Jean-jacques Ar Goarnig : la liberté de choisir le prénom de son enfant

-- Justice et injustices --

Communiqué de presse de Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme
Porte-parole: Angèle Jacq

Publié le 9/05/13 16:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
30133_1.jpg
Jean-Jacques Le Goarnig avec Glenmor

Jean-jacques Ar Goarnig s'est éteint. Son nom restera attaché à son combat dans les années soixante, pour que l'état civil français accepte la possibilité légale de donner un prénom breton ou celte à son enfant. Le prénom que les parents désiraient lui donner.

Et ce choix d'un prénom hors de la nomenclature officielle imposée, concernait l'ensemble de l'hexagone.

Car à l'époque point de Gaël possible - invariable pour les filles ou les garçons - de Youenn, de Trifin, de Cheun, de Maina, de Rozenn ! Excit de ces prénoms qui fleurent bon le terroir et la différence des cultures territoriales. Il fallait passer sous les fourches caudines de l'uniformisation des prénoms français pour figurer sur l'état civil ! Sinon, point d'existence légale ! Afin de contourner ce diktat, des générations successives de Bretons ont vécu avec un prénom officieux pour le quotidien, leur prénom officiel ne servant que pour « les papiers ».

Ce fut le combat de Jean-jacques Ar Goarnig. Privé d'allocations familiales pour plusieurs de ses enfants, pour cause de prénoms non conformes aux critères de nomination décrété par l'État français, il maintint sa détermination malgré une justice partiale.

Mais ce ne fut pas en vain : maintenant cette liberté qui nous semble si naturelle, existe !

Aujourd'hui cette histoire nous semble surréaliste ! Hélas, elle est vraie.

Cette détermination illustre, si besoin était encore, combien il faut se battre contre l'administration française pour obtenir la moindre parcelle de liberté et de respect pour la différence des peuples et des cultures de ce pays.

Un pays qui s'arroge pourtant le titre du pays des droits de l'Homme.

Et le combat continue qu'il faut mener sans vergogne : car ces jours-ci la loi, dite de décentralisation menace de re-centraliser et d'empiler de plus, une couche métropole sur le millefeuille administratif français pléthorique et dispendieux.

Il faut se battre.

On parle d'impôts nouveaux pour enrayer le déficit vertigineux qui se creuse chaque jour davantage. Mais refus par les élites d'entendre réformer en profondeur les structures de l'État. Ce qui permettraient d'énormes économies et une relance économique écologique porteuse d'emplois : il faut se battre !

La classe politique corrompue et sans parole - à gauche comme à droite - est aux abois mais aux commandes ! Plus que jamais, il faut se battre.

Ce sera notre hommage à Jean-Jacques Ar Goarnig. À sa famille, nous disons notre affection.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1779 lectures.
mailbox imprimer
Errormessage: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'Homme'' at line 2