HELLFEST J-3 avec God Seed

-- Festivals --

Communiqué de presse de free lance
Porte-parole: Eric An Eost

Publié le 19/06/13 10:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

God goroth ? King of goth ? Gorgoseed ? King of Shagrath? que dire après les embrouilles pas très catholiques infligées par les membres de Gorgoroth à Infernus, le fondateur du groupe. S'ensuit l'épisode 2009 où Gaahl quitte le métier après un concert entre autre au Hellfest, pour finalement remonter sur les planches en… 2012. Enfin bon, ces norvégiens adeptes de black métal ont enfin, semble-t-il, enfin trouvé leur Graal, ahah, God seed. Ils joueront le vendredi 21 juin à minuit, sous la tente THE TEMPLE. Comme chaque fois après des démêlés judiciaires le mood n'est pas si évident que ça. Mais les nouvelles ambiances et recherches que les norvégiens aiguisent attestent d'un groupe certainement pas an'Odin.

Au fil des années, avec le recul, c'est la personnalité de Gaahl qui concentre les intérêts, finalement. D'abord par un reportage, « True Norvegian black metal », malgré un journaliste californien idiot qui ruine tout à la fin après une ballade initiatique dans les montagnes pour rejoindre le chalet fait par les grands-parents de Gaahl. Puis par son coming-out gay suite à des propos homophobes dans un backstage à Wacken qui provoquèrent une bagarre. « L'humanité est connue pour être étroite d'esprit... peut-être que quelques-uns auront une réaction négative. Mais je pense que cela reste équilibré. Je crois que cela sera positif pour quelques-uns et négatif pour d'autres. C'est toujours bon d'avoir du négatif aussi parfois. Si ce n'était pas le cas, cela finirait avec de l'égalité. Et l'égalité est la pire chose qui existe. L'égalité est la stagnation. Elle ne laisse rien grandir. Elle retient. » Elu « personne gay de l'année » en 2008, ses croyances quant à elles sont chamaniques. Il porte en outre un pendentif Mjöllnir, le marteau à manche court de Thor, l'arme la plus puissante des dieux qui symbolise la protection de l'univers face aux forces du chaos. Pas étonnant avec tout ça qu'il soit dans le viseur des anti-Hellfest. Mais Gaahl n'est pas sataniste, Gaahl est un libertaire, un absolutiste de la liberté, un outlaw façon Lemmy. Dans une interview de 1995, il affirme : « Je suis mon propre Dieu et je suis mon propre Satan. Je n'appelle pas cela satanisme ; par conséquent, je ne suis pas sataniste». Quant aux adeptes d'Anton LaVey et l'église de Satan, il les rejette non sans dédain, « Anton LaVey et ses partisans sont incroyablement ridicules, un groupe de personnes faibles, se débattant comme des rats, apeurés de rester seuls debout. Tout cela est tellement enfantin, je ne vais même pas gaspiller du temps à parler d'eux. » Gaahl est aussi présent dans l'industrie cinématographique Norvégienne, depuis peu. Politiquement, des soutiens racistes à des extrémistes norvégiens (des « faux amis » a-t-il rectifié depuis), ou le soutien aux incendies d'églises dans les années 90 ont pollué son image et /ou confirmé ses propos cités ci-dessus « L'humanité est connue pour être étroite d'esprit… ». Bon, personne n'est parfait, en fait, non ?

Le lien vers le reportage TRUE NORVEGIAN BLACK METAL

(voir le site)

sources citations wikipedia, Gaahl portail du metal.

mailbox imprimer

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.