Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Tableau de Morel-Fatio (du Magasin Pittoresque de 1844) qui représente des croiseurs militaires coursant une goélette négrière. Cliquer pour agrandir.
Tableau de Morel-Fatio (du Magasin Pittoresque de 1844) qui représente des croiseurs militaires coursant une goélette négrière. Cliquer pour agrandir.
Annick Le Douget.
Annick Le Douget.
- Dépêche -
L'abolition de l'esclavage en Bretagne au XIXe : les révélations des archives du Finistère
Conférence passionnante ce vendredi d'Annick Le Douget, comment en trois affaires jugées à Quimper en 1830/1850, on peut découvrir la complaisance des jurés finistériens...
Fanny Chauffin pour ABP le 9/10/10 19:57

Spécialiste des dossiers judiciaires concernant la traite négrière au début du XIXe siècle, Annick Le Douget a livré aux universitaires et étudiants chanceux (conférence organisée par Ronan Le Coadic dans le cadre du groupe ERMINE) un exposé fort brillant ce vendredi à Rennes, remettant en cause à partir principalement de trois affaires la façon dont la cour d'assises du Finistère a rendu la justice.


Greffière au tribunal de Quimper, ayant de ce fait accès aux archives départementales et nationales facilement (mais tout citoyen peut les consulter), elle prépare actuellement une thèse sur la famille et ses violences avec Daniel Giraudon.

Les notables bretons, jurés des cours de justice, étaient assez indifférents à ce qu'il se passait outre mer. De classe sociale aisée (commerçants, militaires, nobliaux), ils ne représentaient qu'une petite part de la population.

Les esclaves ? Une "marchandise". Ce sont les Anglais qui les premiers ont aboli l'esclavage et la France a traîné un peu, arguant entre autre que le sort des esclaves qui n'étaient pas vendus était pire que ceux qui étaient envoyés aux Antilles ...


Les trois affaires

Le navire "La Coquette" dont le capitaine est Émile Vincent va avoir deux autres noms "L'Eugénie" (quand il est sous pavillon danois), et "La Vénus" quand il est sous pavillon hollandais. Né à Saint Domingue, parlant plusieurs langues, il affrète cette goélette pour la traite, achète des canons, part sur la rivière de Calaba au Niger. Là, il échange pour 75 000 francs d'objets divers, 220 esclaves. Deux croiseurs anglais l'accostent, le saisissent et conduisent le navire en golfe de Guinée. La commission mixte de Sierra Leone lui confisque son bateau et le renvoie en France.

Il sera jugé en novembre 1830 à Quimper. Pour se défendre, il dira qu'il ne connaissait pas la nouvelle loi qui abolit l'esclavage, qu'il est ruiné. Pour toutes ces raisons, il sera acquitté. Les jurés considèrent que la victime, finalement, c'est Émile Vincent ...

On a maintenu le mythe des rois africains cruels pour le maintien de la traite. Les pires négriers sont africains, se plait-on à penser . "Un chef nègre a fait égorger 200 esclaves qu'il n'avait pas réussi à vendre", lit-on même dans un fait-divers. Quand on sait aussi que les "cargaisons" d'esclaves qui étaient interceptées dans le cadre de cette loi de 1817 qui abolissait la traite devenaient employés aux travaux d'utilité publique dans les colonies ...on peut penser que cette générosité hypocrite faisait des esclaves destinés à des propriétaires privés, des esclaves de ... la France.

Deux autres affaires ont retenu l'attention de la conférencière : le sort de Jean Lucas, matelot embarqué à bord de la "Nympha" qui lui aussi va être jugé en Sierra Leone et qui sera jugé à Quimper le 21 janvier 1832. Ayant déjà fait huit mois de prison, fers aux pieds et aux poings avec les Anglais, il aura la clémence des jurés qui l'acquitteront aussi. En avril 1850, l'équipage de L'Émilie va être jugé à Quimper, ils obtiennent aussi leur acquittement : n'ayant pas d'esclaves à bord, et là aussi ce sera l'arrogance anglaise qui sera punie par ce vote ...



Le monde politique, judiciaire, militaire et maritime chargé de la répression de la traite de l'époque est exclusivement masculin. Il n'existe aucune compassion pour les hommes et femmes qui subissent l'esclavage. Violence, détermination, soif de pouvoir et d'argent dominent. Le criminel devient une victime, il veut rétablir l'honneur perdu. Les esclaves sont des ombres fantomatiques dans ces procès. Il faudra attendre avant que l'on parle de "crime de lèse-humanité, d'arracher des gens sans défense à leur pays".

Tout se passe donc dans un contexte d'indifférence aux pays lointains, d'anglophobie (trois siècles de guerres sur les mers) et maintenir la traite est une façon de s'opposer à l'ennemi anglais et de défendre une nation française humiliée. La presse est indifférente, l'opinion publique ne s'y intéresse pas. La revue en breton "Feiz ha Breizh" entre 1865-1884 mentionnera rarement la traite transatlantique. L'esclavage est assimilé au paganisme, à l'islam, et lutter contre l'esclavage devient une lutte contre ceux qui suivent la mauvaise religion de Mahomet, des Mahométans.

La prise de conscience sera tardive et viendra en 1888 avec le pape Léon XIII, et l'Oeuvre du cardinal Lavigerie qui aura un fort retentissement dans le diocèse de Quimper et celui de Léon. La conquête missionnaire va marquer alors une autre étape dans l'aventure coloniale bretonne ...


Références bibliographiques

Annick Le Douget, auteur du livre “Juges, esclaves et négriers en Basse-Bretagne. L'émergence de la conscience abolitionniste”. (2000) Epuisé ; réédition prévue en 2011.

À partir des archives judiciaires bretonnes, A. Le Douget a écrit également sur la peine de mort "Justice de sang. La peine de mort en Bretagne XIXe-XXe siècles". 2008. Disponible, diffusion De Borée.


Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2778 lectures.
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Voir tous les articles de de Fanny Chauffin
Vos 3 commentaires
Anne Suze Le Samedi 9 octobre 2010 21:40

".....ayant accès aux archives départementales et nationales..."
Mais oui, bien sûr, comme tout le monde ! Qu'est-ce-que c'est que cette phrase, qui insinue qu'elle aurait un accès extraordinaire, sans doute parce qu'elle est greffière ???? C'est idiot ! Ca ne se passe pas comme ça. N'importe qui peut aller consulter les dossiers qu'a consulté cette dame : les services d'archives sont ouvert à tous les publics, pas seulement aux chercheurs ou aux "gens autorisés" ...
(0) 

Erwan le Menn Le Dimanche 10 octobre 2010 11:29

Il est intéressant de connaître tous les faits relatifs à l'histoire de Bretagne, cependant, certaines présentations peuvent en modifier la compréhension. C'est le cas de la relation de cette conférence. Je regrette que les trois jugements de Quimper ne soient pas comparés avec le comportement des citoyens français de l'époque. Il n'est qu'a rappeler les faits suivants en 1930.
"La conférence internationale du Travail siège à Genève, pour discuter de la question du «travail forcé» auquel sont encore soumis les indigènes de certaines colonies. Tous les peuples sont d'accord pour réclamer l'abolition de cette pratique abominable, renouvelée des temps où sévissait l'esclavage. UN SEUL PAYS S'Y EST OPPOSE : LA FRANCE.
A ce propos, la Conférence a tout naturellement évoqué le service militaire obligatoire de ces indigènes, qui ne possèdent aucun droit de citoyens, mais qui n'en sont pas moins soumis à la conscription au bénéfice de leurs oppresseurs. UN SEUL ETAT LE LEUR IMPOSE : LA FRANCE. Ne pouvant obtenir de la France «pacifiste» qu'elle renonce à militariser ses Arabes, ses Annamites et ses Noirs, la Conférence lui a du moins demandé de ne pas profiter de leur séjour à la caserne pour les « louer » aux sociétés d"exploitation coloniale."
LA FRANCE S'Y EST REFUSEE.
(0) 

Loez Kergoat Le Dimanche 10 octobre 2010 12:48

Demat dit,
Vous écrivez dans cet article je cite: "L'esclavage est assimilé au paganisme, à l'islam, et lutter contre l'esclavage devient une lutte contre ceux qui suivent la mauvaise religion de Mahomet, des Mahométans."
Soit, mais vous oubliez de mentionner que les mahométans-(et non pas les africains de souche dirions-nous de nos jours), étaient les principaux marchands d'esclaves.... Votre raisonnement ne tient donc pas si l'on prend en compte cette vérité historique, les musulmans avaient grand intêret à ce que l'esclavage continuasse ainsi que les chrétiens...C'était en quelque sorte donnant donnant!
Kenavo ar wezh all
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons