L'Etat veut faire annuler Vannes 2014 pour une supposée erreur administrative

-- Politique --

Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014
Porte-parole: Bertrand Deleon

Publié le 14/03/14 19:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La commission de propagande électorale, réunie ce vendredi 14 mars 2014, a annoncé qu'elle bloquerait l'acheminement de nos bulletins de vote à cause d'une inversion d'un nom marital par celui de naissance d'une colistière. L'erreur commise a eu lieu entre la déclaration en préfecture, où chaque Cerfa déposé a été relu deux fois par des représentants de l'administration préfectorale sous nos yeux, et l'enregistrement des Cerfa par cette même administration avant parution au Journal Officiel.

Que nous soyons responsables ou non de ne pas avoir vu cette anomalie, nous devrons la payer selon la commission, composée d'un magistrat désigné par le premier président de la Cour d'appel qui en assure la présidence, un fonctionnaire désigné par le préfet, un fonctionnaire désigné par le trésorier payeur général, un fonctionnaire de l'administration postale et le secrétariat est assuré par un fonctionnaire désigné par le préfet.

Cette dernière s'est montrée intransigeante, autoritaire et infantilisante.

Vannes 2014 est une jeune liste, qui a fait le choix de promouvoir la démocratie. Ses membres et sympathisants déplorent que tous les moyens soient mis en œuvre pour lui faire barrage.

L'honnêteté politique

Dans le même esprit, nous sommes navrés d'être spectateurs d'une « campagne sale et hypocrite » de la part des formations en place : ici, s'invectivent des candidats issus de la même formation politique (avant de se scinder suite aux décisions de leur état-major parisien), jusqu'à en arriver à des crachats à la figure ; là, des listes austères et naturellement opposées à tout ce qui est breton se prennent à faire un flashmob sur un « an dro » sur l'esplanade très fréquentée du port de Vannes… Puis chaque formation défile costumée, déguisée, vêtue de combinaisons blanches à l'effigie de leur parti… C'est la cour des miracles !

Depuis le départ, Vannes 2014 a souhaité ne pas envahir les espaces publics et ne pas déranger les professionnels dans leur travail. On assiste constamment au même manège : les grands absents de l'année bondissent sur des passants qui aspirent à faire leur marché en toute quiétude. Puis, ils se placent devant les stands des camelots si bien que la clientèle ne s'y approche plus.

Vannes 2014 se bat pour l'honnêteté. Nous sommes présents dans la vie des quartiers tout au long de l'année. Nous trouvons donc ce manège hypocrite, grotesque et tenions à le dire. Nous avons fait le choix de nous inscrire dans la continuité et d'informer les Vannetaises et les Vannetais de notre existence par des méthodes plus classiques, dans l'objectif d'une campagne décente, respectueuse des Vannetais et du porte-monnaie du contribuable en général (remboursement de frais de campagne par l'Etat). A titre d'exemple, Vannes 2014 dépense 14 fois moins que le Parti Socialiste, selon le budget déclaré.

Veut-on empêcher Vannes 2014 de porter la voix de la Bretagne et par conséquent celle de l'emploi face à un Etat qui détourne nos femmes et hommes, nos impôts et sacrifie nos intérêts ?

Ce fonctionnement est fidèle à celui de la vieille France centraliste et coloniale. Il correspond aussi parfaitement à l'esprit de la classe politique dirigeante aux très nombreuses mises en examen et condamnations collectionnées par ses membres, en dépit de leur immunité ou de leur autoprotection. On trouve à leur palmarès : abus de confiance, association de malfaiteurs, blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs, détournement de biens publics, détournement de biens et favoritisme, prise illégale d'intérêt, recel d'abus de confiance, association de malfaiteurs en vue de trafic d'influence et recel de trafic d'influence, proxénétisme aggravé en bande organisée, favoritisme dans l'attribution de marché public, minoration de compte de campagne, complicité de trafic d'influence dans une affaire de marché public présumé frauduleux, détournement de fonds publics, corruption dans le cadre d'un marché public, octroi d'avantages injustifiés, soustraction de fonds publics, viol en réunion, faux en écriture, détournement de fonds publics et complicité de travail dissimulé, infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales, abus de faiblesse, atteintes à la sincérité d'un scrutin par des manœuvres frauduleuses, atteinte à l'égalité des candidats dans les marchés publics… La liste est longue.

Ainsi, nous sommes coupables d'être honnêtes et de vouloir vivre dignement.

Vannes 2014 a besoin de vous pour imprimer à nouveau tous ses bulletins, suite à cette erreur que nous n'avons pas commise ! Il faut à la Bretagne 3000 € pour exister sur Vannes.

Trugarez deoc'h holl ! Merci à toutes et tous.

Pour Vannes 2014,

Bertrand Deléon

Voir aussi :
mailbox imprimer