Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Le combat des SDF fini ?
EMGANN 09/01/07 Emgann-Mouvement de la Gauche Indépendantiste s'étonne que certains responsables du mouvement des Enfants de Don Quichotte aient choisi d'arrêter leur mobilisation en France et en Bretagne (à Nantes et Rennes) qui avait pourtant bien commencé. Le « plan d'urgence » proposé par le ministère de la cohésion sociale restera sûrement lettre morte, aucune garantie
Yannig Laporte pour Emgann-MGI le 12/01/07 18:20

EMGANN 09/01/07

Emgann-Mouvement de la Gauche Indépendantiste s'étonne que certains responsables du mouvement des Enfants de Don Quichotte aient choisi d'arrêter leur mobilisation en France et en Bretagne (à Nantes et Rennes) qui avait pourtant bien commencé. Le « plan d'urgence » proposé par le ministère de la cohésion sociale restera sûrement lettre morte, aucune garantie n'ayant été apportée par le gouvernement.

De plus celui-ci ne règle en aucun cas le fond réel du problème, notamment celui de la spéculation immobilière. Aujourd'hui il existe près de 150 000 logements vacants en Bretagne, dont la plupart sont la propriété de groupes immobiliers et d'entreprises privées qui les gardent volontairement inoccupés en attendent de les vendre au meilleur prix et au meilleur moment. Le droit au logement opposable revendiqué par le président Chirac lors de son allocution de bonne année, est une loi qui existe déjà par une ordonnance de 1945 qui prévoit «une procédure d'attribution d'office» par réquisition de logements vacants pour les personnes durement touchées par la crise du logement. On mesure donc ici la tiédeur et la faiblesse de ce nouveau « plan d'urgence ».

L'année dernière c'est plus de 10 000 de demandes de logements sociaux qui ont été faites dans le seul département du Morbihan pour 900 places ! Alors que celui-ci compte plus de 20 000 logements vacants* et plus de 80 000 résidences secondaires* (occupées qu'un mois par an en moyenne). Sur près de 2 000 000 de résidences en Bretagne nous estimons le nombre de résidences secondaires à près de 300 000 et celui de logements vacants à près de 120 000. Ajoutés au prix de la spéculation immobilière ces chiffres sont insoutenables.

Les dizaines de milliers de sans logis et mal logés de Bretagne ne manquent donc pas de logements mais d'une juste solidarité. Nous invitons donc dans un premier temps ceux qui veulent continuer l'action à venir se reloger gratuitement dans les quelques 35% de résidences secondaires constituant le littoral breton (encore plus que la côte d'Azur !), et à ainsi repeupler certaines communes presque mortes. Nous conseillons par exemple la très sympathique maison de J.-M. Le Pen à la Trinité/mer.

Dans un deuxième temps Emgann-Mouvement de la Gauche Independantiste assure que dans le cadre d'une Bretagne doté d'un parlement démocratique souverain, celui-ci s'évertuera à :

-faire réellement appliquer le droit au logement opposable, -empêcher toute expulsion sans plan de relogement social -éviter la spéculation immobilière en limitant le nombre de propriétés par propriétaire -gérer et limiter le nombre des logements secondaires et vacants

*chiffres INSEE

Jonathan GUILLAUME

Cet article a fait l'objet de 1050 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons