La langue bretonne mise entre parenthèses

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de Ai\'ta
Porte-parole:

Publié le 1/03/20 17:50 -- mis à jour le 01/03/20 17:55

Nous avons récemment découvert avec effarement la pose de nouveaux panneaux routiers à Lorient, sur la pénétrante et la RD 162, boulevard Léon Blum, où la langue bretonne figure entre parenthèses, en tout petits caractères et en italique sous le français. Ces nouveaux panneaux installés à Lorient sont de plus truffés de fautes d’orthographes ! C’est une régression considérable à l’heure où même l’Etat commence à déployer une signalétique bilingue quasi paritaire le long des routes nationales de Bretagne!

Ces nouveaux panneaux sont l’œuvre des services de François Goulard, le président du département du Morbihan, et de ceux de la Ville de Lorient. Il s’agit d’un signe très inquiétant par rapport au traitement fait à la langue bretonne et à ses locuteurs par le Département du Morbihan et la Ville de Lorient. Ce sujet est visiblement traité avec un amateurisme le plus complet, si ce n’est pas avec mépris, puisque qu’aucune relecture par des services compétents n’a visiblement été conduite. Accepterions-nous des panneaux routiers avec des fautes d’orthographes en Français ? Rappelons que selon l’étude socio-linguistique menée en 2018, dans le département du Morbihan 73% des Morbihannais sont favorables aux panneaux bilingues (étude TMO – Région Bretagne).

Cet exemple de panneaux farfelus reflète malheureusement la situation de la langue bretonne à Lorient depuis plusieurs années, en régression constante faute de volonté politique forte. Cette situation interpelle également sur l’efficacité des «Conférences territoriales pour la langue bretonne» organisées par la Région Bretagne. Il apparaît clairement à ce jour que cette instance, mise en place par Loïg Chesnais-Girard, n’a pas été en mesure de faire progresser les collectivités de Bretagne sur un sujet aussi simple que la signalétique.

Il est plus que temps que le Conseil Départemental du Morbihan, Lorient Agglo et la Ville de Lorient mettent enfin une véritable politique linguistique en place, comme le font le Département du Finistère et la Ville de Quimper, ce que nous réclamons depuis plusieurs années.

Nous ne pouvons envisager que ces panneaux ne respectant pas les règles de base du bilinguisme routier et les règles d’orthographes de la langue bretonne, restent en place. Nous donnons donc rendez-vous :

Samedi prochain, le 7 mars à 10 heures

Intersection du boulevard Léon Blum et de la rue de Kerjulaude à Lorient (près du lycée Colbert)

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Naon-e-dad
Lundi 2 mars 2020

Un véritable scandale, en effet.

Qui semble confirmer plus que le" je m'en foutisme", une volonté adverse de la part des (ir)responsables en charge de la signalétique sur la voirie.

Lorient / an Orient, municipalité qui se targue d'héberger chaque été le Festival Interceltique de Lorient (FIL), l'un des plus importants en Bretagne (et même en Europe) avec les Vieilles Charrues (an Erer kozh) de Carhaix, Lorient a-t-elle envie de renouer le fil avec sa racine celtique? Laquelle racine celtique, avec la maritimité est sa signature...

Lorientais et visiteurs méritent mieux que ce gâchis. Ils méritent des panneaux bilingues corrects. Ce n'est pourtant pas très difficile de s'enquérir auprès de gens ou services compétents avant de faire n'importe quoi Copie ou panneaux à revoir donc!!

Ne goust ket re gêr panelloù divyezhek seurt-se evit ur gêr vraz a-walc'h evel An Oriant. Poent eo o adlakaat brav, da lâret eo brezhoneg reizh ha skrivet skoaz-ouzh-skoaz (gant ar galleg) oute.

Rafig
Lundi 2 mars 2020

"le long des routes nationales de Bretagne !" ou région bretagne plustôt ?.

Et le long des RN 165 et 137 de Nantes à Vannes et Nantes à Rennes ? (des photos)

Là aussi il ne faut rien lâcher sur le respect par l'Etat français de tous les aspects de la Bretagne.

Dans l'agglo nantais aussi on bretonnise les noms de rues et d'entrées de ville, c'est bien, mais nous n'avons toujours pas le Réunification, c'est-à-dire le respect de la taille exacte de notre région historique.

Burban xavier
Lundi 2 mars 2020

le Conseil départemental du Morbihan a voté une ligne de crédit pour Notre Dame de Paris suite sa destruction de 1million d'euro l'an passé , c'est bien. Quid de la langue bretonne? Sachant qu'elle est désormais menacée si des mesures fortes ne sont pas prises pour la sauver . Rappel 84°/° des crédits du Ministère de la culture vont à la seule région parisienne et dont les 3/4 à la seule ville de Paris . 1°/° pour la Bretagne administrative .....

Pour ma part , j'attends d'une association bretonne ou d'un collectif d'associations culturelles quelconque qu'elle fasse appel aux dons de l'ensemble des Breton(e)s malgré les difficultés économiques des populations .

C'est de notre volonté d'organiser le sauvetage du breton et de créer les outils convenables pour celle-ci ..

Kervegon
Mardi 3 mars 2020

Mais qui décide de laisser faire de telles bêtises ? Même à Nantes on respecte plus l'écriture de notre langue !

Rafig
Mardi 3 mars 2020

"Appel aux dons"

Qui pour l'organiser et gérer ce trésor public breton ... ?

On entend souvent : "l'argent est le nerf de la guerre" (pacifique bien sûr).

Et bien pourquoi pas le Parlement de Bretagne "réveillé" avec des élus par des bretons.

Cette assemblée pourrai gagner en importance et en influence si nous avons le réflexe de lui confier ce genre d'action.

Un groupe de militants bretons serait le meilleur moyen de valider et de redistribuer ces fonds aux asso qui défendent réellement la Bretagne.

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner