Écotaxe : la Bretagne n'est pas victime de sa situation géographique, mais de l'État et de son gouvernement !
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 18/10/13 19:39 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On l'entend partout. Que ce soit pour les transports, la distribution d'énergie, le réseau ferré, routier… La Bretagne est victime de sa situation géographique. C'est même l'argument que l'Etat avance pour saupoudrer ses bonnes grâces face à la rébellion contre l'écotaxe. D'une grâce, la population a bien saisi qu'il s'agit plutôt d'un coup de grâce !

Mais pourquoi ne dit-on pas de la Grande-Bretagne qu'elle est victime de sa situation géographique ? Les nations de Grande-Bretagne s'en sortent plutôt pas mal, il faut bien l'avouer.

Certes, nous sommes éloignés des centres de décision, des flux commerciaux et l'écotaxe ne fera que l'aggraver. Mais tout cela, c'est bien parce que la France nous place en marge, notamment en périphérie européenne. Nous devons subir une politique de recel et de pillage de nos richesses humaines et financières. Pour ne parler que de deux gros secteurs d'emplois, quelles sont les perspectives de l'agro-alimentaire et de la pêche lorsqu'il n'y a même pas de ministère de la mer et aucune politique agricole sérieuse ? Quelles sont nos chances lorsque nos impôts ne reviennent pas en investissements, qu'on doit financer un système qui regarde à l'Est ? Aucune.

On a parlé dans le passé de modèle agricole breton. Il apparaît clairement que les Bretons n'ont eu aucun choix à l'époque. Il n'y a pas de modèle agricole breton mais un geste de survie correspondant à la fois à la demande de l'Etat de nourrir la France au lendemain de la guerre. Nous ne pouvions que faire correspondre les deux dans la crise de l'époque. Le combat du CELIB combiné aux attentats du FLB ont porté la voix des Bretons face à un Etat qui a fini par céder : il nous a laissé financer notre réseau routier et brûler notre terre pour respirer quelques instants.

Désormais, quelles sont nos orientations de productions, quels sont nos marchés, nos infrastructures, notre logique d'aménagement du territoire... ? Qui portera aussi la voix de la Bretagne à l'Europe alors même que des nations émergent et dessinent une nouvelle Europe ?

Seule la Bretagne pourra envisager son présent comme son avenir. Seule une formation bretonne permettra un espoir. Regardons les positions absurdes et intermédiaires du PS EELV sur l'écotaxe. Ils ne veulent pas perdre leur électorat et se permettent de tenir ici une position tampon entre leur état-major parisien et la réalité du terrain. On vous trompe !

Même au niveau local, une politique au service des Franciliens, de la machine France est en place : le marché de l'immobilier leur est réservé, le tout tourisme, la destruction des centres-villes, le manque d'audace dans les développements d'une économie saine et diversifiée, le logement palliatif pour les Bretons dans des communes périphériques devenues dortoirs, des constructions à la va-vite au détriment de l'environnement et des liens sociaux… Retrouvez nos propositions sur : (voir le site)

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Pour Gwened / Vannes 2014,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1063 lectures.
Vos 28 commentaires
  Yann LeBleiz
  le Vendredi 18 octobre 2013 22:58
La Nouvelle-Zélande est perdue au milieu du Pacifique!
Question : Bien qu'elle soit de taille identique à la Bretagne, comment peut-elle se développer, sans disposer de TGV pour la relier au Japon, à l'Australie et USA?
Réponse française : "La Nouvelle-Zélande est entourée de plusieurs milliers de Kms d'eau salée, ce qui rend impossible la mise en place de lignes TGV. Sans TGV, tout développement économique est impossible! Donc, les théories selon lesquelles la Nouvelle-Zélande se développe sont fausses!"
"De plus, et c'est scientifiquement prouvée, avec une population de 4,3 millions d'habitants, la Nouvelle-Zélande est trop petite pour avoir une économie viable!"
"C'est pourquoi la Bretagne, grâce aux "valeurs de la République" est appelée à un fort développement par la construction de lignes TGV et son intégration à la nouvelle région "Grand-Ouest"!
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Samedi 19 octobre 2013 03:52
@Yann LeBleiz . J'y ai vecu 8 ans et ai donc acquis egalement la nationalite NeoZelandaise.( ce qui me permet de vivre en Australie .. il y a des accords ).La Nouvelle Zelande ne se developpe pas . CHaque annee entre entre 30 000 et 50 000 Neozelandais , quittent le pays en majorite pour l'Australie , le Royaume Uni , les Etats Unis et..
Tres peu d'Industries . Pays agricole avant tout .
On estime que 2 millions le nombre de NeoZelandais vivant en dehors de la NZ et dont plus de la moitie en Australie.
Pays tranquille , trop tranquille pour moi .
Etre retraite , aimer la tranquilite et etre riche ( pour pouvoir faire des voyages de temps en temps )
(0) 
  Ronan Badouel
  le Samedi 19 octobre 2013 10:08
C'est à hurler mais l'analyse de B. Deléon est pertinente. J'ajoute qu'il y a une volonté étatique de renforcer son dictat contre la Bretagne en proportion de sa capacité à l'autodétermination comme le démontrent nos forces vives prêtes à agir.
Paris n'a plus d'argument sérieux à faire valoir et n'est même plus crédible politiquement aux yeux des français et des Bretons! L'écotaxe et ses portiques n'est qu'un prétexte pour renforcer la centralisation, tant les systèmes électroniques applicables soit-disant aux camions le seront subrepticement aux voitures, aux téléphones puis à vos emplettes ménagères ou votre opinel. La théorie de George Orwell est bientôt accomplie.
A défaut d'une indépendance complète pour notre petit pays, une autonomie de fait est son seul salut à court terme. Comme pour n'importe quel petit état, un équilibre économique est parfaitement possible en Bretagne sans pour autant qu'elle devienne un paradis fiscal. Notre situation péninsulaire sur l'Atlantique est même un atout considérable sur le plan international! Et ce n'est pas les lignes TGV qui développeront l'emploi en Bretagne...
(0) 
  Gilbert Josse
  le Samedi 19 octobre 2013 10:23
@Pierre
Qu'appelle-t-on développement ?
Le PIB de la NZ en 2012 : 158 milliards USD
PIB par habitant en PPA (2012) : 30 636 USD
Taux de croissance nominal (2011) : 3,1% (2011) 2,5% (2012) 2,3% (prévisions 2013)
Taux de chômage (2013) : 6,2 %
Taux d’inflation (février 2013) : 0,9 %
Solde budgétaire (2011) : -2,9 % du PIB
Principaux clients : Australie (23%), Chine (12%), Union européenne (11%), Etats-Unis (8,4%), Japon, Royaume-Uni, Corée du Sud.
Principaux fournisseurs : Australie (18%), Chine (16%), Union européenne (16%) Etats-Unis (14%), Japon, Allemagne, Singapour
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
agriculture : 7,2 %
industrie : 25,5 %
services : 67,3 %
Croissance démographique : 0,9 %
Espérance de vie : 80 ans
Taux d’alphabétisation : 100 %
Je vous laisse comparer avec les chiffres français sur la même période ;-)
J'ai le plaisir de travailler avec une entreprise dont l'un des fondateurs est néo-zélandais. Il vit en NZ, une partie du staff est en Californie et en Angleterre. Le seul problème que nous ayons c'est la gestion du décalage horaire. Le monde évolue. A nous d'en profiter.
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Samedi 19 octobre 2013 10:44
Au niveau de l'élevage laitier la nouvelle Zélande est le pays qui a les plus bas couts de production du monde du fait qu'elle est basée sur l'herbe pâturée il me semble que cela change quelque peu du fait des mises aux normes
(0) 
  Reun Allain
  le Samedi 19 octobre 2013 10:45
Excellente remarque. C’est bien évident que la Bretagne ne souffre pas de sa situation géographique. Non seulement elle n’en souffre pas mais sa position maritime en fait même un atout.
L’exemple de la Grande-Bretagne est tout à fait éloquent mais on peut l’étendre à la Norvège, la Suède, le Danemark etc …
Si pour le seul hexagone, être plus près d’un pseudo centre continental était un avantage, on devrait être plus développé économiquement dans le Limousin , en Auvergne, en Lorraine, dans les Ardennes etc …
On peut multiplier à l’infini les exemples qui prouvent le contraire.
Comme l’a déjà dit Alain Glon, le problème de la Bretagne, c’est la France. Pas de confusion, ce n’est pas les Français mais le système politique jacobin qui a formaté les cerveaux à un point tel qu’un certain général avait même dit que les Français étaient des veaux.
Hélas les Bretons aussi le sont car ils acceptent l'a-priori de l'éloignement comme une vérité première. Le sentiment d’éloignement n’est qu’un effet d’une situation crée. Les annonces de Ayrault voulant soi disant rassurer les Bretons en annonçant que l’état français se saisissait de problème en promettant d’achever l’axe central N164. La belle affaire ça 20 ans qu’elle aurait du être terminée, un beau « foutage de g. » !
Un éloignement réel entre deux points ne s’apprécie pas qu’en terme de distance kilométrique mais surtout en termes de durée de parcours pour les voyageurs et surtout de coût d’acheminement notamment pour le fret. Augmenter ce coût par une taxe imbécile ne fait qu’accroître l’éloignement et la distance n’est qu’un composante parmi d’autres du problème.
Ce dont souffrent surtout les Bretons, c’est du formatage de leur cerveau par une presse aux ordres. C’est ainsi que OF a titré sa Une cette semaine par « Le gouvernement au chevet de la Bretagne ». Une façon de faire gober que le bon Docteur qui va guérir le malade est aussi celui qui est en train de l’empoisonner.
Pas plus tard que hier soir à Gourin où nous avons distribué des tracts de Bretagne Réunie très bien acceptés au demeurant par le public de l’élection Miss Bretagne, il s’est trouvé une brave dame pour nous dire qu’elle était tellement bretonne qu’elle ne voulait pas se faire bouffer par Nantes.
Idem avec une charmante (très) jeune reporter de Radio Montagne Noire qui ajoutait à son propre micro que ce problème de réunification ne pouvait s’entendre puisqu’on leur enseigne à l’école que Nantes ne fait pas partie de la Bretagne. Ceci est hélas trop vrai mais le problème est que ces jeunes lycéens gobent sans discuter des contre vérités alors qu’ils se prétendent émancipés.
(0) 
  Jack Leguen
  le Samedi 19 octobre 2013 11:20
Je pensais à un truc, au niveau géopolitique, l'écotaxe à un avantage. Ca va devenir moins cher pour les producteurs bretons d'exporter vers la Grande Bretagne en bateau, et même en se groupant, vers le reste de la planète, que vers la région parisienne en camion. Résultat : moins de liens avec la France, plus de liens vers la GB et le reste du monde. Le début du détricottage finalement.
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Samedi 19 octobre 2013 11:24
On discute beaucoup sur ce site jusqu'à se prendre la tête entre nous mais le drame c'est que l'ensemble des bretons n'ont pas accès à nos opinion
Comment résoudre ce problème ????
(0) 
  Yann LeBleiz
  le Samedi 19 octobre 2013 11:48
@ PIERRE CAMARET
Comme le dit" Gilbert Josse", qu'appelle-t-on développement?
Selon les théories géographiques et démographiques françaises appliquées à la Bretagne, la Nouvelle-Zélande devrait être l'un des pays les plus miséreux du monde! Idem pour l'Australie, avec Sidney à 7 ou 8 heures de vol de Singapour!
On est loin, très loin, de ce cas! Et pourtant, la situation géographique de la NZ est extrême, même comparée à la Bretagne!
La situation géographique de la Bretagne est comparable à celle du Danemark, de l'Irlande, des pays scandinaves, du Royaume-Uni!
Danemark et Irlande ayant une population identique à la Bretagne!
Toujours, selon les théories françaises ces pays devraient être parmi les plus pauvres d'Europe, en fait ils sont parmi les plus riches!
Il est temps de tordre le cou au mythe d'une Bretagne "périphérique" ne devant son salut qu'au TGV et à la "solidarité" des "valeurs républicaines"!
Bien au contraire, ces sont ces "valeurs républicaines" qui freinent le développement économique de notre pays!
Cela fait 2 siècle que cela dure, cela commence à faire long!
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Samedi 19 octobre 2013 12:22
@Gilbert JOSSE .Oui biensur , mais attention je parle pour moi . Je suis Ingenieur de formation et comme il n'y pas ( ou peu ) d'Industries en NZ , ce pays n'etait pas pour moi .
Il y a environ 1 million de NZ installes maintenant en Australie .. pour les memes raisons . Un bon Job .......... mais il y a 50 000 + Australiens installes en NZ , pour des raisons contraire : tranquilite , absence de pollution etc.......
A la retraite j'avais encore 2 enfants a elever 13 ans et 9 ans . La fille a fait son Universite en Australie et le fils au CANADA MC GILL , comme pere responsable , je devais leur donner toutes les chances .
Je vote en NZ ( et en France ) j'y retourne de temps a autre . J'aime particulierement leurs huitres "BLUFF"au Sud qui a mon avis sont les meilleures du Monde et leur Vin Blanc ( Oyster Bay ) qui accompagne ces huitres qui est tres comparable a notre Muscadet .
Chacun doit trouver son Bonheur .
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Samedi 19 octobre 2013 12:28
Jack effectivement neus ket droug ebet ken denna ket da vat à quelque chose malheur est bon ,je pensais tout bas un peu la même chose que vous, un problème peut devenir une opportunité ,mais avec le risque d'accentuer la fracture territoriale de la Bretagne du moins dans un premier temps car ensuite si l'ouest breton retrouve le dynamisme économique il deviendra à nouveau le pôle d'attraction de l'est de la Bretagne qui dans l'état actuel des choses risque de se tourner davantage vers le grand Paris ,cependant ce n'est pas un argument valable pour arrêter le combat contre cette injuste écotaxe
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 19 octobre 2013 12:32
Parce qu'une seule couche(qui analyse- synthétise et tire les bonnes conclusions) est apte à cela.
Le reste est trop terre à terre ,ne serait-ce que pour aller sur AFP(j'ai dit plusieurs fois à certains de faire un tour sur ce forum.)....Mais il y a d'autres raisons...
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 19 octobre 2013 12:45
Toute action venant de l'état central peut être contournée et amener des prospectives intéressantes(exemple: le porc breton peut se vendre en Asie,les chinois sont friands et connaissent nos savoirs faire en agro alimentaire).
Que tousles assauts que nous subissons deviennent des points d'initiation(nos métiers bretons et nos capacités doivent revoir toutes les approches mondiales-suivre certaines idées de LOCARN ET DE PRODUIT EN BRETAGNE.
(0) 
  loeiz O'Brian
  le Samedi 19 octobre 2013 13:12
@ SPERED DIEUB,
Pour ma part, je sors des copies d'articles ABP, Parti Breton etc.. que je distribue autour de moi. C'est une bonne façon d'informer activement, j'ai aussi mis en place un système d'échange de livres dans un café(un livre déposé pour un livre emprunté, et je dépose régulièrement des livres sur l'histoire de Bretagne.
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 19 octobre 2013 17:02
La lecture des commentaires me fait dire ceci:
La pensée économique bretonne doit s'affranchir de la pensée française,je propose donc que cette prospective soit mise à l'étude dans les cercles de réflexion tel que LOCARN.
Nous devons passer au dessus des directives d'état,pour ne plus entendre de la part d'un ministre "mais comment avez vous fait pour gagner ces contrats?".
J'ai toujours dit,on peut vendre des artichauts en Mongolie!(il suffit de savoir faire le bon deal).
Et ça ,c'est de la race des gagneurs!
(0) 
  marc iliou
  le Samedi 19 octobre 2013 20:32
La situation de la Bretagne est exceptionnelle sauf pour l'état français qui ne sait pas encore que 50% de ses soit disant frontières sont maritimes ! chercher l'erreur ! sas une forte autonomie ou l'indépendance pas de survie pour nous à terme et il faudrait déjà tirer des conclusions pour les municipales qui viennent !
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Samedi 19 octobre 2013 21:31
Il y aune petite erreur de géographie la Nouvelle Zélande est en effet bien plus vaste que la Bretagne 268000 km carrés !!! Le Danemark cela dépend si l'on y intègre ou non le Groenland La Belgique a une taille similaire à la Bretagne celle de la Flandre correspondrait à celle de la limite maximum de la langue bretonne 30km à l'ouest de Nantes et de Rennes 20000 km carrés environ
(0) 
  Ed Du
  le Samedi 19 octobre 2013 22:42
Stop avec tous ces commentaires stériles qui nous viennent d'aileurs.
Ici nous sommes en Bretagne, pays qui doit avant tout retrouver si ce n'est son indenpédance au moins son autonomie d'abord juridique. Le reste suivra et ceci dans l'intérêt du monde entier. Nous avons tout à refaire.
(0) 
  Ed Du
  le Samedi 19 octobre 2013 22:42
Stop avec tous ces commentaires stériles qui nous viennent d'aileurs.
Ici nous sommes en Bretagne, pays qui doit avant tout retrouver si ce n'est son indenpédance au moins son autonomie d'abord juridique. Le reste suivra et ceci dans l'intérêt du monde entier. Nous avons tout à refaire.
(0) 
  Ed Du
  le Samedi 19 octobre 2013 22:42
Stop avec tous ces commentaires stériles qui nous viennent d'aileurs.
Ici nous sommes en Bretagne, pays qui doit avant tout retrouver si ce n'est son indenpédance au moins son autonomie d'abord juridique. Le reste suivra et ceci dans l'intérêt du monde entier. Nous avons tout à refaire.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Dimanche 20 octobre 2013 01:26
Ed DU . En effet , il faut mieux le repeter souvent .
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Dimanche 20 octobre 2013 08:47
L'imperatif est biensur de tres bien connaitre son adversaire et sa philosophie personnelle .
Si nous devions negocier demain ,nous serions sous la logique (?) des notes de synthese et du compromis qui s'en degage ... tout a fait ENA . Et bien non ......Tout depend des cas (Nous avons sous les yeux un exemple tres , tres recent ) le compromis peut etre en effet la solution , mais pas dans tous les cas ( et dans le cas que nous avons tous a l'esprit , ce n'est pas la bonne solution ).Il fallait mieux un OUI franc ou un NON franc .. la chose etait entendue . La,c'est negatif , et nous allons voir les suites .Donc soyions vigilants et tenons compte de la situation en Bretagne + de la situation dans l'UE + de la situation dans le Monde.
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Dimanche 20 octobre 2013 11:14
Bonjour Pierre Camaret je change de sujet ,vous n'avez pas peur du feu en Australie en ce moment ???
(0) 
  Ed dDu
  le Dimanche 20 octobre 2013 15:30
A Pierre Camaret,
Ce n'est pas ma faute si c'est passé 3 fois. 2 fois la copie du scripte n'était pas valable. "Digarezit din mar plij".
(0) 
  Ed Du
  le Dimanche 20 octobre 2013 21:09
A Pierre Camaret,
Si tu en sais autant et même plus que nous, viens ici en Bretagne sur le terrain.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Dimanche 20 octobre 2013 21:55
@spered Dieub . C'est au Sud de Brisbane et au Nord de Sydney . Cela arrive tous les ans . Il semble que ces feux proviennent des exercices de l'Armee Australienne .
+ de 100 maisons parties en fume et 300 endommagees .
@Ed Du . C'est exact , mais cela ne m'interesse pas .
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Lundi 21 octobre 2013 06:25
@Bertrand DELEON .
Biensur . entierement d'accord >
1.- On ne peut pas changer de situation geographique .
2 .- On peut changer plus facilement d'Etat et de Gouvernement .Mon slogan du jour et des jours a venir : Moins d'Etat , plus de professionnalisme .Les Bretons ont de la matiere grise , qu'ils la fassent travailler.
(0) 
  eugène le tollec
  le Lundi 21 octobre 2013 10:23
Ed Du ,il y a des hommes du présent qui contemplent le passé et beaucoup des présents sont des gens du passé,ils ne sont pas d'avenir.
Savent-ils sortir du terreau laissé par leur passé, les ingrédients d'un futur et pourtant tout est là,donné,par des intelligences ancestrales...mais encore faut-il vouloir!et à quel niveau(terre à terre-où plus construit).Le terrain est nécessaire...mais le ciment du liant n'est pas là,surtout dans la mise en place d'une pensée supérieure d'État.
Cette réflexion ne se fait pas sur le terrain,ni dans un parti(car elle est une synthèse apolitique),l'essence d'un peuple est apolitique.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.