Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
La Corse : une île-laboratoire pour la France ?

Vendredi 13 mars, le groupe Ermine invitait Philippe Pesteil, maître de conférences en anthropologie à l'université de Corse

Fanny Chauffin pour FC le 14/03/15 19:56
:
Réalisation :

Vendredi 13 mars, le groupe Ermine invitait Philippe Pesteil, maître de conférences en anthropologie à l'université de Corse

Philippe Pesteil est maître de conférences en anthropologie à l'université de Corse. Ses travaux portent principalement sur la question alimentaire et la relance des produits par l'économie identitaire, les nouvelles dynamiques spatiales, et les changements sociaux au sein des minorités. Il a publié plusieurs articles relatifs à la question politique en Corse et en particulier au FLNC.

Créé en 1976, le FLNC est un mouvement clandestin ayant fait le choix de « la propagande armée ». Militant pour l'indépendance de la Corse, il est le principal représentant de la mouvance se reconnaissant dans la lutte de libération nationale (LLN). Connu pour ses actions violentes (il a revendiqué environ 4 700 attentats sur les 10 500 perpétrés en Corse), ses conférences de presse cagoulées, il est resté l'inspirateur principal et le maître d'½uvre de la ligne dite dure de l'expression nationaliste corse. Durant son existence, le mouvement aura connu des périodes d'activité plus ou moins intense au rythme des nuits bleues, des arrestations de militants, des débats internes, des scissions et luttes fratricides, des trêves et négociations avec l'Etat.

Le bilan dressé par Philippe Pesteil pose le problème d'une île orpheline depuis la cessation d'activité violente du FLNC.

Les Corses se sentent "orphelins", et constatent impuissants l'absence d'engagement nationaliste, le désintérêt des jeunes, la montée en puissance de la mafia et de la violence.

Le triste bilan de trente-huit ans de lutte montre une Corse où les anciens nationalistes, opposés à la bétonisation du littoral par la France, en sont aujourd'hui des agents actifs.

Un référendum sera probablement bientôt organisé, la Corse, île laboratoire va expérimenter de nouveaux pouvoirs en 2018 alors que les autres régions de France devront attendre 2020.

L'augmentation impressionnante de la population qui a doublé depuis 1960 ainsi que l'augmentation de 14% du taux de chômage laissent la Corse en pleine interrogation sur son avenir : à quoi bon l'indépendance, si c'est pour livrer l'île à la mafia, comme en Sicile ?...

Voir aussi :
Vos 2 commentaires
SPERED DIEUB Le Dimanche 15 mars 2015 13:14
Dommage que l'on entend mal l'interview
(0) 

Ghjiseppu Cispreru Le Lundi 16 mars 2015 02:58
Bon article, ou plutôt bon début d'article. Hélas sujet peu creusé. Où en est la LLN depuis le dépôt d'arme du FLNC ? Que fait on des syndicats de jeunes importants impliqués dans cette lutte ?
Le dénouement independance/maffia raisonne ici comme une fatalité sans apporter d'autres solutions.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons