France étatique : une communauté bretonne interloquée

-- Politique --

Chronique de alan coraud
Porte-parole: Alan-Erwan CORAUD

Publié le 28/03/20 11:48 -- mis à jour le 28/03/20 16:04

Le coronavirus aura au moins l’intérêt de révéler à quel point la France étatique est en perdition financière et morale.

Le confinement nous est imposé et cela n’a rien d’exceptionnel si on regarde la politique de confinement dans le monde.

Rester chez soi le plus possible, ne pas aller sur la plage qui est juste à côté, ne pas exposer le personnel soignant en prenant des risques inutiles sont des mesures acceptables et nécessaires.

Dans beaucoup de pays cette politique est accompagnée d’une fermeture des villes. Les grandes migrations hors des grandes villes pour aller en zone rurale ou en zone côtière sont formellement prohibées afin de ne pas répandre le virus partout.

Voilà qui est logique. Sauf que nous Bretons, nous voyons débarquer des dizaines de milliers de Parisiens dans nos villes côtières principalement. Si cela nous fait prendre conscience à quel point la propriété de notre littoral nous échappe, à quel point des villes et villages du littoral sont devenus à 70% pour certains composés de résidences secondaires, on s’aperçoit avec cette affaire de virus que nous n’avons aucune maîtrise des affaires de notre pays, que l’État central décide pour nous et peut ainsi décider de laisser une migration porteuse du virus envahir notre pays.

Ce phénomène va bien au-delà du rapprochement familial. Depuis, nous assistons à des vols d’hélicoptères pour aller, à grands fais, chercher des malades sur Belle Ile par exemple.

Le slogan Bretagne = colonie n’a jamais été autant d’actualité

Et que l’on ne nous sermonne pas avec des discours culpabilisants de manque de solidarité.

Nous ne sommes pas dans un cas de figure d’hospitalité en faveur de populations immigrées chassées de chez elles par la guerre et la famine. Là, la communauté bretonne a toujours fait preuve d’humanisme et d’ailleurs l’on ne compte plus les associations bretonnes d’aide aux populations du Sud de la planète. Rien que pour le Burkina Faso, les associations sont pléthore et cette solidarité, cette ouverture sur le monde que l’on a toujours considéré comme naturelle, le monde étant notre village, fait que je suis heureux d’être Breton et d’appartenir à cette communauté.

Là, dans ce cas de figure, nous sommes face à une population souvent aisée qui a choisi la Bretagne comme zone de loisirs. On est dans une situation de colonisation de peuplement. Le statut de résident est donc vraiment d’actualité comme en Corse.

Nos jeunes chassés du littoral par des prix d’achat ou de loyer inaccessibles n’ont que peu de soutien de maires qui auraient pourtant de nombreuses possibilités afin de créer du logement à loyers modérés et des accessions à la propriété en adéquation avec les possibilités financières des jeunes couples… et des moins jeunes.

Une grande politique de réappropriation de l’immobilier serait à mettre en œuvre mais pour cela il nous faudrait un vrai pouvoir breton.

La faillite d’un État

Une commission médicale allemande est allée faire la visite d’hôpitaux alsaciens. Rien de plus normal puisque l’Allemagne a lancé une grande campagne de prise en charge de malades alsaciens et lorrains.

Leur rapport est accablant. Les malades de plus de 80 ans sont abandonnés à leur sort sans assistance respiratoire, une sélection est faite. L’Alsace et la Lorraine vont maintenant savoir ce que c’est de ne plus être membres de la fédération allemande.

L’Allemagne au secours de l’Alsace et de la Lorraine

L’Allemagne puise dans ses 1 500 milliards de réserves financières à hauteur de 856 milliards afin de venir au secours de la société civile incluant les entreprises comme les simples citoyens. Dans le même temps la France promet 300 milliards d’aide à sa population et à ses entreprises.

La différence étant que la France va devoir une nouvelle fois emprunter via son agence France Trésors. Qui va lui prêter alors que l’économie mondiale est en crise ?

Le président Macron souhaitait l’émission européenne de bons du trésor afin de financer tout cela. Refus de l’Allemagne et des Pays-Bas. Eux, ils ont une gestion saine de leurs finances, ils ne fonctionnent pas avec un système étatique tellement obsolète et corrompu que les milliards fuient de partout. Aussi, ils n’ont aucune envie d’être les dindons de la farce et c’est une fin de non-recevoir qu’a subi le président français, celui-ci se prenant une fois de plus un retentissant camouflet.

Quel fonds souverain va prêter à la France ? L’ami fidèle qu’est l’Arabie Saoudite ? Ce ne sera pas la première fois et l’Arabie Saoudite, ce pays à l’obscurantisme religieux bien connu, semant les morts de chiites et d’opposants partout sur son territoire, pourra ainsi raffermir son emprise sur la France.

Une crise sanitaire salutaire pour les Bretons ?

La gestion incohérente et anarchique de cette crise sanitaire, des passe-droits pour des privilégiés, des règles très différentes appliquées aux populations en fonction de leurs origines géographiques, tantôt autoritaires, tantôt laxistes, tout cela nous révèle l’état déliquescent de la France étatique.

Nous, Bretons, devons prendre en main notre destin. Telle est la leçon à tirer de cette crise sanitaire.

Cet article a fait l'objet de 1333 lectures.
mailbox imprimer
Ancien maire de la Remaudière en Pays du Vignoble Nantais Cofondateur de l'Office de Tourisme du Pays du Vignoble de Nantes Dirigeant-Gérant de société Animateur du réseau labellisé Vignerons-Artisans de Bretagne Auteur du livre "Sauvons le muscadet d'une mort programmée"
Voir son mur