Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Kristian Rivoalen et la réunification : un bel hommage au Kan ar bobl
Lors de la remise des prix du Kan ar Bobl, le président a commencé son discours par un appel à la réunification, une tournure inhabituelle dans un concours de chant
Fanny Chauffin pour FC le 13/04/15 19:20
:
Réalisation :

Lors de la remise des prix du Kan ar Bobl, le président a commencé son discours par un appel à la réunification, une tournure inhabituelle dans un concours de chant qui réunit Nantes à Brest :

"Hier dans un moment officiel, je suis revenu un instant sur un sujet qui me tient personnellement particulièrement à coeur, et je pense à quelques-uns d'entre vous, c'est la fameuse réunification de la Loire Atlantique à la Bretagne, Nantes, etc...

J'ai avec un peu d'humour égratigné les politiques au niveau national et local, et du coup, comme on est à Pontivy, l'occasion m'est donnée de souligner la position,et j'allais dire, la constance de la position de Jean-Pierre le Roc'h, favorable à la réunification de la Bretagne, voilà, je tenais à le dire."

Voir aussi :
Vos 2 commentaires
Lucien Le Mahre Le Mardi 14 avril 2015 10:33
Surtout gardons-nous des fausses pudeurs et des domaines réservés : il a mille fois raison !
Car que rappelait ce Président, sinon une position à la fois personnelle et largement majoritaire en Bretagne concernant un déni territorial et démocratique que nos politiques, tous bords confondus, n'ont toujours pas corrigé au bout de 70 ans de changements de régimes et d'alternances répétées ?
La "représentation" politique du Peuple - parait-il souverain - montrant ainsi à nouveau ses limites, il n'est pas surprenant que les cultureux décident d'avoir leur mot à dire sur des sujets qu'ils connaissent souvent mieux que les "décideurs" défaillants, en panne sur ce sujet crucial depuis 3 générations...
Hier encore, dans un tout autre domaine : le vote des nouvelles mesures sécuritaires concoctées par le Président de la Commission des Lois J.J. Urvoas, il y avait 70 députés environ présents dans l'hémicycle. Sur 577, rappelons-le !
Absentéisme dû aux cumuls divers et variés que le "millefeuille" abrite. Dilettantisme. Laxisme. Tolérance navrante de l'institution et des "élites". Bref, seuls 12% des citoyens étaient véritablement représentés par leur député sur les bancs de l'Assemblée nationale, lors de cette séance probablement importante pour notre sécurité et pour nos libertés.
Est-ce normal Docteur ?
En Républikistan... En Etatdedroitland... En Nouvelle-Universalie ?
(0) 

Tramber a-du Le Jeudi 16 avril 2015 13:28
Oui, il a raison ! Et ce genre de propos devrait être entendu chaque semaine dans les fest—noz dans plusieurs coins de Bretagne. La politique c'est de la culture et la culture c'est de la politique ! C'est Malraux en son temps qui a voulu séparer les deux, diviser les domaines pour mieux régner, une technique de bien jacobine.
Il faut que le monde culturel en Bretagne cesse d'être un ventre mou qu'il faut tirer péniblement pour qu'il prenne part aux manifestations politiques pour la langue ou pour la réunification. Il faut qu'il cesse de jouer les vierges effarouchées dès qu'un mouvement se durcit un peu « ah, mais rendez-vous compte ! Il y a des enfants dans nos bagads et dans nos cercles, que vont dire les parents si nous prenons position ? ».
Jamais un peuple n'a relevé la tête avec ce genre de considérations.
Et si les responsables culturels manquent simplement de c... (Je veux dire de courage), il faut les laisser derrière... Cesser de traîner des chevaux morts !
Et les remplacer !
Oui, il a raison encore de saluer le député Jean-Pierre le Roc'h qui, tout PS qu'il soit, a été capable de voter à l'assemblée « nationale » des amendements en faveur de la réunification et d'un droit d'option viable. Il a fait aussi bien que certains ump qui n'avaient pas, eux, à avoir le courage de voter contre leur parti.
Voilà quelqu'un qu'il est envisageable de soutenir prochaines législatives. Ils ne sont pas nombreux dans ce cas, une dizaine sur les 38 députés de Bretagne. Pour tous les autres, il faudra être capable collectivement de voter contre au deuxième tour : c'est-à-dire de voter pour l'adversaire du sortant qui n'a pas fait le job pour la Bretagne.
La lecture est claire pour les députés, elle l'est peut-être moins pour les conseillers régionaux ?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons