-- Société --

Incendies : la Cité Radieuse de Rezé pas aux normes ?

Un incendie dans la Cité Radieuse de Marseille a fait la Une de l'actualité. Mais l'on semble oublier qu'il y a aussi une Cité Radieuse à Rezé près Nantes.

24832_1.jpgLa cité Radieuse de Rezé

L'incendie dans ce que les marseillais appellent « la maison du fada (du fou), le premier depuis 2004, s'est propagé à cause de failles flagrantes dans le système de protection anti-incendie. Les gaz inflammables se sont propagés d'étage en étages dans plusieurs appartements à partir d'un feu relativement peu important dans un duplex – rappellons que les Cités Radieuses sont constituées de duplex enboités l'un dans l'autre et desservis par des coursives centrales – maintenant ainsi le feu dans l'immeuble pendant l'après-midi et la soirée du jeudi 9 février. Les 334 appartements ont été inspectés avec des caméras thermiques pour déceler tout risque de feu couvant. Cette propagation a été causée par la grande quantité de bois dans les cloisons, et la présence de gaines de circulation d'air non étanches.

Or, les Cités Radieuses de Marseile et de Rezé sont construites sur le même modèle, et avec très grande similitude en ce qui concerne les aménagements techniques. De plus, l'état de Monument Historique des deux bâtiments rend très difficile la moindre modification même dans des parties non-visibles, dans le souci de conserver le plus possible l'authenticité du bâti et sa spécificité : les Cités Radieuses, villes dans la ville sont des manifestes de l'architecture moderne.

(voir le site) .

Donc, on peut très fortement présumer que la Cité Radieuse de Rezé – récemment rénovée, certes, mais comme celle de Marseille – connaît des failles semblables dans sa protection anti-incendie. Tout comme celles de Berlin, Briey et Firminy ?

Cet article a fait l'objet de 9370 lectures.
mailbox imprimer
Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Yves Le Gonidec
Dimanche 12 fevrier 2012

Notons, par orgueil, que Le Corbusier - l'architecte designer des cités radieuses - fréquentaient les cercles bretons (entre autres) notamment le Seiz Breur, bien que Suisse d'origine. Ami de l’ébéniste breton Joseph Savina.

Naon-e-dad
Dimanche 12 fevrier 2012

Juste une remarque à propos du bois, en général, utilisé comme matériau de construction.

Le présente de nombreux avantages (légèreté, écologie, comportement au feu,…). Oui , notamment du point de vue de la sécurité incendie, le bois mérite d’être considéré.

Que l’on se souvienne de l’incendie du CES Pailleron (à Paris dans le XIX° arrondissement), survenu le 6 février 1973, et qui fit, en plus des morts, un énorme scandale politico-médiatique. La structure métallique s’était effondrée très rapidement, ce qui n’aurait pas été le cas d’une structure bois.

Pour plus de renseignement, voir le monde professionnel.

Par exemple l’Ecole Supérieure du Bois, à Nantes…en Bretagne, evel-just !

Martine Vittu
Samedi 25 fevrier 2012

Contrairement à ce que vous affirmez la Maison Radieuse de Rezé n'a pas été construite sur le modèle de celle de Marseille. Il n'y a qu'à Marseille que Le Corbusier a utilisé le système dit du "casier à bouteilles". D'autre part ce sont les gaines du chauffage à air pulsé qui semble-t-il ont favorisé la propagation, à Rezé : chauffage par le sol. A Marseille davantage de bois: les parquets, la structure de la mezzanine, les nombreux aménagements intérieurs qui n'existent pas à Rezé, ni dans les 3 autres Unités d'Habitation ( Berlin, Briey, Firminy ).

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.