
Orange County is one of the most important and dynamic centers in the California economy -- and the world.
SOURCE: (voir le site)
Son économie à l’échelle mondiale est devenue ce qu’elle est sans aucun vol international direct…. bien que l’attraction touristique mondiale qu’est Disneyland ne soit qu’a 23 kms de son aéroport John Wayne …qui quitte a me répéter… sur une surface de seulement 203 hectares et une piste de seulement 1738 mètres de long a traité 9.6 millions de passagers en 2007….. avec un couvre feu la nuit (j'avais oublié de le mentionner)
(voir le site)
Si mes liens peuvent vous etres utiles dans vos débats pour convaincre les élus qui sont sur la sellete et ou les autres (et que vous n'arrivez pas a les ouvrir), n’hesiter pas a me contacter je vous les enverrais ainsi que d'autres.
dzepinanicolas [at] yahoo.com
Longueur de la piste a John Wayne airport:1738 metres
(voir le site) (SNA)
The main runway, at 5,701 feet (1,738 m), is one of the shortest of any major airport in the United States, resulting in most passenger aircraft operating from the airport to be no larger than the Boeing 757. However, some larger cargo aircraft, such as the FedEx A310/300, fly from SNA. Some gates are built to handle planes up to the size of a Boeing 767, which can operate with payload/fuel load restrictions.
C'est la plus courte piste parmi tous les grands aeroports de lignes des Etats-Unis . Elle est utilisee par de Boeing 757 ainsi que des plus gros comme L'airbus Airbus 310/300 et peut etre aussi utilisée par des gros Boeing 767-200 avec des limites de poids et de quantite de Kerosene.
Ce meme lien donne aussi la superficie de son aerogare:31,390 m2
The aging 29,000-square-foot (2,700 m2) Eddie Martin Terminal was replaced with a modern 337,900-square-foot (31,390 m2) facility.
Celui de Nantes: 43512 m2 ( 12000 m2 de plus)
(voir le site)

(0) 
alain quere
Lundi 24 janvier 2022
Pour revenir sur le sujet de ce fameux aéroport.
J'ai du mal à comprendre les arguments de ceux qui sont contre la construction de cet aéroport sous le pretexte falacieux de la pseudo-écologie ou qu'il y aurait déjà d'autres aéroports ailleurs et à côté. Pour une fois que l'on peut avoir un aéroport de dimension internationale, il serait préférable de rester avec plein de petits aéroports et de laisser la part du lion à Paris ou pire à Londres !!! A mon avis, ce n'est pas comme cela que l'on pourra avoir une Bretagne émancipée de la tutelle parisienne.
Bine sûr la construction de cet aéroport s'entend que si on peut limiter les autres aéroports et DEVELOPPER le réseau ferré-routier voire aérien entre les différents petits aéroports bretons et les zones économiques, autrement évidement cela n'a aucun sens!!! (A moins que chaque député de Bretagne souhaite avoir son aéroport pour montrer aux autres son influence, comme il fut un temps où chaque commune devait avoir un golf,... !!!)
Pour mémoire, savez-vous pourquoi l'aéroport de Vatry (Champagne) ne marche pas ? Ce n'est pas à cause d'une quelconque influence économique de Paris mais bien d'une influence politique !!! En effet, cet aéroport avait cété onstruit grâce à l'argent des vignettes automobiles de la Marne et son objectif était de faire venir tout le transport aérien des marchandises de Paris. Le problème ce que ADP (aéroport de Paris) voyant venir une nouvelle concurrence (certaines compangies bien connues de logistique aérienne comptaient déménager de Paris CDG à Vatry) appuyée par la région Ide de France et avec le gouvernement français de l'époque se sont arrangés pour tuer ce projet: suppression de la vignette automobile, augmentation de la capacité aéroportuaire de paris CDG (grâce aux sous du contribuable, c'est facile : c'est la France qui paie pour paris et non l'inverse)et bien sûr pression politique sur les "bouseux" champenois. Franchement, cela n'avait rien à voir avec un qelconque ancien Hub parisien, lequel a été mis en place après Vatry, bizarre non ?
Encore une fois, cela me rappelle la fameuse boutade :"En dehors de Paris, point de salut !" (pour ceux que cela intéresse lire le livre de Fréville qui parle du concept de Séparisiannisme).
(0) 
Nicolas Dzepina
Lundi 24 janvier 2022
Suite aux derniers commentaires d'Alain sur Vatry voici un lien direct intitulé "Vatry a-t-il un avenir? pour ceux que cela peut intéresser.

(voir le site)
Ou entrer manuellement si le lien direct ne fonctionne pas
(voir le site)
(0) 
Nicolas Dzepina
Lundi 24 janvier 2022
Le lien que j'ai inséré a propos de l'article sur l'aéroport de Vatry ne fonctionnant pas,ceux intéressés a le lire peuvent le faire en allant dans la boite de recherche de google.fr, en entrant le titre suivant :
L'aéroport de Vatry a-t-il un avenir?
Pour San Diego sur le meme moteur de recherche emtrer:
L'aéroport de San Diego.
le site wikipedia donne en francais le nombre de passagers :18 millions avec le diagramme de sa piste unique de 2900 metres comme a Nantes.
Pour l'aéroport de John Wayne les infos se trouvent sur le site wikipedia mais en Anglais sur le moteur de recherche: google.com, au lieu de google.fr
(0) 
Georges Audouet
Lundi 24 janvier 2022
Roissy et le troisième aéroport : réalités économiques et manipulation géopolitique

(voir le site)
Extraits du rapport de Phillipe Subra:
Roissy et le troisième aéroport Parisien: réalités économiques et manipulation géopolitique
Ce ce troisième aéroport existe déjà. Il suffit de développer les plates-formes existantes comme Vatry et Châteauroux,mais aucun aéroport en Europe n'est à plus de 50 kilomètres de la métropole qu'il dessert (la seule tentative plus éloignée, l'aéroport Mirabel à 55 kilomètres de Montréal, inauguré en 1976, a été un échec commercial)
De plus 68% du trafic de Roissy est en provenance de l'Île-de-France et 38% de Paris même ;
le seul moyen de permettre à un tel équipement de fonctionner serait d'y déplacer le hub d'Air France, ce que l'entreprise refuse absolument, et de le relier à la capitale par une ligne de TGV spéciale (les lignes actuelles étant proches de la saturation), avec des surcoûts considérables pour l'Etat et pour les usagers
D’un point de vue technique, Roissy et Orly sont loin de la saturation
La majorité des experts n’ont jamais caché que le troisième aéroport, du point de vue économique et technique, n’était ni nécessaire, ni viable.
Pas nécessaire, parce que techniquement Roissy et Orly possèdent des réserves de capacité considérables, qui leur permettent de faire face à la croissance du trafic attendue au cours des prochaines décennies, y compris si l’on prend les estimations les plus hautes. La construction des deux nouvelles pistes à Roissy permet d’atteindre le chiffre de 70 à 80 millions de passagers par an dans la configuration actuellement programmée en matière d’aérogares (CDG 1, les six terminaux en service de CDG 2, plus les satellites 3 et 4, encore à construire) et même 80 à 90 millions de passagers avec la mise en service d’une troisième aérogare (CDG 3). Ces chiffres sont établis sur la base d’un emport moyen de 140 passagers par avion, supérieur à l’emport actuel, mais tout à fait réaliste (l’emport moyen des avions décollant d’Heathrow est de 139, chiffres 1999). Orly est sous-utilisé et pourrait accueillir sans investissement important 35 millions de passagers au lieu de 25. Le total en capacité des deux aéroports est donc de 125 millions de passagers par an, 52 millions de plus que leur trafic en 2003 ( 73 millions), soit un potentiel de développement de 70%, qui mène à l’horizon 2020 si l’on applique les taux de croissance observés dans les années 1990, avant la crise du transport aérien mondial qui a débuté en 2001. Les contraintes en termes de contrôle aérien sont essentiellement d’ordre administratif et organisationnel et peuvent être résolues. Le problème des accès terrestres est une contrainte réelle, les autoroutes A 1 et A 3 étant d’ores et déjà saturées aux heures de pointe. Le raccordement direct de l’aérogare CDG 2 à la Francilienne par une nouvelle bretelle, qui aborde Roissy par l’est, est une première réponse. Mais la solution viendra de l’amélioration des transports en commun entre Paris et Roissy, engagée avec la réalisation d’une ligne ferroviaire dédiée, reliant l’aéroport et la gare de l’Est et baptisée CDG Express, dont la mise en service est prévue pour 2012.
(0) 
Paul Chérel
Lundi 24 janvier 2022
Je viens de lire tous les commentaires. J'en vois qui doivent bien rire en les lisant dans les milieux parisiens. Ah ! Ces Bretons ! incapables de se mettre d'accord sur quoi que ce soit ! Ma première intervention avait surtout pour but précisément de ne pas laisser Paris (c'est à dire Air France et Aéroports de Paris principalement et tous ceux qui gouvernent LA FRANCE ) faire n'importe quoi. Si nous avions des élus locaux à tous les niveaux municipaux, départementaux et régionaux, même administratifs capables et suffisamment audacieux pour imposer leurs volontés contre ce magnétisme et centralisme parisiens, toutes ces discussion entre Bretons, tous ces commentaires seraient parfaitement vains. Le monsieur qui parle de son expérience californienne n'a pas tort mais les Bretons n'ont que faire de son avis.
Pour ma part je connais plusieurs centaines d'aéroports du monde entier. Il n'y a qu'en France que l'on constate de telles aberrations dans le système aérien. Elle fait d'ailleurs suite aux aberrations précédentes dans le routier, le ferroviaire, voire aussi le fluvial et le maritime. L'outil NNDL sera ce que nous le ferons si nous le voulons. Un vrai HUB et pas un petit aérodrome de campagne. Paul Chérel
(0) 
gouve brendan
Lundi 24 janvier 2022
il est évident que les personnes immigrées en Bretagne et qui en faveur d'un aéroport de plus ne se rendent pas compte du nombre d'avions pollueurs (ils se fichent de la santé des antres)qui décollent chaque jour, 10000 en France, 200000 dans le monde, ne serait il pas plus intelligent d'éduquer les gens sans cervelle à ne pas prendre l'avion ? es ce utile dans la vie? G.B.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.