Le nouveau monocoque SAFRAN sera construit au Chantier Naval de Larros à Arcachon
Communiqué de presse de 1000 et une vagues

Publié le 1/04/06 18:16 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En décembre dernier, SAFRAN a annoncé son projet de sponsoring nautique et son engagement aux côtés du skipper français Marc Guillemot. Depuis, le navigateur breton, son team et les architectes travaillent en équipe à la conception du nouveau monocoque 60 pieds SAFRAN. Ce jour, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer, Jean-Paul Béchat, Président de SAFRAN et Marc Guillemot ont annoncé que la construction serait confiée au Chantier Naval de Larros (CNL) à Arcachon.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Pourquoi le Chantier Naval de Larros ?

En confiant la construction du futur 60 pieds SAFRAN au Chantier Naval de Larros, SAFRAN a fait le choix de la passion. « La petite structure dirigée par Thierry Eluère a démontré tout au long du processus de sélection une motivation extrême pour réaliser notre bateau et une réelle volonté de s'approprier notre projet » explique Pascal Chadail, responsable du projet chez SAFRAN.

Thierry Eluère, gérant de CNL, est un professionnel particulièrement inventif ; il maîtrise parfaitement les métiers à mettre en œuvre pour construire un bateau de course. Ces qualités ont été démontrées dans la réalisation de l'hydraplaneur. « Nous comptons sur Thierry pour être une force de proposition au service des architectes et du skipper, afin de leur permettre d’améliorer la définition du bateau et d’optimiser son poids » ajoute Pascal Chadail.

Le Chantier Naval de Larros est soutenu dans ce projet par l'ensemble de la région Aquitaine.

Marc Guillemot et le SAFRAN Sailing Team déjà « sur le pont » pour relever ce défi

Depuis plus de trois mois, Marc Guillemot et son équipe sont à l’ouvrage : les préparatifs pour la construction du nouveau monocoque 60 pieds open ont commencé. Le bateau SAFRAN conçu par le cabinet d’architecture navale Van Peteghem et Lauriot Prévost, associé pour l’occasion à Guillaume Verdier, sera construit au cours du deuxième semestre 2006. La livraison du bateau est prévue à la fin du premier trimestre 2007 et c’est au printemps 2007 que Marc Guillemot pourra tirer ses premiers bords avant de prendre le départ de la Calais Round Britain Race.

Pour Marc et le SAFRAN Sailing Team, le projet monocoque 60 pieds open sera l’aboutissement d’un travail d’équipe auquel SAFRAN participera pour apporter aux architectes son assistance technique et son savoir-faire.

Parallèlement au travail relatif à la construction du nouveau monocoque, Marc Guillemot se prépare à participer à la 8e édition de la mythique Route du Rhum. Pour la première fois à la barre d’un monocoque 60 pieds de la Classe IMOCA*, l’ex-Kingfisher-Skandia rebaptisé SAFRAN, le skipper originaire de la Trinité prendra le départ de Saint-Malo le 29 octobre prochain, pour rallier Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.

*International Monohull Open Class Association

Programme sportif de Marc Guillemot pour la saison 2006 à la barre de SAFRAN, ex-Kingfisher-Skandia.

Avril - Qualification pour la Route du Rhum – 1 000 à 1 500 milles en solitaire

- Aller et retour à Concarneau pour le départ de la Transat ag2r

- Navigation et préparation du bateau à La Trinité sur Mer

Juin - Record SNSM entre St Nazaire et St Malo sur SAFRAN.

- Départ de Saint-Malo en solo pour les Açores et retour en équipage

à La Trinité-sur-Mer.

Août - sept. - Entraînements

Octobre - Convoyage entre La Trinité sur Mer et Saint-Malo - Départ de la Route du Rhum (29 octobre)


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.