Hénaff dénonce les montages de L214, ABP dénonce les végans

-- Media et Internet --

Investigation
Par Philippe Argouarch

Publié le 29/06/17 12:24 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dans sa dernière vidéo dénonçant les conditions d'élevage des cochons en Bretagne, l'association «L214 éthique et animaux», une association française végane et de défense des droits des animaux, s'en prend directement à l'entreprise Jean Hénaff dans un montage associant dans la même vidéo des images de maltraitance avec des boîtes de pâté Hénaff, alors que les élevages produisant du cochon pour l'entreprise Hénaff n'ont jamais été mis en cause pour ce qui est dénoncé par L214.

Une entreprise bretonne injustement ciblée

L'entreprise Jean Hénaff de Pouldreuzic, connue pour son exemplarité concernant la traçabilité et la qualité de ses produits--elle a même été choisie pour les repas des astronautes et dieu sait si la qualité y est primordiale-- a réagi par un communiqué dénonçant l'amalgame et réaffirmant son attachement au respect des règles du bien-être animal.

L'entreprise «Jean Hénaff» dénonce les pratiques de l’association L214, qui milite pour l’abolition de l’élevage en jouant sur l’émotion et en attaquant des entreprises ou des marques connues du grand public pour choquer, en recourant notamment à des méthodes illégales. (communiqué de pâté Hénaff)

Des montages vidéos qui rappellent l'époque de la pravda des soviets ou les films anti-sémites des nazis

Le véganisme adopte une pratique alimentaire qui exclut la viande, le poisson, les produits laitiers, les œufs et le miel. Le véganisme exclut aussi la consommation de tout autre produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux : cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques et médicaments testés sur des animaux ou contenant des substances animales.

A noter que le véganisme est souvent défini comme une idéologie : «le véganisme propose une redéfinition normative de ce que devraient être les relations des humains aux animaux» peut-on lire dans wikipédia. Il s'agirait bien d'une idéologie car il trimballe les tares que colportent toute les idéologies en particulier le mensonge, la manipulation et le fanatisme. Bien sûr tous les végans ne sont pas des fanatiques manipulateurs mais ceux de L214 qui ont produit cette vidéo le sont.

Ce sont des «attaques sans preuves, et donc, à mes yeux, ignominieuses. » a commenté Jean-Michel Le Boulanger, vice-président du Conseil régional de Bretagne. «Il est si facile de jeter l'opprobre sur une entreprise qui semble - en la matière - assez irréprochable. Les vidéos publiées sont évidemment scandaleuses et les producteurs concernés doivent être inquiétés. Ces vidéos, laissées en pâture sur les réseaux sociaux, ne prouvent aucunement le rôle ou la complaisance de l'entreprise Hénaff. Or, c'est Hénaff qui est visé... et ses emplois qui sont menacés ! » rajoute-t-il.

De son côte Jakez Bernard, ancien président de Produit en Bretagne, s'interroge. Interviewvé par le quotidien Le Télégramme il déclare : «Pourquoi attaquer une marque comme Hénaff, parce qu’elle est emblématique ? Parce qu’elle a décidé depuis toujours de prioriser l’économie territoriale qui seule peut apporter les meilleures garanties au consommateur avec des produits de qualité ? Que voulons-nous, une production bretonne ou une Bretagne sans agriculteurs, ni entreprises et de fait, subir les importations de produits sans aucune garanties d’hygiène, de qualité et de pratiques respectueuse du bien-être animal. Que veut donc L214 ? »

Un métabolisme des hominidés sapiens ou erectus établi depuis un million d'années

L'exclusion de produits alimentaires issus du monde animal est contestée par les scientifiques et les diététiciens parce que ce sont de très bonnes sources de protéines. Certes on peut les remplacer par des produits à base de soja etc mais rien ne prouve qu'on en aura une meilleure santé. La preuve ? La doyenne de la terre, Emma Morano, qui a 116 ans, mange trois oeufs par jour. Les êtres humains sont carnivores, omnivores si on veut être plus précis car un carnivore ne mange que de la viande et autant utiliser la classification biologique. Les humains sont des cueilleurs-chasseurs-pêcheurs depuis un million d'années ou plus, en fait depuis que nous sommes descendus des arbres et cette mutation a pris des milliers d'années, voire des dizaines de milliers d'années. Le métabolisme humain est adapté à cette alimentation plurielle à la fois végétale et animale. En bref, on ne peut changer en deux coups de cuillère à pot un métabolisme établi à l'échelle géologique. Les végans, un peu comme les communistes de 1917 qui voulaient créer un homme nouveau en quelques années, veulent changer notre estomac, nos hormones et notre vésicule biliaire comme par magie. Après la NEP de Lénine, on va avoir, l'estomac nouveau, la soupe de légumes et le pain sec pour tous ! Après le «bon sauvage de Rousseau», on va avoir «les bonnes bêtes sauvages» des végans. Mais attention, il ne s'agit pas de continuer la destruction de la bio-diversité mais de nous accepter en tant qu'espèce animale prédatrice. Comme toutes les autres espèces carnivores ou omnivores, nous sommes des prédateurs.

Ne pas jeter le cochonnet avec l'eau du lisier

Beaucoup pensent que ce que nous devons remettre en cause ne sont pas les produits carnés en soi mais l'agriculture industrielle avec son lot de pesticides plus ou moins dangereux ou l'élevage adepte des antibiotiques et des produits médicamenteux. Ne pas oublier que l'agriculture n'existe que depuis 10 000 ans et l'industrie alimentaire que depuis un siècle. Depuis, certaines espèces végétales ont été dénaturées. Certaines céréales ont maintenant un taux de gluten trop élevé. Etre végétarien ou végétalien ou végan ne veut pas dire que la qualité de l'alimentation ingurgitée est meilleure. On peut être végan et manger des produits bourrés de pesticides. On peut ne pas l'être et manger des charcuteries de qualité. Des produits carnés de qualité et en particulier des produits de la mer.

Les Bretons ont la chance d'avoir des sources de protéines animales issues de la mer à portée de mains et de filets, c'est-à-dire des produits sauvages, frais, sans pesticides, sans antibiotiques et bio. Une noix de coquille St Jacques ou une langoustine sont les meilleures sources de protéine sur cette planète et ici en baie de Saint-Brieuc ou au large du Guilvinec, nous avons la chance d'avoir les plus grands gisements au monde. Pauvre végans... vivre sans jamais avoir goûté ces délices !

Modifié le 2 juillet à 17:30

Document PDF 42508-cphenaffl214.pdf Le communiqué du 29 juin.. Source : Jean Hénaff
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 4039 lectures.
mailbox imprimer