Entreprises web : lancement du Startup Club

-- Economie --

Communiqué de presse de Startup Club
Porte-parole: Sébastien Le Corfec

Publié le 27/10/10 16:13 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Startup Club, qu'est ce que c'est ?

Le principe du Startup Club est simple : il s'agit d'un site internet de financement participatif pour projet internet (à l'instar de MyMajor Company pour la musique). Sur cette plate-forme, des concepts de sites internet sont proposés à l'internaute. Si l'internaute estime que le projet créera de la richesse, il peut acheter des parts contributeurs d'une valeur de 10 €. En échange, l'internaute contributeur pourra gagner sur les 4 points suivants :

- Lors de la création du site, il pourra vivre de l'intérieur l'effervescence d'une start-up ;

- Au lancement du site internet, il aura accès à des services premium ;

- Si le site dégage des revenus, il gagnera de l'argent au prorata ;

- Si le projet fonctionne très fort, nous créerons une société où l'internaute-contributeur pourra acquérir des actions préférentielles.


La fibre bretonne pour accélérer les concepts web

La difficulté pour lancer tout site internet est d'atteindre une masse critique le plus rapidement possible. Nous entendons par « masse critique », le nombre d'internautes suffisant pour qu'un site internet soit intéressant pour de nouveaux internautes. Nous avons validé que la diaspora bretonne (personne ayant la fibre bretonne) représentait entre 6 et 10 millions de personnes à travers le monde. Suite à ce constat, nous pensons que la diaspora bretonne (au travers de son âme et de ses valeurs) est un des leviers pour atteindre une audience suffisante rapidement. Une fois ces premiers internautes « sympathisants bretons » conquis, ils deviennent de formidables ambassadeurs des différents projets. Un cercle vertueux est créé.


Un web entrepreneur de l'Ouest aux commandes

Le projet est porté par Sébastien Le Corfec au travers de sa holding Bi Ouaib. Sur ce concept, il souhaite être rejoint par des professionnels internet du grand ouest afin de créer un réseau d'experts pour accueillir les porteurs de projets web. Depuis la pointe Bretagne, Sébastien lance régulièrement de nouveaux concepts dans l'univers du web. En 2009, il conçoit le premier réseau social immobilier français, coocoonhome.com. L'année 2008 étant consacrée à l'e-réputation au travers des tags 2D avec le projet ikodz.com. En 2006, intéressé par le Green IT et l'éco-mobilité, il fonde roulezmalin.com, première plate- forme de covoiturage ayant pour client Suez, Areva, veolia, etc… A 21 ans, il crée sa première filiale evernet ayant pour coeur de métier le développement de site internet et d'application mobile. L'année 2001 étant le début de ce parcours avec la collaboration pour le benchmark Group où il développe le fameux réseau social copainsdavant.com, premier réseau social français. Fin 2010, la holding Bi Ouaib reste actionnaire de 4 sociétés. Les étapes importantes de la vie de ses sociétés sont relatées sur le blog www.seblecorfec.com


Les 3 premiers projets du Startup Club

Je passerai chez vous

L'idée : de nombreux vacanciers ne souhaitent plus passer par les tours opérateurs afin d'éviter le tourisme de masse. Ce site qualitatif permettrait de dormir ou d'être guidé le premier jour par une personne expatriée. Au début, le site serait amorcé par les personnes ayant la fibre bretonne, par la suite il serait ouvert à d'autres segments : diaspora basque, randonneur du monde, professeur, etc. Le modèle économique : abonnement à la plate-forme et pourcentage sur transaction.

E-commerce de produits bretons à destination des expatriés bretons

L'idée : création d'un site internet e-commerce pour les personnes expatriées. Les notions de regroupement de personnes par commande pour faire baisser le prix seront ajoutées. Des produits « collector » événementiel seront également proposées. Le modèle économique : vente en ligne

Devenez ambassadeurs de marques, de sites internet ou de commerces

L'idée : le site internet serait une bourse de propositions de sociétés et de personnes dites « ambassadeur » ayant pour mission de cultiver la notoriété de la marque sur des supports indiqués (web, street marketing, lieu géographique, etc.) et le tout sur une période donnée. Le modèle économique : coût pour les marques / Achat de licence pour les ambassadeurs

Document PDF 20355_2.pdf Start-up Club. Communiqué du 17 octobre 2010.. Source : Start-up Club
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1192 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner