La Bretagne se distingue…selon l’Insee

-- Société --

Papier
Par marc Patay Lejean

Publié le 25/11/12 15:08 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dans cette France hexagonale, ce pays autoproclamé des libertés où le jacobinisme a de beaux restes, où certains sont encore prêts à ramper de componction et d'admiration devant notre super Ben Ali national, Loeis Pevarzec le Braz (Louis XIV), les statistiques produites par l'Insee nous chantent un petite musique agréable à l'oreille. Nous voyons que, fort heureusement, tous les Français ne sont pas moulés à la louche et que les Bretons résistent à l'uniformisation drastique de notre temps. Ils ont des comportements spécifiques, sur le plan électoral, intellectuel (lectorat, école), civique (vote, abstention), patrimonial, criminel, etc; Voyons les chiffres.

Elections

Au printemps 2007, les Français ont été appelés aux urnes pour les élections présidentielles et législatives. Neuf électeurs sur dix ont participé au moins à un tour de scrutin de ces élections. 55,7 % ont voté à tous les tours possibles, ce qui place la Bretagne au 3e rang des régions les plus assidues. La Bretagne se trouve aussi au 16e rang sur 22 pour l'abstention systématique démontrant, là aussi, le sens civique des Bretons.

Taux de participation aux scrutins électoraux en France depuis 2002 (en %)

2e tour des présidentielles 2002 Bretagne 83,1 France 80,9

2e tour des présidentielles 2007 Bretagne 86,9 France 85,3

2e tour des législatives 2002 Bretagne 66,7 France 64,6

2e tour des législatives 2007 Bretagne 66,5 France 60,4

2e tour des municipales 2008 Bretagne 66,5 France 65

2e tour des régionales 2004 Bretagne 67,6 France 65,8

Européennes 2004 Bretagne 46,3 France 43,3

Les taux de participation bretons sont toujours supérieurs à ceux français. Mine de rien, le «lobby» breton pèse lourd lors des élections nationales. Sarkozy n'a pas pris la mesure de cette force et sa désinvolture vis-à-vis des Bretons a été sanctionnée. Hollande a bien compris l'intérêt de s'en faire des alliés.

Il y aurait beaucoup à dire sur le comportement politique des Bretons. Par leur vote ils semblent lutter consciemment ou pas, contre l'étouffement centraliste, contre le bonapartisme rampant de certains partis, pour une Europe capable de desserrer l'étau jacobin, pour plus d'autonomie …

Le vote FN

Extrait de Rue89, 4 avril 2012 : «La Bretagne est une terre qui résiste à l'extrême droite. C'est ce que nous apprennent les résultats, en France depuis 2002, des élections cantonales, régionales, européennes, législatives et du premier tour de la présidentielle, résultats que nous avons compilés. Sur les 20 villes françaises de plus de 2 000 habitants où le score moyen de l'extrême droite a été le plus faible, 17 sont bretonnes … un constat similaire, même lorsqu'on élargit à 30 ou 40 villes … »

Si les Bretons résistent au FN, ce n'est pas par simple «gentillesse» native. Le vote FN est un sujet «délicat» que les sociologues manient comme s'il s'agissait de TNT. Dans l'ensemble, par prudence, ils préfèrent réfuter à priori, tout lien entre vote Fn et immigration, (2,2% d'immigrés en Bretagne, 8% en moyenne nationale), afin de ne pas conforter des thèses politiques, façon de mettre la charrue avant les boeœufs et se délester d'un problème gênant. Pourtant, en dehors de toutes considérations personnelles, ce sujet mérite d'être étudié scientifiquement et … courageusement.

Erik Neveu, professeur à Rennes, « Ce raisonnement suppose qu'on entre dans la logique du FN» !

La presse

34% des Français lisent chaque jour au moins un titre de Presse quotidienne régionale, 56% des Bretons lisent chaque jour au moins un titre de PQR, c'est le taux le plus fort de France.

Malheureusement, malgré ce score flatteur, il y a beaucoup à dire sur la qualité perfectible des quotidiens bretons. Quand on en retire les petites annonces, le sport, la météo et l'information locale, intéressantes par ailleurs, il ne reste plus grand-chose à lire pour comprendre le monde d'aujourd'hui et l'on est obligé de se tourner vers la presse nationale, bien souvent anthropo-centrée sur Paris, malheureusement. En évitant les analyses et les dossiers approfondis sur des sujets d'importance concernant la Bretagne en entier (énergie, transports, économie, culture …), ces quotidiens alimentent une certaine vacuité dans l'esprit du lecteur breton.

Scolarité

Taux de réussite au baccalauréat en 2010, Bretagne : 89,9, France : 85,6

Pauvreté

Intensité de pauvreté

Bretagne France

17,1 19,1

Voir l'Insee pour le détail de la formule, plus cet indicateur est élevé, plus la pauvreté est grande.

Patrimoine : comparaisons régionales en 2012

Région Monuments classés

Bretagne 1238

Île-de-France 1129

Paca 885

la Bretagne (avec Loire-Atlantique) est en France, la région ou les monuments classés sont en plus grand nombre. C'est sans doute l'une des régions du monde où le patrimoine est le plus dense, du fait de la grande richesse (relative) de cette région au 15 e, 16 e et 17 e. Les historiens ont des explications très prudentes et lacunaires sur cet aspect majeur de l'histoire de la Bretagne allant jusqu'à suggérer que si les Bretons sont ensuite devenus relativement pauvres jusqu'au début du 20e siècle, c'est qu'ils ont gaspillé leur argent au lieu de le réinvestir !, ce qui permet du même coup d'exonérer la France de toute responsabilité dans ce déclin dont nous parlerons prochainement.

Note : pour L'Insee, la Bretagne est à quatre départements.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1279 lectures.
mailbox imprimer