Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Le professeur François Rémi (géographe)
Le professeur François Rémi (géographe)
Jean-Yves Hughes - le vigneron du Mont Garrot prés de Saint-Sulliac
Jean-Yves Hughes - le vigneron du Mont Garrot prés de Saint-Sulliac
Le vignoble de Saint-Sulliac (cépage de chenin blanc)
Le vignoble de Saint-Sulliac (cépage de chenin blanc)
Le vignoble de Saint-Sulliac avec en arrière plan l'ancien port viking de la Rance
Le vignoble de Saint-Sulliac avec en arrière plan l'ancien port viking de la Rance
 Bernard Hommerie - organisateur de la journée et membre du bureau de la APVB
Bernard Hommerie - organisateur de la journée et membre du bureau de la APVB
Le Maire de Mont-Dol arrose les nouveaux ceps
Le Maire de Mont-Dol arrose les nouveaux ceps
Un pied de vigne = 1 litre de vin
Un pied de vigne = 1 litre de vin
Jeune Cep de chenin blanc poussant sur les coteaux du Val de Rance.
Jeune Cep de chenin blanc poussant sur les coteaux du Val de Rance.
- Dépêche -
La renaissance de la vigne en Bretagne nord est-elle possible ?
la Bretagne compterait de 100 à 200 viticulteurs en dehors du vignoble nantais, du Nord de la Loire jusqu'à Quimper sur les coteaux du Braden et de la presqu'île du Rhuy jusqu'à Renac prés de Redon en passant pas le val de Rance. Au moins la moitié d'entre eux se sont retrouvés hier au Mont-Dol pour l'assemblée annuelle des viticulteurs amateurs bretons des clos et jardins. Le mouvement vers la résurrection de la vigne en Bretagne Nord est lancé.
Philippe Argouarch pour ABP le 19/04/09 6:52

Hier, samedi 18 avril, à l'initiative de l'association du Renouveau des vins bretons (ARVB), présidée par Gérard Alle, auteur avec Gilles Pouliquen d'un très beau livre Le vin des Bretons et en présence du maire du Mont-Dol, Rémi Fontaine, le vignoble du Mont-Dol a été relancé. Plusieurs ceps ont été plantés symboliquement sur le flanc sud du mont Dol sous un petit crachin propice à ce genre d'activité. Ce vignoble existait au Moyen-Âge et desservait en particulier les besoins du Mont Saint-Michel.

La vigne aurait été cultivée presque partout en Bretagne, dans une paroisse sur deux en Ille-et-Vilaine et en Côtes-d 'Armor. Suite au refroidissement du Xe siècle et aux décrets royaux des 17e et 18e siècles défavorables à la production de vins en Bretagne, la vigne avait quasiment disparu de la péninsule sauf pour le vignoble nantais lié aux activités du port de Nantes. Colbert aurait encouragé les pommiers et la fabrication du cidre en Bretagne.

Alors que la législation européenne autorise l'ouverture de nouvelles exploitations viticoles à titre familial (moins de 10 ares), la France n'a pas octroyé ce droit officiellement mais semble tolérer ces petits vignobles. Il est toutefois clair que la législation européenne comme la législation française interdit toute nouvelle production de vin à titre commercial en Bretagne ou ailleurs.

Magré tout, la Bretagne compterait de 100 à 200 viticulteurs en dehors du vignoble nantais, du Nord de la Loire jusqu'à Quimper sur les coteaux du Braden et de la presqu'île du Rhuy jusqu'à Renac prés de Redon en passant pas le val de Rance. Au moins la moitié d'entre eux se sont retrouvés hier au Mont-Dol pour l'assemblée annuelle des viticulteurs amateurs bretons des clos et jardins. Le mouvement vers la résurrection de la vigne en Bretagne Nord est lancé.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 4544 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 1 commentaires
Bernard Le Nail Le Mardi 31 août 2010 23:27
Ce qui est bien ennuyeux, c'est que certains se méprennent à propos de ce courant d'intérêt pour la vigne dans des régions de Bretagne dont elle avait disparu depuis plusieurs siècles, et en viennent à oublier que la Bretagne possède un des grands vignobles français, qui couvre 13 000 hectares et fait vivre 2 900 professionnels. On pouvait ainsi lire samedi (18 avril), en page 'Bretagne' de ""Ouest-France", Christophe Violette, qui est par ailleurs un excellent journaliste : "La Bretagne compte une bonne centaine de viticulteurs... La quatrième journée des vins bretons se tient, samedi au Mont-Dol, en Ille-et-Vilaine. La vigne y avait disparu depuis le Moyen Âge, comme ailleurs en Bretagne. Depuis 2002, elle retrouve ses marques, grâce à des passionnés"'... Par respect pour tous les producteurs professionnels de vin de Bretagne, il faudrait bien rappeler à chaque fois que l'on parle des vins bretons qu'à côté de petites productions non-commerciales sympathiques mais marginales, la viticulture est dans le sud de la Bretagne un secteur économique tout à fait important avec des vins qui se marient admirablement avec le poisson et les autres produits de la mer, le muscadet et le gros-plant. Ces vins sont bien connus comme des vins bretons, notamment en Grande-Bretagne qui est un de leurs débouchés à l'exportation, mais l'image de ces vins pâtit terriblement depuis quelques années de leur rattachement forcé aux vins de Loire, qui ont une image bien différente, sans aucune dimension maritime.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons