L'identité française a-t-elle encore un sens ?

-- Editorial --

Chronique de JPLM
Porte-parole: Jean-Pierre Le Mat

Publié le 24/12/14 10:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le mercredi 17 décembre 2014, l'Assemblée nationale a adopté définitivement la nouvelle carte de France des régions. Les raisons avancées pour cette réforme sont d'ordre administratif. D'abord, il faut des régions de taille européenne. Ensuite, il faut faire des économies. Dans le monde de l'entreprise, on appelle cela «seuils de rentabilité» et «centres de profit». Ceux qui vivent sur place, ceux qui vont habiter ses fameuses régions, n'ont pas été consultés. Laissez les hauts fonctionnaires et les élus décider ! Contentez-vous d'obéir aux uns et de voter pour les autres !

A propos de taille européenne, il suffit de regarder les pays qui nous entourent. Toutes leurs régions ont une base historique, que ce soit en Grande Bretagne, en Espagne, en Allemagne, partout ailleurs. En fait, il n'existe pas de taille européenne. En Allemagne, des régions comme la Bavière, qui comptent 12 millions d'habitants voisinent avec d'autres, comme Bremen-Bremerhaven, qui en comptent 650 000. A l'exception notable de la France, les régions d'Europe se fondent sur une cohérence territoriale, liée à un enracinement historique et à un sentiment d'appartenance de ses habitants. Cette cohérence territoriale permet d'engager des dynamiques économiques, sociales et culturelles. En démocratie, cela permet aussi de les partager avec la population concernée.

La réforme territoriale était une chance, peut-être la dernière, de définir une identité française rassembleuse. Ils nous auraient dit : «Vous êtes Bretons, Alsaciens, Savoisiens, Occitans, Flamands, basques… Construisez votre région par vous-mêmes, nous vous aiderons ; et construisons ensemble la France de demain !»

Eh bien non… Ils nous ont dit : «Vous vivez sur un territoire que nous contrôlons. Nous allons vous donner un nom et une identité. Cela correspondra aux découpages territoriaux que nous allons réaliser !»

La France a peur de ses citoyens réels. Elle préfère des citoyens abstraits et interchangeables. Elle imagine que son unité passe par la mise sous tutelle des énergies locales. La meilleure manière d'assurer cette tutelle est la création de régions-Frankenstein, dont l'identité monstrueuse ne pourra jamais rivaliser avec l'identité française. Mais, comme dans le roman, les créatures insatisfaites finiront par dévaster l'identité française.

Pour l'instant, les habitants de l'Hexagone assistent, médusés, au charcutage de leur espace de vie, de leur passé et donc de leur avenir. Doivent-ils se prosterner devant ce monstre froid dont l'intelligence les dépasse, pour éviter de passer pour des imbéciles ? Doivent-ils au contraire se révolter au nom de liens humains, imperméables à la mise en équation ?

On n'autopsie que des cadavres. On ne découpe que des carcasses. La France se rêve désormais, non plus comme une fille aux seins nus qui mène les foules, surgie du tableau de Delacroix, mais comme une machine à administrer. La puissance, l'énergie et la diversité de l'humanité qui vibre dans les territoires de l'Hexagone l'effraie. A la sève qui monte des racines, elle oppose le mouvement inverse, en imposant des «intérêts supérieurs» et un roman national : Jeanne d'Arc, les droits de l'Homme et la Révolution de 1789, l'empire civilisateur, la Résistance… Autrefois, quand le pouvoir central détenait le contrôle du savoir et de l'information, cela pouvait marcher. Mais aujourd'hui, comment peut-on adhérer à ces vieilles cartes postales retouchées et colorisées ?

J'entends déjà les mots des nouveaux inquisiteurs. Ils brandissent une Constitution de papier, comme d'autres, autrefois, brandissaient un crucifix de fer.

Communautariste ! Il faut l'avouer, l'expression ne nous fait plus ni chaud ni froid. Tout le monde sait qu'un militant breton ou alsacien n'a rien à voir avec un islamiste radical. Ceux qui ont lancé ce mot, il y a 20 ans, ont créé une confusion qui fait de la France, non pas une adhésion, mais un renoncement. Aujourd'hui, on choisit les communautés auxquelles on adhère, qu'elles soient philosophiques, territoriales ou virtuelles. Ne pas adhérer à une communauté, c'est être aliéné, c'est-à-dire sans lien. C'est se limiter aux pauvres vérités officielles.

Identitaire ! Voilà la nouvelle formule de l'exorcisme républicain. Cri pathétique. La France ne fait plus rêver. Derrière l'insulte se cache une supplique : «Je vous en prie, contentez-vous de l'identité française ; sinon elle va disparaître !»

La France n'a plus les moyens d'une guerre de conquête. Alors, pour exister, elle montre du doigt, pêle-mêle, des ennemis intérieurs : les islamistes de souche, les identités incontrôlées, les nations de l'Hexagone, les langues minoritaires. A droite et à gauche, on se dispute la palme de l'alignement républicain. On fait de la surenchère sur les démarches citoyennes. On s'agenouille devant une histoire trafiquée.

Tous ces bons Français s'imaginent à la fois libre penseurs et nouveaux Croisés du Tricolore. Ils ne sont que les défenseurs d'une machine administrative.

Regardez-les parader. Mais ne les enviez pas. Leur jour de gloire se termine.

Jean Pierre LE MAT

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1911 lectures.
mailbox imprimer
Jean-Pierre Le Mat est chef d'entreprise et auteur. Il a en particulier réédité et complété l'Histoire de Bretagne de Henri Poisson; Patrick Pearse et l'insurrection irlandaise de 1916; les cent vies de l'hermine; Histoire de Bretagne, le point de vue breton; Enquêtes sur les prophéties de Merlin ; Carnet d'un Bonnet rouge ; Ils ont fait la France. Il anime le site contreculture.org.

Vos commentaires :

Meriadeg Dizouar
Mercredi 24 décembre 2014

Bonne chronique !

Si la France avait assumé pleinement chacune de ses offenses envers les peuples qu'elle opprime, si elle avait assumé ses fautes, refusé de céder à la censure et à la négation des différentes identités, si elle avait alimenté les différences culturelles au sein d'un système fédéral, si, si si... Peut-être aurions nous pu consciemment nous revendiquer breton et français. Dommage que la république ait systématiquement choisie la voie du sang et du mensonge, car en semant leur haine de l'autre ils auront à faire à plus d'une récolte de violence dans les années à venir. En espérant que cette république française puisse un jour n'être qu'un mauvais souvenir dans l'histoire de Bretagne.

PIERRE CAMARET
Mercredi 24 décembre 2014

Le Drapeau tricolore , La Republique , les valeurs republicaines , la Une et Undivisible , ne signifient plus rien , plus rien dutout pour moi , et meme tres tres souvent un sentiment de repulsion,de rejet.

SPERED DIEUB
Mercredi 24 décembre 2014

Toutes leurs régions ont une base historique, que ce soit en Grande Bretagne, en Espagne, en Allemagne, partout ailleurs.

En ce qui concerne l'Allemagne en général , c'est faux ,mis à part l'état libre de Bavière

Le fédéralisme allemand qui a été imposé quelque part ,par les vainqueurs dans le but de maintenir une certaine division du pays ,a un coté technocratique ,mais malgré tout dans bien des domaines s'il a fait ses preuves et sans diviser l'Allemagne ,faisons attention de tomber dans le panneau ,car par exemple Rhénanie Westphalie ,pourrait avoir un équivalent français facile à deviner ! Loire Bretagne !!

Pour le reste de la chronique il n' y a pas grand chose à dire sinon qu'il faut être prudent et plus nuancé sur certains sujets comme ci-dessous

Jeanne d'Arc, les droits de l'Homme et la Révolution de 1789, l'empire civilisateur, la Résistance…

Philippe Guilloux
Mercredi 24 décembre 2014

Encore une fois, une bel article, bien écrit, bien structuré.

Il fut une époque ou la France, ou plutôt la République, a reconnu l'appartenance régionale. Vous êtes Breton, Alsaciens, Basques, vous avez petite patrie, composante de la grande, c'était enseigné aux enfants des écoles. Mais il s'agissait alors de préparer les esprit à ce qui fut une boucherie : la guerre 14-18. Démonstration de ce que nous décrit très justement Jean-Pierre : une République qui se cache derrière trois mois liberté, égalité, fraternité pour dissimuler ce qu'elle est véritablement : un monstre technocratique et administratif dirigé par des élites qui ne sont que les descendants de ceux qui, jadis asservissaient le peuple frontalement et qui aujourd'hui le font avec les mêmes méthodes mais se drapant dans les oripeaux d'une Marianne plus cocue que jamais

Marcel Texier
Mercredi 24 décembre 2014

Les Français fonctionnent suivant un logiciel qui date de 1789, c'est-à-dire un temps où n'existaient ni les chemins de fer, ni le transport aérien, ni le téléphone, ni les ordinateurs, ni internet, etc..., etc...Pas étonnant qu'ils soient complètement à côté de la plaque !

Ainsi, à leur individualisme forcené, qui entraîne le refus stupide de reconnaître la réalité des groupes humains s'oppose tout l'apport de l'anthropologie moderne. Cette idéologie a produit la tragédie algérienne, toutes les tragédies qui ont accompagné une décolonisation forcée.

Ce logiciel empêche de reconnaître l'existence du peuple breton, du peuple alsacien, du peuple basque, du peuple corse et aboutit à des absurdités comme le nouveau charcutage régional.

Il est impossible de faire entendre raison à ces gens-là.

Ker itron al lann
Mercredi 24 décembre 2014

Une grande majorité des élus de Bretagne et des Pays de Loire étaient pour un rapprochement des 2 régions.

Le vacarme des bonnets rouges ont fait craindre une dérive tapageuse fort nuisible: puissant lobby de l'agroalimentaire, pratiques violentes, populisme catalyseur..

La bénédiction des béquatistes et autres courtisans de Le Drian ont fait le reste.

Ah oui, j'oubliais les quelques nationalistes haineux, et autres écorchés de l'identité bretonne. Ceux là, on les connait depuis longtemps. Ils n'ont pas grand poids. Personne ne leur fait confiance.

Les anti aéroport grand ouest, les écolos à côté de la plaque et autres petits politicards bien mal inspirés.

Tout cela réunis, et voilà la recette d'un grand rendez-vous manqué!

En plus, tout ce petit monde joue maintenant les victimes, personne évidemment ne voulant endosser la responsabilité d'un tel échec!

Mais on n'oubliera certainement pas les diatribes furibondes du père Vari contre JM Ayrault… et autre harcèlement accusatoire dont nous sommes que trop accoutumés, en particulier à Nantes.

Même la République est salie d'injures. Les vieux pétainistes ou anciens des guerres coloniales ( un comble) osent, sentant le sang, s'en prendre sans retenue à la République et l'honneur de ceux qui ont lutté pour que l'on vive en Bretagne, libéré du fascisme. Même le suffrage universel n'est pas épargné, répudiés par certains penseurs germanophiles haut de gamme.

Mes fréquentes incursions sur ces commentaires m'ont permis d'évaluer l'étendue des dégâts.

Quel gâchis! Un bon ménage s'impose. Je crains qu'il ne soit trop tard… à moins qu'il ne soit TROP TÖT… Dans dix ans, certains auront disparus.

Le seul espoir de la Bretagne reste les jeunes, les générations à venir.

D'ici là, malheureusement, que de maladresses!

Et force est de constater que maintenant en pays Nantais, les gens se sentent ou sont considérés en dehors de la Bretagne. Quel gâchis! Quel sottise!

Continuez, prenez vous en à la France, la République, les jacobins, les Pays de la Loire, le projet de NddL, vous devenez inaudibles.

Un désaccord est possible. Le gouvernement a fait preuve de maladresses également, certes. Mais vos surenchères ne donnent rien de bon.

"Tout ce qui est excessif est insignifiant" dit un vieil adage.

Et chaque fois que je ponctue un commentaire sur l'abp, je caresse la touche "sup.". Je n'aime pas la virulence. Mais une fois de plus, je conserverai ce billet d'humeur,à mes yeux fondé. Toutes les voix doivent être entendues.

Vive la Bretagne, vive la Loire Atlantique à nouveau bretonne, vive une région administrative Bretagne-Loire, ouverte, dynamique et respectueuses de nos valeurs républicaines de liberté, d'égalité et de fraternité.

Vive les jeunes bretons... et la croissance qui leur permettra de vivre au pays, dans la tolérance, la solidarité et le respect de l'environnement!

Louis Le Bars
Mercredi 24 décembre 2014

@ Spered Dieub, en Allemagne il y a un mélange.

Les Etats de l'ex RDA sont globalement historiques, la Basse-Saxe a une logique linguistique, Hambourg, Brême, Bavière, Hesse, Sarre, une logique historique également. Bade et Wurttemberg associés ce n'est pas incohérent géographiquement (en tous plus logique que les 3 Landers antérieurs). En fait c'est du côté de la Rhénanie que c'est assez artificiel, mais historiquement c'est une foultitude de cités-états...les deux Landers du Rhin moyen correspondent aux zones d'occupations alliées.

Mais en Allemagne, hormis une logique linguistique qui aurait pu être retenue comme en Inde, il est très difficile de faire des régions 100 % historiques pour la grande raison que l'Allemagne s'est toujours davantage constituée de Cités-Etats (idem pour l'Alsace d'ailleurs ! ou le Nord de l'Italie) que de provinces, régions ou Etats de grandes tailles.

@ Ker Itron : " Une grande majorité des élus de Bretagne et des Pays de Loire étaient pour un rapprochement des 2 régions. "

Je ne lirais même pas la suite, rien que cela décrédibilise toute votre diathribe. La République n'organise aucune consultation locale, pas de référendums, c'est commode ! La République parle à la place de la "majorité silencieuse", un peu comme en Corée du Nord quoi...heureusement qu'il y a quand même 1 élection tous les 5 ans. Le problème c'est quand on décide localement par un vote national avec des élus qui n'ont jamais faits campagne sur ce projet.

Le CR de B4 était contre la fusion de toute façon, tout comme les sondages qui donnaient 35 % pour un statut quo, 6 % pour la fusion, le reste pour une Bretagne renforcée du 44.

Je doute franchement de votre sincérité quand au final on se rend compte que vous défendez ici uniquement le Grand-Ouest, jamais le droit pour le 44 de rejoindre la région Bretagne.

Quel est l'intérêt de la fusion ?? Après tout si vous pensez que le 44 peut être breton, sans Bretagne ! Autant rester ainsi...car rationnellement (emplois, statut de Nantes et Rennes, équilibres) la situation actuelle est plus profitable que votre fusion. En plus le statut-quo cela ne ferme aucune porte. Votre fusion, si.

PIERRE CAMARET
Mercredi 24 décembre 2014

Que tout cela est bien dit .

JPLM nous sommes au stade de l'echec ... ma question ( je le repete , je ne suis pas un politicien )pourquoi cet echec ???? .

Bien entendu les "comportements , les mensonges du Gouvernement francais "n'ont pas aide dutout bien au contraire .

Mais un resume "detaille"de l'echec cote Breton , serait interessant a etudier .Aurons nous le courage de faire ces analyses ?????

Je suis devenu membre sympathisant de "Unser Land" et a ce titre , je suis le developpement de leur mouvement et de leurs actions .L'Alsace a ete egalement trahie par une fraction de leurs "politiques".

On peut vivre , heureux , dans la Republique Francaise a condition de ne rien dire , d'accepter tout, de hurler de temps a autres avec les loups.Etre assiste quoi !!!!Quelle vie exaltante!!! , ai connu mieux .

Ed du
Mercredi 24 décembre 2014

Je réponds seulement au titre de l'article: Elle n'a jamais eu de sens, aucun!

SPERED DIEUB
Mercredi 24 décembre 2014

à titre d'info

(voir le site)

M.Prigent
Jeudi 25 décembre 2014

Excellent exposé de JP Le Mat sur la dérive intégriste actuelle de tous "nos" politiques vers les fondements outranciers de "L'Une et Indivisible".

Dans le sillage de remise au pas des identités régionales qui résistent encore au rouleau compresseur d'un état centralisateur quasi totalitaire aux abois, les laudateurs de la République pure et dure viennent d'ouvrir un nouveau front dont débattait justement l'émission C dans l'air ce mercredi soir: Faut-il supprimer les crèches de Noël dans les édifices publics ?

Cette offensive pour l'application d'une laïcité rigoureuse est menée par la Libre Pensée, "secte" très minoritaire très active et très "Républicaine" évoluant dans la mouvance des Lambertistes, Réseau Voltaire, Le GRIB de F.Morvan, les francs Maçons et autres athées qui ont la particularité d'être à la fois ultra jacobins et anti religieux.

Même la Ligue Française des Droits de l'Homme s'est mélée à la curée, elle qui "aurait mieux à faire du coté des clandestins de Calais" avance un intervenant.

Les tribunaux génés ont rendus une décision différente suivant les villes concernées par les plaintes.

Un interlocuteur fit remarquer que la République entre 1789 et 93 avait bien créé une religion d'Etat avec le culte de l'Etre Suprème, de l'Homme Nouveau, transformant les églises en grenier à Sel ou écuries, détruisant lieux de cultes, créant un calendrier révolutionnaire....

Les intervenants ont été unanimes à constater qu'une véritable laïcisation risquait d'éradiquer ce qui était devenu, pour les athées ou religieux, un patrimoine culturel, une lourde perte pour l'identité française.

Faut-il détruire chapelles (beaucoup le sont d'ailleurs de nos jours), calvaires, monuments aux morts...

Faut-il rebaptiser les villes telles Saint Malo, St Nazaire, St Raphaël...

Plus de célébrations funéraires de nos élites dans les cathédrales...

Bref, il semble qu'une folie destructrice se soit emparée de nos fondamentalistes jacobins.

Je propose une explication à ce processus:

Par manque de courage et comme par une sorte d'exorcisme, les politiques, par peur du communautarisme et du pouvoir religieux des "populations de remplacement" ont choisis de s'en prendre d'abord aux populations des minorités historiques et aux patrimoine cultuel ancestral des "souchiens".

A moins que ce ne soit que basse manoeuvre électorale pour promouvoir le FN.

Michel Treguer
Jeudi 25 décembre 2014

Impeccable chronique de Jean-Pierre le Mat. Nous sommes plusieurs à l'avoir déjà dit, mais Il faut, bien sûr, continuer à rappeler le vrai, en sachant que ceux qui le font seront secrètement excommuniés par les pouvoirs et les médias hexagonaux.

Même si le mot "découpage" est déjà un aveu, nous voulions espérer que celui-ci serait enfin un chemin de vérité… Mais non. Les gouvernants français n'ont pas eu le courage de s'opposer à l'héritage qui les a formés, leur fonction est de le défendre. Et la demande bretonne n'a pas été assez forte. C'est la vie.

Lucien Le Mahre
Jeudi 25 décembre 2014

@ Ker Itron Al Lann

Sur votre première phrase : "Une grande majorité des élus de Bretagne et des Pays de Loire étaient pour un rapprochement des 2 régions".

Il semble vous avoir échappé que le problème qui se pose actuellement aux Bretons (et probablement à bien d'autres) après ce que certains appellent : notre "Novembre Noir", ou : "les votations scélérates de fin 2014", c'est justement celui de leur représentation politique.

Quand des députés, mandatés et payés pour représenter des électeurs majoritairement en faveur de la réunification, se permettent de saboter tout processus y conduisant en raison de leur servilité à l'appareil de leur parti, c'est le fondement même du système démocratique qui est en cause.

Que ne dirait-on d'un porte-parole, nommé pour être la voix de l'institution qu'il représente, s'il se mettait à exprimer des options exactement opposées à celles qu'il est censé défendre ? Or, en démocratie,, le représentant du peuple doit porter les soucis des électeurs et non. S'il se conduit en apparatchik en défendant à l'inverse les consignes de son parti nous ne sommes plus en démocratie ni même dans une république fréquentable.

@Michel Tréguer

Dans votre intervention, c'est au contraire la dernière phrase qui m'interpelle. "Et la demande bretonne n'a pas été assez forte".

Vous aurais-je mal compris ? Car le tropisme global de la population et de bien des élus est clair depuis des décennies.

Sans doute voulez-vous parler des députés socialistes bretons qui, en se couchant devant leur hiérarchie, se sont dressés contre la population dont ils devaient normalement être les porte-parole et les avocats ? Il est évident que quand 20 députés sur 27 se mettent à marquer contre leur camp, on peut édulcorer en disant que l'attaque n'est pas assez forte. Mais cela reflète-t-il la vérité des choses ? Je ne le crois pas.

Naon-e-dad
Jeudi 25 décembre 2014

@Marcel Texier

« leur individualisme forcené » [à propos des habitants de ce pays], écrivez-vous, « qui entraîne le refus stupide de reconnaître la réalité des groupes humains

Si je vous lis bien, ce serait l'individualisme forcené [des Français] qui serait à le socle de biens des maux, et qui par voie de conséquence, aboutirait au « refus stupide de reconnaître la réalité des groupes humains ».

Il est courant en effet d'attribuer comme trait de caractère remarquable « l'individualisme » aux habitants de ce pays. Au point que c'est devenu un lieu commun de l'affirmer.

Pourtant, à supposer que ce comportement social dominant soit vérifié, je n'y vois pas un prétendu trait de caractère quasi-génétique, mais plutôt une adaptation généralisée et sur le temps long au cadre de société imposé par le régime politique.

Dit autrement l'apparent individualisme, très souvent vilipendé, est une défense adaptative de l'individu face au système. L'individualisme « français » est, selon moi, d'abord une condition de survie

Nous vivons fort malheureusement dans une république « française ». Ce qui, en résumé et pour s'en tenir à ce seul exemple, nous vaut la farce du redécoupage territorial. Il nous faudrait une « république de France ». C'est-à-dire un système souple et capable d'intégrer de la différence (par exemple au niveau territorial). Un océan sépare les deux conceptions. Aujourd'hui, passer d'un modèle à l'autre est politiquement impensable. C'est-à-dire que nos hommes politiques ne sont pas en capacité de penser l'avenir du pays.

Pourtant, c'est une question de survie. Que nos voisins européens ne détournent pas trop vite le regard de ce qui peut sembler, à première vue, querelle interne. Les tensions dont la France est porteuse du fait de son jacobinisme exacerbé peuvent donner lieu soit à un immobilisme ravageur (il ne se passe rien et le pays continue de s'enfoncer) soit à des soubresauts vers… l'inconnu !

Pour moi, le comportement social qualifié d'«individualisme », s'il est favorisé par les conditions de vie en milieu urbain, est aussi favorisé par le système politique.

Cette république se définit comme « décentralisée », c'est là son malheur. Nous n'avons pas fini de payer le référendum raté de1969 (à propos de régionalisation, qui pouvait entr'ouvrir la porte à un changement de paradigme). Nous n'avons pas fini de payer l'incapacité française d'assumer ses régions. Spécialement ici, en Bretagne.

La Bretagne reste une péninsule, qu'on la regarde depuis Nantes, Rennes ou Brest.

Breizh = 1 ledenez = 5 departamant pe lodenn = 35.000 km2

Marcel Texier
Jeudi 25 décembre 2014

@Ker Itron al lann

Quand on a le courage de ses opinions, on ne se cache pas derrière un pseudonyme.

Ed du
Jeudi 25 décembre 2014

Marcel Texier, complètement d'accord. Mais avec le vrai nom, c'est récupéré par Google et affiché de surcroît.

PIERRE CAMARET
Vendredi 26 décembre 2014

Donc a ma question : pourquoi avons nous perdu , la reponse est nous n'etions pas assez forts. Donc nos opposants sont plus forts que Nous .CQFD .

Donc le mouvement Breton , si il veut survivre , doit batir la force , qu'il n'a pas : Pour ce faire : Unite - Motivation ( parametres actuels sur Economie / politique )- discernement - constituer des reseaux ( intelligence - dans le sens anglais ) -Bon Management et coordination .

Je commence a comprendre mieux LEDRIAN quand , il pensait une reunification sur 40 ans

jo charruau
Vendredi 26 décembre 2014

L'article est complet et instructif. comme dit Naon-e-dad avec justesse, nous n'avons pas fini de payer l'incapacité française d'assumer ses régions ; c'est compréhensible avec tous ces notables et leurs enfants et ami(e)s cooptés.

Leur république n'est plus adaptée au 21ème siècle.

Ces gens-là ne nous font pas confiance.

Il reste qu'une solution : se prendre par la main, virer les élus qui n'aiment pas la Bretagne aux prochaines départementales, élaborer une Assemblée de Bretagne dès 2015, en commençant par élire des représentants dans les 5 départements.

A mon avis, il faut d'abord faire des assemblées décentralisées dans chaque départements pour enfin constituer une Assemblée B5.

Nous ne sommes pas à l'abri de l'arrivée au pouvoir de l'extrême droite et des nationalistes français purs et durs, d'où la précaution de préparer un plan B, quelque chose qui ressemble aux anciens Etats de Bretabgne. L'histoire est un éternel recommencement.

Philippe Guilloux
Vendredi 26 décembre 2014

Ker Itron al lann, vous dites ne pas aimer la virulence. Et bien, qu'aurait été votre commentaire si vous l'aviez aimé ? Vous n'apportez aucun argument, vous vous contenter de distribuer les coups, n'hésitant pas à faire appel à des références historiques douteuses, à généraliser et à travestir la vérité. Non, la majorité des élus des deux régions n'était pas pour un rapprochement. D'un côté, la majorité du Conseil Régional de Bretagne (représentant des citoyens bretons puisqu'élu par eux, ce qui est la base du fonctionnement de la République à laquelle vous faites référence) s'est plusieurs fois exprimé, y compris publiquement, pour la réunification et contre la fusion. De l'autre, une partie du Conseil Régional de PDL n'a eu de cesse que de proposer d'autres solutions (rappelez vous le communiqué de presse d'Auxiette le soir de la parution de la carte qui claironnait sur la fusion avec Poitou-Charente). Que faites vous également des centaines de voeux de réunification émis depuis des dizaines d'années par différentes collectivités ?

Mais bon, il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Pour vous, les grands responsables de la débandade de cette réforme, çà n'est pas la République que vous parez de toutes les vertus, mais principalement les Bretons, que vous accusez bien évidemment, dans la grande tradition jacobine, d'enfermement, de passéisme. Est ce la Bretagne qui est responsable du sort fait à l'Alsace ? Est-ce la Bretagne qui a accouché de régions monstrueuses d'une superficie qui rendra leur gestion aléatoire, complexe et bien plus coûteuse que les économies que cette réforme était censée générer ? Non, ce sont bien les élites jacobines qui, sous les ors de cette république que vous chérissez, ont décidé,entre eux et en quelques réunions où il était surtout question de baronnies et de préservation des pouvoirs de quelques élus, du sort des régions.

Sur vos arguments, il y aurait tant à dire, que çà soit sur NDDL (pas mal pour une personne qui, à la fin de son post nous parle de respect de l'environnement, mais il est vrai que pour vous, les seuls à porter atteinte à l'environnement sont les tenants de l'industrie agro alimentaire qui sont tous bonnets rouges), sur ce qu'est réellement une identité, véritable ciment d'une communauté de destin pour se construire un avenir, une cohérence territoriale permettant de mener des politiques efficaces. Mais je ne vais pas me lancer là dedans, car je sais par avance que celà ne servirait à rien, enfermé que vous êtes dans vos certitudes.

Une chose tout de même : comme beaucoup de chantres de la fusion, vous ne parlez que de la Loire Atlantique. Je vous rappelle (car vous semblez avoir autant de lacunes en géographique qu'en histoire) que PdL est une région. Demandez aux habitants de Sablé Sur Sarthe Saumur, d'Angers, de la Roche Sur Yon, s'ils se sentaient proches des bretons ou plutôt d'autres entités régionales. Vous constaterez que le résultat n'est pas favorable à la fusion. Enfermement ? repli identitaire ?

Enfin en gage du respect que vous réclamez, commencer donc pas respecter vos interlocuteurs en ne vous cachant pas derrière un pseudo

Ker itron al lann
Vendredi 26 décembre 2014

@Naonedad: "Nous n'avons pas fini de payer le référendum raté de1969 (à propos de régionalisation, qui pouvait entr'ouvrir la porte à un changement de paradigme). Nous n'avons pas fini de payer l'incapacité française d'assumer ses régions."

Merci pour cet éclairage intéressant, bien que la carte des régions de la réforme de 69 ne comportait rien de plus pour la Bretagne.

Le Gal était un homme audacieux et précurseur. Son projet de réforme était pertinent. Malheureusement, l'atmosphère de fin de règne de cette époque le rendait inaudible.

Pour avoir assisté, jeune, à son passage et discours historique à Quimper, je me souvient très bien de sa grande popularité en Bretagne.

Une réforme est le fruit d'une démarche raisonnée et d'une atmosphère porteuse.

Là première est notre marque de fabrique, on néglige souvent la seconde.

A méditer.

Comment le mouvement breton, malheureusement divisé et parfois haineux, peut il générer, non pas dans son esprit, ce qui serait déjà pas mal, mais dans la population, la confiance, le terreau qui porterait une réforme juste?

Les élus seuls ne peuvent pas grand chose de toute façon. A quoi bon les inonder de procès Est ce si productif?

Les slogans martiaux et coléreux ne portent pas. S'en prendre à la France, l'état, la République, non plus.

Je n'ai pas senti une grande avancée dans les esprits des citoyens du pays nantais suite aux nombreuses manifestations où leurs élus ont été conspués (le domicile de JM Ayrault pris pour cible - des ivrognes portant le Gwenn ha du agressant des contrôleurs du tram, signes nazis compris, des bras ou des doigts tendus…).

Je ne vois pas plus de drapeaux noirs et blancs dans les jardins nantais. Dommage mais prévisible!

Je pense sincèrement qu'un effort de communication important doit être fait, une unité établie, pour que nos revendications justes puissent aboutir.

Et cela commence chez nous, autour de valeurs républicaines et de respect de la démocratie, et donc du suffrage.

Indignons nous certes, mais aussi dans le respect et la volonté de faire ensemble.

Peri Loussouarn
Vendredi 26 décembre 2014

@ Ker itron al lann

Votre argumentation est respectable même si je n'y adhère pas du tout.

Vous dites, par exemple, "Je pense sincèrement qu'un effort de communication important doit être fait, une unité établie, pour que nos revendications justes puissent aboutir.".

Tout cela est très bien, mais cela reviendrait, par exemple, à demander à Louis XVI de faire un effort de communication avec Sanson deux minutes avant que ce dernier ne lui coupe la tête !!!

La Bretagne n'est pas dans le projet français...

Ou du moins, si elle l'est, ce n'est pas dans le respect de son histoire, de sa culture, de son envie d'autonomie économique...

L'exemple britannique, démocratie exemplaire, (avec le respect de ses nations écossaise et galloise, - nations identiques à la Bretagne au début du 16ème siècle), comparé à la France montre bien que la finalité recherchée n'est pas la même dans les deux pays.

Dans notre pays centralisateur, les efforts effectués le sont pour uniformiser les différences, gommer les spécificités, créer le français, identique de Brest à Bastia, de Strasbourg à Bayonne, et cela marche !

Lire, dans le même ordre d'idées l'article du Monde suivant :

(voir le site)

Après avoir supprimé les langues, l'Etat visera sûrement les accents... Triste pays....

Sand okan
Vendredi 26 décembre 2014

Hello tous...

un peu ras le bol des discours à n'en plus finir.

On s'est fait rétamer, pourquoi ne pas le constater et repartir du bon pied?

Militons avec intelligence et enthousiasme au lieu de pérorer et rattrapons le coup.

Bonne année

Pôtr ar skluj
Vendredi 26 décembre 2014

"Après avoir supprimé les langues, l'Etat visera sûrement les accents..."

Inutile de se poser une fois de plus en victime, les accents sont d'ores et déjà condamné, sans que l'État ait aucunement à s'en mêler. L'influence de la télévision, la mobilité estudiantine et professionnelle, la culture citadine qui évince l'identité provinciale comme repère identitaire, tout cela uniformise le français : les accents vont disparaître sur une génération.

Je le déplore évidemment, mais en Bretagne cette érosion est déjà bien entamée, peut-être plus que dans d'autres régions. Quand je lis ce que les commentateurs d'ABP laissent deviner de leur vie (existence citadine, cosmopolitisme...) je me dit que je dois être l'un des derniers à avoir l'accent breton.

PIERRE CAMARET
Vendredi 26 décembre 2014

Sand Okan .Je partage vos idees .

Bonne Annee .

Yannig Coraud
Vendredi 26 décembre 2014

Pour un breton du Pays Nantais, je suis passé par différents sentiments de la trahison à la haine mais grace à un tel texte c'est l'indifférence qui l'emporte .

Une chose est sure je ne serai jamais plus français ....

Louis Le Bars
Vendredi 26 décembre 2014

@ Potr ar skluj : "Inutile de se poser une fois de plus en victime, les accents sont d'ores et déjà condamné, sans que l'État ait aucunement à s'en mêler. L'influence de la télévision, la mobilité estudiantine et professionnelle, la culture citadine"

L'impact de la TV, la mobilité ont effectivement eu un impact important sur les langues minoritaires de l'Hexagone mais je ne comprends absolument pas comment vous pouvez dissocier ces phénomènes de l'Etat français !!

Rien que pour la Télévision, il faut l'accord d'émettre via le CSA...pourquoi le basque a été quasi effacé dans l'Hexagone et pas en Espagne, le flamand rayé de l'Hexagone et pas en Belgique, l'alémanique effacé d'Alsace et pas en suisse ou le francique en Moselle et non au Luxembourg...même l'occitan se porte mieux en Italie et Catalogne qu'en France.

Vous niez des évidences il me semble. La servilité n'a jamais fait progresser une cause sur du long terme.

PIERRE CAMARET
Samedi 27 décembre 2014

En premier lieu :

- Je suggere que les Directions de tous les partis , Associations qui se sont engages notamment pour la Reunification en Bretagne , demissionnent.

Elections d'un nouveau Bureau /Directions dans les 15 jours / 3 semaines qui suivent ( Les anciens membres peuvent se representer ).

Designer une des Associations / Partis de faire une analyse fine de la situation .

