-- Politique --

L'Alsace ne veut pas se diluer dans une super région

Des milliers de personnes, 6.800 selon la police, 15.000 selon les organisateurs, ont manifesté samedi après-midi à Strasbourg sous un beau soleil et une floraison de drapeaux rouge et blancs (voir notre article). Certains étaient venus en train dont le prix avait été réduit grâce à l'intervention du Conseil régional opposé à sa disparition. Les Alsaciens sont contre la réforme territoriale proposée par le président Hollande. Celle-ci revient en débat à l'Assemblée nationale à la fin du mois.

Les Alsaciens ne veulent pas se dissoudre dans un conglomérat anonyme englobant la Champagne, les Ardennes, la Lorraine et les deux départements alsaciens, labellisé ironiquement l'ALCA, en référence à la tristement anonyme PACA. «Les investisseurs américains et chinois ne savent pas ce qu'est PACA» a réaffirmé Philippe Richter, président de la région. Hier, le même jour de la manifestation, 141 communes ont adopté une motion pour un Conseil unique d'Alsace, rejetée pourtant, mais de justesse, lors du référendum de 2013, qui regrouperait le Conseil régional et les deux Conseils généraux.

Diviser pour régner

La droite (UMP et Centre), majoritaire au Conseil régional et dans les deux conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, était à l'origine du rassemblement d'hier. Selon les Dernières nouvelles d'Alsace (DNA) (voir le site) la gauche est opposée aussi à la carte proposée par l'exécutif, mais des élus socialistes accepteraient une fusion avec la Lorraine. Encore une fois, en ce qui concerne les questions identitaires, la république, dont l'intention affichée ou pas, a toujours été de détruire les identités ou les nationalités qui composent la France, joue la division gauche-droite pour diviser ses adversaires.

Je n'ai pas peur de l'identité, je suis fier d'être Alsacien__Philippe Richter

En Alsace comme en Bretagne, les socialistes jacobins rejoignent le Front National contre des régions à forte identité

Pour rappel , le lundi 22 septembre, les deux conseils généraux et le conseil régional d'Alsace ont adopté à une très large majorité (101 élus sur 122, à l'exception de quelques voix des rangs du Parti socialiste et du FN, une délibération commune qui demande l'abandon du projet de création de la «région XXL» (Champagne-Ardenne-Lorraine-Alsace) au profit d'un Conseil unique d'Alsace né de la fusion des deux Départements du Rhin et de la Région.

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1554 lectures.
mailbox imprimer
la rédaction de l'ABP

Vos commentaires :

andre.demange
Dimanche 12 octobre 2014

l'abandon du concordat n'est pas prevu que je sache la lorraine actuellement a deux systeme le concordat en moselle et le regime general dans les trois autres departements .

il est vrai que l'assemblage alsace lorraine semble plus coherant que le couplage avec la champagne ardennes qui est plus proche de paris que de strasbourg.

meme nous lorrain le rattachement de la champagne ardennes ne nous semble pas coherant avec l'histoire des regions et des populations.

Benj
Mardi 14 octobre 2014

C'est triste à dire mais les Alsaciens avaient toutes les cartes en mains le 7 avril 2013 avec le référendum sur la collectivité unique ... Elle aurait pu devenir la région la plus autonome de France et éviter d'avoir à se battre contre sa disparition aujourd'hui. Hélas, c'est toujours la même chose, on a peur du changement, on souhaite que rien ne bouge. Et lorsque c'est inévitable, on descend dans la rue ...

Paul Kerguelen
Mardi 14 octobre 2014

tout comme la Bretagne, l'Alsace bouge....

petite proposition superflue, comme toutes celle que j'ai faite jusqu'à présent....

Et si nous organisions, avec les Savoisiens, les Basques, les Corses, les Alsaciens, une remise de prix... celui du Jacobin d'Or de l'année....

Les candidats ne manquent pas!

Mais une cérémonie se déroulant dans ces nations sans états, relayer correctement pourrait avoir un certains retentissement...non???

Mais encore faut-il avoir un mouvement qui soit uni... ce que plus d'un Breton réclame!...

Alwenn
Mercredi 15 octobre 2014

Au dernières nouvelles, non pas d'Alsace, mais de Valls, "il n'y a psa de peuple alsacien."

"Il n'y a qu'un seul peuple français. Et dans la réforme que nous menons, je serai extrêmement attentif à ce qu'il n'y ait pas de dérive."

Cela signifie qu'il n'y aura pas de réunification de la Bretagne non plus ! Qui, comme chacun sait, serait une "dérive".

J'aimerais avoir des précisions sur les intentions et démarches de nos "élites" favorables à la réunification.

On connait les donnés du problème. Il faudrait avoir aussi les données de la solution.

Des manifs en Bretagne, une manif en Alsace.

Tout cela pour Valls, ce sont des dérives.

C'est Valls qu'il va bien falloir "dériver"

Ronan Badouel
Mercredi 15 octobre 2014

Valls démission! Le problème c'est qu'un jacobin est toujours remplacé par un jacobin! Bravo Tugdual pour ton prix à décerner; mais l'or est trop beau pour ces tristes sires...

Louis Le Bars
Mercredi 15 octobre 2014

Le simple fait de vouloir à tout prix diluer ou diviser des entités comme l'Alsace et la Bretagne, prouve que le peuple breton et alsaciens existent.

Valls ou son alter-égo Rajoy c'est la politique du passage en force : de petits gains le jour, de grandes pertes le lendemain.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.