Le bagad de Karekura : entre Guadeloupe et Bretagne

-- Cultures --

Dépêche de Fanny Chauffin

Publié le 8/08/11 15:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

C'est leur première venue au festival. Ils commencent par former un bagad, et peu à peu l'idée vient d'intégrer des percussions. Un projet naît avec les jeunes collégiens du collége Félix Eboué de Petit Bourg. Et ils jouent pour le carnaval. Pour la route du rhum.

Et tout naturellement, pour l'année de la diaspora ils viennent réchauffer les festivaliers mouillés par la pluie dans le dôme, le lendemain ils défilent au soleil et puis font à l'Espace Marine un triomphe alors qu'ils assurent la première partie de Danyel Waro devant 3000 personnes.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.