Cette etude remise a une Plateforme Bretonne qui l'etudiera et donnera des axes de manoeuvre pour les prochaines actions .

La demission des Directions actuelles ( a mon avis ) donnera un signal fort(je l'espere ) au Gouvernement Francais et pour une fois un effort d'Unite dans l'action est envisage . Cela doit etre mediatise ( et surtout en dehors de l'Hexagone : EU , USA notamment ).

Philippe Guilloux
Samedi 27 décembre 2014

Sand Okan : vous qui êtes intelligent et enthousiaste, faites nous vos propositions d'actions. J'imagine que vous en avez plein à proposer à ceux qui ne font "que" débattre.

Et bien entendu, vous, dans votre vie quotidienne, faites moultes choses pour faire avancer le projet. Peut-être pourriez vous penser que ceux qui échangent ici font de même ;-)

SPERED DIEUB
Samedi 27 décembre 2014

Une des faiblesse du mouvement breton se trouve aussi dans l'atomicité géographique des adhérents Quel pouvoir de persuasion peut avoir un militant breton au milieu d'un ensemble au mieux indifférent ,et des gens bien plus préoccupés par leurs soucis quotidiens ,ce qui est compréhensible ,sans compter pour bien d'autres, mieux lotis , toutes les attractions possibles et imaginables de la civilisation des loisirs ? Voilà le processus de la marginalité qui induit parfois la tentation de se réfugier dans toutes sortes d'extrémismes sans issue ou assez souvent la tentation du renoncement, vu que la tâche parait à raison de plus en plus insurmontable

Peut être une solution à ce problème serait de repérer les villes ou micro territoires ou les adhérents à la cause bretonne ,quelle que soit leur tendance , sont le moins isolés par rapport à la population ,ensuite constituer des ilots qui progressivement se déploieraient comme le phénomène des tâches d'huile

Léon-Paul Creton
Samedi 27 décembre 2014

"Elections d'un nouveau Bureau /Directions dans les 15 jours / 3 semaines qui suivent ( Les anciens membres peuvent se representer ).

Designer une des Associations / Partis de faire une analyse fine de la situation .

Cette etude remise a une Plateforme Bretonne qui l'etudiera et donnera des axes de manoeuvre pour les prochaines actions . "

Pierre Camaret, avec les différents blogs et autres médias(tous) qui se sentent concernés et sur lesquelles il y a une "foultitude" de bonnes réflexions, d'analyses et d'intentions dans tous les domaines, afin d'aboutir, évidemment à "L'ACTION" déterminante pour notre Avenir.

...Et bien j'aimerai que l'on l'appelle ce grand bouillonnement... "LE CLUB BRETON"...pour la BRETAGNE!

PIERRE CAMARET
Samedi 27 décembre 2014

Mais tres bien SPERED DIEUB , mais pour moi , cela fait 55 ans que cela dure . J'en ai marre .

Bonne chance pour la tache d'huile .

Peri Loussouarn
Samedi 27 décembre 2014

Simplement, petite question à Sand Okan : étiez vous à chaque manifestation à Nantes ?

Pour votre mémoire, il y en a eu trois....

En Bretagne, il y a ceux qui dissertent, ceux qui agissent, ceux qui dissertent et agissent... et ceux qui critiquent et ne font rien....

Louis Le Bars
Samedi 27 décembre 2014

@ Philippe Guilloux "De l'autre, une partie du Conseil Régional de PDL n'a eu de cesse que de proposer d'autres solutions (rappelez vous le communiqué de presse d'Auxiette le soir de la parution de la carte qui claironnait sur la fusion avec Poitou-Charente)."

Très bon rappel.

Souvenons-nous l'ordre. L'annonce gouvernementale de division par 2 du nombre de Régions...puis la carte de Challenges, exactement la même que l'actuelle carte retenue à une seule différence : le maintien des PdlL (qui étaient éclatés sur la carte de Challenges entre Bretagne, Val-de-Loire et Aquitaine). Puis la carte du Nouvel Obs, qui fusionne PdlL avec la région Centre.

Ensuite B4 et PdlL sont fusionnés dans le JDD le week-end avant la carte de Hollande dans la semaine avec les changements de dernière minute (annonce de la fusion PdlL/Poitou-Charentes par JJ Auxiette, puis recul). On peut se demander si toute cette période ne correspond pas à une volonté de tâter l'opinion avec des effets d'annonces.

Auxiette était encore dernièrement avec François Bonneau pour la promotion d'un label touristique commun autour du Val-de-Loire, on peut sérieusement se demander pourquoi la région PdlL n'a pas cherché à être fusionnée avec le Centre. Quasiment tous les grands axes de transports en commun entre ces deux régions, coopération touristique d'ampleur et rapprochement "identitaire"(quitte à transformer le chateau des Ducs en chateau du Val-de-Loire), soutien quasi unanime des élus du Centre (PS ou UMP, UDI) pour ce rapprochement (cas quasi unique en France) et en plus aucun rival pour Nantes qui aurait été la seule Métropole de ce grand ensemble... Par ailleurs le Centre est plus riche que Poitou-Charentes.

A mon avis il faut chercher l'explication de cette non-fusion (la plus énigmatique) qui était en plus totalement dans la logique gouvernementale ( c'est à dire raccrocher des régions sans métropole à des régions avec métropole, création de grandes régions sur modèle du réseau de transport centralisé en étoile à partir de Paris (Paris-Suisse : Bourgogne-Comté, Paris-Belgique : Nord-Picardie, Paris-iles anglo-normandes : fusion des Normandie, Paris-Allemagne : Champagne-Alsace... Paris-Océan Atlantique/Bretagne : Grande région de la Vallée de la Loire) dans la crainte à Paris d'un renforcement de la demande de réunification bretonne à Nantes avec cette nouvelle grande région (idem d'ailleurs avec Pdll/Poitou-Charentes) et également par de purs calculs politiciens...la Région Centre ayant quand même traditionnellement un électorat plus ancré à Droite majoritairement.

MeinZao
Samedi 27 décembre 2014

Je me pose des questions de probité sur la plume qui écrit sous le pseudo Ker Itron Al Lann, je trouve que ces propos ressemblent étonnement à ceux de Marylise Lebranchu ! …Vous savez la ministre, sous-marin d'un certain JM Airoport dans le PS breton, prête à tout (même à vendre la Bretagne) pour empêcher le retour de Le Drian à la région...on a jamais vu ministre breton aussi machiavélique, opportuniste, technocratique, et avec des dents aussi longues depuis...longtemps, très longtemps!? Il parait qu'elle quitterai son ministère début janvier 2015...avec des ambitions en Bretagne !? Gagner la région B4 aux régionales pour enfin la détruire dans la fusion grand ouest ?...c'est fou cet acharnement pathologique contre les identités multiples...l'ivresse du pouvoir et du repli sur soi jacobino-jacobin dira-t-on? Ca fait manifestement tourner la tête les salons de l'Elysée et le nationalisme bon teint crispo-identitaire français...

Pas étonnant que la pseudo Ker itron al lann s'arqueboute sur une révolution et une république française inaboutie qui au final fut pour grande partie un projet nationaliste franco-français reprenant à son compte et accomplissant un certain nombre d'aspirations présentes dès l'ancien régime comme celle par exemple de François 1er...concepteur de l'ordonnance de Villers-Cotterêts instituant le seul usage du français dans l'administration. Les droits les plus élémentaires des peuples mis sous tutelle deviennent des « privilèges » qu'il faut anéantir, voilà l'un des messages fondateurs de la révolution et de la république que défend ker itron al lann !? Les droits de l'homme ? Oui mais seulement si vous vous assimilez et vous devenez français uniquement français ! Sinon crevez dans le silence si possible !

Le résultat : un état qui a aliéné, puis anéanti des civilisations millénaires remarquables comme les civilisations bretonnes ou occitanes, un état avec des relents coloniaux ataviques détestables incapable d'intégrer ses immigrés, un état qui a horreur de l'altérité et du respect des droits des minorités (qu'elle nie)sur son territoire, un état qui ne vit que pour ses grandeurs prédatrices passées ou futures, un état nostalgique et apologétique de la Grande France une et indivisible (traduisez ethniquement une...Une seule ethnie avec Tous les droits…), empire parmi les empires et donneurs de leçons…La Grande Serbie, la Grande Russie, la Grande Prusse, les pauvres minorités au Proche-Orient….

En langage politiquement correct et dominant nous dirons tout ce qui est dénoncé ici dans nos propos par la petite phrase suivante adulée par nos nationalistes bon teint : « la France est une nation qui n'a pas de tradition fédérale contrairement à l'Allemagne » !

La France est bâtie sur un mensonge consensuel…et donc inavouable! Soit ! Mais le consensus s'effrite jour après jour et le désaveu grandit…La vérité fait son travail patiemment et sûrement… Le pays des Lumières ne serai pas si clair que ça…il ne serai qu'une sorte de despotisme éclairé…et voici que l'idole républicaine que l'on se mentait pure et immaculée finit par accoucher d'un bébé Frankestein nihiliste…nommé M Le pen ! Pourtant M. Le Pen n'est que l'incarnation de la face obscure de la nuit du 4 août 1789 et des vieux démons nationalistes français, celle beaucoup plus fascinée par la grandeur de la France opposée à tout droit culturel pour ses minorités, que fascinée par l'abolition des privilèges féodaux…

Notons que la presse et les médias « libres et indépendants » (bien contrôlés entre autres par le CSA) et grands garants du mensonge consensuel républicain français jouent de plus en plus le rôle de sage-femme dans la naissance annoncée du plus hideux des bébés républicains, la susnommée Le Pen, bébé parmi les plus explosifs qui pourrait bien faire voler définitivement en éclat cette pseudo- république qui fait leur gagne-pain…

Avec ou sans Le pen (qui a ses logiciels clones nationalistes dans toutes les officines que sont les Sarko Valls et Mélanchon incarnant la bonne parole jacobine préfectorale…) il est un fait que le totalitarisme jacobin français se gangrène culturellement, politiquement et économiquement…à nous de mettre du sens sur cette gangrène pour qu'aux temps obscurs que nous vivons actuellement ne suive pas le chaos total…

La démocratie réelle vaincra si nous faisons tomber implacablement et systématiquement le masque jacobin sur le terrain des idées plutôt que des invectives, car le droit et le flux de l'Histoire sont avec nous. Eh oui Ker itron al lann ! Arrêter l'enfumage que vous utilisez avec brio comme tous les nationalistes jacobins d'ailleurs, leur obsessions : sauver l'apparence de démocratie et leurs privilèges en pratiquant l'enfumage cynique (le summum étant le discours de Mitterrand à Lorient en 81), jouer la victime quand on est le bourreau (vous savez le soi-disant repli identitaire des populations pluri-culturelles occitanes basques bretonnes alsaciennes dont serai victimes les pauvres populations uni-culturelles de l'intelligentsia parisienne…), jouer la vierge démocrate effarouchée défenseuse du droit des pommes contre les méchants réactionnaires des peuples vaincus (provincia), la presse récompensée pour bons et loyaux services(à coup de subventions) étant là pour brouiller le message de ces dangereux démocrates fédéralistes.

Le mur jacobin s'écroulera comme tous les murs, tôt ou tard ; de nouvelles nuits du 4 août où la liberté n'est plus confisquée sommeillent en nous et veulent voir le jour, des jours où simplement les devises de liberté d'égalité et de fraternité seront enfin appliquées à l'ensemble des peuples de l'hexagone !

SPERED DIEUB
Samedi 27 décembre 2014

Meinzao

Votre commentaire est globalement intéressant

Je vous ferais toutefois remarquer qu'il y a une tendance, certes minoritaire, de la mouvance bretonne ,qui est favorable à la fusion ,par exemple Louis Mélennec qui a même reproché à Le Drian de ne pas avoir laissé faire...Alors pourquoi on stigmatiserait les uns ,en l'occurrence Ker Itron, et pas les autres ? je ne partage pas à ce sujet ses opinons ,mais il a le droit de s'exprimer ,sans qu'on lui fasse de surcroit des procès d'intention assez hasardeux à mon avis

Le jacobinisme linguistique français avait bien débuté avant 1789 ,justement au début de cette révolution il était même question de valoriser les langues de l'hexagone ,dont le breton qui historiquement à l'époque était considéré comme descendant du gaulois .La Gaule était la référence historique ,initiale des révolutionnaires par opposition à la noblesse représenté par la tradition franque et au clergé par la latine Bien entendu l'hégémonie francilienne a rapidement balayé ces projets ,en ne faisant que accélérer l'uniformisation linguistique qu'avait entamé la monarchie absolue Cependant c'est à cette époque qu'est née la celtomanie qui a eu surtout à ses débuts des aspects délirants

L'histoire est relative ,dans l'adn du jacobinisme il y a des marqueurs bretons ,c'est sans doute déplorable ,mais le fait de ne pas tenir compte de cette influence sur nos compatriotes est une erreur politique ,sauf à négliger la tradition historique du tiers état breton dans l'esprit de La Chalotais Je suis quasi certain que si Pierre Landais avait vécu à cette époque il aurait été dans le club breton opposé à la noblesse qui ne voulait pas renoncer à des privilèges qui n'avaient plus lieu d'être ,mais dans ce cas de figure l'histoire se serait écrite autrement

(voir le site)

PIERRE CAMARET
Samedi 27 décembre 2014

PERI LOUSSOUARN.Tres bien , car vous pensez que ces manifestations ont influence les decisions gouvernementales ...... en quoi ?????, je vois le resultat . CELA NE SERT A RIEN ... et vous allez continuer comme cela avec une bonne conscience .Tous a Nantes avec GHD et calicots , ramassage , convoyages . Contre le Decret PETAIN 1941 etc... etc..... pendant encore 50 ans .Alors RV en 2065.Sympa . On se donne bonne conscience ...pour le reste eh!bien , eh! bien ....on ne veut (on ne peut) rien changer.

Je me repete , j'ai milite presque 55 ans pour la Bretagne , y ai depense en dons , cotisations etc....

Euros 360 000 . Je le pouvais , ai ete expatrie pendant toute ma carriere active .

Et ce soir , j'ai la Gueule de Bois .... et vous ce que vous preconisez , est de continuer comme avant ???.

- LP CRETON , j'ai fait une bonne carriere dans l'Engineering. Mes approches politiques sont minables , minables , minables... c'est pas mon truc .

Nous verrons dans 3 mois :Les Bretons rejettent les elus felons en masse , tres bien , on continue .Les elus felons sont reelus et leur parti crie victoire,.....bien je prends note .

Louis Le Bars
Samedi 27 décembre 2014

Concernant la réforme territoriale, la question du droit d'option sera un sujet d'actualité des prochaines élections départementales dans le département du Gard : (voir le site)

alex capen
Samedi 27 décembre 2014

Bravo jp le mat...

eugène le tollec
Samedi 27 décembre 2014

À tous

Pour restructurer la France...il fallait partir des pays majeurs de France qui ont l'histoire le patrimoine et la culture des peuples de France( voir la Bretagne et les autres provinces).

Mais tout ce ramassis d'état à encore fait des entités administratives sans âme...Nous sommes gouvernés par des bons à rien

Peri Loussouarn
Samedi 27 décembre 2014

Cher Pierre Camaret : les manifestations à Nantes n'ont effectivement pas entraîné les prises de décisions espérées...

On s'en doutait...

mais après tout qui tente rien n'a rien...

Ceci dit, je vais vous avouer une chose : aller manifester à Nantes, notamment le 27 septembre 2014 m'a fait énormément de bien. Mes enfants sont scolarisés à Diwan, milieu breton s'il en est, et en discutant avec les autres parents d'élèves, j'ai constaté que peu nombreux étaient ceux qui allaient participer à cette manifestation : les excuses étaient diverses : éloignement géographique, entrainement sportif du petit, manque de temps, etc etc... Mais finalement, de voir que nous étions à Nantes plus de vingt mille, malgré tout, m'a fait très chaud au coeur et un plaisir que vous ne pouvez imaginer...

L'histoire ne s'écrit pas en un an, ni même une décennie, surtout face à un état centralisé tel que la France : c'est un combat de tous les jours qui laisse des frustration, des regrets, des déceptions ; mais à force de courage, dans un contexte pacifié et démocratique dont il ne faut cesser de se faire le chantre, les avancées sont possibles, il faut en être convaincu.

Prenez l'exemple de l'enseignement du breton : 1975 : aucun élève ; rentrée 2014 : plus de 15 800 èléves en filière bilingue, en progression de 3 % par an. Vous me direz que cela est trop peu, mais tout de même, c'est une évolution remarquable...

Certains se battent pour la langue, d'autres pour le territoire, d'autres la culture, d'autre l'économie, ...chacun avec des réussites diverses, mais cela crée des synergies qui servent la cause bretonne.

Vous même, de votre retraite à l'autre bout du monde, - aujourd'hui avec la gueule de bois, vous ne semblez pas baisser la garde en intervenant régulièrement sur ABP, vous participez à cette synergie et faites avancer, malgré tout, la cause bretonne...

PIERRE CAMARET
Lundi 29 décembre 2014

PERI LOUSSOUARN ,je vous avais envoye un long commentaire .. qui a disparu dans l'incident technique . Mon principe : lorsquúne approche ne marche pas ou en essaie une autre . C'est ce que je conseille de faire au Mouvement breton .La premiere chose a essayer est : l'Unite , ce n'a jamais ete fait . Le Breton est individualisme , chaque Parti et Association ont leur identite , leur regles voila ? Alors cela ne colle pas devant les Ayatollah de la Religion Jacobine Francaise .

Chacun a sa Bretagne.Je viens de recevoir les Bons Voeux de ma Cousine de St Nazaire ( son Pere etait cousin germain a mon Pere ) bretonannte .... chez eux on ne parle que Breton . Les Petits enfants sont a DIWAN Vannes etc....Je lui parlais de la Bretagne et de mon immense deception : Oui me dit elle ,pas de reunification , mais on a echappe a un grand danger , celui d'etre absorbe par le POITOU ????? et puis me dit elle ,j'ai VAGUEMENT entendu parle qu'un department pouvait quitter une Region , si les 2 Regions etaient d'accord .Tres occupee avant les fetes a organiser la chorale des chants en Breton ,of course , de cettte chorale .... et puis son Pere avait ete Maire ou Adjoint au Pouligwen un petit livre a ete edite a partir de photos et cartes que mon Cousin , son Pere, avait collectionne.Elle et ses soeurs etaient la pour lancer le livre .

Voila , ma cousine a sa Bretagne , pour elle ,quel est le probleme... les limites cela va et vient . Elle est Bretonne en Bretagne .

Gens heureux ... moi malheureux , ma Bretagne est differente : elle a une frontiere ( souple biensur ) il y a un Gouvernement pour les Affaires Bretonnes on y discute de tout . Pour ce qui m'interesse : les investissements en Bretagne , les innovations ,l 'ecologie biensur . Les equilibres financiers , la mondialisation et comment s'y integrer pour notre survie etc...... et biensur l'histoire , la langue , la Culture Bretonne .

Voyez a chacun sa Bretagne . Ma Cousine a la sienne , elle est heureuse . Je n'ai pas la mienne , je suis malheureux .

PIERRE CAMARET
Lundi 29 décembre 2014

YANNIG CORAUD .Nous avons le meme parcours . Voyageant , je n'utilise que mon passeport NeoZelandais ... sauf dans les pays ou le passeport francais m'evite le visa et les filles d'attente : FRance et dans la Region, Nlle Caledonie et Tahiti

PIERRE CAMARET
Lundi 29 décembre 2014

Yannig CORAUD .Il faut biensur lire : Files d'Attente et non Filles d'Attente , qui a une autre connotation .

LP CRETON . J'avais repondu a votre commentaire , par un autre commentaire qui n'est pas paru .

Evidemment : CLUB BRETON ?????? mais chacun de nous est influence par sa formation son metier .:Simple :Il y a eu un probleme , les participants decident d'une commission chargee de faire une enquete :

UDB 2 membres - Parti Breton 2 membres . Parti X 2 membres - BR 2 membres etc.....et de remettre leur rapport dans 6 semaines = wishfullthinking. Je le sais , mais de temps a autre , il faut avoir de l'humour NOIR .

Alos comme on n'attend pas de resultats... on s'occupe .

Je voudrais bien etre comme ma Cousine ..... malheureusement , je ne sais pas le faire .

PIERRE CAMARET
Mardi 30 décembre 2014

LP CRETON .Je le disais tous raisonnements personnels , tient de la formation , de l'origine,des habitudes . Je ne fais aucune critique des actions entreprises avant cette DEFAITE . Mais peut etre faudrait il une analyse et deduire de nouvelles orientations . Je n'ai pas l'impression que cela en prend le chemin ... on continuera sur les sentiers battus :Tous a Nantes , GHD et calicots ,Decret PETAIN/DARLAN etc.... pour un resultat qu'il est facile a prevoir. .

D'abord il faut savoir quels sont maintenant les recours ????? et travailler la-dessus. TRES BIEN CONNAITRE les invidus qui seront en charge de ces recours ???? leurs tendances , leurs orientations , leurs Helas ! ( on est en France ) idees politiques et encore une fois travailler la dessus . Nous avons d'eminents juristes en Bretagne .Les Recours en France et dans l'EU , je sais que l'Alsace travaille la dessus .. et la Bretagne???? , et la Savoie ????et la ...?????.Mais je n'ai pas de details , je ne suis pas Alsacien , j'essaie par la famille de mon Beau Frere .

Car si maintenant on recommence comme avant , nous sommes des debiles .

Dans notre Presse , je constate un silence assourdissant de la "GAUCHE "UDB " "44= BZHresistance" etc......Of course .Les Socialos Bretons n'ont pas les cuisses propres , alors fraternite oblige, on se tait . Quand je pense que j'ai ete membre de l'UDB , et ai regle 3 ou 4 cotisations annuelles , avant de decrocher . J'etais Jeune et C.....Je ne leur demande meme pas le remboursement , qu'il s'etrangle avec .

Je crois qu'il faille reprendre le dossier avec moins d'amateurisme et plus de pragmatisme . Un exemple les Ecossais , malgre l'echec du referendum grand succes Democratique, et l'Angleterre a encore ameliore la devolution . La Reine les a cite dans son discours de fin d'Annee. Nous ici, notre Premier Ministre l'a dit , sans les 4/5 de la Bretagne , la France n'existerait pas .

Je vais vous souhaiter mes bons voeux : pas en Breton ( cela n'existe pas) pas en francais ( cela ne me plait pas )pas en anglais ( cela fait snob) pas en allemand ( cela fait nazi) alors en italien Tanti Auguri per l'anno 2015

Philippe Guilloux
Mardi 30 décembre 2014

@peri : Merci pour votre message. Merci de rappeler que le collectif redonne du courage et l'envie de poursuivre le combat. Merci de rappeler que ce combat est long et qu'il faut parfois savoir se retourner, regarder le chemin parcouru pour reprendre des forces et continuer à avancer. Merci enfin de rappeler que tout ceci doit se faire dans un contexte pacifié et démocratique.

An Floc'h
Mardi 30 décembre 2014

@Ker itron al lann

Votez donc FN, vous serez cohérent.

Comme toute société en crise et sur le point de disparaître, il y a la réaction violente.

L'Eglise a connu l'Inquisition devenue délirante, l'Ancien Régime l'Empire et la Restauration, l'Islam aujourd'hui ses fanatiques.

Et bien le déclin français s'exprime par le FN.

Vous vous le refusez certainement par bonne conscience et préférez vous mentir à vous même. Mais tous vos commentaires vont dans le sens du FN. Le parti le plus jacobin, centralisateur, cocardier. Ce que vous êtes définitivement.

Assumez votre réaction pour être en accord avec vous-même plutôt que de vous complaire dans une posture d'outsider du mouvement breton qui a tout mieux compris que les autres.

J'espère sincèrement que vous avez multiples d'autres centres d'intérêts et activités dans la vie, parce que si on se limite à vos commentaire sur l'ABP, vous êtes pathétique et infiniment triste.

Le soleil finit sa révolution, faîtes la votre.

PIERRE CAMARET
Mercredi 31 décembre 2014

PERI . Je me souviens de ce que j'avais ecrit dans le message qui ne vous est pas parvenu .Moi aussi je me souviens en Bretagne , mon Manoir etait a qq Kms de Ballon , j'ai assiste deux fois a la commemoration et mes "tripes"se serraient a entendre la musique Bretonne , l'hymne national , les GHD et je n'etais pas le seul a partager cette intense emotion .... la suite ?????????? et cela est DE LA FAUTE DES BRETONS .Pour eux cette emoton , leur suffit . Voir les commentaires sur l'Eglise ??? toute idee de revolte , leurs a ete retiree . Je ne serai JAMAIS pour la violence ( j'ai fait des guerres ) mais pour une resistance , strategie intelligente CE QUI N'EXISTE PAS DANS LE MOUVEMENT BRETON , peut etre , je l'espere pour l'instant ,seulement.

Pour moi plutot que le Biniou , j'attends le resultat des prochaines elections et voir ce que vote le peuple Breton ( je ne parle pas de nous , nous sommes des convaincus ) mais les autres ????.Notre depecage territorial a ete decide a qq voix de parlementaires felons a leur pays . Si les Bretons les reconduisent , cela veut dire que le peuple Breton est complice en ce moment .

Tiens j'ai recu des nouvelles,avec ses voeux , d'un de mes amis(Breton) aux AE a Paris : quote .....le climat politique, social et general est vraiment celui d'un village gaulois a l'agonie(la vie politique n'est plus qu'un jeu de guignols, il n'y a plus d'idees de strategies , rien a l'horizon qui donne envie de rester....... unquote .

Il n'y avait qu'une chose qui me deplaisait a Ballon : le repas servi etait des tripes ???? justement . Cela vous ne m'en ferez jamais manger ... donc j'apportais mon sandwich ou allais dejeuner dans un des Restaurants de Bains sur Oust ( Tiens curieux , le Maire de Bains ne venait jamais ... c'etait son adjoint )voyez cette mentalite ???? je disais aux gens de Bains , qui etaient a la ceremonie et vous continuez a voter pour ce C.......

Si Bains est un peu dans l'histoire , c'est a cause de Ballon donc c'est un evenement historique du pays et a ce titre ,on doit l'honorer.... pour moi , c'est le minimum . Mais moi .... c'est moi.

SPERED DIEUB
Mercredi 31 décembre 2014

Concernant KIAL ,étant donné que je ne le connais pas, je ne lui ferais pas de procès d'intention ,mais il se peut que ce soit une personne est là pour brouiller les cartes ,au vu du contenu de ses commentaires

Léon-Paul Creton
Mercredi 31 décembre 2014

Peri Loussouarn, Nantes ? Là ou ailleurs les manifestations depuis plus de cinquante ans n'ont jamais entraîné les décisions « espérées »…

Sans doute, très certainement plutôt, qu'un état (alors l'hexagone vous pensez !), une opposition, un adversaire, ne prendront les décisions considérées à tord ou à raison comme négatives, mortifères pour eux-mêmes et « espérées par le camp adverse ». Tenter et retenter ce genre d'exercice appartient davantage au domaine utile de la communication, à l'affirmation que le corps est encore vivant car il bouge, plus aisé que les actions adaptées pour un changement radical, à une révolution de la politique que seraient l'accession à notre autonomie ou notre indépendance !

Il est indispensable pour nous que cet état soit contraint d'accepter que les Peuples de ce pays ont été libres et sont toujours adultes bien avant qu'il n'existe par la force baïonnettes, sur lesquelles l'on peut avoir les regrets qu'il ne s'y soit pas assis jusqu'à en mourir… Et qu'ils aspirent, pour certains à retrouver les moyens de leurs développement dans tous les domaines.

Pour y parvenir les seules « espérances » ne seront pas suffisantes, pas plus que les manifs, mêmes géantes et décennales. Par contre, là où l'on semble dire aux enfants de Bretagne : « Diwanit bugale ! », les parents devraient avoir très rarement des excuses pour ne pas y aller ! Comme les profs…

15800 élèves en bilingues en 2014 ? Oui ! Et combien de centaines de milliers de « causant breton » avons-nous perdu depuis 1950 /1960 ? Malgré les manifs

Diwan vient de fêter ses trente ans. En 1975 il n'existait pas d'enseignement du Breton ? Entièrement en breton j'en suis à peu près sur, à moins que j'aie la mémoire qui flanche, mais…

Je vais avoir 72 ans dans quelques jours et la réappropriation de ma langue bretonne je l'ai entamée dès la première moitié des années 60.

Il avait chez moi, à Douarnenez, à deux cent mètres de là où j'habitais, une vieille (pour moi à l'époque) et petite demoiselle souvent en tailleur gris, stricte, les cheveux toujours coiffés en chignon. C'est chez elle que je suis allé chercher mes premiers cours écrits, mes premiers rudiments de vocabulaire et de grammaire bretonne ; elle m'a « offert » : Le Cours Élémentaire de Breton et la Grammaire Bretonne de Roparz Hemon, Edition Al Liamm. Ensuite le cahier du niveau au dessus : An Trec'h Kentañ, avec en plus trois revues d'Al Liamm, toutes en breton et datant des années 50, pour me faire « la langue » comme elle me disait.

La vieille et petite demoiselle en chignon et tailleur gris, stricte, est décédée en 1987, après des dizaines d'années passées au chevet de la langue bretonne. Marc'harid Gourlaouenn la principale fondatrice en 1932, des cours par correspondance Skol Ober, c'est son nom, Marc'harid Gourlaouenn n'a pas pris un sou pour le temps passé, les corrections régulières et les livres de cours au jeune homme qu'elle avait toujours connu, dans la rue non loin de son domicile.

Naviguant à cette époque depuis déjà quelques années autour du Monde, j'avais mis à profit les quelques mois disponibles à terre pour «avaler » ces deux niveaux. Les cours et livres de Marc'harid _ un surtout (Ur Breizhat oc'h adkavout Breizh) conseillé par elle_ m'ont suivi pendant quelques années après, là où la mer m'a fait voyager tout en travaillant.

Je pense toujours, très souvent à Marc'harid Gourlaouenn, à celle que dans le quartier quelques uns ( peu) appelaient : Marc‘harid Gourlaouenn ? La Breiz Atao ?...

L'identité française a-t-elle un sens sans doute davantage pour les immigrés en général. Pour les Valls, Vallini, Da Silva, Cazeneuve, certains Le Guen, ou Le Foll, et toutes les Grandes Compagnies moyen-âgeuses, que forment les politiciens

C'est une identité de classe, sans consistance populaire et humaine, une illusion intellectuelle, une duperie poisseuse dans laquelle beaucoup se sont laissé prendre les habitants de l'hexagone. Une identité que d'autres utilisent intéressés et pragmatiques. C'est une étiquette pour les Peuples de France, qui en ont une authentique au plus profond d'eux, mêmes s'ils l'ont oubliée et qui les anime plus qu'ils ne le pensent.

L'identité Française c'est une Loi ! Une Loi pour mieux oublier, pour diriger…Comme dans l'Île du docteur Moreau.

Si l'Histoire s'écrit rarement rapidement, à force de le dire force est de constater que l'on finit par s'accommoder de la « lenteur » et des petites « espérances » ! Que l'Histoire de la Bretagne ne soit « plus » que le produit chinois contrefaçon de grande consommation de celle de la France, et au rythme du temps… de la France. Bien balisée, cette navigation dans les canaux de la républictature. La liberté des océans ombrageux ferait donc peur aux Bretons d'aujourd'hui ? La Liberté ne sera jamais un cadeau Bonux…

Philippe Guilloux, vous aussi semblez acquis au combat au long terme, au long cours…Mais pas le « Tramping » dont le mode ne garanti pas que la destination d'aujourd'hui soit celle de demain !...

Quant au contexte « pacifié » et « démocratique » nous le rappeler… Me laisse la sensation du rappel à la Loi, à la discipline voulue par le colonisateur.

Je pense que les forces politiques et associatives bretonnes _ et locales à défaut d'être bretonnes_ de ce contexte pacifié et démocratique elles s'en sont trop largement contentées pendant tant de décennies, pour des raisons et sur des analyses qui les regardent …et nous encore plus aujourd'hui, au vu des résultats !

Bloavezh Mat d'an holl Vretoned

PIERRE CAMARET
Jeudi 1 janvier 2015

Une approche francaise pour creer une identite francaise : les guerres .C'est un brassage extraordinaire avec un denominateur commun : LA PEUR ... alors on s'accroche au copain qui a le meme Uniforme . Cela etait tres valable dans le temps , moins maintenant, et ensuite la pression etait maintenue avec les Associations d'Anciens Combattants , Je me souviens de Yves GIGNAC qui avait ete un des adjoints du General SALAN en Indochine , puis Algerie . Un type tres bien , il etait encore en vie a 92 ans , il y a 3 ans , mais faible , et maintenant je n'ose plus telephoner . Il avait ete President de l'ACUF ( Association des Combattants de l'Union Francaise ).A toutes les manifestations , il etait la et toujours la meme phrase : Nos Camarades ne sont pas morts pour rien ?? ( Et moi, le revolte , a l'interieur de moi meme , je disais Non, Yves , tu as tort , ils sont morts pour rien ).Mais pour Yves : la France , les AC , les Monuments aux morts , c'etait son "Fond de Commerce " sa justification dans l'existence . Un type tres bien , qui a ete jusqu'au bout de ses idees : 7 ans de reclusion.Courage , je vais quand meme essayer de le recontacter : pretexte les Meilleurs Voeux

Tiens Ph.GUILLOUX emploie le terme Democratie . Une question est ce la Version Francaise ou Internationale du terme ???????? il faut preciser. Le terme n'a pas la meme signification en FRance et dans les pays Nordiques et Anglosaxons??? .

Pacifie et oui Biensur mais dans un pays ou l'hymne National est guerrier , quand on crie Aux Armes Citoyens ce n'est pas pour offrir des lauriers .La France par nature n'est pas pacifique , les conflits , meme sociaux doivent etre marques .(Et nos Bretons n'y echappent pas .Dernier Exemple Ecotax)

Henrio Jakez
Jeudi 1 janvier 2015

Quel verbiage! Finalement le dénommé Ker Intron al Lann réussit à devenir le principal objet de réaction à cet article! Bien joué pour un membre du PS déçu que son parti n'ait pas réussi à s'entendre sur la réunification de la Bretagne et également outré qu'on ose s'en prendre à ses maîtres à penser ! Parce qu'il a vraiment mal, il ne sait que vitupérer sur ceux qui ne font qu'appuyer où ça lui fait mal ! Pathétique cette mauvaise conscience ! Offrons lui charitablement un mouchoir! Bravo Jean Pierre LE MAT !

PIERRE CAMARET
Vendredi 2 janvier 2015

Tres bien joue . Ils sont tres, tres forts . La note a regler pour arret de l'echotax est de 870 millions d'Euros . Des commentateurs francais commencent a dire , nous allons payer ( les contribuables ) A CAUSE DES BRETONS .

Et voila . Je reviendrai sur le sujet , avec mes propres idees.

L'Alsace , elle veut quelques Portiques , car elle , elle veut l'Ecotax . Biensur l'environnement et les conditions sont differentes de celles de Bretagne .

Et pas de changement pour les 40 ans a venir me disent mes amis de Bretagne . L'evolution politique pour la Bretagne est figee pour 40 ans. .......Merci Papa .

Philippe Guilloux
Vendredi 2 janvier 2015

@léon paul créton : oui, je dis dans un contexte démocratique et apaisé tout simplement parce qu'il n'y a pas d'autres cadres. Et je ne fais pas un rappel à la loi voulue par le colonisateur. Si vous vous sentez en position de juger la manière dont certains souhaitent faire avancer l'idée de Bretagne, je ne suis pas dans cette posture. Je me contenterai de vous poser une simple question : vous proposez quoi ? De lever une armée pour libérer la Bretagne ? De mettre les français dehors ? Etes vous sûr que vous aurez beaucoup de monde derrière votre étendard ? J'en doute très fortement tout comme je doute fort que la majorité des bretons soient favorables à la séparation. L'idée séparatiste a toujours été minoritaire en Bretagne. C'est un constat. D'autres l'ont fait avant moi. Glenmor, dont on ne peut douter de l'engagement, déclarait que les bretons sont majoritairement indépendantistes, autonomistes mais pas séparatistes.

PIERRE CAMARET
Dimanche 4 janvier 2015

Il y a quand meme quelque chose que je n'arrive pas a saisir dans le Mouvement Breton .

- Il y a des occasions ( un ex. Ecotax).Une montee en pression ,de l'opinion. Solution directe on attaque et brule les portiques , des manifestations avec defiles GHD etc....des programmes , des discours et puis et puis et puis , plus rien la baudruche est degonflee .A partir d'une occasion ( qui est un exemple ) aucun GRAND CHEF n'en est sorti ( je le pense ) un embrion de programme qui a ete vite oublie .... et maintenant ou en sommes nous ???? personne n'est capable de le dire ???

Alors pourquoi avoir detruit les portiques ... pas d'ecotax OH! quel succes , remplace par une taxe sur le diesel Oil et chers compatriotes , je vous fais le pari que les 870 millions a payer a Ecomouv, vous les paierez deux fois .

Et cettte montee en puissance subite de la colere bretonne et bien ce n'est pas la premiere fois : Prise et saccage de S/Prefectures , Prefectures combat contre les forces de l'ordre , des blesses , des gens arretes et puis plus rien tout retombe .Les historiens de profession me le confirmeront peut etre : La Guerre des Chouans , j'ai beaucoup lu la dessus . Les Chouans se battaient pour tuer et chasser les bleus de leurs paroisses quand , cela etait fait et bien tranquillement ils rentraient chez eux , les paroisses d'a cote , n'etaient pas leur probleme . C'est shematise mais encore. Napoleon l'avait dit et ecrit si les Chouans profitant de leurs victoires , avaient continue , cela en etait fait de la Republique .Il semble que cela ne soit pas la constance , la strategie, dans nos approches alors ???????

Aucun Grand Chef ( Nominoe ,Alan BarbeTorte ) pas de strategie a moyen et long termes . Court terme , Oui tout casser ..... c'est faible cela !!!!

Que puis je vous dire , vous etes heureux comme cela et bien continuez , moi je ne suis pas heureux et meme suis malhereureux , je n'ai franchement pas envie de continuer .

PIERRE CAMARET
Dimanche 4 janvier 2015

Identite francaise ??? je viens de voir a la TV Australienne , dans un village francais que je situe dans le NE , des ecoliers de 12-15 ans avec des fusils en bois , jouant a la guerre 1914-18 .Creusant des tranchees , et la maitresse d'Ecole ??? qui semblait diriger , disait c'est pour leur faire prendre conscience du sacrifice de leur Arriere grand Pere , pour defendre nos libertes . Interrogations des eleves participants ... meme reponse ????? . Je pense que les allemands en face defendaient aussi la liberte , mais a ma connaissance , aujourdhui , les- tout jeune- allemands ne font pas d'exercise avec des fusils de bois .C'est du GALTIERISME ( Argentine - Falklands ) pour faire face a des difficultes Economiques / Sociales que notre Gouvernement est incapable de resoudre, alors on cherche la diversion , par la creation d'ennemis exterieurs .Lamentable.

Une satisfaction , je suis trop age ( helas)pour etre rappele , et mon fils 30 ans fera parti de la reserve Territoriale Australienne .Donc.....

Léon-Paul Creton
Dimanche 4 janvier 2015

De Léon-Paul Creton

Philippe Guilloux : ce que j'écris ci-dessous n'est empreint d'aucune agressivité ni ressentiment quelconque à votre égard. Mais votre commentaire me permet de dire ce que je pense généralement, basé sur mes modestes expériences et sur ce que j'ai observé et entendu depuis qu'il m'est venu un peu de conscience et de vécu des choses et des événements…

Si vous estimez que porter un regard critique durant plus d'un demi siècle sur « les idées des uns et des autres pour faire avancer la BRETAGNE » est un « jugement » négatif a priori alors il n'est plus permis _comme dans la France inquisitrice actuelle _ de faire un bilan, de faire un constat en quelque domaine que ce soit, ou banalement d'avoir une saine et simple opinion!

Il est vrai que mon regard, au fil de ces décennies, a toujours été assez photographique, et devient de plus en plus fixe au moins sur un point, un très gros point « noir » ! : Ce point très noir, c'est que les « idées » utilisées et rabâchées _bonnes pour certaines_ depuis des décennies dans des compétitions idéologiques asphyxiantes, notamment d' hommes et femmes politiques préoccupés par tout autre chose et intérêts, n'ont pas fait « avancer la Bretagne », car jamais appliquées.

Bien au contraire sur beaucoup de points. En dehors de l'illusion matérialiste d'un progrès que donne le développement consumériste…bien assimilateur, niveleur, et régressif sur le plan de la réflexion, il y eu peu d'évolution bénéfique pour nous ! Les climats apaisés ne profitent que rarement aux peuples lésés, seulement à ceux qui lèsent.

Peut-être que, n'ayant pas fait « d'études » mais néanmoins pas absolument démuni, de fait je n'ai pas subi le formatage intensif de l'éducation nationale. Le matraquage médiatique culturelle et politique, ne m'affecte que peu. D'autant moins que je me défends contre l'imprégnation insidieuse et laisse vagabonder ma réflexion (errer ?), qui est moins phagocytée par une programmation, soit automatique, autoritaire et grégaire des types gauche/droite et élite/prolos, soit de recherche pathologique de trop de consensus béat ( Pas de vague, laisser nous penser et faire qu'ils nous disent). Votre commentaire me conforterait assez dans cette vision !

Je suis très critique, bien entendu négativement perçu par le rucher… Et très provocateur !

De ces idées, toutes n'étaient pas à rejeter, mais toutes ont été quasiment stériles pour la Bretagne…Et pour les Bretons qui désiraient le rester. Elles n'ont engendré aucune action, qui pour le pire, aurait du maintenir quelques équilibres durables dans les domaines économiques et culturels en Bretagne. Quant à l'exode de nos jeunes qu'ils soient très bien formés ou non …Et qui reprend de plus belle !

J'ai cru remarquer qu'à vos contradicteurs vous opposez souvent, et avec d'autres, un : « …vous proposez quoi ? »

Pour moi j'ai toujours ressenti cette apostrophe venant des autres comme un aveu d'impuissance. Je la reçois toujours comme une acceptation d'une situation cadenassée et admise comme telle… Un renoncement.

Comme si c'était pour vous, une question compliquée dans sa réponse ? J'entends moi que la « réponse » ne peut être qu'une ou des « ACTION S» qui seules peut avoir un intérêt et « un impact » !

Des propositions ? Depuis des années sur ABP de nombreux intervenants en ont apporté des tas ! Pouvez-vous me dire si quelqu'un en a retenues ? Et mis en pratique ?

Lever une armée ? Ça s'est pour un état, et la France ne s'en est pas privée pendant tout son histoire. Pour la Bretagne et autres nations sans états qui choisiraient la force, il ne peut y avoir qu'une armée( ?) qui « se lève », c'est aux Bretons de décider, je ne « jugerai pas ici, si la chose est bonne ou mauvaise.

Mettre les Français dehors ? Comme nous savons de moins en moins qui ils sont, et s'ils existent encore. Il semble qu'eux-mêmes paraissent bien perdus. Ils se sont perdus ou bien les a-t-on perdus ? Je me demande d'ailleurs si certains en France n'ont pas de plus en plus, les mêmes problématiques que nous ! Alors les mettre dehors, et « de quoi et d'où » ? Je crois qu'ils sont déjà dehors quelque part, et nous avec !

Mon étendard ? Quel étendard ??? Lever une armée ? Quelle armée ??? Proposer, et l'imagination alors ?...

Rien de tout cela Philippe Guilloux, mais très conscient je suis, que seul rien n'est possible, faut-il encore être organisé, déterminé sur un objectif un petit peu plus grand que nos petits intérêts. Il a assez de c--- qui seuls se prennent pour un collectif, des c--- qui sont seulement parfois quelque uns dans un parti ou une association, et à qui l'on ne peut proposer ni idées, ni étendard, ni de développer une armée, fusse t-elle d'électeurs, si la proposition ne leur convient pas…Parce que non conforme à leurs dogmes et pratiques politiques sclérosées.

Alors vouloir des combattants qui prennent des marrons inutilement pour que certains les retire du Feu !... Pour des opportunistes, qui ne veulent pas en prendre et garder les mains propres dans un nouveau Club Breton, aux aguets ?

Dormez braves gens. C'est le guet qui passe.

PIERRE CAMARET
Lundi 5 janvier 2015

J'ai ete voir mon Docteur , pour un Controle sanguine aujourdhui - un Australien et je lui relatais l'episode des "gosse "de 14-15 ans jouant a refaire la guerre de 1914 avec des fusils en bois .. contre l'ennemi.... allemand. Il a trouve cela revoltant et indigne d'une Grande Nation , ayant un sens moral eleve ?? .

La France poursuit sa decadence .

Michel Sénant
Lundi 5 janvier 2015

Bravo Jean-Pierre Le Mat.

Pas de commentaires supplémentaires , ceux que je viens de lire me donnent des vertiges, une sorte de mal de mer. Je suis content de revoir la plume de Michel Treguer, bien timide au demeurant. Trop.

Léon-Paul Creton
Mardi 6 janvier 2015

L'on peu constater que ce n'est pas parce que l'on a pour nom Sénant, ou pseudo, que l'on échappe au mal de mer; ni d'ailleurs que l'on soit de Sein par exemple. J'en connais très bien qui portant ce nom, et qui sont Normands...

Et puis le mal de mer, certains en sont victimes à cause du roulis... d'autre davantage à cause du tangage, et une autre section c'est en regardant du quai les navires qui bougent dans la houle du port... (;0))

Philippe Guilloux
Mardi 6 janvier 2015

@ Léon Paul : je ne suis pas béat ni naif. Je pense qu'il faut aussi savoir à un moment faire la part des choses, ne serait ce que pour se donner du courage de continuer à oeuvrer, chacun à son niveau pour faire avancer l'idée d'une Bretagne prenant en main son destin. Oui, chacun à son niveau car en effet, comme vous, je constate que le collectif a des difficultés à émerger en Bretagne. Ca n'est pas pour rien que le village d'Astérix est situé quelque part dans l'ouest : le breton sait se mobiliser face à une agression extérieure, ou du moins jugée comme telle, mais, à peine la victoire obtenue, voilà que les querelles intestines reprennent le dessus. L'écotaxe en est un bon exemple et nous avons lu les luttes de pouvoir au sein du mouvement, untel étant accusé de vouloir tirer la couverture électorale à lui, l'investissement de tel autre étant soupçonné d'être inféodé à une défense d'intérêts corporatistes.

Je ne prétend pas avoir de solution. Je me contente, à mon petit niveau et dans mon domaine de faire ce que je juge utile et de saluer fraternellement ceux qui, dans leur domaine respectif font de même. Je ne crois pas au grand soir pas plus à l'homme providentiel. Une chose me semble par contre évident : ce combat ne peut se faire que dans l'espace démocratique. Regardons le sillon qui a été creusé malgré les difficultés et si nous ne sommes pas satisfaits de la récolte, ne soyons pas non plus toujours à geindre. Lorsque quelque personnes ont commencé à enseigner en breton à quelques gamins dans un garage, imaginaient-ils qu'un cursus complet serait en place un jour ? Mon père, qui n'est malheureusement plus de ce monde, serait étonné de voir qu'aujourd'hui encore, il y a des bagadoùs, des cercles celtiques, des maisons d'éditions qui éditent des livres, des romans, des bandes dessinées en breton. Les choses avancent, trop lentement certes, mais elles avancent. Nous n'avons pas obtenu la réunification mais jamais je n'ai entendu autant de personnalités, de structures, de citoyens, défendre cette idée d'une Bretagne réunifiée... Nous avons besoin d'espoirs pour continuer, pas de jugement et encore moins de défaitisme.

PIERRE CAMARET
Mercredi 7 janvier 2015

Philippe GUILLOUX . Je me mele d'une discussion qui n'est pas la mienne.

Cela avance lentement , trop lentement vous dites cela a un militant de 50- 55 ana de militantisme ( je n'ai pas dutout la mentalite d'AC)mais d'espoir j'en avais , et je n'en ai plus ..

Espace democratique: 200 % d'accord , mais il faut que les partenaires/adversaires, aient les memes regles de jeux . Est ce le cas ? depecage des Regions est ce le cas ? .Les cocus , c'est nous .

J'attends les prochaines elections , pour voir et decider .

Je vois a la TV Australienne un programme : Ancient Country , but your New Country . Je suis extremement tente . Il faut un Chef ( des chefs ) en Bretagne pas des Cou...(censure) molles ,ou des traitres.

Léon-Paul Creton
Mercredi 7 janvier 2015

Philippe Guilloux, vous me dites : « Je pense qu'il faut à un moment faire la part des choses, ne serait ce que pour se donner du courage de continuer à oeuvrer, chacun à son niveau pour faire avancer l'idée d'une Bretagne prenant en main son destin. »

Nous avons donné, voté, collé, milité en croyant à cette phrase, plus ou moins, mais même au moins nous y avons participé !

_ « …à un moment… » Ce moment pour moi est fini! Une nouvelle part doit être « exigée » et de ces choses redéfinies, la part doit être conséquente.

Pierre Camaret et moi comme beaucoup d'autres qui ont entre sept et neuf décennies au compteur vous répondent que cette part des choses ( laquelle et lesquelles ?) nous les avons prises, en plus ou moins naïf ou sans illusions comme pour moi en 1981, ou toujours convaincus que c'était la voie, la seule possible, qu'il n'y en avait pas d'autres que ce jeu truqué, de dupe qu'est en France l'électoralo-démocratie de laquelle les organisations dites bretonnes ont été incapables de retirer une avancée minime pour la Bretagne et un succès significatif depuis 45 ans. Rien d'autre que l'élection PStropique de quelques rares élus conseillés municipaux, quelques postes d'adjoints aux maires, et quelques places au chaud au conseil régional. J'oubliai Paul Molac à l'assemblée nationale.

Vous citez (pas entièrement, loin s'en faut !) tous les maux et les tares bretonnes des hommes et organisations qui font échec au processus de notre développement, de notre libération non seulement d'un pouvoir étatique autoritaire, mais aussi de celle de nos esprit, de notre culture passée et du futur, de notre économie et de nos capacités d'organiser et choisir nous- mêmes les chemins que nous voulons.

Le Gourvennec et Bécam ont montré dans les années 60 s'il en était encore besoin, quel est le langage, le seul que connaisse l'état français ! Il me semble que cela ne s'est pas démenti depuis…Il me semble ? Soit en Bretagne, en Corse et dans d'autres…colonies ?

Avec nous des gens plus jeunes ont compris, que la part des choses que nous attendions de droit ne nous a pas été accordée, au contraire la part de moins en moins riche que nous avions, l'état français veut également la faire disparaitre ! Nous rayer de la carte…

Sur les dernières quatre ou cinq lignes de votre réponse Philippe Guilloux, je vous demanderai si nous sommes capables de dire que le peu que nous avons gagné, ou supposons pouvoir gagner un jour peut-être avec cette méthode qui fait depuis près d'un siècle l'éloge de la lenteur, vaut TOUT ce qui a été irrémédiablement perdu ?

Le défaitisme ? Connais pas !!! Par contre une certaine fatigue, oui.

p j c
Dimanche 14 juin 2015

soñjoù eus bro vigoudenn

en réponse à Ker Itron al lann

du mercredi 24 decembre 2014

voici deux faits qui te donneront je l'espère à revoir ta pensée...

le premier, déja ecrit en commentaire à l'article " le drian aurrait sauvé la région Bretagne..."

écrit le jeudi 5 juin 2014

"En Bretagne le fn n'est pas passé grâce au bonnets rouges et au 80 000 voix pour la liste Troadec prés de 7 %... si il n'y avait pas eu cette liste , la Bretagne passait FN ; je suis bonnet rouge et j'adhère à notre Charte basé sur des valeurs humanistes. Elle est visible à tous et à toute ; Les Bonnets rouges représente un mouvement démocratique et apolitique qui défend l'emploi mais aussi la vie démocratique. Ce qui porte ce mouvement est indéniablement basé sur notre histoire nos traditions, notre musique, nos danses et sur notre langue... Cette culture est si forte qu'elle nous permet d'accueillir avec bienveillance ceux qui veulent vivre en Bretagne... Voilà ce qu'est ce mouvement..."

de plus, considérer que ce mouvement est généré uniquement par le monde productiviste agricole est totalement faux. Le mouvement des bonnets rouge est trés mouvant ... Je suis aller spontanément à Quimper sans mots d'ordre de qui que ce soit ... et nous sommes des miliers dans ce cas là ... l'éco-taxe était le préalable à un impôts généralisé sur les voitures, à terme, cela concerné tous le monde dans l'hexagone...cette colère était aussi l'expression d'un besoin, celui d'être reconnu en tant que Bretons. C'est pourquoi, les intérêts du monde paysan sont donc très largement dépassés dans ce mouvement...

"Je suis fière d'être bonnet rouge... Le fn n'est pas passé ici ... Grâce à notre culture ... De même notre culture à accepter il y a quelques années déjà un maire d'origine africaine devenu ministre par la suite... Alors : "Bretagne refermée sur elle-même" "Bretagne égoïste"... il n'y a que les imbéciles pour penser cela.." n'est-ce pas?

AINSI LES BONNETS ROUGES ONT CONTRIBUE PROBABLEMENT A EVITER QUE NE SOIT RATTACHEE LA BRETAGNE AVEC LES PAYS DE LOIRE... ET C'EST HEUREUX...

2ème écrit : résultat d'une pétition que j'ai fait moi-même pétition papier je précise qui est autrement plus difficile à réaliser que les pétitions

informatisées

Objet : Réunification de la Bretagne le, 18 septembre 2014

Monsieur le député,

Il y a déjà quelques mois que la mobilisation pour la réunification de la Bretagne s'est accrue. Cette réunification semblait évidente et pourtant, combien de pressions politiques mais aussi médiatiques ont su jeter le trouble et la confusion dans les esprits en faisant la promotion d'une grande région fusionnée et sans âme.

Effaré par ce constat, j'ai souhaité vérifier par moi-même ce que pouvait être la réalité désirée par les Bretonnes et les Bretons.

Ainsi, je vous fais parvenir une pétition que j'ai réalisé seul. Lors de cette démarche, j'ai pu rencontrer et discuter avec prés de 400 personnes (en 32 sorties soit prés de 60h ) sur l'idée de réunir la Loire Atlantique à la Bretagne.

Cette pétition réunie 250 signataires et elle m'a permis de vérifier les résultats suivants :

64 % des personnes interrogées soutiennent et affirment leurs souhaits de voir la réunification se faire, environ14 % sont sans avis , 12 % ne veulent pas signer même si un certain nombre est favorable à la réunification, 6.5 % sont pour le statu quo et 2.5 % pour la grande fusion initialement proposée par le gouvernement. Pour moi, les chiffres sont éloquents.

Parmi les personnes en faveur de la réunification , les raisons sont hiérarchisées de la façon suivante : en premier lieu l'aspect historique puis les enjeux économiques et enfin la vie culturelle.

La réforme territoriale est une opportunité à saisir non seulement pour notre région mais aussi pour toutes les régions de France. Indépendamment d' une simplification de la gestion des territoires et donc des économies qui peuvent en découler, je crois que c'est surtout une opportunité pour écrire une page visant à mettre en avant l'idée d'une « démocratie aboutie ».

En effet, ce qui ressort des discussions est avant tout un constat quasi unanime de l'éviction des citoyens du jeu « démocratique ». C'est une chose qui me semble extrêmement grave; nous vivons dans un système qui ne permet pas au peuple de s'exprimer…C'est un fait.

Monsieur le député, cette pétition est représentative de la pensée de beaucoup de bretonnes et de bretons ; elle à pour objectif de soutenir vos futures interventions, sur ce projet de réunification , en particulier sur le droit d'option départemental et au-delà, sur l'idée de construire un chemin permettant un renouveau démocratique digne de ce nom.

Je vous souhaite l'énergie et le courage nécessaire pour pouvoir convaincre vos pairs. Avec tous mes remerciements ainsi que ceux des personnes signataires de cette pétition.

PS : Ma démarche se voulant apolitique, je fais parvenir cette pétition à votre collègue Monsieur ...

AINSI, 2.5 % POUR LA GRANDE FUSION, VOILA LE CHIFFRE QUI DEMONTRE A QUEL POINT LE GRAND OUEST EST UNE INEPSIE, EN REVANCHE 64 % POUR LA BRETAGNE B5 OU PLUS EXACTEMENT LA BRETAGNE HISTORIQUE...

TON POINT DE VUE EST CELUI D'UNE PERSONNE QUI PRESENTE UNE REFLEXION BOURREE DE PREJUGES... ET QUI NE PREND PAS LE RISQUE DE RECHERCHER LA VERITE...

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 4 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.